Pour Jean Castex, il faut un Etat stratège et, en même temps, des solutions locales

 |   |  642  mots
Je tiens et j'assume, surtout en période de crise, on a besoin de l'État, mais d'un État qui sait (élaborer) la stratégie nationale, la recherche de solutions opérationnelles au plan local, en partenariat avec les élus locaux, a expliqué le nouveau Premier ministre après  avoir rencontré les élus locaux et les parlementaires de l'Essonne.
"Je tiens et j'assume, surtout en période de crise, on a besoin de l'État, mais d'un État qui sait (élaborer) la stratégie nationale, la recherche de solutions opérationnelles au plan local, en partenariat avec les élus locaux", a expliqué le nouveau Premier ministre après avoir rencontré les élus locaux et les parlementaires de l'Essonne. (Crédits : Charles Platiau)
Dans le cadre de la préparation du plan de relance, la première visite du nouveau Premier ministre a été consacrée au site de recherche et de production de semi-conducteurs du groupe X-FAB France dans l'Essonne, une société "très symbolique" de ses objectifs.

Le nouveau Premier ministre Jean Castex a appelé samedi, lors de son premier déplacement, à chercher des solutions "plus territoriales", en concertation avec les collectivités, pour faire face à la crise économique engendrée par l'épidémie de coronavirus. Jean Castex, qui doit annoncer prochainement la composition de son gouvernement, s'est rendu samedi à Corbeil-Essonnes sur le site de recherche et de production de semi-conducteurs du groupe X-FAB France. Il avait dit sur Twitter vouloir consacrer son premier déplacement aux entreprises confrontées à la crise sanitaire et économique.

"Je tiens et j'assume, surtout en période de crise, on a besoin de l'État, mais d'un État qui sait (élaborer) la stratégie nationale, la recherche de solutions opérationnelles au plan local, en partenariat avec les élus locaux", a-t-il expliqué après avoir rencontré les élus locaux et les parlementaires de l'Essonne. "C'est vers cela que nous devons aller, c'est vers ces solutions les plus territoriales, où (les élus) savent agir ensemble au-delà de leurs opinions politiques au service de l'emploi et de l'intérêt général", a-t-il ajouté.

L'homme des territoires

Il a précisé que le gouvernement travaillait également, dans le cadre de son plan de relance, à la recherche de solutions pour encourager la relocalisation industrielle afin de permettre le "maintien durable" d'emplois particulièrement exposés à la concurrence internationale. Il ajoute que l'un des objectifs du gouvernement sera de permettre l'insertion des plus éloignés de l'emploi par l'activité économique. "L'objectif de l'État, c'est de voir dans le cadre du plan de relance (....) comment ne pas simplement agir sur le court terme, (...), comment on peut assurer le fondement d'une relocalisation, d'un maintien durable des emplois industriels et exposés à la concurrence dans notre pays", a-t-il expliqué.

Le Premier ministre a été accueilli par plusieurs élus, auxquels Jean Castex a indiqué être "un homme des territoires". Le député Cédric Villani, également présent, a qualifié de choix "remarquable" de la part du Premier ministre cette visite à "un haut lieux de l'innovation". Jean Castex a expliqué qu'il voulait, pour sa première visite, "une entreprise, de l'innovation, de l'industrie, avec de la difficulté à la fois conjoncturelle" en raison du Covid et de la crise, "et structurelle" en raison de la concurrence internationale. "C'est un bon exemple de ce qui est devant nous", a ajouté le Premier ministre, qui prépare le plan de relance voulu par Emmanuel Macron.

Un des leaders mondiaux dans les semi-conducteurs

"Il est venu pour l'emploi", a indiqué à l'AFP un collaborateur de la maire du Coudray, Aurélie Gros. "L'usine aurait pu fermer il y a quelques années, mais elle a réussi à préserver l'emploi, notamment grâce à des emplois de haute technologie", a-t-il ajouté. X-Fab se présente comme un des leaders mondiaux des semi-conducteurs, spécialisée "dans les technologies des semi-conducteurs à signaux analogiques ou mixtes". Le site est situé sur trois communes : Corbeil-Essonnes, Le Coudray-Monceaux et Ormoy. Ses clients relèvent du secteur automobile, de l'industrie, de la médecine et de la communication mobile. Elle avait racheté fin 2016 le fabricant français de semi-conducteurs en difficulté Altis Semiconductor.

Société européenne enregistrée en Belgique et cotée sur Euronext à Paris, X-Fab compte environ 3.900 salariés et détient au total six sites de production : trois en Allemagne, un en France, un en Malaisie ainsi qu'un aux États-Unis. Sa capacité de production avoisine 94.000 plaquettes de silicium par mois. "Le patron du groupe a eu connaissance (de la visite) ce matin seulement" mais "c'est une surprise positive, a souligné à l'AFP Thomas Hartung, chef du marketing du groupe, joint par téléphone. "L'usine de Corbeil-Essonnes est l'une de nos plus grandes installations et nous voulons continuer à développer l'activité", a poursuivi le chef du marketing. Son chiffre d'affaires s'est élevé à 506,4 millions de dollars en 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/07/2020 à 12:50 :
pour cela il faut un dialogue
refusé il y a trois ans par m macron et Philipe
qui voulez imposer leur vision avec le risque de fracture
le changement de dirigeants aurais du avoir lieu des la crise des gilets jaune
que de temps perdu et un quinquennat foutu
et tout cela pour l'obstination de deux personnes
qui refuse d'entendre et surtout de vouloir comprendre les Français
et rester campé sur leurs vision enartique de la gestion du pays
a écrit le 06/07/2020 à 11:14 :
Dans une U.E. où seule la France est un pays ultra centralisé, formaté à outrance, et où le secteur public pèse comme les déficits, plus de 57% de la richesse nationale, contre 42% en Allemagne par exemple; il faudra bien en arriver à une Régionalisation poussée dans tous les domaines et on l'a vu pour la santé. il faudra le faire pour la recherche, l'éducation, et bien sûr l'économie. Depuis 30 ans il ne peut y avoir une unité nationale en matière économique, les territoires sont trop différents; one ne doit pas non plus bénéficier de prestations sociales équivalentes sur l'ensemble des territoires lorsqu'un 2 pièces à Paris vaut l'équivalent d'une maison de 150m2 en province; lorsqu'un loyer à Paris de 700€ pour un studio est l'équivalent d'une maison de Type 3 en Mayenne ou en Vendée. Donc aussi toute la fiscalité dst à revoir à commencer par l'Impôt sur le revenu: on ne peut pas payer le même impôt à Paris compte tenu du coût de la vie et dans la Corrèze où qavec un SMIC on peut bien vivre mais pas dans la capitale.
a écrit le 06/07/2020 à 8:58 :
cet enarque à l'origine de la tarification à l'acte dans les hopitaux et de la fermeture de centaines de lits.Le segur accouchera d'une souris.
a écrit le 06/07/2020 à 5:48 :
Un doute m'etreint de quatorze heures quinze. Qu'a fait cet enarque type depuis qu'il fricote dans la poilitique ?
Rien ne changera avec des gonzes de cet acabit.
a écrit le 06/07/2020 à 3:05 :
"Un etat stratege"...Je crains le pire.
Réponse de le 06/07/2020 à 9:35 :
C'est incompatible avec les règles de l'UE. Par contre si il peut pousser l'idée d'une UE stratège, des frontières, des valeurs communes, etc... un rêve...
a écrit le 06/07/2020 à 0:07 :
Un énarque LR remplace un autre énarque LR au poste de premier ministre...
Quel changement cela va t-il apporter vis-à-vis d'Edouard Philippe ? Rien, "nada" !
Cela démontre néanmoins qu'entre LR et LREM, la seule différence ne porte que "sur l'épaisseur du trait"...
a écrit le 05/07/2020 à 15:05 :
Je comprends pas ! Il fut un temps pas si lointain nous étions compétitifs vis à vis de l'ex empire britannique. Toujours en réaction certes, deja en retard certes (Newton, Hooke etc).
La principale ex colonie francaise à donné l'algérie d'aujourd'hui (qui passe à l'anglais de vant le francais d'ailleurs), celle britannique à donné les états unis d'amérique leader technologique mondial, sans compter le canada, l'australie et l'Inde !
Etat stratège ? Etat soeur...
a écrit le 05/07/2020 à 11:27 :
Ça commence mal !
Une société enregistréee en Belgique, possédant 6 usines dont une seule en France.
a écrit le 05/07/2020 à 10:01 :
elus locaux mais lesquelles ,? qui fait quoi ? il y en a trop ,mairie, communaute, métropole, conseil General, régions ,deputes, convention citoyenne, deputes , sénat, conseil economique et social ,ex ma commune de la Sarthe communaute de 17000 habitants 1president 5 vices 5 maires 26 adjoints soit 37 payes comme cela ne suffisait pas cette annee on a rajoute des conseillers délégués soit 45 !!!!et un comble
dans notre commune nous avons MAIRIE plus COMMUNAUTE et ils ne sont pas capables de nous faire les cartes d'identité il faut aller à la commune voisine
a écrit le 05/07/2020 à 9:13 :
J'aimerais bien savoir quand même ce que nous autres français avons fait pour avoir à supporter autant de médiocrité.
a écrit le 05/07/2020 à 9:10 :
X-fab à Corbeil qui a reçu une aide de 20 millions d'euros de l'état suite au chômage partiel lié au confinement .Le plus étonnant est que seulement les cadres de cette boite en ont profité étant payé intégralement à rester chez eux alors que le personnel de production non-cadre a du continuer à travailler en horaire d'équipe 4X12 ! allez comprendre..
a écrit le 05/07/2020 à 9:03 :
Les politiques aiment les visites d'usine, et pourquoi pas si c'est une reconnaissance du travail accompli et des succès. Mais si c'est pour nous parler d'état stratège, de l'implication des politiques locaux, je ne suis pas sûr que ce soit pas une tentative de récupération de succès, une façon de tirer la couverture à soi. Ils doivent se concentrer sur l'annihilation des freins aux entreprises, et ne peuvent malheureusement pas être créateurs dans des domaines compliqués, incertains, et auxquels finalement ils ne connaissent rien. Dès lors, l'omniprésnec de l'état est inutile, et nul besoin de la remplacer par une omniprésence des régions ou des communes (les mouches du coche).. Très globalement, si l'état et le secteur public dépensaient moins, les conditions d'investissements dans le secteur privé plus agile s'amélioreraient. L'humilité est donc bien une vertu importante. On peut toujours rêver..
a écrit le 05/07/2020 à 7:44 :
Ouille, je viens d'aller voir le compte de resultat de x fab, faut être riche pour bosser en france.
Je sais pas pourquoi mais je fais pas trop confiance aux politiques, qu'ils soient nationaux ou locaux pour apporter des solutions ciblées. Qu'ils créent des conditions favorables au global, abaissent la repulsivité (surtranscription impots de production...) ce serait deja bien.
Quand a la relocalisation industrielle, sans un minimum de protectionnisme, faut pas y compter
Ca va faire comme quand on disait aux prefets de s'impliquer pour l'emploi, c'est pas leur job.
a écrit le 05/07/2020 à 1:03 :
Totalement étonifiant.
Mercredi, un discours ballot de politique générale de 4h devant les députés godillots
Jeudi, un déjeuner de « travail«  avec le président.
Vendredi, un discours de 2h â la maison de la Chimie sur l’emploi
et zou, il sera déjà à 40% de français satisfaits, 29% d’insatisfaits, 10% sans avis et le reste , insatisfaits d’être satisfaits....
Bref, la politique française dans toute son horreur.
a écrit le 04/07/2020 à 23:52 :
Bien, mais je ne suis pas sûr que cette entreprise soit vraiment française ...
Ce sont les grands groupes qui en rachetant les PME innovantes peuvent – avec un minimum de patriotisme économique - assurer le maintien de l’emploi industriel dans le pays.
Malheureusement, nous avons été dépouillé de la majorité de nos grandes entreprises :
Pechiney, Arcelor, Solvay, Usinor, Alcatel, Technip, Lafarge, SFR, Alstom, Dantressangle, Business Object, Brandt, Rhodia, STX - Chantiers de l'Atlantique, Rossignol, Club Med, Essilor , etc ..
En attendant peut-être bientôt Alstom Rail, Areva, PSA, et pourquoi pas Renault ….
Ce sont donc les grands groupes étrangers qui rachètent généralement nos pépites qui ont réussi (après avoir souvent bénéficié de nos aides) et ils en font profiter l’emploi surtout chez eux.
Les grandes entreprises américaines et anglaises sont protégées par leurs riches fonds de pension, les grandes entreprises allemandes ont les banques régionales et les Lander qui veillent jalousement sur la propriété de leur capital.
Nos grandes entreprises très sous-capitalisées sont obligées d’aller chercher à l’étranger les capitaux qui leur manquent ou bien de se vendre.
Il est plus que temps d’imaginer un dispositif légal pour inciter nos banques, nos assurances, ou les régions, à participer de manière importante au capital des grandes entreprises qui constituent le socle de notre industrie (il en reste encore un peu) et donc de notre richesse – avec bien sûr si possible en parallèle des incitations à la re-localisation.
Réponse de le 05/07/2020 à 8:12 :
C’est vrai que l’Allemagne a un modèle qui favorise l’industrie. Nous pouvons nous inspirer aussi dans la qualification technique de la main d’œuvre et des ingénieurs, atout incontestable de l’Allemagne. Les universités allemandes, suisses ou tchèques forment des doctorants hyper-spécialisés qui vont chercher des niches. Le modèle des écoles d’ingénieurs françaises n’atteint pas le même niveau de spécialisation. Et nombreux sont les jeunes français qui finissent leurs études et débutent leurs activités à l’étranger.
Réponse de le 05/07/2020 à 8:50 :
"Bien, mais je ne suis pas sûr que cette entreprise soit vraiment française ..."

Entreprise allemande dont le siège se situe à Erfurt.
Réponse de le 05/07/2020 à 11:44 :
@Analyse9
Vous avez raison.
Le problème, ce sont les fonds de pensions anglo-saxons qui pillent les entreprises pour offrir des retraites dorées à leurs adhèrents.
L'inévitable se produira un jour avec l'effondrement de ce système de retraite par capitalisation qui ruine les économies en général et obère l'avenir des jeunes.
Réponse de le 05/07/2020 à 16:01 :
les riches fonds de pensions sont les retraites de leurs salariés...avec tous les aléas de la bourse......mais aussi les exigences de performance financière.... qui font que les "dits" fonds de pensions pillent les entreprises ailleurs en demandant des rentabilité hors normes.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :