Dupond-Moretti, la "surprise" du nouveau gouvernement Castex

 |   |  1440  mots
(Crédits : Gonzalo Fuentes)
Quelles sont les nouvelles figures du nouveau gouvernement de Jean Castex ? D'autres, à l'inverse, ne font pas partie de la nouvelle équipe résolument orientée vers les difficultés à venir qui attendent Emmanuel Macron à la rentrée.

Indubitablement, Emmanuel Macron a cherché à s'entourer de valeurs sûres pour affronter les défis de l'après Covid-19. Trois jours seulement après avoir provoqué la démission de son ancien Premier ministre Edouard Philippe, remplacé dans la foulée par le maire de Prades (66), Jean Castex, le secrétaire de l'Élysée Alexis Kohler a égrené ce lundi 6 juillet les noms des nouveaux ministres depuis le perron de l'Élysée. Principalement, la Macronie a donc opté pour le jeu des chaises musicales; promouvant les piliers du gouvernement Philippe, et faisant sortir les succès en demi-teinte.

Comme pour le gouvernement précédent, il y a donc 16 postes de ministres attribués. On compte également 14 ministres délégués et un secrétaire d'Etat du gouvernement du nouveau Premier ministre Jean Castex.

Nicole Belloubet, Muriel Pénicaud, Christophe Castaner, Didier Guillaume ou encore Sibeth Ndiaye, figures marquantes du gouvernement d'Edouard Philippe, ne feront pas partie de l'équipe, en attendant de connaître le sort réservé aux autres secrétaires d'Etat.

Un sarkozyste à l'Intérieur

Gérald Darmanin a été nommé au poste de ministre de l'Intérieur. Élu maire de Tourcoing dès le premier tour et rare ministre "politique" expérimenté aux côtés d'Emmanuel Macron malgré son jeune âge, cet ancien lieutenant de Nicolas Sarkozy devenu "cogneur" de Bercy, se voit récompensé avec sa nomination au ministère de l'Intérieur.

C'est un "grand honneur pour le petit-fils d'immigré que je suis", a-t-il réagi sur Twitter, remerciant son prédécesseur Christophe Castaner pour son "action courageuse et déterminée au service de la protection de nos concitoyens".

Juste après son élection en mars dernier, le désormais ex-ministre des Comptes publics avait expliqué vouloir "peser davantage" sur les choix politiques et "continuer à travailler" avec le président de la République.

Une sortie interprétée par certains comme une offre de services pour Matignon, même si l'intéressé jurait qu'il était un "soutien loyal et fidèle" d'Edouard Philippe.

L'arrivée de cet ambitieux de 37 ans place Beauvau en remplacement de Christophe Castaner récompense son soutien réitéré au président de la République, après plus de trois ans passés au sein de Bercy.

La validation du "quoi qu'il en coûte" à Bercy

Bruno Le Maire a été confirmé dans ses fonctions à Bercy. Avec une variante, non sans importance toutefois : il ajoute en effet aux portefeuilles de l'Economie, des Finances "la Relance", en pleine crise du coronavirus et des déficits colossaux creusés par le financement du chômage partiel et des aides d'urgences accordées aux entreprises après la mise à l'arrêt forcée du pays pendant le confinement. M. Le Maire sera épaulé par trois ministres délégués: Olivier Dussopt, chargé des Comptes publics, Agnès Pannier-Runacher, chargée de l'Industrie, et un nouvel entrant, Alain Griset, chargé des Petites et moyennes entreprises.

Partisan d'une baisse de la fiscalité, M. Le Maire a mis en oeuvre le programme économique d'Emmanuel Macron et porté la loi Pacte sur la croissance et la transformation des entreprises allégeant certaines obligations des employeurs et facilitant l'intéressement des salariés.

Depuis le mouvement des gilets jaunes de l'hiver 2018-19, il n'a aussi cessé d'afficher son souci de répondre aux difficultés des Français les plus modestes, tout en pourfendant l'optimisation fiscale des géants du numérique et en se battant à Bruxelles et à l'OCDE pour une imposition minimale sur les bénéfices des sociétés.

Face à la crise des gilets jaunes et surtout face la pandémie de Covid-19, ce partisan d'un Etat moins dispendieux n'a pas hésité pas à desserrer les cordons de la bourse, tout en promettant qu'il n'y aurait pas de hausses d'impôts.

Sans doute devra-t-il accorder ses violons à la rentrée avec Elisabeth Borne, anciennement aux Transports et nommée ministre du Travail, en remplacement de Muriel Pénicaud. Tous deux vont devoir déminer de nombreux sujets sociaux avec les syndicats, tandis que le spectre des faillites et du chômage plane sur l'économie française.

Sébastien Lecornu est nommé à l'Outre-mer, Annick Girardin (Mer) ou encore Franck Riester, anciennement à la Culture, devient ministre du Commerce extérieur.

En quête de valeurs sûres

Au Quai d'Orsay, Jean-Yves Le Drian est reconduit dans ses fonctions de ministre de l'Europe et des Affaires étrangères.

Ils sont neuf ministres sur seize à conserver peu ou prou leur portefeuille, parfois avec des ajustements. Parmi eux notamment, Jean-Michel Blanquer qui reste ministre de l'Education nationale, de la jeunesse et des sports, Florence Parly (Armées), Jacqueline Gourault (Cohésion des territoires), Olivier Véran (Solidarités et santé), Marc Fesneau (Relations avec le Parlement), Frédérique Vidal (Enseignement supérieur) et Roxana Maracineanu (Sports).

La dernière carte écologiste : Barbara Pompili

Du côté des nouvelles têtes, huit nouveaux ministres ou ministres délégués font leur entrée au gouvernement.

C'est le cas de la députée LREM de la Somme, et ancienne secrétaire d'Etat sous François Hollande, Barbara Pompili qui a été nommée ministre de la Transition écologique. Dans ce ministère, l'ancienne secrétaire d'État à la Transition écologique Emmanuelle Wargon a été nommée ministre déléguée chargée du Logement, et l'ancien secrétaire d'Etat aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, garde ce portefeuille, en tant que ministre délégué et non plus secrétaire d'Etat.

Deux surprises sont à noter dans ce casting : l'avocat médiatique Eric Dupond-Moretti succède à Nicole Belloubet à la Justice, tandis que Roselyne Bachelot est nommée à la Culture.

S'ajoute aussi Elisabeth Moreno à l'Egalité femmes-hommes, Alain Griset aux PME, Brigitte Klinkert à l'Insertion, ainsi que la députée LREM Nadia Hai à la Ville et sa collègue Brigitte Bourguignon à l'Autonomie qui complètent l'équipe gouvernementale.

Enfin, l'agriculture revient à Julien Denormandie. Il a été nommé ministre de l'Agriculture au sein du nouveau gouvernement, en remplacement de Didier Guillaume. M. Denormandie était auparavant ministre de la Ville et du Logement, auprès de l'ex-ministre de la Cohésion des territoires Jacqueline Gourault.

Au final, la parité est respectée pour les ministres avec 8 hommes et 8 femmes, tandis que le gouvernement compte 5 ministres délégués homme est 9 femmes.

En comptant Jean Castex et le secrétaire d'Etat Gabriel Attal, nommé porte-parole, le gouvernement compte au total 15 hommes et 17 femmes.

__

La liste des nouveaux ministres de Jean Castex :

- Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Jean-Yves Le Drian

- Transition écologique: Barbara Pompili

- Education nationale, jeunesse et sports: Jean-Michel Blanquer

- Economie, finances et relance: Bruno Le Maire

- Armées: Florence Parly

- Intérieur: Gérald Darmanin

- Travail, emploi et insertion: Elisabeth Borne

- Outre-mer: Sébastien Lecornu

- Cohésion des territoires et relations avec les collectivités territoriales: Jacqueline Gourault

- Garde des sceaux, Justice: Eric Dupond-Moretti

- Culture: Roselyne Bachelot

- Solidarité et Santé: Olivier Véran

- Mer: Annick Girardin

- Enseignement supérieur, recherche et innovation: Frédérique Vidal

- Agriculture et alimentation: Julien Denormandie

- Transformation et fonction publique: Amélie de Montchalin

Ministres délégués- Auprès du Premier ministre:

- Chargé des Relations avec le Parlement et de la participation citoyenne: Marc Fesneau

- Egalité entre les Femmes et les hommes, diversité et égalité des chances: Elisabeth Moreno

Auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères:

- Commerce extérieur et attractivité: Franck Riester

Auprès de la ministre de la Transition écologique:

- Logement: Emmanuelle Wargon

- Transports: Jean-Baptiste Djebbari

 Auprès du ministre de l'Economie, des finances et de la relance:

- Comptes publics: Olivier Dussopt

- Industrie: Agnès Pannier-Runacher

- Petites et moyennes entreprises: Alain Griset

Auprès du ministre de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports:

- Sports: Roxana Maracineanu

Auprès de la ministre des Armées:

- Mémoire et anciens combattants: Geneviève Darrieussecq

Auprès du ministre de l'Intérieur:

- Citoyenneté: Marlène Schiappa

Auprès de la ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion:

- Insertion: Brigitte Klinkert

Auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales:

- Ville: Nadia Hai

Auprès du ministre des Solidarités et de la Santé:

- Autonomie: Brigitte Bourguignon

Secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre:

- Porte-parole: Gabriel Attal

Lire aussi : Emmanuel Macron attendu au tournant

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2020 à 18:20 :
Qu'est ce qu'on a fait de Jacqueline Gourault???Pour une fois qu'on avait une ministre qui pesait de toutes ses forces pour réformer les collectivités!
a écrit le 07/07/2020 à 22:02 :
la téléréalité politique ne passionne pas les électeurs
Réponse de le 08/07/2020 à 4:27 :
@ vues.
Pourtant vous devrez vous bouger le trognon pour aller voter en 22.
Sinon, le nain politique qui vous cornaque finira de vous foutre a poil.
a écrit le 07/07/2020 à 17:48 :
"Olivier Véran (Solidarités et santé)"

Il va avoir un rapport sur la table :

Une étude publiée ce mardi par l'Insee révèle que, au plus fort de la crise sanitaire en mars-avril, le taux de mortalité des personnes nées à l'étranger a été beaucoup plus important que celui des personnes nées en France.La France a enregistré une hausse de 25 % des décès (toutes causes confondues) pendant l'épidémie, par rapport à la même période l'année dernière.Toutefois, selon le pays de naissance, de fortes disparités apparaissent. Ainsi, les décès de personnes nées à l'étranger ont augmenté de 48 % pendant le confinement, par rapport à la même période en 2019, contre 22 % pour les décès d'habitants nés en France, selon les chiffres de l'Insee.C'est parmi les personnes originaires d'Afrique que la hausse de décès du Covid est la plus forte. L'Insee recense 8 300 décès d'habitants nés dans les pays du Maghreb en mars-avril 2020 contre 5 400 en 2019, et 2 000 décès contre 900 pour ceux nés dans un autre pays du continent africain. Concernant les personnes originaires d'Asie, 1 600 décès ont été recensés, contre 800 en 2019.Mais aussi, 14 % des travailleurs nés dans un autre pays du Maghreb et 15 % de ceux nés dans un autre pays d'Afrique, sont des « travailleurs clés » (personnels de santé, aides-soignants, ambulanciers, policiers, livreurs, agents de nettoyage). Ces « travailleurs clés » ont souvent continué à exercer leur emploi pendant le confinement. « Ce n'est pas un monde où l'on peut facilement se mettre en télétravail », réagit le sociologue François Dubet.
Enfin, ces personnes issues d'Afrique, du Maghreb et d'Asie, utilisent habituellement plus les transports en commun pour aller travailler. Ils sont respectivement 49 %, 28 % et 31 % contre 15 % pour les personnes nées en France en 2016, d'après les chiffres de l'Insee.
a écrit le 07/07/2020 à 17:24 :
"Logement: Emmanuelle Wargon"

Fille de de Lionel Stoléru, secrétaire d'État sous la présidence Giscard d'Estaing sous les gouvernements Barre 2 et 3 chargé de la condition des travailleurs manuels et immigrés. Il instaure une « aide au retour » de 10 000 francs afin d'inciter les immigrés à rentrer définitivement dans leur pays d'origine puis de nouveau sous la seconde présidence de François Mitterrand dans le gouvernement de Michel Rocard..
a écrit le 07/07/2020 à 13:12 :
la démocratie c'est respecter le choix de président pour la nomination des ministres
si certain magistrat ne sont pas satisfait rien ne empêche de donner leurs démission
contester la nomination d'un ministre
surtout de la part de magistrat et une faute professionnel
et un non respect de la démocratie donc la porte et bien sur pas d'indemnités ni retraite
et encore moins le droit a se présenter a une election
Réponse de le 07/07/2020 à 19:11 :
A ceci près: la constitution prévoit que le 1er ministre choisit ses ministres et non le président. Mais la constitution comme nombre de lois est détournée selon et la séparation des pouvoirs non étanche entre l'exécutif, le législatif, le judiciaire. Nous ne sommes pas dans l'esprit des lois cher à Montesquieu, ni dans l'esprit tout court. Avec nos taxes, nos charges, les privilèges des politiques et les passe droits, l'absence d'exemplarité et de choix en fonction des compétences, le pays décline à tous niveaux. Dupont Moretti fait une exception et se perd dans ce 'nouveau' gouvernement.
a écrit le 07/07/2020 à 12:28 :
C'est le bal des pleureuses ce matin.
a écrit le 07/07/2020 à 10:20 :
D'un autre côté avec toutes les casseroles qui s'accumulent derrière nos LREM, ya une logique hein à se réserver un pénaliste.

"On va enrichir les riches et "en même temps" protéger nos fesses !"
a écrit le 07/07/2020 à 9:30 :
Un Ministre qui ne sera pas un cireur de parquet.
a écrit le 07/07/2020 à 9:25 :
Vu que les LREM sont de véritables patates quand ils s'expriment dans les médias ils en ont pris un qui sait parler mais une hirondelle ne fait pas le printemps si du moins on peut comparer Dupont-Moretti à une hirondelle.

Enfin la "nouvelle" politique macronienne vendue par les médias de masse pour les élections présidentielles n'a pas fait long feu, ça va être très compliqué pour 2022.
a écrit le 07/07/2020 à 9:06 :
Grâce a des têtes d'affiches, il prépare ses excuses; si tout va bien, les lauriers lui reviennent, si cela va mal... c'est la faute des "grosses têtes"!
a écrit le 07/07/2020 à 7:57 :
Dupont-Moretti a retiré sa plainte !!!!........Vous avez compris ?
Encore de l'intégrité et de "l'interèt supérieur de la nation " au menu .....
Je pense qu'il va expliquer qu'il sera beaucoup plus efficace au ministère que derriere une barre , sans AUCUNE arrière pensée de pouvoir ou de gamelle que des mauvais esprits pourraient évoquer ........ et certains vont faire semblant de le croire .........
Dé-ses-pé-rant !
a écrit le 07/07/2020 à 7:16 :
bon, résumons : moretti pour protèger sarkozy et détruire le PNF qui gène les privilègiés, une ministre de la culture qui aime l'opéra et la radiotélé, une "écologiste" et le lobby whirlpool dans ses bagages, un ministre de l'intérieur qui attend de passer en justice ect...

sarkozy sort de ce corps, macron étouffe...
a écrit le 07/07/2020 à 3:28 :
Moretti ministre avec le darmanin.
Mais ou est le fond ?
a écrit le 07/07/2020 à 0:19 :
Le nouveau gouvernement le ridicule ne tue pas c est minable 👎
a écrit le 06/07/2020 à 23:56 :
Des portes claquent bruyamment en remuant beaucoup d'air, mais ce sont toujours les mêmes acteurs.

Du coté des ministères régaliens c'est de plus en plus blanc, mâle et très droitier.

Mais qu'est ce qu'il leur a pris de nommer Dupont-Moretti à la justice?!
Cet individu est ouvertement, viscéralement, professionnellement et historiquement critiquent vis à vis des magistrats, du siège comme du parquet.

C'est comme si l'on nommait un militant vegan à l'élevage ou Aissa Traoré à l'intérieur.
Les magistrats ont pris cette nomination pour une déclaration de guerre à l'institution.

En plus Dupont-Moretti est incontrôlable, dans 8 mois il sera parti mais dans quel état sera le ministère de la Justice et avec quel crédit dans l'opinion?

Pour ce qui est du chéri de ses dames, il est regrettable qu'il n'ait pas purgé ses affaires en justice avant d'être nommé. C'est une faute de la part de Macron.

Pour le reste, on a échappé au pire, un gouvernement peuplé de chevaux de retour de la Sarkozie.
Mais on se demande bien à quoi aura servi le remaniement puisque les objectifs et les personnes restent les mêmes (Santé, Réforme des retraites, heures de travail...).

Les français, qui réclamaient le départ de tout le gouvernement (à l'exception de Phillipe) et un changement totale de politique risquent de mal prendre ce qui se passe.
Réponse de le 07/07/2020 à 19:15 :
Force d'expériences, il y a de quoi critiquer ce qui fait office de justice en France actuellement, vraiment. Foi de juriste indépendant. Victor Hugo s'en plaindrait plus vertement.
a écrit le 06/07/2020 à 22:38 :
Gérald Darmanin en ministre de l'intérieur : "le 9 juin 2020, la cour d'appel de Paris ordonne la reprise des investigations sur l'accusation de viol, harcèlement sexuel et abus de confiance". On aurait pu attendre le résultat de ces investigations avant de le nommer ministre, non?
Réponse de le 07/07/2020 à 8:00 :
......l'avantage c'est que les investigations vont cesser je pense !
Le parquet arrive quand mème a faire une différence , ne serait-ce qu'orthographique entre Fillon et Darmanin !!!
Réponse de le 07/07/2020 à 9:28 :
@truc: pas de bon augure
Réponse de le 07/07/2020 à 19:21 :
Dans un pays où l'on a échappé à DSK comme président de justesse par une plainte déposée outre atlantique, avec un chirurgien esthétique nommé comme ministre de l'économie et des finances il n'y a pas si long, avec des députés qui se permettent de ne pas payer leurs impôts.... Nous sommes très loin en effet de l'honnêteté du Général de Gaule qui proclamait qu'un ministre ne devait pas même être soupçonnable. Ainsi va la politique viciée par trop de privilèges, salaires, pensions, retraites, cumuls, absence d'exemplarité, absence d'indépendance... Si tous ceux là étaient payés moins et avaient moins de privilèges, les candidats seraient d'un autre profil. A quand au fait la baisse du nombre de parlementaires promise par Micron?
a écrit le 06/07/2020 à 20:56 :
Des pantins en remplacent d'autres . Quand on voit la liste des coupables que Moretti a tenté de défendre , on est tombé bien bas .
Réponse de le 07/07/2020 à 19:24 :
Il est normal de défendre même les coupables, dans un pays dit de droit.
Il n'est pas normal a contrario de laisser les coupables de col bleu, blanc ou gris se développer et perdurer dans leurs délits et crimes en laissant les victimes lambda sans plus aucune confiance dans les 'institutions'.
a écrit le 06/07/2020 à 20:28 :
La retraite c'est bien dans les solidarités non? Pauvre veran...

A moins que ce ne soit amelie.
a écrit le 06/07/2020 à 20:24 :
Comme dirait Titi de son gros minet :

Rooo ! j'ai cru voir un romaniement !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :