Quatre millions de Français ont bénéficié de la prime Macron à fin 2019

 |  | 470 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : Reuters)
Le nombre de bénéficiaires de la prime d'activité a bondi de près de 43% entre 2018 et 2019, selon une récente enquête de l'Insee. L'élargissement des critères d'éligibilité décidé par Emmanuel Macron sous la pression des gilets jaunes a permis cette hausse qui a avant tout bénéficié à ceux qui avaient un emploi.

D'après une étude de l'Insee rendue publique vendredi dernier, le nombre de bénéficiaires de la prime d'activité entre fin 2018 et fin 2019 s'est envolé de 43% pour atteindre 4 millions de salariés. Ce complément de revenu mis en oeuvre sous le quinquennat de François Hollande est passé à la vitesse supérieure à la fin de l'année 2018. En pleine crise des "gilets jaunes", le président Emmanuel Macron avait annoncé une revalorisation exceptionnelle et son élargissement avec une hausse du plafond.

A l'époque, le chef d'Etat avait tenté d'éteindre la colère des ronds-points en augmentant le pouvoir d'achat des travailleurs modestes. Résultat, le nombre de personnes bénéficiaires de cette prime défiscalisée et désocialisée a bondi de 1,3 million de personnes. Il reste que si cette enveloppe a gonflé le porte-monnaie des travailleurs, ils n'ont pas cumulé de droits au chômage supplémentaires. Si cette prime a permis de sortir des travailleurs de la pauvreté monétaire, beaucoup de personnes ont vu leur droits au chômage amoindris. Lors d'une telle récession, cet affaiblissement de la protection des chômeurs peut poser question.

> Lire aussi : La France comptait 9 millions de pauvres en 2019, le pire à venir ?

Une hausse moyenne de 185 euros par mois

Le travail réalisé par les statisticiens indique que le montant moyen de la prime était de 185 euros par mois et par foyer (+12 euros par rapport à 2018). Cette augmentation masque cependant des disparités entre les foyers. "Pour près de la moitié des foyers qui bénéficiaient de la prime en 2018, le montant de leur aide diminue en raison de l'amélioration de leur situation financière. Parmi les foyers dont le montant de la prime a augmenté, la hausse moyenne est de 77 euros sous l'effet conjoint de l'évolution de leur situation et de la revalorisation de la prime d'activité" signale l'organisme public.

Une radiographie des bénéficiaires

Dans le portrait-robot dressé par l'Insee, il apparaît que les principaux bénéficiaires de cette mesure sont surtout des jeunes (17% ont moins de 25 ans et 60% ont moins de 40 an). A l'opposé, seuls 18% ont entre 50 ans et 64 ans. Une partie de cette répartition peut s'expliquer par les faibles revenus touchés par les jeunes en début de carrière.

Par ailleurs, seuls les actifs ayant un emploi sont éligibles à ce dispositif. De fait, sont exclus toutes les personnes à la retraite et les inactifs. Au travers de sa décision, Emmanuel Macron a voulu clairement aidé ceux qui avaient déjà un emploi. L'autre résultat marquant est que ce sont principalement les personnes seules qui ont touché cette prime (51%). Les familles monoparentales notamment représente une part importante du public bénéficiaire (19%). A l'opposé, les couples sans enfant sont minoritaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2021 à 17:11 :
"Quatre millions de Français ont bénéficié de la prime Macron à fin 2019"

Cela montre surtout la faiblesse du salaire pour beaucoup de monde.


Octobre 2020 :
Un dernier bouquet final. Le gouvernement est décidé à ne pas renouveler l'expérience de la prime Macron, quand bien même celle-ci rencontre cette année un succès encore plus fort que celui rencontré l'an dernier.
a écrit le 20/01/2021 à 10:52 :
On profite de tout pour faire la campagne présidentielle de Macron, en faisant un semblant de rappel de bilan, avec l'argent des français!
a écrit le 20/01/2021 à 10:50 :
Le problème est que même des employeurs richissimes comme orange, entreprise publique, ne jouent pas le jeu et versent des salaires dérisoires. Sauf pour leurs dirigeants qui se gavent sans retenue ni contrôle de façon injustifiable au regard de l’absence totale de pénibilité de ces jobs en or.
a écrit le 20/01/2021 à 8:25 :
Quand l'Etat commence même à payer les salariés à la place de leurs employeurs...

Heu vous croyez pas qu'il serait temps d'arrêter les charges sur les entreprises tout simplement non ? Et demander à celles-ci en compensation de verser de véritables salaires et non l'aumône. Vous n'en avez pas marre des usines à gaz franchement ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :