Retraites : les petites pensions, l'autre dossier explosif du gouvernement

Le député de l'Aisne (LR) Julien Dive veut faire adopter une proposition de loi ce jeudi premier décembre à l'Assemblée nationale sur les retraites des agriculteurs toujours au plus bas. En France, plus de 5,7 millions de personnes toucheraient des pensions inférieures à 1.000 euros. En première ligne face à l'inflation galopante, ces retraités vivant sous le seuil de pauvreté risquent de sombrer dans une précarité inquiétante. A quelques jours de la présentation de sa réforme, le gouvernement va devoir s'attaquer au dossier brûlant des petites pensions.
Grégoire Normand
Le ministre du Travail Olivier Dussopt en charge du dossier des retraites sur les bancs de l'Assemblée.
Le ministre du Travail Olivier Dussopt en charge du dossier des retraites sur les bancs de l'Assemblée. (Crédits : Reuters)

Agriculteurs, commerçants, artisans, indépendants... de nombreux Français connaissent une chute drastique de leurs revenus au moment du passage à la retraite. Selon un rapport sur les petites pensions remis à l'ancien Premier ministre Jean Castex en mai 2021, ils seraient 5,7 millions à toucher une pension inférieure à 1.000 euros par mois en France, soit le tiers des retraités de l'Hexagone.

Alors que le gouvernement a entamé cette semaine des concertations sur la future réforme des retraites au ministère de l'Emploi rue de Grenelle, le dossier des petites retraites pourrait être un sujet d'affrontement explosif avec les syndicats opposés au relèvement de l'âge de départ proposé par le président de la République Emmanuel Macron.

Lire aussiCalendrier express pour les retraites : le projet de réforme présenté mi-décembre

Lors de la campagne présidentielle, le chef de l'Etat a promis dans son programme la mise en place d'une pension minimum de 1.100 euros, soit un niveau comparable au seuil de pauvreté fixé à 1.102 euros par mois. Mais ce relèvement proposé par le locataire de l'Elysée pourrait bien être insuffisant face la poussée de fièvre des prix ces derniers mois.

Lire aussiL'économie française s'essouffle au troisième trimestre, l'inflation toujours au sommet

Carrières incomplètes, garde d'enfant, activité à l'étranger

Dans cette population, les femmes sont surreprésentées. Elles sont 52% à percevoir une retraite inférieure à 1.000 euros contre 20% des hommes selon le rapport de la mission petites retraites. Une telle disparité s'explique par des carrières incomplètes en raison de la maternité notamment. Beaucoup de femmes s'arrêtent de travailler au moment d'avoir des enfants ou se mettent à temps partiel. « Il y a une explication genrée. Les femmes constituent 75% des retraites inférieures à 1.000 euros », a souligné Nicolas Turquois, rapporteur de la mission précitée et député (MoDem) de la Haute Vienne lors d'un colloque organisé par le conseil d'orientation des retraites (COR) ce lundi 28 novembre dans les locaux de France Stratégie. Les indépendants et les agriculteurs sont également en surnombre chez les allocataires de petites pensions.

Les montants les plus faibles sont versés aux cotisants de la mutualité sociale agricole (MSA) et la sécurité sociale des indépendants soulignent les auteurs du rapport. « Les faibles pensions liées à ces régimes d'affiliation peuvent s'expliquer par des revenus d'activité variables et souvent par des taux de cotisations plus faibles », soulignent-ils. Enfin, les personnes ayant travaillé à l'étranger représentent une proportion importante des petites pensions tout comme les chômeurs de longue durée, les personnes malades pendant plusieurs années.

Des pensions inférieures aux minimas sociaux

L'un des problèmes soulevé par le rapport sur les petites pensions est que certains retraités touchent des montants après une carrière complète inférieurs au minimas sociaux comme l'allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA). « Si les augmentations récentes du niveau de l'ASPA à hauteur de 903 euros sont un réel progrès, ce minimum social ne peut constituer l'unique solution pour traiter la question des petites pensions », expliquent les rapporteurs.

Ils font d'ailleurs un ensemble de propositions dans le but « de réhabiliter les cotisations ». Ils suggèrent notamment d'augmenter « l'assiette minimale de cotisation des artisans et commerçants (à hauteur de 600 smic horaires) afin de permettre la validation de quatre trimestres par an, de limiter dans le temps l'usage des statuts pénalisants en termes d'acquisition de droit à la retraite comme ceux de conjoint-collaborateur ou d'auto-entrepreneur, ou encore la possibilité d'acquérir de nouveaux droits en cas de cumul emploi retraite ».

Les retraités en première ligne face à l'inflation

Ces retraites pauvres risquent de payer un lourd tribut face à la flambée des prix. La reprise économique en 2021 et la guerre en Ukraine ont propulsé l'inflation vers des sommets. Après avoir atteint un pic à 6,2% en novembre, l'indice général des prix à la consommation pourrait continuer de flamber à l'approche de l'hiver. En novembre, les prix de l'énergie se sont envolés à un rythme spectaculaire de 18,5%. L'envolée des prix de l'énergie est trois fois supérieure à celle de l'inflation moyenne.

Compte tenu du poids des dépenses d'énergie dans le budget des ménages les plus âgés, les retraités sont en proie à de fortes difficultés pour payer leur facture à la fin du mois. « Les retraités ont une exposition plus importante à l'inflation de l'énergie que les ménages les plus jeunes.  Entre les 75 ans et plus et les moins de 30 ans, il y a deux points d'écart. Cela est lié à la structure de consommation des ménages. Les retraités dépensent plus en consommation d'énergie », note Frédérique Nortier-Ribordy, membre du secrétariat général du conseil d'orientation des retraites. Alors que les températures devraient continuer d'augmenter ces prochaines semaines, l'annonce des détails de la réforme des retraites en plein cœur de l'hiver pourrait s'avérer très risquée.

Retraités en France : un taux de pauvreté deux fois inférieur à celui de l'Europe

En dépit du poids de ces petites pensions en France, les retraités sont plus épargnés qu'auparavant par la pauvreté. « Les retraités sont relativement moins touchés par la pauvreté monétaire au niveau national. En 2018, 9,3 millions étaient en risque de pauvreté, soit 14,3% de la population. Chez les retraités, ce niveau est de 8%, soit 1,5 million de personnes », a indiqué Anne Jaubertie, cheffe de la division Revenus et patrimoine des ménages à l'Insee.

Au niveau de l'Europe, la France tire son épingle du jeu. « En 2019, 8,8% des retraités était pauvres contre 16% en Europe. Parce qu'on a un système de retraite par répartition et des minimas vieillesse, on a un taux de pauvreté deux fois inférieur à celui de l'Europe, » a ajouté Louis Schweitzer,  président du comité d'évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté. Les experts présents lors du colloque ont souligné le rôle de l'Etat-Providence.

« Le système de protection sociale en France a un rôle performant dans la prévention de la pauvreté [...]  Cette performance est liée à la montée en puissance de l'Etat social au sortir de la seconde guerre mondiale » , a déclaré le sociologue spécialiste de la pauvreté Nicolas Duvoux.

En revanche, les intervenants ont pointé le risque d'un appauvrissement dans les prochaines années.  « Après une forte baisse depuis le milieu des années 70, on constate une augmentation du taux de pauvreté des retraités sur les dernières années, » a ajouté Louis Schweitzer.

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 45
à écrit le 02/12/2022 à 18:11
Signaler
Ils veulent pousser au suicide les futurs petits retraités pour améliorer encore davantage les retraites des nantis.

à écrit le 02/12/2022 à 12:20
Signaler
Stop à la spoliation des retraite des polypensionnés privé-public. Stop à cette injustice. Stop à cette terrible humiliation qui dure depuis une vingtaine d'années, qui ampute injustement la pension de personnes ayant eu la malchance de changer de se...

à écrit le 02/12/2022 à 10:08
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 10:07
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 10:05
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 10:05
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 10:01
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:51
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:51
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:47
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:39
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:39
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:32
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:31
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:31
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:31
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:31
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:31
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

à écrit le 02/12/2022 à 9:30
Signaler
Le départ effectif à 65 ans ne concernera que les fonctionnaires qui seront obligés d'aller jusqu'au bout. Par contre dans le privé, pour la moitié des salariés, il faudra trouver des modes d'indemnité pour leur maintenir un revenu sachant qu'après 6...

à écrit le 01/12/2022 à 18:17
Signaler
Vu les commentaires qui disent ´n’importent quoi sans connaître : les régimes msa( agriculture, jardineries etc) ainsi que crica( commerçants ) sont des régimes privés et non publics , c est le choix de ces caisses indépendantes qui dans les années 5...

à écrit le 01/12/2022 à 18:17
Signaler
Vu les commentaires qui disent ´n’importent quoi sans connaître : les régimes msa( agriculture, jardineries etc) ainsi que crica( commerçants ) sont des régimes privés et non publics , c est le choix de ces caisses indépendantes qui dans les années 5...

à écrit le 01/12/2022 à 18:12
Signaler
Vu les commentaires qui disent ´n’importent quoi sans connaître : les régimes msa( agriculture, jardineries etc) ainsi que crica( commerçants ) sont des régimes privés et non publics , c est le choix de ces caisses indépendantes qui dans les années 5...

à écrit le 01/12/2022 à 18:05
Signaler
Vu les commentaires qui disent ´ importe quoi sans connaître : les régimes msa( agriculture, jardineries etc) ainsi que cri à ( commerçants ) sont des régimes privés et non publics , c est le choix de ces caisses indépendants qui dans les années 50-6...

à écrit le 01/12/2022 à 17:55
Signaler
L'Assemblée nationale a voté ce jeudi 1er décembre à l'unanimité une proposition de loi LR permettant un mode de calcul plus favorable de la retraite des agriculteurs non salariés, à partir de 2026.Les députés Les Républicains défendaient ce jeudi ma...

à écrit le 01/12/2022 à 15:10
Signaler
Les fameux retraités qui ont cotisé l'équivalent de 15 euros par mois en travaillant et en veulent 1500 aujourd'hui. Pas grave, les quelques actifs qu'il reste paieront; après tout, ils n'avaient qu'à vivre du RSA comme tout le monde.

le 02/12/2022 à 10:10
Signaler
La grosse partie des richesses que les français ont créé ces trente dernières années ont été massivement investi à l'étranger, tout en désindustrialisant le pays. Ou va l'argent des intérêts des 6000 milliards d'épargne des français qui pourrait fina...

à écrit le 01/12/2022 à 14:44
Signaler
Oui, oui, les "petits" agriculteurs, avec leur patrimoine millionare, reussi avec des subventions (UE), sans d'etre imposable au IR ni des autres contributions.

à écrit le 01/12/2022 à 14:43
Signaler
Oui, oui, les "petits" agriculteurs, avec leur patrimoine millionare, reussi avec des subventions (UE), sans acune IR ni des autres contributions.

à écrit le 01/12/2022 à 13:05
Signaler
oui, idealement, pas de retraite en dessous de 10 ou 15.000 euros par mois, sans impots bien sur........sinon y a plein de gens qui touchent alors qu'ils n'ont jamais cotise, ca ne pose de pbs a personne? pas plus que ca ne pose de pbs de constater q...

le 01/12/2022 à 16:39
Signaler
Dans certaines branches se plaignant d'avoir du mal à recruter, il n'est pas rare qu'on soit déjà considéré comme trop vieux à 30 ans et qu'un fonctionnaire soit considéré comme un pré-retraité... C'est bien pour ça que la promesse de réduire la fonc...

à écrit le 01/12/2022 à 12:36
Signaler
Toutes ces petites retraites sont la conséquence de faibles cotisations , comme pour tout on en a pour son argent.

le 01/12/2022 à 13:30
Signaler
Eh non, c est pas juste, celui qui vient en France, sans avoir versé un seul euro, profite du système avec le minimum....une personne qui travaille en usine pendant 45 ans et qui touchait jyste un peut plus que le smic n a pas plus.... Une autre q...

le 01/12/2022 à 14:01
Signaler
C'est aussi souvent le travail d'une vie de labeur avec pour contrainte supplémentaire un loyer à cracher..

à écrit le 01/12/2022 à 11:57
Signaler
Depuis qu'on entend parler du problème de la modicité des pensions des agriculteurs, c'est scandaleux qu'aucun gouvernement n'ait rien fait pour le régler. Les injustices perdurent dans ce pays et les élus laissent faire. Il en est de même avec les p...

le 01/12/2022 à 17:50
Signaler
Pour la retraite complémentaire : La loi du 3 juillet 2020 modifie le dispositif de complément différentiel de points de retraite complémentaire obligatoire (RCO), instauré en 2014. Depuis le 1er novembre 2021, le montant des pensions de retraite ...

à écrit le 01/12/2022 à 10:20
Signaler
Dans l'immédiat je ne vois pas d'alternative que augmenter ces retraites d'agriculteurs qui ont travaillé toute un vie. Mais pour que ça soit soutenable il faudra augmenter les cotisations. Pour augmenter les cotisations il faudra augmenter les rev...

le 01/12/2022 à 11:31
Signaler
Non. on peut tres bien augmenter les retraites les plus faibles en ponctionnant les retraités les plus aisés. Soit directement sur leurs pensions, soit indirectement en supprimant l abattement pour frais professionels des retraités (qui par definitio...

le 01/12/2022 à 13:58
Signaler
Autre levier, plafonner toutes les retraites par répartition dont celles de nos politiciens professionnels à disons 2500 euros..

à écrit le 01/12/2022 à 9:26
Signaler
Si déjà les textes étaient appliqués scrupuleusement, on n’en serait pas là. Dans le secteur privé, les taux de réversion sont théoriques car « décidés » sous condition de ressources ; les caisses de retraite pratiquent un abattement systématique à l...

le 01/12/2022 à 11:59
Signaler
Comme le dit Peau de Chagrin, c'est juste delibere car l'etat est en quasi faillite

le 01/12/2022 à 23:10
Signaler
Les caisses complémentaires sont privées elles font ce si elles veulent de mêle les caisse des agriculteurs commerçants sont privées elles n ont pas voulu intégrer la caisse de retraite publique de bon la sécu .. donc qu elles assument auprès des agr...

à écrit le 01/12/2022 à 8:44
Signaler
je suis de la génération qui part en retraite (65 ans révolus). Nous avons échangé avec mes camarades de promotion et les dysfonctionnements, les délais pour pouvoir prendre sa retraite, même en ayant planifié cela six mois à l’avance sont ahurissant...

le 01/12/2022 à 17:28
Signaler
Comme d'habitude, certains ne font pas leur travail, ce qui fait qu'il semble bien que personne à la Sécu, ne connaissait la pyramide des âges françaises et le baby boom devenu papy boom, surtout pas les hauts cadres. Donc, ils viennent de s'apercevo...

à écrit le 01/12/2022 à 8:29
Signaler
Les retraités pauvres où ceux dont les instituts de sondage ne demandent jamais leur avis, préférant interroger les vieux pépères qui s'achètent le dernier objet à la mode afin de tuer leur pathologique ennuie. Dommage de ne parler que des retraités ...

le 01/12/2022 à 15:21
Signaler
J'adhère one hundred per cent avec vos remarques. En effet si les gens travaillaient plus dur, avec une durée d'au moins 42 heures par semaine et jusqu'à 65 ans au grand minimum, il n'y aurait pas de pensions inférieures à 1200€ ce qui serait Byzance

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.