Réforme des retraites : "l'oubli" très gênant de Jean-Paul Delevoye

 |   |  441  mots
En 2016, soit un an avant qu'il ne soit chargé de piloter la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye est devenu l'un des administrateurs de l'Ifpass.
En 2016, soit un an avant qu'il ne soit chargé de piloter la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye est "devenu l'un des administrateurs de l'Ifpass". (Crédits : Benoit Tessier)
Dans sa déclaration d'intérêts publiée samedi, le haut-commissaire aux Retraites a omis de déclarer ses liens avec le monde de l'assurance. Épinglé par Le Parisien, l'intéressé vient d'annoncer qu'il quittait sa fonction controversée.

[Article publié le 09/12 à 10h39 et mis à jour le 09/12 à 11h34]

Voilà qui fait tache. En plein mouvement de contestation de la réforme des retraites, et alors que le Premier ministre Édouard Philippe doit en présenter les grandes lignes ce mercredi, le haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, vient de se faire épingler pour n'avoir pas évoqué ses liens avec le monde de l'assurance et des mutuelles dans sa déclaration d'intérêts.

Publiée samedi, cette dernière ne fait en effet nulle part mention de son rôle au sein de l'Institut de formation de la profession de l'assurance, abrégé Ifpass. Ni même au point numéro 6, pourtant consacré aux "fonctions bénévoles susceptibles de faire naître un conflit d'intérêts".

En 2016, soit un an avant qu'il ne soit chargé de piloter la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye est "devenu l'un des administrateurs de l'Ifpass", note Le Parisien, à l'origine de l'information. "Cet institut, précise le journal, est présidé par Roger Belot, président d'honneur de la MAIF, et compte des administrateurs issus du sérail de l'assurance et des mutuelles."

Delevoye démissionne de ses fonctions

"C'est une omission par oubli", s'est défendu Jean-Paul Delevoye, interrogé par Le Parisien. Le haut-commissaire aux Retraites reconnaît là une "erreur", tout en précisant qu'il ne va "quasiment jamais" à l'Ifpass, par faute de temps. L'homme a finalement annoncé, lundi en fin de matinée, qu'il quittait sa fonction d'administrateur au sein de l'institut.

"Pur hasard. Rien à voir avec le fait qu'il saccage les retraites par répartition. Et hasard aussi si le gouvernement a accordé une fiscalité super avantageuse pour ceux qui placent leur argent dans des fonds de pension en avril dernier", a pour sa part ironisé, dimanche sur Twitter, Ian Brossat, maire adjoint de Paris en charge du logement et porte-parole du Parti communiste français (PCF).

La nouvelle tombe mal, alors que le premier ministre Édouard Philippe doit présenter, mercredi 11 décembre à midi, "l'intégralité du projet du gouvernement", concernant la réforme des retraites. Ces annonces interviendront près d'une semaine après la mobilisation massive du jeudi 5 décembre, qui a vu défiler plus de 800 000 personnes dans toute la France.

Lire aussi : Mobilisation massive contre la réforme des retraites, des annonces attendues la semaine prochaine

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/12/2019 à 1:55 :
ALLEZ ! Tous chez le Neurologue ! ou à " La Santé " quartier V.I.P avec Patrick :

De l'Extr Gauche à l'Extr Droite, en passant par la bande à Bérou,
ils " oublient " toutes et tous, ou…. disjonctent ( Mélenchon : perquis)
Consult-Neuro, aux frais ! de notre ! CSG-CRDS 8.3%, et 17.2% (revenus du patrimoine
a écrit le 10/12/2019 à 13:58 :
Le gouvernement va nous donner des assurances , excusez moi je voulais dire:
M.Delevoye va nous vendre des Assurances
a écrit le 10/12/2019 à 11:48 :
Résumé d'un article de H16...hashtable.

S’il semble acquis que c’est bien le cas pour ceux qui peuvent partir en retraite bien avant 60 ans et toucher une pension quasiment équivalente à leur dernier salaire, il en va probablement assez différemment pour tous les commerçants ou les artisans dont la retraite pleine n’est possible qu’après 60 ans et pour lesquels les pensions sont notoirement plus faibles (elles tournent autour de 281 euros par mois pour les commerçants et 348 euros pour les artisans, à comparer aux 2 636 euros brut de moyenne des retraités SNCF, par exemple).

Eh oui, aucun doute : c’est bien d’intérêts catégoriels dont il est encore une fois question en France, pays de l’Égalité Pour Les Autres. Les actuels grévistes, harpant sur l’inamovible argument du « Le public fait grève par solidarité avec le privé », tenteront toujours de faire croire qu’en bloquant le pays, ils garantissent que les avantages de tous, y compris les non-grévistes, seront préservés.
C’est bien évidemment un mensonge complet, à plusieurs titres.

D’une part, à l’évidence, les avantages des uns ne sont pas financés par une génération spontanée de richesses : ce sont les bien « les autres », c’est-à-dire ceux qui ne bénéficient pas de ces avantages, qui abondent à ces régimes. La solidarité, ici, ne marche bien que dans ce sens là. Question égalité, on repassera.

D’autre part, lorsque les avantages et les droits des salariés et indépendants du secteur privé ont été régulièrement rabotés les décennies passées (notamment pour parvenir à financer les largesses offertes au secteur public), il n’y a pas eu un mouvement, pas une grève. Les leaders syndicaux d’alors et ceux d’aujourd’hui se sont bien gardés de mobiliser qui que ce soit pour défendre ces catégories-là. On se souviendra même des réactions outrées de ces mêmes syndicats lorsque certains indépendants et salariés du privés lancèrent des mouvements de protestations sans en passer par eux (les Pigeons en sont un exemple frappant). Là encore, il est difficile de nier l’évidence d’une lutte bel et bien catégorielle.

En outre, pour un système qui serait l’un des meilleurs du monde, on ne peut que s’inquiéter de la multiplication des rafistolages qu’il a déjà subis, avec des réformes majeures en 1993, 1999, 2003, 2008, 2010 notamment.
Réponse de le 10/12/2019 à 17:02 :
vous avez mille fois raison.
mais le monde politico-administratif se serre les rangs, les enseignants vont être augmentés pour que la retraite soit elle aussi augmentée : le double jackpot.
A noter qu'avec les résultats pisa, les primes devraient diminuer (dans la vraie vie..) tout comme il serait logique de leur demander de racheter leurs cotisations de prime..
Mais non, et chaque agriculteur qui fait 2 fois les horaires d'un enseignant pour 2 fois moins de paye et 3 fois moins de retraite, attendra donc la clause du grand père pour bénéficier d'améliorations...ou continuer à se suicider massivement en attendant sans que personne ne s'en émeuve..

on est bien dans le corporatisme et la non solidarité, pire, avec nos deniers ponctionnés d'autorité par ce monde politico administratif qui a la garantie de l'emploi, une faible durée de travail, aucuns objectifs ni résultats, et qui transforme toute la richesse produite par le monde privé qui travaille dur et avec risques sur l'emploi, en déficits, dette et chômage de masse ...pour le privé.
a écrit le 10/12/2019 à 9:28 :
La stratégie du gouvernement est devenue "mal faire et laisser braire" , donc peu de chances que cette nouvelle entraine la moindre conséquence !
Ce ne sont pas les "sans -dents" qui gouvernent aurait précisé cette lumière de Raffarin !
a écrit le 09/12/2019 à 21:28 :
qui est donc le conseiller, le donneur d'ordre, de macron : BLACK ROCK 6000 MILLIARDS DE DOLLARS, un certain FLINK, votre épargne l'intéresse, la privatisation de la retraite aussi, venez venez les petits amis.....
a écrit le 09/12/2019 à 20:12 :
Ce Mr est là pour mettre en place une reforme qui s'appliquera à tous les Français.
Çà me semble bien plus important que toutes ces manœuvres politiciennes téléguidées.
Et il y en ras le bol de ces accusations souvent en final sans fondement qui génère un bla bla sans fin et indigeste le plus souvent.
Réponse de le 09/12/2019 à 21:02 :
Euh, connaissez-vous le sens du mot réforme ? Si non consultez Larousse qui vous apprendra qu' il s' agit d 'une amélioration.
Or la macaronie du tiercé Macron Delevoye Philippe biberonnée aux GOPE de l' UE est là pour, -au prétexte de réformer en usant de l' habituelle novlangue bruxelloise-, en réalité lapider les acquis sur injonction de cette même UE ..
Réponse de le 09/12/2019 à 23:43 :
« Et alors? »
Comme par hasard ce monsieur siège dans des « intérêts d assurances . »
. ces assurances qui nous vantent déjà - pour ceux qui le peuvent -des revenus complémentaires pour la retraite tout ça sent bien le roussi qui sent le conflit d intérêt pratique bien française ... il a oublié on a du mal à le croire sinon on’peut D’s interroger sur le sérieux de savregorle qui a dû «  oublié «  un ou deux truc...on nous prend vraiment pour des c....
Le pouvoir devrait se méfier du retour de bâton de la classe moyenne ...ce type de réforme fait monter le populisme dans les classes modestes et moyennes et marine le pen risque bien de passer la prochaine fois ...
Haine fois
Réponse de le 10/12/2019 à 0:15 :
Non Monsieur Gedeon Reforme ne veut pas dire que amélioration, ça veut aussi dire mettre un terme à quelque chose d'anormal ou de répréhensible.

Et alors, Mr Brehat des assurances il y en a des dizaines....

Vous l'aurez compris je ne travaille pas à la RATP ou à la SNCF.... !!
Voir les Français soumis à cette diktat trentenaire n' est il pas désolant ?
Réponse de le 10/12/2019 à 9:29 :
....tiens un adepte de la secte !
Réponse de le 10/12/2019 à 9:30 :
@et alors 0.15 C' est bien ce que je vous disais vous n' avez pas consulter Larousse et depuis trop longtemps..
aggiornamento
ajournement
amélioration
amendement
évolution
calvinisme
changement
codicille
correction
dépoussiérage
nouveauté
réformette
régénération
rénovation
révision

La réforme présuppose une évolution pas une involution, contrairement à toutes les attentes de ces GOPE bruxelloises qui tiennent la main à Macron sur ce sujet retraite et sur les autres et parce que l' UE, ce ventre mou, a exilé les emplois des français -et des autres à l' est- dans un espace à 28 en détruisant toutes les protections contrairement aux pays leader comme les usa et la Chine.


"Le texte va plus loin concernant le système de santé puisqu’il explique que « d’importantes économies à court terme ne peuvent être réalisées sans une réduction significative de l’augmentation des dépenses de sécurité sociale »

Traduction : il faut s’attendre à une baisse massive des remboursements de santé, puisque la branche maladie représente quasiment 50 % des dépenses de la Sécurité sociale , ainsi qu’à une privatisation rampante de la Sécurité sociale, via le recours croissant aux mutuelles privées, présentées comme solution à tous les problèmes.

Pour la branche vieillesse, il s’agit bien évidemment des retraites qui sont en ligne de mire. Après la hausse de l’âge de départ à la retraite, vient maintenant le gel du montant des pensions .

Pour les retraités, la perte de pouvoir d’achat c’est maintenant ! Le texte de la Commission européenne parle d’ailleurs explicitement de gel des retraites et d’autres pensions sociales, ce qui confirme une fois encore que le gouvernement ne fait qu’appliquer la politique de l’oligarchie euro-atlantiste.

Pour le chômage, le texte parle de « dégressivité des allocations » : cela augure d’une baisse plus importante et plus rapide des allocations dans le temps."

F rançois ASSELINEAU,
"Les GOPE (Grandes Orientations de Politique Économique) ou la feuille de route économique de Matignon"
Réponse de le 10/12/2019 à 14:04 :
Une réforme destinée à éviter la faillite du système de retraite (même si elle diminue les pensions ou retarde l'âge de départ) est une amélioration.
a écrit le 09/12/2019 à 19:31 :
Pas très étonnant, quand un système est infesté de parasite, il est logique de découvrir régulièrement de nouveaux foyers (cf la peste bubonique)
a écrit le 09/12/2019 à 18:43 :
Jean-Paul Delevoye a caché qu'il était administrateur du principal institut de formation des métiers de l'assurance, qui a pour directeur Roger Belot, la président d'honneur de la MAIF. Mais ce n'est pas tout...
Hugues Le Maire, frère du ministre de l'économie Bruno Le Maire, qui a porté la loi PACTE qui ouvre la voie aux fonds de pension, est gérant d'un fond d'investissement Diamant Bleu gestion, qui a tout intérêt à ce que son frère fasse des retraites un marché.
Jean-François Cirelli patron de BlackRock France connaît très bien Bruno Le Maire, habitués tous les deux des cercles chiraquiens. Selon Mediapart les deux hommes se seraient rencontrés en 2018 pour insérer ces dispositions dans le projet de loi PACTE.
Le schéma ressemble à celui d'ADP, une haute fonction publique qui ne sert plus le bien commun mais ses intérêts personnels, vendant le pays à la découpe : industrie, infrastructures, retraites et comme l' expose quotidiennement F Asselineau du parti UPR.
Réponse de le 09/12/2019 à 20:50 :
Vous êtes en train de vous exciter tout seul, Bruno Le Maire c'est Bruno Le Maire, son frère c'est son frère. De plus il faudra nous expliquer quel article de la loi Pacte, ouvre la voie aux fonds de pension?
Réponse de le 10/12/2019 à 6:36 :
C'est pas la première fois que ce type d'accusation est lancée. Lors de la réforme des retraites de 2010 on avait accusé Sarkozy de la faire pour complaire à son frère à la tête de Malakoff Médéric...
a écrit le 09/12/2019 à 18:32 :
Je partage les propos de Orcheron.
+ Ils passent leur temps a nous dire comment il faut vivre avec le smic et eux, cumulent les emplois !
Les retraites comme le smic , devraient etre OBLIGATOIREMENT indexés sur l'inflation.
a écrit le 09/12/2019 à 18:32 :
Ecoeurant et lamentable! Une "omission par oubli": on aura tout vu! Quelle arrogance dans cette expression; il y a là, encore une fois, une forme d'impunité et un sentiment de toute puissance qui nuisent définitivement à la probité de l'homme politique et du système Macron.
a écrit le 09/12/2019 à 18:07 :
bonjour.
quel est le montant de leur retraite à tous ces gens qui veulent changer les règles..
et M macron quelle retraite va il toucher ?
ainsi que tous les députés et tous ceux qui soi disant travail..
j ai travaillé depuis l'âge de 16ans.. aujourd'hui je touche pas 1000e de retraite.
Réponse de le 09/12/2019 à 23:26 :
C'est le risque: lorsque l'on entre dans le monde du travail à 16 ans, on a généralement un niveau scolaire initial faible, ce qui limite hélas très fortement par la suite les possibilités d'évoluer professionnellement (sauf à reprendre des études par la suite, ce qui est compliqué lorsque l'on a une famille), donc de cotiser suffisamment et d'avoir par la suite une bonne retraite... Le meilleur conseil que l'on puisse donner à ses enfants, c'est de beaucoup travailler à l'école, de ne pas la quitter trop tôt - ce qui ne signifie pas non plus "glander" jusqu'à 25 ans sur les bancs d'un amphi -, et de se former à un métier qualifié.
a écrit le 09/12/2019 à 17:50 :
Le problème est pourtant simple. Il suffit de vérifier deux choses:
-D'abord si Jean-Paul Delevoye a eu à traiter, de près ou de loin, des dossiers (même de communication) ayant trait aux retraites privées. Si c'est le cas, il n'y a pas conflit d’intérêt, mais carrément un délit.

-Ensuite, il faut se demander si le fait de travailler, même en y allant "quasiment jamais", au sein d'un Institut de formation lié aux assureurs et mutuelles, est un délit d'initié. Ce "quasiment jamais" est-il une raison suffisante pour ne pas mettre Jean-Paul Delevoye en position d'initié? Présenter la chose ainsi, c'est prendre les gens pour des imbéciles. Nul besoin d'être présent, physiquement, à l'Ifpass pour échanger des informations. Cette manière de se défendre, "je ne suis jamais là", "je quitte ma fonction", a été utilisée plusieurs fois. Dernier cas en date, par Thierry Breton, nommé à la Commission Européenne, "chargé de la politique industrielle". Ce dernier a répondu: je quitte mes fonctions (PDG d'ATOS un groupe de services informatiques). On est donc obligé de croire que l'ancien PDG ne va plus rencontrer, du jour au lendemain ses anciennes relations professionnelles, qu'il ne va pas leur téléphoner, ou communiquer par mail. On nous prend pour des imbéciles.
Même raisonnement avec le Haut Commissaire au Retraites. Quitter sa fonction ne coupe aucun pont. Le conflit d’intérêt n'est pas à établir, il est mécaniquement réel.
C'est là que se situe la perversité du raisonnement et des liens qui unissent le Politique à certains milieux. Quel est le problème en cours? Une partie de la population ne veut pas de retraite par capitalisation. Qui, notamment peut fournir des prestations de retraites, par capitalisation? Les assureurs. Et on trouve normal de placer à la barre de la gestion politique du dossier un homme qui travaille pour un pool d’assureurs, même indirectement (formation), même en étant présent « quasiment jamais ». C’est tout simplement honteux. S’il fallait une confirmation du dédain dans lequel, ces personnes tiennent les citoyens, il suffit de lire la ligne de défense : « l’oubli ». Allez expliquer à un Inspecteur des Impôts que vous avez « oublié ».
Ce n’est pas sa fonction « au sein de l’Institut » que ce monsieur doit quitter, c’est son poste de Haut Fonctionnaire des Retraites.
a écrit le 09/12/2019 à 16:35 :
Pourquoi, il a oublié en sachant qu'il allait s'occuper des retraites? le niveau de collusion de cooptation ou aucun de ceux qui représentent la loi ne connait le conflit d'intérêts?

Disons qu'un gouvernement de lobbysistes ne peuvent que plaider l'ignorance. Par contre il démissionne pas la ou il y a de l'argent !!!

Franchement, croire qu'il s'agit d'une erreur.......

Cela montre que la corruption est un art de vivre !!! Et si l'on regarde depuis l'élection de macron, en fait il n'y a que cela !!!!

Et lui va donc nous dire qu'il faut perdre 30% de sa retraite pour permettre aux assurances de récupérer la somme???

La puissance de la corruption en france est telle, que finalement ceux qui ont les postes clefs, n'ont plus conscience que la magouille n'est pas censé être...
a écrit le 09/12/2019 à 16:26 :
Là pour des gens à qui l'on a donné une responsabilité envers les français, c'est tout à fait impardonnable. Il est clair que l'auréole du pouvoir et les ors de la République leur font perdre la tête et qu'ils se foutent éperduement du qu'en diras t'on et du regard du peuple. La honte ils ne connaissent pas !
a écrit le 09/12/2019 à 16:08 :
inadmissible que tous ces DELEVOY ,Toubon Juppé Fabius,etc etc touche une retraite et un salaire ??? un complement pour les petites retraites OK mais pas pour les autres qui volent des emplois Ils doivent choisir
a écrit le 09/12/2019 à 15:51 :
Ils sont formidables chez LREM, il y a en a toujours un surtout s'il est au premier plan qui se fait débusquer pour sa boulette. On peut parler de malédiction à ce niveau?
a écrit le 09/12/2019 à 15:37 :
Cet épisode Jean-Paul Delevoye en flagrant délit de conflit d'intérêts démontre incontestablement que son fumeux Rapport Delevoye est juste bon à jeter à la poubelle ;

L'on ne voit pas comment des Syndicats sérieux et des parlementaires honnêtes pourraient continuer à débattre autour du torchon de mensonges qui porte le patronyme Delevoye ;

In finé, c'est un fait établit, il faut repartir de zero, tout remettre à plat et brûler les stocks des Rapports Delevoye dans un crématorium pour les offrir les cendres de son baratin.
a écrit le 09/12/2019 à 15:20 :
A son age, être encore obligé de travailler, même si ce n'est que de présider un réservoir de pensée pour garder un peu de dignité, joindre les deux bouts,rester propre sur et sous lui. Après une carrière entière dévouée au service de la nation. Oui, il y a bien un problème de retraite dans ce pays. Incroyable désinvolture des français qui ne se préoccupent pas de fournir un petit minimum a leurs valeureux ainés.

Jeanpopo, tiens bon, les lapins sont avec toi
a écrit le 09/12/2019 à 15:17 :
Pris la main dans le pot de confiture, il promet de ne plus y toucher, et Macron ne le vire pas. La décence, ces gens là ne savent plus ce que c'est.
a écrit le 09/12/2019 à 15:09 :
Les masques tombent!!! Une réforme pour favoriser ses amis sur le dos de tous les français. Tous en grève, la victoire est proche....
a écrit le 09/12/2019 à 15:07 :
Je n'ai jamais eu confiance en ce monsieur. Médiateur, réforme retraite etc il mange à tous les râteliers pour s'en mettre pleins les poches et il veut nous faire croire qu'il travaille bénévolement. Cher monsieur personne ne travaille bénévolement surtout pas les politiques. Je comprends mieux que cette caste est rackette les vieux
a écrit le 09/12/2019 à 15:05 :
Pur politique issu du rang, le haut commissaire ne fait état d'aucune formation ou expérience à l'actuariat et techniques statistiques qui sont les connaissances de base nécessaires à la gestion des assurances vie et des caisses de retraite. Fort heureusement il est administrateur de l'institut de formation de la profession d'assurance, ce qui lui permet de faire état d'un vernis à defaut d'une maîtrise. Rien d'étonnant que la France et le gouvernement pataugent avec de tels timoniers!
a écrit le 09/12/2019 à 14:54 :
Cela fait désordre...
Cordialement
a écrit le 09/12/2019 à 14:25 :
Delevoye oublie quelque chose d'essentiel . Bayrou mis en examen . Tout cela se rajoute à tout ce qui donne l'impression d'un Macron qui va finir par être détesté de tous et nous imposer Marine en 2022. Je le lui ai écrit et je crains que cela ne se produise.
a écrit le 09/12/2019 à 14:06 :
Cette élite est d'un sans-gêne et d'un mépris sans nom... Et "en même temps" (je rigole !), quand j'ai mal aux dents je vais voir un dentiste, pas un plombier. On ne confie pas le dossier des retraites â quelqu'un qui n'y connait rien. L'exigence "d'indépendance " est souvent une tartufferie de pudibond en mal de pouvoir.
Pour autant, qui donc a bien pu laisser passer cet "oubli", et qui d'autre le révèle aujourd'hui ? La manipulation est doublement patente...
a écrit le 09/12/2019 à 13:51 :
Cet individu ne vaut pas mieux que Thomas Thévenoud: Et sa «phobie administrative» et le non-paiement de ses impôts. J'en vomi plein la baignoire de ce genre d'individu. Comment ne pas avoir de l'amertume envers ce gouvernement LREM Macron et sa jeune clique de députés qui sont bons qu'à taxer. Pas du tout faignant avec l'argent et les bras des citoyens.
a écrit le 09/12/2019 à 13:43 :
Un épinglage bien peu crédible dans la mesure où l'intéressé devient de fait le parfait fusible. On se croirait dans un autre siècle.
a écrit le 09/12/2019 à 13:41 :
C'est incroyable!
Comment peut-on encore croire en ces gens-là ?Certains s'étonnent que plus personne ne leur fait confiance ni en ce qui est dit ,ni en ce qui doit être fait.
Pour le sujet retraite,en résumé 1000 euros pour les sans dents et sans limites pour cette caste .
J'exagère mais c'est "gonflant".
a écrit le 09/12/2019 à 13:40 :
Scandaleux... et comme par hasard c est à lui que l on a confié la réforme des reraites ... plus que troublant les relations incestueuses avec les assureurs .. quelle crédibilité a accorder à Mr Delevoye le 1 et ministre et mR Macron ...!! Aussi menteurs que leurs prédécesseurs !
Aux prochaines municipales et présidentielles la classe moyenne pourrait se rebiffer!
a écrit le 09/12/2019 à 13:39 :
Scandaleux... et comme par hasard c est à lui que l on a confié la réforme des reraites ... plus que troublant les relations incestueuses avec les assureurs .. quelle crédibilité a accorder à Mr Delevoye le 1 et ministre et mR Macron ...!! Aussi menteurs que leurs prédécesseurs !
Aux prochaines municipales et présidentielles la classe moyenne pourrait se rebiffer!
a écrit le 09/12/2019 à 13:39 :
Scandaleux... et comme par hasard c est à lui que l on a confié la réforme des reraites ... plus que troublant les relations incestueuses avec les assureurs .. quelle crédibilité a accorder à Mr Delevoye le 1 et ministre et mR Macron ...!! Aussi menteurs que leurs prédécesseurs !
Aux prochaines municipales et présidentielles la classe moyenne pourrait se rebiffer!
a écrit le 09/12/2019 à 13:35 :
Oui, enfin, ç'aurait été gênant s'il avait été administrateur ou salarié ou consultant d'assureurs pratiquant (ou cherchant à pratiquer) le fonds de pension. Pour un institut de formation, le lien est ténu et le pointer relève clairement de la malveillance. C'est un peu le même type de manipulation de l'opinion que celle qui avait consisté à "sortir" la (pseudo-) affaire de l'hippodrome de Compiègne contre Woerth en pleine réforme des retraites de 2010 en espérant planter ainsi le ministre et donc remettre en cause la réforme. Fort heureusement en 2010 l'exécutif avait tenu bon (même si Woerth avait dû être exfiltré du gouvernement juste après l'adoption de la réforme).
Réponse de le 09/12/2019 à 15:10 :
Il était l'un des administrateurs ... Et c'est lui qui le dit.

"Depuis ma nomination en tant que Haut-Commissaire à la réforme des retraites en octobre 2017 puis Haut-Commissaire aux retraites en novembre 2019, je n'ai assisté qu'à 3 conseils d'administration, ma dernière participation remontant au 4 décembre 2018. Pour clore toute polémique, j'ai démissionné ce matin de mes fonctions d'administrateur de l'IFPASS, cette démission prenant effet immédiatement.

Pour ce qui est d'une des affaires Woerth, (hippodrome) la cour d'appel de Paris vient d'annuler le non lieu de 2015 et demande la mise en examen de deux proches de Woerth, à savoir son ex directeur de cabinet et son conseiller immobilier.
L'affaire reprend et pourrait se terminer par la condamnation des lampistes et avec un ministre responsable mais pas coupable... on connait par coeur.
Réponse de le 09/12/2019 à 20:21 :
Feue Nicole Bricq, à l'époque sénatrice PS, avait remis un rapport concluant que lors de sa vente, l'hippodrome de Compiègne n'avait été ni sur ni sous-évalué, même si la procédure suivie était contestable, et que les intérêts patrimoniaux de l'état n"avaient pas été lésés. Exhumer à nouveau ce vieux tuyau crevé relève de l'acharnement thérapeutique...
a écrit le 09/12/2019 à 12:59 :
flute début d Alzheimer pas de bol pour macron en pleine négo
a écrit le 09/12/2019 à 12:50 :
c'est comme ci un industriel créer une entreprise sans savoir ce qu'il vas produire
ni quelle mchine de production installer
voila nos cher enarque a diriger la France sans aucune vision a long therme
tand que le peuple paye ses impots
pour couvrir leurs nullites
a écrit le 09/12/2019 à 12:46 :
La Macronie pratique le confit d'intérêt à grande échelle.

1°) Il va falloir que Mr Delevoye explique ce qu'il allait faire dans cet institut alors qu'il n'a, de son aveu même, aucune compétence dans le domaine.

2°) je ne crois pas au bénévolat des administrateurs. Ils touchent une gratification pour leur participation aux conseils, un jeton de présence. Parfois il est symbolique, mais il peut monter à plusieurs dizaines de milliers d'€. Il est urgent qu'on soit éclairé là dessus de façon sûre et exacte

3°) Il me semble que cet "oubli" ne peut pas en être un alors que la nomination n'a pas 4 ans d'ancienneté, et quand bien même, qui peut peut croire qu'étant donné sa nouvelle mission, les membres du l'institut ne l'auraient sollicité en aucune manière.
Ce qui aurait du raviver sa mémoire.

4°) La fausse déclaration est un délit. La HATVP doit saisir la justice. A défaut Anticor le fera.

Conséquences des 4 premiers points, Delevoye doit être démis de ses fonctions ministérielles. Remarquez, il était déjà plus proche de la sortie après ses propos sur la réforme elle même et l'immigration.

On a un président en stage et un gouvernement de branquignols. Ils vont finir par nous faire voter Lepen.
Ils sont en train de foirer une réforme dont le principe était accepté par 86% des sondés.
Réponse de le 09/12/2019 à 13:27 :
"On a un président en stage et un gouvernement de branquignols. Ils vont finir par nous faire voter Lepen." Parce qu'un exécutif Le Pen/RN ne serait pas une présidente en stage et un gouvernement de branquignols, sans doute ?
Réponse de le 09/12/2019 à 15:40 :
" Parce qu'un exécutif Le Pen/RN ne serait pas une présidente en stage et un gouvernement de branquignols, sans doute ? "...

Justement, il y a encore un doute (ténu, je le concède), alors que pour Macron et les macronistes, c'est avéré.

Je n'ai aucune sympathie pour le FN, même rebadgé, mais si l'on me force à choisir je dégagerait Macron, tout en votant pour que lepen soit mise en cohabitation à l'assemblée.

Ce serait une crise de régime mais j'en arrive à la conclusion qu'un changement de constitution s'impose.

La Veme était bâtie pour des géants et des hommes sages qui savent user du pouvoir sans en abuser. Puisqu'on élit des jeunes chiots fous incapables de se contrôler, ll faut revenir à un pouvoir moins présidentiel et à des assemblées plus indépendantes.
Réponse de le 09/12/2019 à 21:30 :
@@bruno : si nous est resservi en 2022 le même second tour qu'en 2017, soyez bien conscient qu'en cas d'élection de Marine Le Pen elle ne sera pas mise en cohabitation. Le quinquennat et l'inversion du calendrier électoral ont définitivement transformé les législatives en question subsidiaire de la présidentielle (la preuve c'est que Macron a réussi à trouver une large majorité parlementaire alors que son mouvement n'existait même pas un an avant et que tous lui prédisaient qu'il n'arriverait pas à obtenir de majorité. De même en 2002 la droite n'était pas donnée favorite des législatives si elles avaient eu lieu avant la présidentielle, car le "bilan" de Jospin était encore perçu comme plutôt positif... alors qu'il s'était contenté de bénéficier assez passivement de l'exceptionnelle phase de croissance mondiale), donc une Marine Le Pen élue présidente trouverait certainement une majorité parlementaire éventuellement avec l'appui de quelques transfuges de droite et de gauche (comme d'ailleurs Macron en 2017), notamment en raison de la porosité probable entre l'électorat populiste de gauche (LFI) et de droite (RN, DLF).
Réponse de le 10/12/2019 à 16:52 :
Merci pour votre message, moi aussi je ne crois pas un seul instant au bénévolat dans l’assurantiel, et quoi que soit la situation de rémunération, oublier de déclarer et explicité que sans rémunération il 'y aurait pas conflit d'intérêt, est une vaste farce!

Si l'on regarde les hauts fonctionnaires, souvent ils sont nommé après coup dans les conseils d'administration.....

Ce n'est pas de l'amateurisme, il suffit de regarder chacun dans le gouvernement pour comprendre qu'ils sont tous lobbyistes!!
a écrit le 09/12/2019 à 11:48 :
Cette inefficacté de l'administration pour organiser sainement la solidarité entre les générations fait honte à la France. Le blabla interminable actuel coûte 54 milliards par semaine de grêve générale. Il est urgent d'organiser un duel décisif sous l'autorité de l'Etre Suprême entre Delevoye et Martinez. Le survivant remportera la décision finale.
a écrit le 09/12/2019 à 11:43 :
Une information qui confirme ce que je disais dans un précédent post. Les assurances sont intéressées pour "fourguer" des produits Retraites que ne pourront se payer que les plus aisés. Le principe de la retraite par répartition, la solidarité intergenerationnelle sont progressivement abandonnées pour cause d'idées neoliberales, d' l'individualisme et surtout pour le plus grand profit des financiers banques et assureurs.
La réforme des retraites est bien une réforme idéologique.
a écrit le 09/12/2019 à 11:39 :
L'oublie comme par magie arrange bien les choses, voilà donc un pion avancé de la retraite par capitalisation ( 10 euros cotisés pour 59 centimes acquis à la retraite)valeur du point . C'est sur ! il n'y a plus qu'un pas à franchir pour frapper à la porte des assurances , il n'y a pas photo , pour ce qui le peuvent . Alors pour les autres c'est la retraite 900 euros pour tout le monde .
a écrit le 09/12/2019 à 11:11 :
Ah je rêve d'un monde où ces lobbyistes seraient destitués dès la preuve de leur méfait. Mr Delevoye n'est en place que pour sauver les rentes de situations de la haute fonction publique.
Exemple très flagrant , inclure les primes des fonctionnaires dans les retraites , ce serait la plus grande injustice sociale quand certains hauts fonctionnaires touchent plus de 100 000 € de primes annuelles , alors que ses "sans dents" catégorie C de la fonction publique n'ont souvent même pas 1000 € de prime annuelle. Curieusement aucun syndicat ne s'en est ému !!!!!
Autre scandale, on ne touche pas aux retraites des élus, à la paye à vie des généraux et des hauts fonctionnaires ayant ce statut. Bref il faut ponctionner les classes moyennes, et garder les reste de la monarchie !!!
Réponse de le 09/12/2019 à 13:17 :
Bien sûr qu'il importe que tous les salaires et avantages en nature, primes et heures supplémentaires conduisent à des points retraite, et bien sûr soient taxés selon nos règles et Lois. Ce qui est anormal est de voir des systèmes où l'on touche sa retraite sur les quelques dernières années et que l'employeur booste les derniers salaires pour augmenter de façon indécente les retraites dues par le système général. Actuellement l'état est fautif, puisque les heures supplémentaires sont généralement payées avec retard, et quelles ne conduisent pas à construire la retraite des fonctionnaires.
a écrit le 09/12/2019 à 11:00 :
Cette information concernant sieur Delevoye est très regrettable, les Français ne peuvent faire confiance à la voyoucratie financière qui est à la manoeuvre pour affaiblir les retraites des Français,

C'est une question de crédibilité et de probité,

sieur Jean-Paul Delevoye doit être écarté immédiatement de tous les dossier relatifs aux questions des retraites,

que de casseroles dans les sphères de Matignon de l'Elysée et de l'Assemblée Nationale
a écrit le 09/12/2019 à 10:47 :
Déjà de mettre un mec ultra privilégié, cumulard en tout genre, pour casser encore plus notre pouvoir d'achat, pour paupériser encore plus la classe productrice à savoir les gens qui travaillent vraiment, était d'une bêtise incommensurable mais par contre hélas bien trop courante de la part de nos LREM.

LE déclin c'est encore plus long vers la fin.
a écrit le 09/12/2019 à 10:47 :
comme par hazard les sociétées d'assurances soutiennent la réforme des retraites.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :