Travailler plus longtemps ou accepter l’immigration pour sauver les retraites ?

 |   |  831  mots
(Crédits : <small>DR</small>)
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, travailler plus longtemps ou accepter l’immigration pour sauver les retraites ?

VIDEO

Côté pile, une bonne nouvelle, l'espérance de vie augmente. Côté face, c'est un véritable casse-tête pour les personnes en charge des régimes des retraites par répartition. Selon, les différents scénarios de croissance retenus par le Conseil d'Orientation des Retraites, il manquera en 2025 entre 8 et 9 Md€ environ pour assurer l'équilibre du système de retraite pris dans sa globalité et de 8 à 14 Md€ en 2030, l'équivalent de 0,5% du PIB. 

Au-delà des virulentes critiques faites pas certains sur le choix de certaines hypothèses, principalement sur les ressources affectées au système, il existe un point de convergence : la baisse du nombre de cotisants par rapport au nombre de retraités — passé de plus de 3 pour 1 au milieu des années 70, à 2 au milieu des années 2000 pour tomber à 1,7 aujourd'hui — pause un sérieux problème d'équilibre. D'autant plus que les projections, quelles que soient les circonstances, prolongent la tendance si rien ne bouge. La solution s'impose donc d'elle-même : il faut encore augmenter l'âge de la retraite pour inverser la vapeur. CQFD.

Agir sur les variables démographiques

Ce rapport cotisant-retraité dépend principalement de 3 variables démographiques — fécondité, espérance de vie, immigration — mais aussi des comportements d'activité à tous les âges et en partie du taux de chômage. Une population plus jeune permettrait d'augmenter le nombre d'actifs, donc de cotisants, par rapport à celui des retraités. Les hypothèses démographiques retenues par le COR dans ses travaux sont celles de l'INSEE (2016) et courent jusqu'en 2070.

  • Elles reposent tout d'abord sur un indice conjoncturel de fécondité qui dans le scénario central est de 1,95 enfant par femme, avec des fourchettes basses et hautes de 1,8 et 2,1 enfants. Or la fécondité observée est en recul depuis quatre ans, se situant davantage sur le sentier bas de la fourchette. Dans les faits, la fécondité ne permet donc pas le renouvellement des générations.
  • Autre hypothèse, celle du solde migratoire. Fixés à 70 000 personnes dans le scénario central, les dernières observations sont assez proches quoique légèrement inférieures avec 58 000 individus depuis trois ans.
  • Quant à l'espérance de vie instantanée à 60 ans, elle continue de s'élever, plutôt moins rapidement que prévue du côté des femmes mais plutôt plus rapidement du côté des hommes.


Si la question est de savoir si les naissances et l'immigration peuvent sauver le système de retraites dans l'absolue : oui. Mais cela n'en prend pas le chemin d'autant que la politique familiale ne semble pas une priorité.

Des taux d'activité et d'emploi trop faibles

Repousser l'âge de la retraite, et augmenter ainsi le rapport cotisants / retraités, apparaît donc en première analyse comme le meilleur instrument pour équilibrer le système de retraite dès lors que l'on ne veut ni augmenter les cotisations (en raison du ras-le-bol fiscal) ni trop couper dans les pensions au risque sinon de paupériser une partie de la population dont le poids électoral s'accroît. Le problème, dans le cas français, c'est que travailler plus longtemps est loin de produire les effets mécaniques attendus sur le volume global de travail et de cotisations.

Il faut d'abord s'attarder sur le taux d'activité soit le rapport entre le nombre d'actifs (actifs occupés et chômeurs) à l'ensemble de la population correspondante. Le numérateur intègre donc ceux qui travaillent et ceux qui voudraient travailler. Avec un taux de 71,6% en moyenne au 2e trimestre 2019, la France se situe deux points en dessous de la moyenne de la zone euro. Cet écart se construit aux valeurs extrêmes, énormément chez les jeunes, car l'emploi étudiant est moins développé ici que dans le reste de l'Europe, (mais leur contribution au financement des retraites est minime) et de façon plus marginale chez les seniors en raison d'un départ à la retraite plus précoce. 

L'analyse du taux d'emploi, c'est-à-dire le nombre de personnes disposants effectivement d'un emploi sur le nombre de personnes en âge de travailler fait passer la France dans une autre sphère. L'écart monte à 3 points et il se creuse rapidement. En creux, bien évidemment, c'est la déficience du marché du travail qui est en cause et un taux de chômage des plus de 60 ans passé de 4,2% en 2012 à 7,5% en 2018. La réforme des retraites de Hollande avec l'allongement des annuités c'est notamment traduit par une hausse du taux de chômage dans les tranches d'âges les plus élevées. 

Faute d'influer sur les variables démographiques et sur les taux d'activité et d'emploi qui seraient les choix les moins douloureux, les différents gouvernements ont choisi le paramètre de l'âge de départ en retraite, un choix qui jusqu'ici n'a pas démontré toute son efficacité.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/12/2019 à 12:21 :
Logiquement s'il y a moins de travailleurs, leur valeur sur le marché du travail devrait augmenter. Les salaires devraient être plus élevés et donc les cotisations aussi.

Evidemment, encore faut il que les entreprises ne soient pas incitées à délocaliser.
a écrit le 17/12/2019 à 13:21 :
Ni l'un, ni l'autre ! Mais se débarrasser des lois minables de prohibitions (stupéfiants, prostitution..) nous fera gagner des milliards chaque année au lieu de les offrir aux réseaux mafieux et terroristes.
Nos gouvernements ne peuvent prétendre manquer d'argent pour les retraites lorsque qu'ils font se genre de cadeaux aux mafias aux frais de la population. Une population par ailleurs opposée majoritairement à cette escroquerie liberticide, imposée sans la moindre consultation citoyenne depuis des décennies. Alors où est l'argent que ces lois nous font perdre depuis tout ce temps ?
a écrit le 16/12/2019 à 18:46 :
Un bout de temps que j'en parle du taux d'emploi, mais on nous écoute jamais nous les lapins. D'après le prévisionnel insee, le taux d'emploi des hommes en france sur leur période 15/64 ans soit 50 ans était de 68.4%. Donc en gros, un homme en france est actuellement en emploi 34 ans et 2 dixièmes d'années. Et on en demande 42 a 43! Faut vraiment avoir beaucoup d'années ""gratuites"" dans le système.
Les migrants qui croivent venir pour bosser, faudrait les avertir que c'est faux, c'est un complot monté par les bildebergs alliés aux lézards gluants de l'espace. Depuis plus de 20 ans ils ont un accord, les lézards gluants se sont installés en europe et ont mangé progressivement toute la population humaine locale, moi je m'en fout je suis un lapin et ils mangent pas les lapins (par contre ils trichent au poker, c'est pas cool ça).
N'avez vous pas remarqué qu'il y a de plus en plus de nénettes au yeux gris? Ben c'est des fausses,ce n'est pas naturel,ce sont en fait des lézards déguisés en nénettes, c'est bien imité hein, faut pas se laisser avoir. Et c'est infiltré jusqu'au plus hauts lieux de pouvoir. Je suis persuadé que Brigitte est un lézard, ça se voit, quand a Emmanuel, vous ne trouvez pas qu'il a une tête à tricher au poker? ILS ONT MANGÉ LE PRESIDENT! A mon avis ils l'ont même mangé en boulettes, son lézard remplaçant n'arrête pas d'en faire, c'est bien une preuve.
Migrants ne viendez pas, ce sont les lézards gluants de l'espace qui vous font croire qu'ils ont besoin de vous mais c'est pour vous manger après avoir mangé tous les européens. Restez peinards chez vous pour ne pas terminer en carpaccio, tajines, poêlées ou en migrants au pot pour les plus coriaces d'entre vous. Ne viendez pas, il en va de votre salut. On vous aura previendru.
a écrit le 16/12/2019 à 13:34 :
Bonjour,


Sauver par x y ou z les «  retraites « ... devrait être «  ré qualifier «  par le TPI ou l’ONU au même titre qu’un «  crime contre l’humanité « 

Mettez vous à la place des milliards de personnes qui ont circulé pour construire et qui sont soit parti en cercueil ou sans rien en retour même pas « une intégration « ( 100% de haine autorisé depuis la guerre , sans dissolution des groupes )à égalité .

A moins que l’immigration est «  débile » (?)

Pour croire à tous les mensonges de tous les partis politiques français du début à la fin
Il y aura un jour une fin : heureusement.
Stop à l’exploitation, l’esclavagisme fait au service des capitalistes hyper libéraux ( = les bourses mondiales et la mondialisation et tous les riches bourgeois ou pas , tous dans le meme sac)

Slts
a écrit le 16/12/2019 à 8:59 :
Avec 6 millions de chômeurs comment dire de telles âneries. Avec ce genre d'arguments on s'enferme dans les idéologies politiciennes ce qui empêche l'opinion publique de regarder ce sujet objectivement. Voilà trente ans qu'on nous parle de formation professionnelle et qu'on investi des millions voir des milliards d'euros d'argent public dans celle-ci et nous avons des milliers d'emplois non pourvus sans qu'on daigne nous expliquer pourquoi,il y a bien une raison.A lors on nous présente, l'immigration qui est toujours aussi importante mais non contrôlée, comme la solution,c'est idiot........
a écrit le 16/12/2019 à 8:21 :
En quoi l'immigration pourrait sauver les retraites puisque le travail se délocalise? A moins que vous pensiez leur retirer le droit de vote?
Réponse de le 16/12/2019 à 8:59 :
"Moi pas comprendre"

Cela devrait être votre sous titre au RN...

Rassemblement National: "Moi pas comprendre !

Ça vous va comme un gant ! Bravo !
Réponse de le 16/12/2019 à 12:20 :
Si l'immigration n'a pas le droit de vote, ils seront corvéable a merci! Si il n'y a pas de revenue il n'y aura pas cotisation! et... s'il faut être au RN pour comprendre cela, cela vaut la peine de faire le détour!
Réponse de le 17/12/2019 à 9:13 :
@ toi pas comprendre

" s'il faut être au RN pour comprendre cela, cela vaut la peine de faire le détour!"

C'est bien la première fois que j'entends qu'il faudrait être RN pour comprendre quelque chose !

Toi même nous dis ne pas comprendre à la base hein ! Faudrait savoir !!!

ET si je peux pas répondre vous virez ma réponse sinon c'est 100 balles l 'instrumentlisation !
a écrit le 16/12/2019 à 7:56 :
L'immigration ne sauve plus les retraites depuis longtemps. Et puis l'immigration est une politique à court terme : Les immigrés aussi, deviendront des retraités. La réponse à la question du titre me semble évidente.
a écrit le 16/12/2019 à 7:35 :
Tout est faux dans l’analyse: le problème des retraites est un problème de production de richesses pas de financement. Le ratio actif retraite n’a en réalité aucun sens. Ce qui importe c’est le nombre de machines qu’un actif peut faire tourner. Le cas le plus flagrant c’est la production agricole. Avec 200000 agriculteurs on peut nourrir la nation y compris les retraités. Donc on voit bien que pour faire vivre la France, ce n’est pas le nombre qui compte. Si un salarié fait fonctionner 2 machines au lieu d’une, il double sa production. D’ailleurs, l’auteur se contredit: actuellement on arrive à faire vivre tout le monde malgré le chômage. Ce qui montre qu’on a pas besoin actuellement que tout le monde travaille pour que la nation vive. Le vrai problème c’est que du fait de la délocalisation volontaire de notre industrie, nous n’avons plus les machines chez nous. Et ça ce n’est traité par aucun des soit disant experts qui nous expliquent comment il faudrait faire dans une société capitaliste uniquement concentrée sur la création de profits pour les actionnaires i

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :