Manuel Valls prône un pacte avec l'islam

 |  | 746 mots
Le Premier ministre juge nécessaire de repenser la formation des imams et des aumôniers, qui devront être désormais uniquement formés en France.
Le Premier ministre juge nécessaire de "repenser la formation des imams et des aumôniers", qui "devront être désormais uniquement formés en France". (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Le Premier ministre déclare dans une tribune au Journal du Dimanche que la France "doit faire au monde entier la démonstration éclatante que l'islam est compatible avec la démocratie".

Manuel Valls, pour qui nombre de musulmans de France sont "pris en otages" par le salafisme, plaide pour un pacte avec l'islam afin de "se débarrasser de ceux qui le minent de l'intérieur". Après les récents attentats de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray (Seine-Maritime), le Premier ministre déclare dans une tribune au Journal du Dimanche que la France "doit faire au monde entier la démonstration éclatante que l'islam est compatible avec la démocratie". "Il faut se garder de tout paternalisme mais il faut avoir la lucidité de reconnaître qu'il y a urgence à aider l'islam de France à se débarrasser de ceux qui le minent de l'intérieur". "Pour cela, il nous appartient de bâtir un véritable Pacte avec l'islam de France, donnant à la Fondation une place centrale", dit-il.

La Fondation des oeuvres de l'islam de France a été créée le 31 mai 2005, en vue de la construction et de la gestion des lieux de culte en accord avec les maires des communes concernées. L'Etat siège à son conseil d'administration, qui est composé des différentes fédérations musulmanes. Son représentant n'a pas de droit de vote et ne peut émettre que des avis juridiques. La Fondation fait depuis des années figure de coquille vide, les fédérations musulmanes privilégiant d'autres vecteurs d'action et de financement. Dans le JDD, Manuel Valls concède que son "échec est total" et rappelle sa volonté de "revoir certaines règles pour tarir les financements extérieurs", comme dans Le Monde de vendredi.

Former les imams en France

"Comme les pères de la loi du 9 décembre 1905, explique-t-il, nous devons inventer un équilibre avec l'islam de France aux termes duquel la République lui offre la garantie du libre exercice du culte." "Si l'islam n'aide pas la République à combattre ceux qui remettent en cause les libertés publiques, il sera de plus en plus dur pour la République de garantir ce libre exercice du culte", prévient-il.

Le Premier ministre juge nécessaire de "repenser la formation des imams et des aumôniers", qui "devront être désormais uniquement formés en France". "L'Etat peut aider à la création d'institutions de formation solides en s'appuyant sur les diplômes universitaires ouverts notamment à Paris, Strasbourg ou Aix", précise-t-il.

"Tous les salafistes ne sont pas des djihadistes, mais presque tous les djihadistes sont des salafistes", souligne le chef du gouvernement, affirmant que "les lieux de culte qui abritent ces prédicateurs sont et seront systématiquement fermés." "Lorsque les prédicateurs sont étrangers, ils sont et seront expulsés", ajoute-t-il. "De nombreux musulmans de France sont pris en otages par le fondamentalisme, le salafisme, les Frères musulmans, qui font de leur culte un étendard, une arme contre les autres", dit-il.

Juppé lui aussi pour un pacte

La place de l'islam, deuxième religion de France à dominante sunnite, est l'un des thèmes de la campagne pour l'investiture présidentielle à droite. Favori des sondages pour la primaire de novembre, Alain Juppé propose lui aussi un "pacte" avec l'islam pour, écrit-il dans "Pour un Etat fort", "mieux préciser la place du culte musulman dans notre République, définir avec les autorités musulmanes françaises les règles relatives au recrutement des imams (...) et à la transparence du financement des lieux de culte".

Le maire (Les Républicains) de Tourcoing, Gérald Darmanin, a récemment soumis aux candidats de la primaire, dont Nicolas Sarkozy, son "Plaidoyer pour un islam français" dans lequel il invite l'Etat français à agir avec l'islam comme avec les religions catholique et juive par le passé. Jean-François Copé est le seul candidat à droite à proposer explicitement un "concordat" qui "réglerait définitivement la question de la légitimité de l'islam de France et fixerait ses droits et ses devoirs envers la République".

"Toute tentation néoconcordataire serait une insulte à la laïcité", juge Manuel Valls dans Le Journal du Dimanche. Hervé Mariton, autre candidat à la primaire, voit dans les propositions du Premier ministre "une mise en cause de la loi de 1905". "Il y a dans la proposition du Premier ministre non pas une vision de l'islam de France mais plutôt une vision de l'adaptation de la laïcité. Et cette adaptation, je ne la souhaite pas", a dit le député LR sur Europe 1 en évoquant l'"inacceptable" perspective d'un financement public de l'islam. (Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2016 à 5:21 :
Les musulmans representent une bonne partie de l'electorat du PS et peut etre le dernier! Alors en avant ! A quand les premieres conversions de ministres PS a l'Islam? Valls est le precurseur
a écrit le 01/08/2016 à 22:38 :
Le gouvernement ferait la plus grossière erreur de sa mandature en sollicitant les deniers publics pour financer la religion islamique. Il y a effectivement un pacte à tenir, mais celui-ci ne peut correspondre qu'au libre exercice de la religion musulmane, sous la protection de l'état au même titre que toutes les religions. Ceci étant, l'exercice de toute religion doit se faire en Français, dans le cadre de la laïcité et du respect des lois. Quant à l'histoire des religions en France, le premier ministre connaît parfaitement son évolution sociétale. Nous n'avons pas à déroger en aucune manière. A-t-on besoin de mettre en garde contre un comportement aberrant. Si tel est le cas, c'est fait.
a écrit le 01/08/2016 à 21:04 :
Cela ne va servir a rien, car presque tous les djidahistes, ne sont pas des croyants fervents et peu frequentaient les mosquées. Le djidahiste, comme je l'ai écrit dans mon livre LES SOLDATS DE MAHOMET, est un déraciné, frustré. Et si moi, j'étais magrében éxilé en France, de 2 ème géneration, sans perspective d'avenir et bien le djihad et le Califat me tenterait...
a écrit le 01/08/2016 à 20:18 :
La France n'a pas à "faire un pacte avec l'Islam". Elle ne le fait ni avec les églises chrétiennes, ni avec le judaïsme ou toute autres religion.
La France doit simplement appliquer la Loi sur la Laïcité. Toute la Loi. Les dérives sectaires ou politiques des religions relèvent des délits qui sont punis par la justice, de la façon la plus ferme, en respectant les libertés ainsi que les droits et devoirs de la République.
a écrit le 01/08/2016 à 17:13 :
Il est regrettable de ne pas entendre un discours religieux aux "égarés": les religieux devient promettre la géhenne aux meurtriers, tout comme les autorités de l'église n'hésiteraient pas à leurs promettre les enfers: c'est le seul discours que ces fous de Dieu entendent.
a écrit le 01/08/2016 à 16:06 :
l'islam, de part son fonctionnement, est supranational. exemple simple, voire simpliste, les sunnites attendent le signal de l'Arabie Saoudite lors de la rupture du jeûne du Ramadan, et immédiatement, les autorités chiites s'empressent de le fixer pour 24 heures plus tard.
contrevenir à la loi ou constituer un risque pour la paix et la sécurité publique doivent mener devant les juges, musulman ou pas. et la sanction, si nécessaire, prononcée sans mansuétude.
chercher à établir un " islam de France ", c'est créer une nouvelle religion qui divisera et exacerbera encore plus.
Réponse de le 01/08/2016 à 20:21 :
Les églises chrétiennes sont également supranationales.
a écrit le 01/08/2016 à 16:06 :
Il devrait être facile à notre Premier Ministre de se pencher sur l'histoire d'Espagne aux XV° et XVI° siècles, accords de 1491 réglant le sort de l'ancien émirat de Grenade, mesures du Conseil de Castille (1566) pour contraindre les morisques à s'assimiler, leurs liens avec les corsaires d'Afrique du Nord, et comment tout cela s'est terminé...
Réponse de le 01/08/2016 à 20:31 :
Les accords de 1491 concernant le sort de l'ancien émirat de Grenade fut une véritable catastrophe pour l'Espagne. Sous la conduite très agressive d'Isabelle la Catholique, ils mirent fin à plus de 7 siècles de tolérance et de coopération pacifique entre Musulmans, Juifs et Chrétiens, dans cette "Andalousie des Lumières" qui nous a tant apportée dans tous les domaines des sciences et des arts.
Après ces accords, l'Espagne entrait dans une très longue période sombre et troublée qui ne s'est terminée, finalement, qu'à la mort de Franco.
S'il est un contre exemple à ne pas imiter, c'est bien "l'accord" de 1491. On en reparle chaque année avec regret, lors de la Fête des Morisques et des Chrétiens à Alcoy.
a écrit le 01/08/2016 à 12:04 :
Angélisme de Valls. La loi de "DIEU" peut-elle être inférieure à la loi humaine, la "CHARIA" à nos code civils et autres tant que la réponse n'est pas oui et bien il faut s'interroger sur le futur de nos enfants.
a écrit le 01/08/2016 à 11:07 :
utopique.. un bilan désastreux ne peut etre dissimulé par des annonces
a écrit le 01/08/2016 à 10:53 :
Tout ce qui aurai du être fait par précaution, sera fait dans l'urgence! A moins que tout cela ne soit qu'un moyen de forcer la main!
a écrit le 01/08/2016 à 10:49 :
Il ne faut pas de pacte avec l'islam de France ni avec aucune religion qu’elle soit spirituelle, politique, syndicale, associatives, sportives. Nous devons vivre ensemble avec les mêmes droits et les mêmes devoirs. Ceux-ci basé sur la constitution française et les divers codes pénaux. Le financement des lieux de culte églises, salles, stades de foot et autres doivent être financé par les croyants tout comme les divers clergés des diverses religions. Je suis AT de toutes religions. Pas d’argent public pour les religions.
a écrit le 01/08/2016 à 10:09 :
Le seul pacte qui vaille est le pacte républicain et il vaut pour tous les étrangers : la France, vous l'aimez ou vous la quittez, mais vous n'êtes pas chez vous, surtout si vous ne vous comportez pas comme des Français. Alors coulez-vous dans le moule ou repartez. Merci pour ce moment.
Réponse de le 01/08/2016 à 11:16 :
D'accord avec vous,mais que faire avec les français (pas depuis de nombreuses générations) qui n'aiment pas la France ,son mode de vie et sa culture?
a écrit le 01/08/2016 à 9:54 :
El Blanco qui veut réformer l'Islam, parce qu'en 1500 ans t'en a pas qui se sont posé la question avant...
a écrit le 01/08/2016 à 9:51 :
Qu'il commence déjà par fermer toutes les mosquées salafistes, par expulser les imams radicaux, reconduire aux frontières les imams ne parlant pas Français, imposer QUE des prêches en Français dans les mosquées. !!
Réponse de le 01/08/2016 à 11:15 :
Ah non!On n'insulte pas son électorat!Sinon qui va continuer a voter pour les maires socialistes?
a écrit le 01/08/2016 à 9:18 :
j'espère que cette nouvelle usine à gaz sera financée par les fidèles et non pas le contribuable
Réponse de le 01/08/2016 à 11:12 :
........financée par les fidèles musulmans et pas les autres.
Sinon,vu la créativité des socialistes,pourquoi pas une taxe sur les osties,les cierges,les médailles ,etc...........je plaisante.
a écrit le 01/08/2016 à 9:13 :
Mais je croyais qu'en France , il y a ce fameux laïcité de l'Etat ?? faudra qu'on m'explique c'est quoi alors , c'est dingue comment les socialistes étaient prêts à tout . Imaginez si c'est la droite qui fait ce genre de chose , les socialistes seront les premiers à crier scandale .
Former les Imams avec quel argent ?? des contribuables ou des fidèles ??
y a qlq chose qui ne tourne pas rond dans ce gouvernement
a écrit le 01/08/2016 à 9:02 :
toute les religions doivent pouvoir s exprime dans tout les pays, mais aucun pays ne doit se pliez aux exigence des religions, il ne peut y avoir deux pouvoirs le politique reste garent de la vie dans des personnes ;le religieux de celui de la morale et du spirituel , on a en france on a mi des gardes fous qui est la laiisite,pour le bien de tous et la paix entre des peuples et des religions diferentes il faut quel soit recpecter PAR TOUS???
a écrit le 01/08/2016 à 8:46 :
Un pacte la belle affaire ?

Mais avec qui, comment ? L'Islam n'est qu'un mot qui représente autant de courants que la terre peut en porter.
Il n'y a ni leader affirmé, en tous cas en europe ni volonté de se fondre dans une logique de culture commune.

Si on regarde en détail à quoi sert le mot Islam, on se rend compte que ce n'est qu'un instrument de domination et de remise en cause des acquis sociétals.

L'Islam sert de prétexte pour ne pas faire comme l'autre ce n'est pas un mot fraternel c'est l'outil qui sert à briser les cohésions.

Bref passer un pacte n'a aucun sens.

La seule solution passe par une application stricte du programme éducatif, par une application bête et méchante des lois de la république et peut être par une mise au pas de certains dans l'espace public.
a écrit le 31/07/2016 à 20:59 :
Du grand n'importe quoi encore , va t-on réviser la loi 1901 avec un 49-3 ?
a écrit le 31/07/2016 à 17:29 :
instituons une taxe religieuse comme en Allemagne.cela permettra de financer des lieux de culte "indépendants".

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :