Pouvoir d'achat : la prime Macron versée jusqu'à un salaire de 3 Smic

La prime défiscalisée d'un montant maximum de 1.000 euros, que les entreprises pourront verser à leurs salariés sera possible, comme en 2019 et 2020, jusqu'à un salaire de 3 Smic, a précisé le ministère du Travail mercredi. La cible des travailleurs est donc élargie, ainsi que les montants pour les salariés dits de « la deuxième ligne ».
(Crédits : Reuters)

La décision avait été annoncée mi-mars par Jean Castex, mais le niveau de salaire, qui restait à préciser, a été annoncé mercredi aux partenaires sociaux par le ministère, à l'occasion d'une réunion consacrée au "partage de la valeur".

La prime défiscalisée d'un montant maximum de 1.000 euros, tous secteurs confondus, pour les salariés touchant jusqu'à un salaire de 3 Smic, est prolongée. Limitée auparavant à 1,5 Smic, la cible de travailleurs concernés s'élargit donc par rapport au dispositif d'origine.

Travailleurs de la deuxième ligne

Concernant ceux des secteurs dits "de la deuxième ligne", ils vont bénéficier en priorité de cette prime, le plafond pourra être porté à 2.000 euros "si l'entreprise ou la branche s'engagent formellement à des actions de valorisation de ces travailleurs (accord de méthode au niveau de la branche ou de l'entreprise s'engageant à entreprendre des actions en ce sens)", selon le ministère. Le plafond de 2.000 euros pourra également bénéficier aux salariés dont l'entreprise est couverte par un accord d'intéressement en vigueur.

Pour donner un délai de négociation suffisant au sein des entreprises, la prime pourra être versée jusqu'à début 2022. Le dispositif sera applicable rétroactivement pour les primes versées à partir du dépôt du projet de loi de finances rectificative, qui intégrera ces mesures à l'été.

Pouvoir d'achat

"La reconduction de cette prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, qui avait bénéficié à près de 5 millions de salariés en 2019 et à plus de 6 millions en 2020, est une nouvelle mesure importante pour renforcer le pouvoir d'achat des Français face à la crise", s'est félicitée la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

Par ailleurs, le groupe de travail s'est penché sur les possibilités de faciliter le recours à la participation et à l'intéressement dans les entreprises de moins de 50 salariés pour développer l'épargne salariale. Une des propositions retenues consiste à faire passer de 11 à 50 salariés le seuil à partir duquel l'employeur peut établir l'intéressement de manière unilatérale, à défaut d'accord.

Une autre permettrait à ces entreprises de moins de 50 salariés de conclure des accords sur la participation aux bénéfices allant au-delà de ce que prévoit le minimum légal, comme cela est possible pour les plus grandes entreprises.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 29/04/2021 à 19:24
Signaler
Appeler cette prime "Prime MACRON" est osé: Ce n'est pas MACRON qui la verse, ni même l'Etat (donc nos impôts) impécunieux; cette prime qui devait être une manière de récompenser nos combattants de première ligne (puis de deuxième ligne) semble avoir...

à écrit le 29/04/2021 à 15:28
Signaler
Et pour les retraités ont fait quoi ont les laissés pour compte rien voila 15 ans que je suis à la retraite pas un centimes d augmentation mais par contre ont subit les coups de la vie qui elle augmente sans cesse

le 29/04/2021 à 16:36
Signaler
Je vous suggère faites le calcul de ce que vous recevez par rapport a ce que vous avez cotisé au court de votre carrière. Vous verrez que vous etes largement gagnant. Macron n'y est pour rien... trop de retraités pour trop peu de cotisants (sous ...

le 29/04/2021 à 18:40
Signaler
Sans oublier un chômage de masse utilisé comme volant d'ajustement de la mondialisation et des délocalisations. Cette immixtion de la politique a été totalement assumé par les pouvoirs successifs, et elle a déséquilibré les comptes. On n'aurait ja...

à écrit le 29/04/2021 à 13:43
Signaler
Cette prime, rappelons le, a été inventée par Macron parce qu'il pétochait devant les gilets jaunes. En réalité, les entreprises qui en ont versé, les auraient versées même sans défiscalisations parce qu'elles étaient prévues dans les accords sala...

le 29/04/2021 à 15:29
Signaler
Mais qu'est-ce-que vous racontez ? Les entreprises n'auraient jamais versées de telles sommes. Les accords salariaux qui en découlent n'auraient jamais eu lieu si Macron n'avait pas initié le projet. Et cette prime n'a strictement rien coûté a...

le 29/04/2021 à 17:30
Signaler
"....ce n'est pas un coût. C'est une recette moindre" Vous êtes bien un macroniste..."Ce n'est pas un échec, ca n'a pas marché"

à écrit le 29/04/2021 à 13:34
Signaler
Tant qu'il peut mettre son nom sur "un pour boire", on ne l'oubliera aux élections!

à écrit le 29/04/2021 à 12:41
Signaler
1 replay a la sauce Fillon ; pour constater après que on s’est fait bien douillé sur toute la ligne . Un truc pour récolter des voix.

à écrit le 29/04/2021 à 12:02
Signaler
C'est comme les chartes des entreprises, on leur demande d'élaborer des chartes de fonctionnement éthiques et vertueuses qu'elles ne sont pas obligées de respecter. Et contre la pollution des mots personne pour organiser et réfléchir autour d'un plan...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.