Les policiers en colère vont manifester contre Christiane Taubira

 |  | 339 mots
Lecture 2 min.
La Garde des sceaux s'est dite prête à recevoir les représentants des forces de l'ordre.
La Garde des sceaux s'est dite prête à recevoir les représentants des forces de l'ordre. (Crédits : Reuters)
Les syndicats de policiers ont appelé à un rassemblement place Vendôme à Paris sous les fenêtres du ministère de la Justice. Ils reprochent le laxisme des magistrats en termes de répression pénale et dénoncent l'évasion, la semaine dernière, d'un prisonnier qui a gravement blessé un policier. Les syndicats se disent épuisés et "à bout".

Le gouvernement doit annoncer une série de mesures pour tempérer la colère des policiers. D'après Le Figaro, Bernard Cazeneuve doit annoncer 15 mesures encore en cours d'arbitrages à Matignon. Les policiers se disent à bout. Pour Jean-Claude Delage, du syndicat Alliance, les policiers "sont devenus les oubliés de la République". Nicolas Comte, pour Unité-police SGP, évoque un "état de fatigue préoccupant". "Un ras-le-bol, une perte du sens du métier", renchérit Patrice Ribeiro de Synergie, deuxième syndicat d'officiers.

Christiane Taubira en ligne de mire

Les policiers se disent confrontés à une situation extrême où se conjugue "explosion de la violence", "manque de moyens", "missions peu claires", une "absence de réponses pénales". Ils s'en prennent à la ministre de la justice, Christiane Taubira qu'ils accusent de laxisme en termes de répression pénale.

Ils ont d'ailleurs décidé de se rassembler place Vendôme sous les fenêtres du ministère de la justice. Le gouvernement craint dès lors une opposition tendue entre policiers et magistrats. "Il faut éviter les emportements et les amalgames et toutes propositions qui affaiblissent la relation entre la police et la justice", a déclaré Bernard Cazeneuve lors d'un discours devant les forces de l'ordre à l'Ecole militaire à Paris.

Les syndicats invités à discuter avec Christiane Taubira

"Je ne peux accepter que des policiers et des gendarmes puissent être atteints par des personnes qui devaient être en prison", a martelé le ministre de l'Intérieur. Il a ainsi fait référence à la blessure d'un policier par un détenu évadé et qui a cristallisé le ras-le-bol des policiers.

De son côté, la Garde des sceaux s'est dite prête à recevoir les représentants des forces de l'ordre. Devant les procureurs de France réunis à Paris, Mme Taubira a insisté mardi sur la nécessité de "prévenir tout risque de libération injustifiée" de détenus, selon un communiqué. Elle a aussi dit envisager de mieux encadrer les permissions de détenus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2015 à 14:21 :
Manifestation politisée par des syndicats aux ordres de l'extrême (droite ce coup-ci)!

Je ne lis pas ce commentaire qui pourtant est systématique quand d'autres fonctionnaires expriment leur ras le bol!
Eux aussi n'en peuvent plus de se faire insulter, violenter par les usager, mépriser par leur ministre et voir ce en quoi il croient s'effondrer au nom d'une idéologie déconnectée de la réalité et du terrain, .

Mais les électeurs FN vénèrent les policiers et haïssent les enseignants, ils ont l'indignation sélective!
a écrit le 15/10/2015 à 11:05 :
Mme TAUBIRA, n'est pas à son poste pour régler les problème au sein de la Justice.http://combatcontreinjustice.over-blog.com
a écrit le 14/10/2015 à 9:58 :
Souvenir :

Sur le quinquennat de Nicolas Sarkozy 13 338 emplois (ETPT) de policiers et de gendarmes auront disparus dont 7 876 pour la seule police et 5 512 pour la gendarmerie. Ainsi au 31 décembre 2011, le nombre de policiers et de gendarmes est inférieur aujourd’hui de 2 844 ETPT à celui enregistré en 2002.

Pas vu de manif
Réponse de le 14/10/2015 à 16:49 :
C'est plus la même époque... Lol... Aujourd'hui, notre pays est sure l'insécurité a disparu et on peut se ballader nue dans les rues ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :