Retraites : motions de censure, manifestations... pas de répit pour la majorité

 |   |  759  mots
Édouard Philippe a signé, samedi, la fin de la partie avec le recours surprise au 49-3.
Édouard Philippe a signé, samedi, la fin de la partie avec le recours surprise au 49-3. (Crédits : Reuters)
La droite compte défendre "une motion de propositions" plus que "d'obstruction", afin de présenter son contre-projet, tandis que la gauche entend, elle, s'en prendre à "un gouvernement qui piétine la procédure parlementaire". Pendant ce temps, les mobilisations dans la rue se poursuivent, à l'appel des syndicat.

Une sur sa droite, une sur sa gauche: le gouvernement affronte, ce mardi, deux motions de censure des oppositions très remontées après le recours à l'arme du 49-3 pour faire passer la réforme des retraites, et de nouvelles manifestations.

Après 13 jours d'un parcours hors norme à l'Assemblée en première lecture pour cette réforme emblématique visant à créer un système "universel" par points, Édouard Philippe a signé samedi la fin de la partie avec le recours surprise à cette arme constitutionnelle permettant de faire adopter le texte sans vote.

Aussitôt, LR et les trois groupes de gauche - PS, PCF et LFI - ont déposé des motions, qui seront débattues jusque tard dans la soirée après une séance de questions au gouvernement qui s'annonce animée.

Dans le même temps, les organisations syndicales, mobilisées depuis le 5 décembre contre le projet, ont appelé à manifester partout en France contre ce "passage en force", alors que dès lundi soir, quelques milliers de personnes ont manifesté dans plusieurs villes, dont Paris, Marseille et Montpellier.

Lire aussi : Retraites : Scandaleux, inacceptable... les syndicats déplorent le recours au 49-3

À l'Assemblée, les motions feront l'objet d'une discussion commune lancée par Damien Abad (LR) et André Chassaigne (PCF). Suivront les autres chefs de file des groupes politiques.

Avant les votes sur chacune dans la soirée, c'est le Premier ministre qui donnera la réplique. Il avait expliqué samedi vouloir mettre un terme à un "non débat", la majorité taclant depuis des jours "l'obstruction" revendiquée de la gauche radicale à coups de milliers d'amendements. Ce mardi sur France Inter, le ministre chargé des relations avec le Parlement, Marc Fresneau, a indiqué que le projet de réforme avait été enrichi de "350 amendements".

Même si le 49-3 est inédit pour lui, ce n'est pas la première fois qu'Édouard Philippe se prête à l'exercice de la censure: il avait fait face à une motion de gauche dans le cadre de la crise des "gilets jaunes" fin 2018 (70 voix pour) et des motions de droite (143 voix) et de gauche (74) à la suite de l'affaire Benalla.

L'adoption est encore très improbable cette fois: ni LR avec 104 députés, ni la gauche avec 63 élus, ne peuvent rassembler la majorité requise de 289 voix qui ferait chuter le gouvernement, encore fort de plus de 340 élus. Les élus RN non-inscrits, prêts à voter les deux motions, ne changeront pas la donne.

"Match nul"

La droite compte défendre "une motion de propositions" plus que "d'obstruction", afin de présenter son contre-projet, selon Damien Abad.

La gauche entend, elle, s'en prendre à "un gouvernement qui piétine la procédure parlementaire".

Le débat se déroule dans un climat déjà tendu pour l'exécutif, entre coronavirus et élections municipales. Et en interne, la majorité, qui a découvert quasi en direct le recours au 49-3, est aussi confrontée à un enjeu de cohésion, sur fond de départs au compte-goutte depuis le début du quinquennat. Deux nouveaux départs ont été annoncés lundi par Hubert Julien-Laferrière (Rhône) et Delphine Bagarry (Alpes-de-Haute-Provence) en raison notamment du 49-3, le premier restant toutefois "apparenté" au groupe majoritaire.

Et l'histoire ne s'arrête pas là pour les députés: ils ont encore au menu à partir de mercredi le projet de loi organique, objet de 1.800 amendements. Les oppositions ne lâcheront rien et les députés siégeront à nouveau le week-end.

Roland Lescure (LREM) observe que "le risque existe" d'un nouveau blocage. "On peut dire que sur le 49-3 on a fait match nul", les Français n'étant "pas dupes" face à l'"obstruction manifeste des Insoumis", cette fois "la balle est dans leur camp", dit-il à l'AFP.

L'ensemble du projet poursuivra ensuite son parcours au Sénat, à majorité de droite, en avril. Le 49-3 ne peut y être utilisé.

Il reviendra ensuite à l'Assemblée, le gouvernement visant toujours une adoption définitive à l'été, avec entre temps les conclusions de la "conférence de financement" attendues d'ici fin avril.

Le chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon, veut croire que "le pays est disponible pour l'action" et a dénoncé des "pulsions totalitaires" de la Macronie. Pour lui, l'"objectif reste le retrait de ce texte".

Alors que depuis samedi des manifestations de colère ont éclaté, avec plusieurs permanences et locaux de campagne ciblés, dont ceux du Premier ministre au Havre, il ne faut "surtout aucune violence", a-t-il plaidé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/03/2020 à 11:45 :
Si vous cherchiez un exemple de mauvaise fois de nos parlementaires regardez bien cette montagne d'amendements et ensuite la réaction houleuse au 49-3.
Il n'y a pas à dire nous avons à faire à des enfants dangereux.
a écrit le 04/03/2020 à 8:04 :
La soi-disant prise de responsabilité du gouvernement n'existe pas, en réalité, puisque on n'a jamais vu un gouvernement demander la sanction d'un précédent gouvernement pour avoir usé du 49-3; ce pourrait avoir été le cas de la retraite à 60 ans, de la semaine de 35 heures et de l'ISF, toutes décisions grandement préjudiciables aux français dont nous payons la note en manière de chômage et de déficit budgétaire.
Réponse de le 04/03/2020 à 15:35 :
ce mot la est juste un mot......pas plus que le 49.3 permet d adopter un texte en première lecture alors que la lecture en question n a pas lieu....

de plus le gouvernement pouvait choisir un autre voie au départ.....car une procédure de "temps limité" existe pour l examen d une loi

il ne l a volontairement pas choisie.... par pure provoc....et parceque le 49.3 évite, pour l instant, les questions qui fâchent....
a écrit le 04/03/2020 à 4:35 :
Ils râlent de gauche à droite mais ils ont voulu le réformer aussi ce système de retraites et certainement pas pour la passer à 55 ans !
Au lieu de faire de l’opposition de pacotille qui ne changera rien, pourquoi ne pas soutenir une procédure de destitution de Macron ? Parce qu’elle est proposée par un « petit » parti (40 000 adhérents tout de même...) ou par ce que l’opposition est de façade ?
Cette proposition de l’UPR me semble être une excellente occasion de montrer pleinement son désaccord avec la gestion politique actuelle de notre pays.
a écrit le 03/03/2020 à 19:17 :
Cela rappelle avril 1997 quand Chirac provoqua par surprise une nouvelle élection législative. Macron ne croit pas que la vrai droite libertaire et égalitaire soit prête à gouverner ni que le peuple français soit prêt à renverser le mouvement de la république marchande.
a écrit le 03/03/2020 à 19:09 :
Pouvez vous pour information donner les chiffres de la participation de la grande manifestation anti-réforme de ce mardi? 1 millions, 2 millions de participants?
Réponse de le 04/03/2020 à 16:15 :
mais indiquez nous donc les résultats de la grande manif de soutien au gouvernement, en faveur de la réforme de la retraite. :-)
a écrit le 03/03/2020 à 17:03 :
Lorsqu'il était Député UMP Edouard PHILIPPE avait critiqué avec force et véhémence le recours au 49-3, c'était l'époque ou l'UMP MODEM UDI ont tant affaibli et abîmé la France ...

maintenant qu'il est ex UMP nouveau LREM toujours MODEM 1er collaborateur de Macron, Edouard PHILIPPE a perdu la mémoire et pratique la même politique que Valls Raffarin ... les pires destructeurs casseurs "abîmeurs" de la France.
a écrit le 03/03/2020 à 16:40 :
un tel mépris trouvera une réponse dans les urnes
a écrit le 03/03/2020 à 16:40 :
un tel mépris trouvera une réponse dans les urnes
a écrit le 03/03/2020 à 14:51 :
L'obstruction parlementaire n'est pas une manière de faire avancer son pays, c'est un blocage et déni des institutions.
Le 49.3 a été utilisé par la gauche et la droite, il a été voulu par ceux qui ont fondé les institutions. La 4ème république avait sombré dans les jeux politiques stériles, personne ne s'en souvient.
Il n'y a que le changement des institutions pour changer profondément les règles démocratiques qui gèrent ce pays. Elles valent un référendum.
Les Français sont-ils si enclin à les changer, on peut en douter quand on voit le non à tout changement, alors que d'autre pays européens y arrivent, et l'engouement pour une certaine idolâtrie politique et idéologique .
En France c'est la politique des grandes bouches médiatiques et la recherche du père et dieu incarnés dans un président même si le roi s'est fait couper la tête il n'y pas si longtemps. Un relent d'ancien régime.
Réponse de le 03/03/2020 à 19:25 :
Personne n'a utilisé le 49-3 avec une majorité absolue et unie.

Personne n'a utilisé le 49.3 pour ne pas répondre à des questions essentielles.

Quel âge? Quelle assiette? Quelle indexation? Quelles compensations???

Donc soit LREM se déchire (et il essaye de sauver le parti en interdisant le débat), soit c'est un absolu mépris de la démocratie.
a écrit le 03/03/2020 à 14:14 :
Vous semblez bien sûr que ce texte Mcron-Blackrock-cfdt va passer .
a écrit le 03/03/2020 à 13:44 :
La France sombre, s'enfonce,

le gouvernement PHILIPPE Edoaurd abîme la France,
les ministres racontent des histoires, et blablatent des poncifs stupides et imbéciles,
les députés LREM MODEM bavassent des explications douteuses,

Quel désastre, quel bordel.
a écrit le 03/03/2020 à 13:30 :
L' incroyable MELENCHON qui a créé le blocage intentionnellement pour servir MACRON en lui permettant d' user du 49.3 se permet à présent des vocalises dans la presse, "c'est pas bien, fallait pas, c' est antidémocratique" alors qu' il cautionne la suite sur un coup énorme de politicailleries. Il faut quand même se rappeler de la vidéo sirupeuse de merluche serrant la cuillère de MACRON dans les rues de Marseille pour comprendre le tandem d' intérêts!
a écrit le 03/03/2020 à 13:05 :
Tout le monde dit que ce texte est désastreux, bourré de fautes d'orthographes, illégal dans sa première mouture, acheté 40000 euros à un cabinet financier seuls des déficients mentaux peuvent le valider.

Ça tombe bien...
Réponse de le 04/03/2020 à 11:54 :
"le tout le monde" + des sertitudes avancées sans y attacher de sources sérieuse ,c'est tristounet voire condamnable. Sûr vous pouvez faire mieux.
a écrit le 03/03/2020 à 12:59 :
Autre proposition de titre:

Réforme de retraite inique, 49.3, accords mercosur / aix la chappelle / Marakech, mépris du peuple, privatisation (barrage, ADP, ONF tentée ...), soumission aux lobbies, soumission à l'UE et l'Allemagne et les USA, mépris des hopitaux, mépris des Français etc etc

--> Pas de répit pour le peuple de France
a écrit le 03/03/2020 à 12:54 :
Delphine Bagarry et Hubert Julien-Laferrière viennent d’annoncer leur démission du groupe LREM, ce lundi 2 mars au soir, emboitant le pas au sénateur Michel Amiel qui avait annoncé son départ de LREM quelques heures auparavant, en dénonçant au passage le « cynisme » et « l’incompétence politique » de ses anciens camarades.

Si les 6 autres députés LREM et assimilés, signataires de la tribune du 21 février dernier, suivent l’exemple de Delphine Bagarry et d’Hubert Julien-Laferrière en démissionnant de leur groupe à l’Assemblée nationale, l’effectif de ce dernier passera de 298 à 292.

Il suffira alors que 4 députés de plus seulement en claquent encore la porte pour que le groupe LREM tombe à 288 députés et que Macron perde ainsi la majorité absolue au Palais Bourbon, qui est de 289 élus.

F Asselineau invite tous les Français qui suivent l' UPR et qui lui font confiance à prendre contact avec les 6 députés par courriel ou en allant les voir personnellement pour leur faire connaître, de manière respectueuse et républicaine ...
Communiqué UPR du jour_
Réponse de le 03/03/2020 à 14:40 :
Le groupe LREM a subi une érosion considérable et pourrait effectivement ne plus disposer de la majorité absolue à l'assemblée nationale.

P'tet ben qu'non
Mais c'est oublier que le gouvernement dispose du soutien des députés modem, soit une quarantaine de voix.

Bref, c'est pas demain que le gouvernement Philippe sera mis en minorité.
Par contre si macron décidait de remanier sans soutien du modem, ca serait très compliqué pour la suite.
Réponse de le 03/03/2020 à 18:18 :
@p'tet bein ... Rien ne prouve que Modem va voter pour car il est loin de voter constamment pour Macron, les députés de tous bords s 'interrogent sur la conduite à tenir, je reste et je risque de le payer cash demain alors je relargue pour sauver les meubles. 70 % des français sont contre cette réforme bidon des retraites, ce que je dis, c' est gaffe à la suite dans les urnes.
Réponse de le 04/03/2020 à 12:01 :
Assellenau , l'éternel bateleur à la noix sur Youtube..à vote bon coeur M'sieux dame
a écrit le 03/03/2020 à 12:40 :
Les hedges fund qui avec les vente à découvert qui profitent du malheur des gens avec le coronavirus. Ces gens sont les mêmes qui attendent la réforme des retraites faites par des guignols pour leurs copains les ventes à découvert déstabilisent les marchés et ni Macron ni le maire et Philippe soit ils n’y comprennent rien soit ils sont complices
a écrit le 03/03/2020 à 12:17 :
Il y avait urgence compte tenu des attentes de Bruxelles qui commande la ..réforme et l' engagement du gouvernement Macron. Tout a donc été utilisé, dans le jeu de billard à trois bandes, gouvernement, syndicats, partis politiques. Des syndicats qui finissent tjrs par s' effacer puisque financés par la CES -Confédération Européenne des Syndicats-
"François Asselineau - Les syndicats jaunes"
et là pour conclure in fine sur le desiderata bruxellois, des partis qui excommunient via les motions de censure qui ne passeront jamais, balayées d 'un revers de main par l' Assemblée et d' un Mélenchon qui organise en réalité le blocage, l' ensemble permettant en réalité au gouvernement d' aller au 49.3.

D' ailleurs la réforme est attendue par Bruxelles conformément aux engagements de Macron pour la fin de l' année 2020, cf le retour du semestre 2020 : "Selon les informations disponibles, ses principaux objectifs apparaissent conformes aux recommandations adressées à la France"..!

Quant au rôle déterminant de l’Union européenne, qui est la véritable commanditaire de la réforme des retraites par le biais des « Grandes orientations des politiques économiques » ou GOPE et en particulier de l' article 121 du TFUE, il n’en est jamais question dans les discours de M. Mélenchon, de M. Faure, de M. Roussel, de Mme Le Pen ou de M. Jacob. C'est le non-dit fondamental de cette réforme que les Français n'ont jamais demandée, que plus personne ne comprend et qui est socialement injuste, financièrement infondée et politiquement déraisonnable.

La même reforme européenne ordonnée par la commission européenne via les GOPE exige une retraite à points et ouverture à la privatisation des pensions, POINT.

D' ailleurs, les grecs sont d' ailleurs aussi dans la rue en ce moment et pour les mêmes raisons..
a écrit le 03/03/2020 à 11:45 :
il ferait bien de s'occuper du corona en province mes infirmiers gueulent il n'y a plus de masques les pharmacies attendent la livraison c'est vraiment des guignols
a écrit le 03/03/2020 à 11:18 :
C'est bien la première fois que l'opposition parle de propositions constructives, et non d'obstruction pour reprendre ses propos. Elle reconnaît donc qu'il y avait bel et bien obstruction du travail parlementaire. Que l'extrême gauche joue la rue contre les urnes, ça ne saurait étonner que les naïfs. Mais il est réconfortant pour la démocratie que LR envisage une motion de censure " constructive ".
a écrit le 03/03/2020 à 11:13 :
Peut on encore parler de "majorité"? Légalement "oui" mais légitimement "non" mais ils ne chercheront surtout pas a le savoir!
a écrit le 03/03/2020 à 10:33 :
En utilisant précipitamment le 49.3 Macron a du croîre que ca allait tout d'un coup éteindre les revendications, que les opposants rentreraient à la maison la queue entre les jambes et que la réforme passerait sans encombre. Et pourquoi pas, que tout serait oublié en 15 jours que que LAREM ferait bonne figure aux municipales?

Il a déjà fait cette erreur des dizaines de fois avec les gilets jaunes (débats foireux dont les conclusions sont soigneusement cachées..), les policiers (des médailles, des belles paroles mais pas de moyens), les syndicats (on cause mais je décide), et il retente le coup avec les parlementaires.

Cette méthode du non dialogue et du passage en force a échoué et crée un lit de braise énorme de ressentiment qui sera encore actif à la fin de son quinquennat. La fin de son quinquennat sera un cauchemar.... et tant pis pour lui.
Réponse de le 03/03/2020 à 16:03 :
Et, hélas, aussi pour nous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :