Retraites : fragilisé, Jean-Paul Delevoye démissionne du gouvernement

 |   |  608  mots
(Crédits : Reuters)
Le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, a présenté, ce lundi, sa démission au président de la République, qui l'a acceptée "avec regret".

La pression devenait insoutenable. Mis en cause après la révélation de plusieurs omissions dans sa déclaration d'intérêts, le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye, a présenté sa démission, ce lundi, au président de la République, qui l'a acceptée "avec regret". L'épilogue d'une semaine de révélations sur les activités de Jean-Paul Delevoye et ses mandats non déclarés. Dans cette affaire, l'intéressé admet "une légèreté coupable" et des nombreuses négligences dans sa déclaration d'intérêts,

Nommé par Emmanuel Macron en septembre 2017 pour préparer la réforme des retraites, M. Delevoye considère que la "confiance est fragilisée sous les coups d'attaques violentes et d'amalgames mensongers" et qu'à travers son "procès", on "veut porter atteinte au projet" qu'il juge "essentiel pour la France", explique-t-il dans une déclaration transmise à explique-t-il dans une déclaration transmise à l'AFP. Il sera remplacé "dans les plus brefs délais", a précisé l'Elysée.

10 mandats supplémentaires non-déclarés

Pour l'Elysée, "le haut commissaire a jugé préférable de démissionner afin de pouvoir répondre aux critiques dont il fait l'objet. Nous saluons sa démarche de responsabilité à un moment important de la réforme". "C'est de bonne foi que Jean-Paul Delevoye a commis ces omissions, il va pouvoir s'en expliquer. Il aura les moyens de se défendre en quittant ses fonctions", a souligné l'entourage d'Emmanuel Macron, qui a salué son "travail très substantiel au service d'une réforme historique". "Il a décidé de ne pas handicaper l'action du gouvernement en demeurant à son poste", a commenté la porte-parole Sibeth Ndiaye.

Lire aussi : Réforme des retraites : "l'oubli" très gênant de Jean-Paul Delevoye

Jean-Paul Delevoye a reconnu avoir omis de déclarer sa fonction d'administrateur bénévole dans un institut de formation de l'assurance, l'Ifpass, et a rectifié ce week-end sa déclaration d'intérêts en déclarant 13 mandats, dont 11 bénévoles, soit dix de plus que dans la version initiale. Depuis la première révélation du Parisien, il y a tout juste une semaine, sur ses liens avec un institut de formation du secteur de l'assurance (Ifpass), qu'il avait qualifié "d'omission par oubli", pas un jour ne s'est écoulé sans rebondissement. Il était également rémunéré depuis mi-2016 par le groupe de formation IGS, dont il a continué à percevoir plus de 5.000 euros par mois même après son entrée au gouvernement début septembre, ce qui est interdit par la Constitution.

Un cailloux dans la chaussure de l'exécutif

Son départ tombe au pire moment pour l'exécutif, empêtré dans une grève des transports qui dure depuis 12 jours et pourrait continuer jusqu'à Noël. Loin d'apaiser la situation, les annonces du Premier ministre, Édouard Philippe, mercredi, ont renforcé le front syndical et fait basculer la CFDT dans la contestation : le premier syndicat français sera présent dans les manifestations prévues mardi, pour la première fois depuis le début du conflit.

Le chef des députés LREM, Gilles le Gendre, a toutefois exprimé au nom de son groupe "tristesse et respect après la décision courageuse" de M. Delevoye. Il a eu "une réaction assez saine et propre", a déclaré à l'AFP Frédéric Sève, négociateur de la CFDT sur les retraites, qui "souhaite que son ou sa successeur puisse être comme lui un vrai militant de la réforme, telle qu'elle était décrite dans la feuille de route initiale."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2019 à 11:21 :
Il y a déjà 12 ministres qui ont démissionné de leur poste, dont 7 pour malversations, 4 pour aller tenter leur chance ailleurs (européennes et municipales) et un pour divergence de fond (Hulot).
Il se murmure que le ministre de l'agriculture pourrait bientôt suivre pour tenter sa chance aux municipales.

On n'est qu'à mi mandat et le turn over est le double par rapport au quinquennat de Hollande alors qu'il n'y a même pas eu de remaniement "politique".

Idem dans l'entourage du président. Il y a eu des départs massifs à l'Eysée depuis l'affaire benalla. Les perspectives d'avenir ne doivent pas leur sembler fameuses....
Il y a du Trump chez macron.
a écrit le 17/12/2019 à 16:22 :
Delevoye a fait une faute d'ailleurs incompréhensible, il a démisionné.
Ceci étant il faut rappeler qu'il était apprécié par les représentants syndicaux, qu'il n'a pas détourné d'argent public

Ce qui n'a rien à voir en termes d'ampleur du problème avec les régimes spéciaux.
Car un système qui consiste à s'attribuer des avantages totalement injustifiés au point qu'il faut payer en impôts les déficits générés, que ce prélèvement est fait d'office dans la poche du contribuable qui non seulement n'a pas été consulté mais est contre à 70%, qu'ils refusent de revenir dans la normalité, comment qualifier ça si ce n'est du détournement massif d'argent public en bandes organisées avec l'aide de syndicats clientélistes complices ?

Et ce détournement d’argent public est de 7 milliards !!
a écrit le 17/12/2019 à 9:00 :
Nous avons la "chance" d'avoir, au gouvernement, une experte de la Direction des Ressources Humaines et nous sommes incapables de choisir convenablement un ministre. Quelle pitié!
a écrit le 17/12/2019 à 7:08 :
meme demissionaire la declaration de patrimoine doit etre publier
la loi est pour tous le meme
ou qui a t'il a cacher
de quoi ce gouvernemeny a peur
a écrit le 16/12/2019 à 23:47 :
Aux States, Trump voit un procédure de destitution poussée par les démocrates et en France on ne bouge pas ? Même Didier Maus constitutionnaliste reconnait que la cas Delevoye justifie de l' article 68 et peut ouvrir à une procédure de destitution de Macron. Même Ruffin qui ne veut pas "être tout seul" tient l' occasion rêvée de se comporter en véritable opposant à Macron. "Démission de Delevoye : Réaction de François Asselineau" une vidéo qui démontre l' argument et le bien fondé du lancement d' une procédure en usant de l' outil adéquat, l' article 68 de la Constitution..
a écrit le 16/12/2019 à 23:17 :
Haut commissaire, ministre, secrétaire d'état, député, sénateur, ....
Jean Paul Delevoye c'est un véritable couteau suisse avec plus de 150 fonctions.
De rippeur à Président de la République, Il est multicartes, multifonctions, multisalaires, multitraitements, multiretraites, multipasseports...

Que la force du Benalla soit avec lui !
a écrit le 16/12/2019 à 21:32 :
Delevoye employé de l’oligarchie pour détruire les retraite et appauvrir les pauvres gens
alors qu' il a menti délibérément sachant qu' il ne risque rien faisant partie de la bande lrem sous couverture. La preuve : 13 mandats, il faut le faire !
a écrit le 16/12/2019 à 21:08 :
Fragilisé Delevoye le monsieur retraites à Macron dine ce soir avec Sylvie Goulard !
a écrit le 16/12/2019 à 18:28 :
Delevoye a aussi commis une erreur sur sa déclaration de patrimoine, titre la presse. On pense tout de suite à un "oubli" Et bien non c'est l'inverse, il y a ajouté celui de sa femme. Erreur décelée par la commission qui lui a simplement demandé de corriger. Quelle affaire!
Réponse de le 16/12/2019 à 21:13 :
Avec tous les postes qu' il occupe le delevoye, le jour où il se mets en grève il bloque le pays.
a écrit le 16/12/2019 à 17:31 :
Bon il est parti ....la galerie s'est bien amusé, .... mais nous gens du peuple on a gagné quoi ?
a écrit le 16/12/2019 à 17:05 :
Il en a fallu du temps......pour la réflexion !
Il pourra enfin avoir du temps pour ses 13 mandats rémunérés ou pas.
Comment est-ce possible de voir ça?
Marre mais alors marre...de ces gens qui se croient tout permi,en dessus des lois et qui se moquent du français de base.
Réponse de le 16/12/2019 à 20:16 :
Vous pouvez aussi pour vous moquer des français vous inscrire dans une dizaine d'associations sans être rémunéré.
a écrit le 16/12/2019 à 16:00 :
Delevoye a eu son heure... Qui aurait pu être de gloire. Il en a pas voulu, ça le regarde...
Maintenant, le gouv est mûr pour négocier directement avec les syndicats réformistes.
Mais, ttes ces frasques se payent cash au moins par l'abandon de l'âge pivot.
a écrit le 16/12/2019 à 15:55 :
Belle publicité pour la macronie, super le "nouveau monde", ils en ont encore combien des comme cela en boutique ?. Parce que vu où ils ont dragué leurs guignols, on a un méchant pressentiment.
Réponse de le 16/12/2019 à 16:40 :
La nomination en macronie a l'image de goulard, se fait en fonction de l'affairisme qu'il est possible de faire.....

être honnête dans un système comme celui ci est impossible!

Et je rappels aussi que business france est l'exemple qui donne le la !
a écrit le 16/12/2019 à 15:43 :
Je peux comprendre l'esprit de solidarité affiché par le gouvernement, cependant sur le fond, il est inexcusable : bafouer la constitution, ça me rappelle un certain Cahu.. qui jurait devant les députés qu'il n'avait pas de comptes à l'étranger... Il faut croire que chaque gouvernement a son Cahu... Et toujours sur le fond, il est inexcusable, la justice étant prompte à faire des exemples avec le commun des citoyens, on espère un exemple pour définitivement rappeler les devoirs des "élus(es)" (qui se prennent un peu trop pour dieu - syndrome de grosse tête).
Réponse de le 16/12/2019 à 16:42 :
la solidarité dans l'affairisme, c'est ce qui permet de nommer les mêmes copains...

Du coup, au vue de ce que nous pouvons voir depuis 10 ans, disons que magouilleur est a mon avis une des clefs pour être investi par le parrain......
a écrit le 16/12/2019 à 15:37 :
Il y a quand meme un probleme

A la derniere concertation à L'Elysee nous avions RIchard FERRAND dont on fait trainer la procedure !!!!!fFrancois Bayrou procedure en cours ET Delevoye où est le gouvernement irréprochable de la campagne Macron..
a écrit le 16/12/2019 à 15:37 :
Conseiller post retraite à la direction de la planification des départs du haut conseil délégué à l’expertise retraite.
5600€ mensuel. Cumulable 12 fois par an sans formulaire X34Kbi nécessitant le CERFA 1567XL.

Ce mandat complété les mandats 7854, 8654 et 9872 sur la prévoyance post mortem des futurs retraités dans le cadre de la réforme telle qu’édicté dans le rapport de février 2019 dans le chapitre 67 page 876 alinéa 57
a écrit le 16/12/2019 à 15:10 :
A l'image de notre cher pays, continuez comme cela le crash n'est pas loin
a écrit le 16/12/2019 à 15:05 :
Celui de haut commissaire délégué au robinet d’argent public.

Puis viendra le 15eme mandat de président du conseil de défense des intérêts des hauts fonctionnaires.

....

Et enfin le 160eme mandat, celui de haut défenseur des droits des ministres...pris dans la main dans le pot de nutella
a écrit le 16/12/2019 à 14:58 :
c'est aux gilets jaune de ressortir et exiger l'arret des magouilles de polititiens
et que la justice les comdamne en urgence
un oubli pour ces personnes est toujours justifier par leur amis
mais le peuple fait un ecxes de vitesse lui n'a pas le droit a l'oubli
Réponse de le 17/12/2019 à 12:04 :
Achetez une tronconneuse pour les radars ca marche du tonnerre dans ma region, des que j ouvre mon journal il y en un de moins, mais aussi dans d autres régions, ou certains n ont duré que 2 h a 2 jours... avec l equipe de pieds nickelés que nous avons actuellement on ne s en sortira oas.
a écrit le 16/12/2019 à 14:56 :
La réforme des retraites au service du peuple français n'était donc pour lui qu'une quatorzième mission. D'où cet avorton de réforme. La constitution prévoie bien qu'une mission ministerielle est exclusive. Un tel système de retraite universel devrait comporter en soi des mécanismes clairs d'adaptation à l'évolution économique et sociale. L'âge pivôt + bonus-malus est un mécanisme d'une stupidité simpliste. Le système doit être piloté par une gouvernance représentative des cotisants, les intéressés, et doté d'un budget autonome qui ne puisse servir de vache à lait à l'Etat et à son administration. La CSG spécifique sur les retraites est dans l'esprit de tous les travailleurs.
Réponse de le 16/12/2019 à 16:33 :
C'était l'exament de passage pour valider sa période d'essai dans sont vrai travail.
Le président a accepté sa démission avec regret, les francais accepte sa démission sans regret et attendent celle du président.
a écrit le 16/12/2019 à 14:51 :
Maintenant que la CGT a obtenu ce qu'elle demandait elle doit cesser la grève comme promis.
Réponse de le 17/12/2019 à 10:29 :
D'après tout ce que j'ai lu et entendu, ce n'est pas cela que demande la CGT, mais le retrait du projet de retraite par point ! De plus, la CGT n'est pas la seule à demander cela, et pour ce qui est de cesser la grève, cela ne dépend pas seulement d'elle, puisque tous les syndicats salariés sans exception soutiennent maintenant cette grève !
a écrit le 16/12/2019 à 14:27 :
Pas un pour sauver l'autre . . .tous mouillés dans des magouilles . . et ce n'est que le bout visible de l'iceberg !
a écrit le 16/12/2019 à 14:15 :
"M. Delevoye considère que la "confiance est fragilisée sous les coups d'attaques violentes et d'amalgames mensongers" et qu'à travers son "procès", on "veut porter atteinte au projet""

Le mec qui discrédite encore plus ce qu'il affirme défendre, on est chez les fous.

"10 mandats supplémentaires non-déclarés"

ET Macron qui parle de "regrets"...

IL faut qu'ils arrêtent avec ces excuses complètement bidons, ces mensonges qu'ils sont seuls à croire, les gars ils ont personne à ce niveau pour leur conseiller de faire attention sans rire ? SI oui dans ce cas c'est une autre forme d'incompétence que souligne ce scandale, à savoir mettre un gars qui détourne l'argent public afin de prendre encore plus à ceux qui travaillent vraiment, il y a de quoi pleurer surtout oui.

ET même leur excuse grotesque, digne des déficients mentaux qu'ils sont, chaque mot qu'ils prononcent ne faisant que vérifier cette triste réalité, sur les assurances comme quoi ce n'était pas un problème d'avoir défendu les assurances et ensuite d'entrer au gouvernement est une véritable honte puisqu'un homme d’État doit être neutre de toutes influence extérieure.

Mais bon sang pourquoi les médias et les LREM font tout pour nous coller marine le pen au pouvoir ? Ils pensent sincèrement que la nullité et compromissions affichées des représentants actuels oligarchiques ne va pas faire voter les gens pour une entité aussi nulle mais nouvelle qui sur un malentendu pourra peut-être ne pas faire pire ? Ou bien est-ce bassement un calcul stratégique afin d'être sûrs de se retrouver face à la nullissime il est vrai le pen ?

A force d'être déconnectés des réalités, ils sont déconnectés de la pensée même. Le déclin c'est encore plus long vers la fin, et ça traîne et ça traîne... -_-
a écrit le 16/12/2019 à 14:13 :
Je crois que c'est surtout sa sortie sur les 50 millions d'immigrés qui a sonné son glas.
a écrit le 16/12/2019 à 13:55 :
Une bonne décision! et très sincèrement, à ce stade, il ne manquera pas car à l'évidence il n'y aura pas de négociations. Cela fait deux ans que ce sujet est discuté et toute modification au projet n'y aurait rien changé. Edouard Philippe a montré lors de sa présentation que l'on n'avait besoin de personne d'autre, qu'au contraire la cacophonie était nuisible. Il importe maintenant de déposer le projet à l'Assemblée Nationale et que la représentation du Peuple tranche cette question. On remarquera qu'exacerber le "dialogue social" n'apporte rien de bon!
a écrit le 16/12/2019 à 13:50 :
Le haut-commissaire a jugé préférable de démissionner afin de pouvoir répondre aux critiques dont il fait l'objet. Nous saluons sa démarche de responsabilité à un moment important de la réforme», a noté l'Élysée. Pas touché Macron et son équipe de bras cassés qui l' ont validé, le laissant se remplir les fouilles et vider celles des français, ouarf !
a écrit le 16/12/2019 à 13:49 :
On a trouvé enfin trouvé son remplaçant, dont le nom ne sera dévoilé que dans quelques jours afin que tout le monde sauve la face, et donc on a pu le débarquer.
Cordialement
a écrit le 16/12/2019 à 13:49 :
C'est incompréhensible que certains politiques pensent encore qu'ils ne vont pas se faire rattraper par la patrouille !
Messieurs les politiques vous avez un devoir d'exemplarité vis à vis du "peuple" qui ne vous fera plus aucun cadeau.
Si vous magouillez faites le très intelligemment...pour ne pas vous faire prendre.
Réponse de le 16/12/2019 à 14:27 :
C'est qui le peuple, vous
a écrit le 16/12/2019 à 13:45 :
la politique se voit décerner le cachet du mépris et de la médiocrité . les génerations a venir doivent se mobiliser rapidement
a écrit le 16/12/2019 à 13:35 :
ce n'est que le 16eme pris dans le panier de crabes macron aime bien les gens au dessus des lois un type qui fait le régime des retraites et ne sais pas qu il touche 5600 euros il n'est pas crédible un petit détail j'ai eu 3 enfants avec mon épouse nous avons 10 pour cent de plus chacun avec LE NOUVEAU SYSTÈME mon épouse aura 15 pour cent moi rien ce qui fait une perte de 5 pour cent..... POUR LE MÉNAGE bravo et ne parlons pas du calcul de la retraite sur 42ans vous vous faites rouler dans la farine
a écrit le 16/12/2019 à 13:32 :
Bonne décision de sa part, il fallait éviter que ses prétendus conflits d'intérêt puissent servir d'appui aux opposants à une réforme des retraites pourtant indispensable. Il me semble qu'un autre bon spécialiste des retraites, Eric Woerth ou François Fillon, pourrait reprendre la fonction.
Réponse de le 16/12/2019 à 14:03 :
" il fallait éviter que ses prétendus conflits d'intérêt puissent servir d'appui aux opposants " Ce n'est pas ses "prétendus" CI qui posaient le plus de problèmes, mais qu'il soit rémunéré par l’état et qu'il perçoive un salaire du secteur privé ! article 23 de la constitution française !
Un homme qui a fait pratiquement toute sa carrière en politique, et qui ne connait même pas la constitution, c'est vraiment AFFLIGEANT et il n'a aucunes excuses !
Je suis d'accord avec l'avis plus bas la reforme est mort-né ! et je pense qu'il y en a un autre qui va pas tarder a suivre !
Réponse de le 16/12/2019 à 15:50 :
Delevoye parti. Paix à son âme.
Il a biaisé, il a perdu, il a payé.
Les 2 repoussoirs proposés...Mais vous voulez vraiment que ça capote !!
Pour F...sans commentaire, pour W... Un technocrate trop proche du patronat.
Faut des personnalités rassembleuses , pragmatiques et sans dogmatisme.
Réponse de le 16/12/2019 à 16:06 :
Vu le nombre de lois ou de parties de lois retoquées par le conseil constitutionnel, Delevoye n'est sûrement pas le seul ministre à ne pas connaître la constitution ou les jurisprudences associées. De toutes façons ce poste n'était pas fait pour quelqu'un issu de la droite modérée et sociale, il faut un tueur à ce poste.
a écrit le 16/12/2019 à 13:30 :
enfin !
ensuite philippe, puis macron ce parvenu
a écrit le 16/12/2019 à 13:23 :
maintenant il faut clarifier les retaites complementaires.
et surtout ne pas les laisser au fond de pension qui eux pratique l'evasion fiscale avec l'abbrobation du gouvernement
a écrit le 16/12/2019 à 13:22 :
Les trieze desserts s'est terminé ! Maintenant le pain et le verre d'eau votre honneur!
Comment se fait-il que le premier ministre n'était informé de ces anomalies! En résumé il n'y a aucun contrôle crédible sur les hommes politiques, aucun professionnalisme dans cet organisme de contrôle.
Combien de semaines pour remplacer ce pilier de cette réforme ?
L'affaire est pliée, la réforme est morte née!
On est mal manu !
Réponse de le 16/12/2019 à 16:15 :
" la réforme est morte née!". Pas impossible que la réforme systémique de la retraite à points soit condamnée (il faut dire qu'elle est compliquée et coûteuse à mettre en place, puisqu'elle impliquerait de payer davantage les profs, qui représentent plus de la moitié de la fonction publique d'état pour qu'ils ne soient pas trop pénalisés par la retraite à points). Reste que la réforme paramétrique s'impose pour empêcher la faillite du système de répartition. Une réforme simple et lisible serait de porter le nombre d'annuités de cotisation à 45 ans pour tous avec un âge minimum de départ à 64 ans et un âge de suppression des décotes en cas de carrière incomplète de 68 ou 69 ans. Et en ce qui concerne les cheminots roulants ou agents de la RATP, d'aligner leur âge de départ sur ce qui se passe ailleurs en Europe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :