Les "fake news" dans le collimateur de Macron

 |   |  535  mots
(Crédits : POOL)
Lors des traditionnels voeux à la Presse, le Président de la République Emmanuel Macron a annoncé mercredi un futur projet de loi visant à endiguer la propagation de fausses informations, en particulier en période électorale et sur internet.

Le chef de l'Etat a fait cette annonce lors de ses voeux à la presse, à l'Elysée, durant lesquels il a également confirmé son intention de réformer le service public de l'audiovisuel et, plus généralement, théorisé ses relations avec les journalistes.

"Si nous voulons protéger les démocraties libérales, nous devons savoir être forts et avoir des règles claires", a-t-il déclaré pour justifier sa volonté de lutter contre les "fake news", surtout pendant les campagnes électorales.

"Les plates-formes se verront ainsi imposer des obligations de transparence accrue sur tous les contenus sponsorisés, afin de rendre publique l'identité des annonceurs et de ceux qui les contrôlent, mais aussi de limiter les montants consacrés à ces contenus", a-t-il précisé.

"En cas de propagation d'une fausse nouvelle, il sera possible de saisir le juge à travers une nouvelle action en référé permettant le cas échéant de supprimer le contenu mis en cause, de déréférencer le site, de fermer le compte utilisateur concerné, voire de bloquer l'accès au site internet", a encore déclaré Emmanuel Macron. Ces mesures seront contenues dans un projet de loi à venir "prochainement".

Le chef de l'Etat n'a donné aucun exemple mais, en mai dernier, il avait pris pour cible Russia Today (RT) et Sputnik, deux médias financés par le pouvoir russe, qu'il avait alors accusés d'agir en "organes d'influence" répandant des "contre-vérités infamantes". Ces deux médias, qui possèdent chacun une version française, avaient auparavant été écartés de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron.

 Réforme "dépassionnée" de l'audiovisuel public

Le chef de l'Etat est par ailleurs revenu sur son intention de réformer l'audiovisuel public dans le cadre d'un projet de loi qui sera présenté "avant la fin de l'année" 2018.

"Il importe de revoir en profondeur et de manière très dépassionnée la grammaire et les règles de l'audiovisuel public", a-t-il expliqué, avec pour objectif de "s'adresser à tous".

Il convient, selon lui, de repenser contenus, usages et organisation du service public de l'audiovisuel, mais aussi sa relation avec l'Etat, "par trop tatillonne et, de fait, inefficace".

Pour ce faire, l'exécutif s'appuiera sur les conclusions d'une mission ad hoc, qui doit rendre ses travaux à la fin du premier trimestre 2018, et sur une comparaison avec "les différents modèles européens et internationaux".

Le dossier est sensible, comme en témoigne la polémique déclenchée le mois dernier par des propos prêtés à Emmanuel Macron, qui aurait qualifié l'audiovisuel public de "honte", mais formellement démentis par l'Elysée.

Face aux journalistes, le chef de l'Etat a théorisé sa relation avec la presse et la nécessité, selon lui, de maintenir une "saine distance" entre les deux mondes.

"La proximité, à laquelle nous avions pu parfois nous habituer, je pense, n'était bonne ni pour le pouvoir politique ni pour l'exercice du métier de journaliste", a-t-il dit.

Ce rapprochement, a-t-il ajouté, "a consisté parfois à donner plus de place à des propos d'antichambre qu'aux propos tenus de manière officielle" et "c'est encore parfois le cas".

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/01/2018 à 14:43 :
Elle sera rétroactive cette loi ?
a écrit le 05/01/2018 à 11:49 :
Deviendra t-il plus facile de "former" ses comtemporains avec des pseudo sciences que de les informer ?

Je viens de suivre un stage bidon de Programmation Neuro Lingusitique avec un Maitre Praticien ( appelez moi "maitre" SVP) payé par les fonds de la formation professionnelle.

Il parait qu'il n'y aucun controle ni de l'Etat ni des OPCA.
a écrit le 04/01/2018 à 18:48 :
Le vocable anglais pour désigner les fausses nouvelles, a pour origine la présidentielle US perdue par H.Clinton avec son ridicule "Russiagate" ( et les 62 millions d'électeurs de Trump qualifiés de "déplorables" par la candidate). La perte de crédibilité des grands médias (presse et télés) est évidente, au profit de médias en ligne et des réseaux sociaux : un sondage Ifop du 21/12 (invisible évidemment) indique que pour 67 % des français la liberté d'expression est menacée dans les médias traditionnels ..Les tenants d'un décodex labellisé par les autorités seules compétentes pour l'information préfèrent accuser de populisme les contestataires (Brexit, sortie de l'UE, ect ). Une autre info comme RT = danger, propagande >> interdit ! Elle est où la pluralité ? Ce n'est pas en cassant le thermomètre qu'on fait tomber la fièvre.
a écrit le 04/01/2018 à 17:38 :
Tout d'abord, on aimerait qu'il stoppe le franglais et le globish et fasse l'effort de causer en français.

Ensuite, je ne pense pas qu'il soit de son rôle de revoir la grammaire et les règles de l'audiovisuel public. Il y a pour cela des patron(ne)s de chaînes , un CSA pour les sanctionner et un public pour trier le bon du mauvais.

Et pour terminer, la liberté d'expression est une liberté constitutionnelle et ses limites en sont bien bornées. On est en droit de dire ce qu'on veut tant que cela n'est pas diffamatoire, attentatoire à l'honneur d'autrui ou incitatif au racisme et à la haine.

Et c'est très bien comme celà. Il n'est pas besoin d'arbitre des élégances ou de tribunal d'inquisition macronienne qui dirait le VRAI du FAUX et ferait régner la bonne pensance dont chacun sait qu'elle est la chose la mieux partagée du monde.

Bref, ce qu'il suffit d'exiger c'est qu'en cas de procédure pénale concernant un des manquements evoqués ci-dessus, les fournisseurs d'accès collaborent avec la police pour identifier les auteurs.

Parce que si un jour on devait poursuivre et condamner les politiques qui profèrent des mensonges, des demi-vérités et propagent des fausses nouvelles, Macron serait en tête de charrette pour l'échafaud.
a écrit le 04/01/2018 à 17:29 :
C est grace aux fake news que la vérité naitra ( proverbe internaute)
a écrit le 04/01/2018 à 16:29 :
Au fond, votre Général disait en son temps :

- une poignée de journalistes, c'est amusant,
- une armée de journalistes, c'est emmerdant,
- un seul journaliste c'est vraiment insupportable

Le seul journaliste qui met tout en scène doit être au Top Level 33ème minimum
a écrit le 04/01/2018 à 14:39 :
Qui va décider qu une nouvelle est fausse?
Si la nouvelle est fausse pour les uns , et se trouve être vraie après vérification . Qui publiera la certification .?
Ex : l Algérie à un taux de centenaire plus élevé que la moyenne mondiale !
L extreme droite dira , c est exact .
L extreme gauche dira c est pas vrai .
Qui me dira la vérité .
a écrit le 04/01/2018 à 13:40 :
Je me pose la question si les Panama Papers ou les Paradise Papers sont considérés comme de fake news destinés à salir les honnêtes richissimes de notre planète!
a écrit le 04/01/2018 à 12:57 :
En partant du principe que toute nouvelle est fausse sans preuve, bâillonnons ceux qui peuvent dire la vérité!
a écrit le 04/01/2018 à 12:47 :
Si, officiellement du moins, le petit macron fait mine de s'attaquer aux fake news, on ne l'entendra plus beaucoup. Il va pratiquer l'auto-censure, ce qui ne serait pas plus mal. Et qui va décider que les news sont des fake news ? Les nervis en charge de la propagation de la dictature de la pensée unique ?
a écrit le 04/01/2018 à 12:47 :
Si, officiellement du moins, le petit macron fait mine de s'attaquer aux fake news, on ne l'entendra plus beaucoup. Il va pratiquer l'auto-censure, ce qui ne serait pas plus mal. Et qui va décider que les news sont des fake news ? Les nervis en charge de la propagation de la dictature de la pensée unique ?
a écrit le 04/01/2018 à 12:47 :
A quand la création d'un "Ministère de la Vérité" par Mr Macron.
J’hallucine devient devant cette lumière... illuminée .
a écrit le 04/01/2018 à 11:48 :
L'UPR doit réagir vigoureusement aux propos scandaleux de Macron sur les pseudos 'fake news', nous assistons à la mise en place de la censure, c'est très grave. Prochaine étape interdire les partis politiques par le renforcement des pouvoirs du conseil constitutionnel ?
a écrit le 04/01/2018 à 11:44 :
Macron craint que ses donneurs d' ordres lui coupent les vivres ..

PIGA énorme analyste géopolitique s' emparait du sujet avant les élections citant Jaurès et ça commence très fort ....

« Je ne plierai pas, je ne m’en irai pas en silence. Je ne me soumettrai pas. Je ne me retournerai pas. Je ne me conformerai pas. Je ne me coucherai pas. Je ne me tairai pas. Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; ce n’est pas subir la loi du mensonge triomphant » (Jean Jaurès).
La suite mettant en relief les ressorts de l' élection de Macron s' apprécie à l' aune ..

https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/
a écrit le 04/01/2018 à 11:38 :
Il est particulièrement difficile pour les promoteurs de la pensée unique de s'ouvrir à la possibilité de vérités alternatives et relatives.

Par contre, au niveau du maniement des symboles subliminaux : Etoile flamboyante, pyramide, horloge à double cadran, lumière et mise en scène étudiée, ils sont vraiment au top. Chapeau l'artiste !
a écrit le 04/01/2018 à 11:32 :
Qu'il s'occupe d'abord des migrants qui mettent à terre la République à genou. Le symbole de Champigny est on ne peut plus représentatif du climat reignant en France en dehors dss salons de la Macronie.
a écrit le 04/01/2018 à 11:28 :
les fakes news de Macron dévoilées:
- plus un seul SDF dans le rue d'ici la fin de l'année. Faux
- la flexisécurité est au coeur dj projet. Faux, seul la flexibilité esg e oeuvre. Le chômage pour tous les démissionnairss est déjà un lointain souvenir. Pourtant, cela permettait de mettre une pression positive sur l'entreprise. Pour gardef ces salariés, il était nécessaire e géref les conditions de travail. Mais, cela fait Pschitttt sous l'effeg du donneur d'ordre Gattaz.
a écrit le 04/01/2018 à 11:27 :
Mediapart et le Canard ont du souci à se faire.
http://www.huffingtonpost.fr/2015/05/28/eric-woerth-relaxe-fin-long-cauchemar-judiciaire-ex-etoile-montante-ump_n_7459586.html
Réponse de le 04/01/2018 à 12:58 :
C' est la démocratie qui a du souci à se faire, Mediapart et le Canard ayant des limites imposées qu' ils savent très bien ne pas devoir dépasser!
Réponse de le 04/01/2018 à 15:56 :
Même s'il y avait du vrai dans l'affaire Bettencourt, la soi-disant affaire de l'hippodrome de Compiègne relevait bel et bien de la fake new dont le seul but était de flinguer Woerth en pleine réforme des retraites contre laquelle les syndicats peinaient à mobiliser. Ou quand le volatile ne se grandit pas... Et il ne serait pas étonnant que l'affaire Fillon se termine de même, non que Pénélope ait fait montre d'un zèle débordant comme attachée parlementaire ou comme collaboratrice de la Revue des Deux Mondes, mais parce qu'il sera bien difficile de prouver la totale fictivité de son emploi. La frontière est ténue entre l'exploitation de demi-vérités à des fins politiques (comme les affaires Bettencourt, Compiègne, Fillon) et le sale boulot d'un Bretibart news.
Réponse de le 04/01/2018 à 19:42 :
La relaxe ne veut pas dire que les accusations étaient fausses mais que les éléments de preuve pour prouver ces accusations étaient insuffisantes. S'il était innocent, Woerth aurait été acquitté. Dommage pour le fan boy Bruno bd ! :o)
Réponse de le 05/01/2018 à 11:00 :
@Pouet : Un acquittement se prononce aux assises et une relaxe se prononce en correctionnelle, un acquittement aurait donc été impossible en l'espèce. Et une accusation lancée sans preuve suffisante est soit une insinuation malveillante soit une diffamation. On peut quand même légitimement se demander pourquoi ces boules puantes sont systématiquement lancées à des moments stratégiques (réforme des retraites alors que les syndicats n'arrivent pas à mobiliser, campagnes présidentielles...), ces médias soit disant d'investigation s'avèrent surtout être des manipulateurs d'opinion. Quand on sait aussi que le renvoi en CJR pour l'affaire de l'hippodrome ce Compiègne a été effectué par le procureur général Nadal malgré l'absence même de délit constitué, et que ce même Nadal, une fois retraité, a été nommé, sans doute en récompense de ses bons et loyaux services, à la tête de la HATVP par Hollande,...
a écrit le 04/01/2018 à 11:17 :
"Fake news" en français "fausses nouvelles", et bien que Macron et certains journalistes commencent par ne pas en répandre.
Hier soir une "journaliste explique les effet de la CSG et termine en disant que les petites retraites en dessous de 1 400€ ne seraient pas touchées. Ou bien, elle est nulle ou elle le fait exprès, la CSG est calculé sur le revenu fiscal, ce qui impact les petites retraites si vous dépassez à deux 1867 € par mois soit 22404 € par an; Donc si l'un des deux conjoints touche une retraite inférieur à 1400 € elle a baissé de 1.70% au mois de février.
Autre fausse nouvelle : la baisse de la vitesse sur les routes à 80 km/h qui est basé sur un rapport dont les données sont fausses, ce qui n'empêche pas le gouvernement de faire croire que cela aura un effet important sur les accidents et le nombre de morts sur les routes.
En réalité ce personnage dangereux pour la démocratie qu'est Macron tente de mettre les journalistes à sa botte.
Réponse de le 04/01/2018 à 13:04 :
J'ai du mal à imaginer qu'une réduction des vitesses, si elle est respectée; puisse n'avoir aucun effet, même modeste, sur la mortalité routière. Tant il est certain que quand les vitesses seront limitées à 0km/h il n'y aura plus de mortalité routière...
Réponse de le 04/01/2018 à 19:45 :
Encore faudrait il prouver que les accidents de la route ont lieus à 90 km/h. Quelque chose me dit que ceux ci sont le fait de ceux qui ne respectent pas les 90 à la base. Et ceux là ne respecteront pas plus les 80...
Réponse de le 06/01/2018 à 10:47 :
@Pouet : je dis simplement qu'il y aura probablement un effet à la marge de la réduction des vitesses. Mais il y aurait sans doute bien plus à gagner en la matière par une répression implacable du cannabis au volant.
a écrit le 04/01/2018 à 10:56 :
"FAKE NEWS" ?
Faut-il prendre des cours d'Anglais pour s'informer en France?
a écrit le 04/01/2018 à 10:39 :
Ca va d' abord contrarier ceux qui on une solide appétence pour la démocratie PLURIELLE et qui regrettent tous les jours qu' un sujet comme le FREXIT soit prohibé du débat comme au pays des hommes libres, j' ai nommé la GB..
Idéalement une presse unanimement accréditée par Matignon et tournant en boucle via les prompteurs de ..Matignon serait un plus pour faire taire la dissidence politique essentiellement anti Ue en cette chaleureuse mais ..contagieuse période de Brexit qui court..

Urvoas avait fait un gros saut dans cette direction en limitant la visibilité médiatique cad en renforçant la difficulté pour les -petits- partis non conformistes et éclairants via la désormais célèbre loi qui porte son nom..

https://www.youtube.com/watch?v=UVJ3LkHT9Jk
a écrit le 04/01/2018 à 10:37 :
la presse pourtant a certains moments il en abuse !!!!!!!!

j'aimerais aussi savoir qui a finance sa campagne ? Peut etre les labos qui obtiennent 11 vaccins obligatoires??
Réponse de le 04/01/2018 à 11:16 :
Vous avez internet, vous pouvez donc savoir qui a financé sa campagne puisque ce sont des données publiques.

C'est ça l'intérêt de la transparence, qu'il a le malheur de réclamer ici aux réseaux sociaux...
a écrit le 04/01/2018 à 9:54 :
Les "fake news" dans le collimateur de Macron

les premières "fake news", par exemple, c'est quand Macron Castaner Philippe ont affirmé qu'il n'y aurait plus de sans abris dans les rues fin 2017 ...

il n'y en jamais eu autant, de plus en plus, crescendo ...de misère dans la France de Macron Castaner Philippe qui DE FACTO sont les premiers diffuseurs de "fake news"

d'autres lecteurs de la Tribune peuvent ajouter les autres "fake news" de la Macronnie
Réponse de le 04/01/2018 à 11:21 :
Dire courant 2017 "plus de sans abris dans les rues fin 2017" ça n'est pas un fake news, c'est une promesse non tenue.

Une fake news, c'est une affirmation mensongère concernant la réalité du moment présent.

Un peu comme quand Russia Today et Sputnik affirment en plein milieu de la campagne présidentielle que le favori, qui ne plait pas à Poutine, est homosexuel.
Réponse de le 04/01/2018 à 14:05 :
@Tom Je me garderai d' arbitrer, je ne suis l' un de siens ....


Mais j' ai le souvenir du guy pote a Macron qui l' lancé déclarant, mon ennemi c' est la finance, au vu du combat âpre engagé par ce dernier à cet endroit, le syllogisme est frappant !!
Réponse de le 04/01/2018 à 15:06 :
A l'évidence, les missionnaires de Castaneriens de Macron sont diffuseurs invétérés de "fake news" dans les informations continues des télévisions et radios bas de gamme qui leur offrent des fauteuils quotidiens avec de faux débats bidonnés caractéristique de leurs médiocrités individuelles et collectives

lorsqu'ils annoncent des baisses d'impôts : "fake news"

lorsqu'ils annoncent une baisse du chômage : "fake news"..

lorsqu'ils cachent, contestent ou nient les massacres massifs des palestiniens : "fake news"

oui la Macronie est le visage des "fake news"
a écrit le 04/01/2018 à 9:35 :
La censure revient.
Le président soleil va bientôt nous dire l'état c'est moi, circulez il n'y a rien à voir.
a écrit le 04/01/2018 à 9:34 :
Curieux cette hâte à se préoccuper d'un sujet non essentiel pour les citoyens. L'agenda des gens au pouvoir n'est à l'évidence pas celui du Peuple.
a écrit le 04/01/2018 à 9:30 :
en français "fake news" se dit "fausses nouvelles" il me semble...
qu'est-ce qui empêche la rédaction de La Tribune d'utiliser notre langue correctement ??
a écrit le 04/01/2018 à 9:26 :
"Si nous voulons protéger les démocraties libérales"

Si nous voulons protéger les démocraties ,aurait suffit.
Réponse de le 04/01/2018 à 20:59 :
Il y a pourtant bien une différence entre démocratie et démocratie libérale.
La démocratie libérale est un type particulier de démocratie majoritairement dans les états occidentaux.
https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie_lib%C3%A9rale
https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mocratie#D%C3%A9mocratie_lib%C3%A9rale
http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/democratie-liberale/
Réponse de le 05/01/2018 à 10:17 :
La démocratie libérale, parfois appelée démocratie occidentale, est une idéologie politique et une forme de gouvernement dans laquelle la démocratie représentative fonctionne selon les principes du libéralisme.
a écrit le 04/01/2018 à 8:41 :
On augmente la portée du ciseau censure....à son service!
a écrit le 04/01/2018 à 8:09 :
Les principaux intéressés et ceux qu'ils représentent, veulent simplement faire taire toute véritable opposition! Tout ce qui ira a l'encontre de cet UE de Bruxelles et du "GOPE" ne devront plus apparaitre dans aucun médias!
a écrit le 04/01/2018 à 8:06 :
Le principal intéressé et ceux qu'ils représentent veulent simplement faire taire toute véritable opposition!
Réponse de le 04/01/2018 à 11:00 :
les oppositions me semblent bien trop diffuses pour presenter un quelconque danger....mais on peut toujours esperer ...
a écrit le 04/01/2018 à 7:58 :
Encore une dérive potentiellement nocive de Macron qui veut tout contrôler. A quand une loi pour empêcher l'eau de couler et le vent de souffler ?
a écrit le 04/01/2018 à 7:37 :
J'avous ne pas comprendre quesqe la France peut faire seule?
au minimum c'est un probleme a regler a l'echelle de l'europe!
Deplus nous avons vraiment des sujets plus important comme aleger le millefeuille administratif!!!
a moins qu'il ne s'agise de ce proteger pour son cas personnel!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :