Un groupe de 86 députés, dont des élus LREM, appelle à réévaluer la taxe carbone

 |   |  847  mots
Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire (ex-LREM ) à l'origine de la tribune, a précisé qu'il ne plaidait pas pour un retour de la taxe carbone telle qu'elle avait été envisagée et mise en place.
Matthieu Orphelin, député du Maine-et-Loire (ex-LREM ) à l'origine de la tribune, a précisé qu'il ne plaidait pas pour un retour de la taxe carbone telle qu'elle avait été envisagée et mise en place. (Crédits : Matthieu Orphelin)
Le député (ex-LREM) Matthieu Orphelin, à l'origine d'une tribune signée par 86 députés de plusieurs groupes politiques plaidant "pour une fiscalité carbone juste socialement", a précisé ce mercredi 13 février qu'il ne défendait pas "le retour à la taxe carbone".

[Article publié le 13.02.2019 à 10h, mis à jour à 15h25 avec les déclarations de Benjamin Griveaux à l'issue du Conseil des ministres]

Emmenés par Matthieu Orphelin (ex-LREM), 86 députés de plusieurs groupes politiques ont appelé mardi 12 février, dans une tribune publiée sur le site du Figaro, à trouver une "fiscalité carbone efficace, juste socialement" après l'abandon de la taxe carbone au plus fort de la crise des "Gilets jaunes".

Les signataires, parmi lesquels Cédric Villani, Barbara Pompili, Joël Giraud et Matthieu Orphelin - qui a quitté le groupe LaRem la semaine dernière -, disent entendre et trouver "légitimes" les critiques des Français qui jugent que la fiscalité carbone n'est qu'un prétexte pour « augmenter sans cesse des dépenses publiques dont ils ne perçoivent plus les bénéfices ».

« Pour nous la fiscalité carbone n'est pas un dogme, pas plus qu'un marqueur politique. C'est, parmi d'autres, un outil efficace pour faire évoluer les décisions d'investissement, favoriser les comportements vertueux », écrivent-ils. « Plutôt que d'abandonner cet outil, nous voulons continuer le débat entamé avec les citoyens dans le cadre du Grand débat national, pour construire tous ensemble une fiscalité qui soit à la fois écologique, juste et lisible. »

Après plusieurs semaines d'inflexibilité, le gouvernement avait en effet annulé en décembre l'augmentation de la taxe carbone qui devait représenter 2,9 centimes par litre d'essence et 6,5 centimes par litre de diesel à compter du 1er janvier. C'était l'une des premières revendications des "Gilets jaunes", mobilisés depuis la mi-novembre.

"Ce n'est pas le retour de la taxe carbone"

Prenant l'exemple de la Colombie-Britannique au Canada, où la hausse de la fiscalité sur l'énergie depuis 2008 est bien perçue, les députés se demandent pourquoi en France, le sujet « a cristallisé des tensions accumulées depuis des décennies et nourri le sentiment d'injustice fiscale et d'abandon de la France rurale ». Ils y voient le fait que les gouvernants de la province canadienne ont su rendre "juste" la taxe carbone :

« 100% des revenus générés par cette hausse sont rendus aux citoyens et aux entreprises, sous forme d'aides à la transition énergétique ou de baisses de taxes. »

Chez nos confrères de Franceinfo, le député non inscrit Matthieu Orphelin a expliqué qu'il ne plaidait pas pour « le retour de la taxe carbone telle qu'elle avait été envisagée et mise en place. »

« C'est pas forcément une taxe en plus, ça peut être une fiscalité différenciée, ça peut être des bonus-malus, des baisses de taxes par exemple sur les transports en commun, par exemple sur la réparation de vélos ou d'autres modes de déplacement alternatif à la voiture et tout ce qui peut favoriser les comportements qui vont dans le sens de la transition. »

Pour l'Élysée, la solution, « c'est plutôt moins d'impôt que plus d'impôt »

Dans cette tribune, cinq groupes politiques sont représentés, mais pas les députés Les Républicains, LFI ou du Rassemblement national. Pour le maire de Nice Les Républicains Christian Estrosi, « [un retour à la taxe carbone] ne serait pas très prudent». Et le centriste Hervé Morin, président des régions de France, de surenchérir :

« Vous imaginez que la première réponse à un mouvement qui est parti de cela soit de réintroduire la taxe ? Là, on va nous dire : 'Ne vous inquiétez pas, ça va aller à des programmes environnementaux'. Je pense qu'il n'y a pas un Français qui va se dire qu'on va leur écrire cette histoire-là. »

Le chef du groupe LREM à l'Assemblée Gilles Le Gendre s'est défendu ce matin de mettre de l'huile sur le feu en remettant sur le tapis la question de la taxe carbone, car « il n'y a aucun tabou dans les quatre chapitres du Grand débat national. »

« La taxe carbone est une arme fiscale qui doit s'inscrire dans le cadre d'un plan global visant à réduire la consommation d'énergies fossiles, dans une démarche socialement équitable et acceptée », a-t-il déclaré chez nos confrères de LCI. « La transition écologique n'attend pas, et nous ne devons ni la suspendre ni la freiner ; nous devons l'accélérer.»

Alors que le délégué général de La République en marche, Stanislas Guerini, s'était déclaré le 11 février plutôt favorable au retour de la taxe carbone « à condition que ça ne se fasse pas au détriment des classes populaires », on estime à l'Élysée que « ce n'est pas par une hausse de la fiscalité qu'on répondre à la colère [des "Gilets jaunes"]. »

« Le président de la République l'a rappelé [lors du Conseil des ministres] : sa conviction c'est que nous ne sortirons pas d'une crise qui a commencé par un impôt supplémentaire, en en créant un nouveau », a insisté Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, pour qui la solution, « c'est plutôt moins d'impôt que plus d'impôt à l'issue de ce débat. »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2019 à 10:35 :
le dogme du CO2 anthropique a la vie dure, mais il faut s'y résoudre par la force fiscale et non démocratique, après tout un député n'st pas là pour satisfaire le peuple mais pour imposer sa loi personnelle
a écrit le 21/02/2019 à 10:34 :
le dogme du CO2 anthropique a la vie dure, mais il faut s'y résoudre par la force fiscale et non démocratique, après tout un député n'st pas là pour satisfaire le peuple mais pour imposer sa loi personnelle
a écrit le 15/02/2019 à 10:37 :
Ils nous fond chiez Avec la pollution ils respect pas au même c es un impots votes député votes impots
a écrit le 14/02/2019 à 13:30 :
Comme si la hausse des prix des courses au supermarché n'était pas suffisant
Comme si la hausse du péage est une bonne nouvelle
Notre pouvoir d'achat n'augmente pas car chaque trois mois il y a une nouvelle hausse
Bravo Mesdames et Monsieurs les députés de nous prendre pour des moutons
a écrit le 14/02/2019 à 8:19 :
Ils n'arrêteront jamais de créer des taxes qui frappent toujours les mêmes au nom d'une "égalité" qu'ils fantasment mais n'appliquent jamais : c'est un principe shadok, il faut toujours taper sur les mêmes parce de toute façon ils s'habituent et sinon on crée trop de mécontents...
a écrit le 14/02/2019 à 8:04 :
il y a encore des deputes qui non rien compris au revendication de leurs electeurs
a ce niveau non ils ne sont pas othis mais bien des nuls
a croire que c'est par des taxes en plus que la France sortira de sa spirale de dette
la seule et unique solution est le pleine emploi alors mesdame messieurs les deputes

au lieu d'inventer des taxes ,inventer des solutions pour créer de l'emploi productif qui puisse se vendre aux usa et en chine
si non abandonner votre poste vous ne server a rien

ce n'est pas le colere mais les soubresot de la revolte

ne vous comporter pas comme louis 16 en son temps
a écrit le 14/02/2019 à 7:40 :
Si tous ces députés pouvaient nous lâcher la grappe avec toutes leurs taxes, le printemps serait peut être ensoleillé, mais non, à chaque jour sa taxe injustifiée, son drapeau dans les écoles, surtout l'européen, rien à faire, tous aussi creux les uns et unes que les autres, pas un qui lance une idée pour la réduction des dépenses publiques et l'analyse de la dette pour savoir si elle est "légale" ou pas. Ce doit être trop demandé.
a écrit le 13/02/2019 à 23:01 :
Si on veut réduire le nombre de députés en voilà 86 dont il conviendrait de liquider la circonscription.
a écrit le 13/02/2019 à 22:54 :
La taxe carbone est necessairement une taxe sur la respiration (produit du Co2).
C’est une pure folie car on ne peut ni s’abstenir de respirer, ni considérer que respirer moins serait vertueux, ni que respirer beaucoup serait de notre responsabilité.
Il en est de même pour les autres activités humaines ayant trait aux besoins essentiels là où elles se produisent (se nourrir, se chauffer, se deplacer, se soigner).
C’est en réalité une taxe sur le fait de vivre.

Par contre, si on s’abstenait de payer tous les mois ces personnages (qui ne semblent pas comprendre qu’on ne veut plus de taxes sur n’importe quoi) on ne verrait probablement pas la différence, et à supposer qu’on la voit, il y a fort à parier que ce ne sera pas bien derangeant pour le cours de nos vies, (nous serions privés de cette spammitude culpabilisante, et d’une certaine arrogance) et certainement très salutaire pour les finances publiques.

Il faut affamer la bête (sans la moindre colère, et très tranquilement).
Ainsi soit-il.
Réponse de le 14/02/2019 à 9:41 :
Il y a plus de 20 ans j'étais abonné à une revue forestière, et j'y ai lu que dans une serre à atmosphère contrôlée lorsqu'il y avait davantage de CO² les plantes poussaient plus vite...
a écrit le 13/02/2019 à 22:42 :
Je propose que ces 86 députés vérifient l'approbation de leurs idées par leurs électeurs en démissionnant de leur mandat et en se représentant; On verra s'ils seront réélus...
a écrit le 13/02/2019 à 20:40 :
Qu'ils fassent connaitre leurs noms pour que leurs électeurs les remercient .
a écrit le 13/02/2019 à 20:07 :
J'avais lu sur Public Senat le lundi 19 novembre 2018 ! Taxe sur les carburants en 2018, le gouvernement transfère 577 millions d'euros du budget de l'écologie vers le budget général. Transition écologique combien vont se faire piéger sur les remplacement des fenêtres 15% de crédit d'impôt sur les vitrages seulement ???
A Berne Suisse les écolos viennent de prendre un sacré camouflet les bernois veulent pouvoir encore se chauffer avec du mazout ??..Je vais tout faire pour savoir les noms des 86 élus qui sont pour cette taxe carbone ....j'ai commandé 1000 litres pour 990 € que l'état reverse une partie de la TVA à 20 %
D'après ce que j'ai lu la seule voiture qui est amortissable dés le début c'est la Tesla...
Mais elle a un grand défaut c'est son prix
a écrit le 13/02/2019 à 18:27 :
Certains vont nous faire croire que les véhicules moteurs neufs à essence ne peuvent être interdits à la vente car les véhicules électriques sont trop chers. Or d'après une étude si les véhicules neufs à moteur essence étaient remplacés par de l’électrique, les prix des voitures électriques chuteraient à cause de la concurrence et couteraient même moins chers que les véhicules à essence .... Comme quoi on nous prend vraiment pour des idiots...😀
a écrit le 13/02/2019 à 18:01 :
notre pays n'en peux plus de ces élus qui répondent à chaque problème par une nouvelle taxe mais ne parlent jamais d'économies à réaliser(sur leurs privilèges ?) ; le bon sens voudrait que l'on réponde à la pollution par des normes d'homologation adaptées
a écrit le 13/02/2019 à 17:27 :
On n en peut plus. Plus de nouvelles taxes et baisse des impots.
point barre comme on disait avant.
Il faut voter l' interdiction d augmenter n' importe quelle taxe et n importe quel impot, et dans créer de nouvelle pendant 5 ans.
a écrit le 13/02/2019 à 16:37 :
Usine à gaz 2.0. C'est pas le moment .... +6% à venir sur l'électricité, cerise sur le gâteau, pas seulement, autoroutes, eau (il faut financer la réduction du permis de chasse) ... etc ... Pardon, ils sont sourds à ce qui se passe ? (pas gilet jaune je précise, pour autant).
a écrit le 13/02/2019 à 16:17 :
Une taxe carbone juste consisterait à taxer d'abord le carburant des riches, le kérozene des avions. Il y a une proposition hollandaise mais évidemment la commision de Bruxelles est contre. Elle avoue ainsi qui elle défend!
Réponse de le 13/02/2019 à 18:12 :
Sur un billet d'avion 50% de taxes.

dont la taxe chirac unique au monde, est-elle détournée ?

Les avions consomment de moins en moins, et doivent etre accessibles à tous
Réponse de le 13/02/2019 à 23:00 :
L'époque où l'usage de l'avion était réservé aux riches est révolue depuis au moins une décennie (merci les compagnies low-cost). Sur nombre de destinations l'avion est moins cher que le train, la voiture voire le car. Et au km parcouru il est bien moins cher que le RER...
a écrit le 13/02/2019 à 15:58 :
86 députés qui se foutent de notre gueule ,avec les salaires et autres avantages qui nous plombent les finances ,ils ferait mieux de dormir Va falloir qu,ils regardent bien leurs contrats d,assurance si la clause incendie leur est bien couverte
a écrit le 13/02/2019 à 15:51 :
Il faut le dire comment qu'on ne veut plus ni taxes, ni impôts, ni prélèvements nouveaux, après des revenus et retraites amputés d'année en année, et un niveau de vie qui chute quoiqu'en disent les machins officiels. Ces élus n'ont rien compris ou sont-ils idiots ?
a écrit le 13/02/2019 à 15:41 :
Plutôt que le retour de la taxe carbone qui ne changera rien à la pollution, pourquoi ne pas supprimer le CICE accordé aux entreprises qui devait créer des millier d'emplois et qui n'en à pas créé ? Il faut poser le vrai débat sur la table ! Cette taxe n'est là que pour financer les pertes dû aux cadeaux que les gouvernements successifs ont fait aux entreprises et aux actionnaires sans contre-partis. Un montant de plusieurs centaines de milliard d'Euros du social vers le capital. En chiffres en 1970 30% du PIB était réservé au patronat, en 2015 40%, cherchez l'erreur ! Il faut arrêter de nous prendre pour des gogos !
Réponse de le 13/02/2019 à 16:18 :
Si elles devaient être imposées au niveau allemand les entreprises paieraient environ 100 milliards de moins qu'actuellement. Le CICE n'a pas eu tous les effets escomptés parce qu'il a été mesuré beaucoup trop chichement. Sa transformation en baisse de charges est une très bonne chose car elle inscrit de façon définitive la baisse des coûts salariaux, mais il faudrait au moins tripler la mise pour avoir des résultats significatifs.
Réponse de le 13/02/2019 à 17:13 :
Vous pourriez nous expliquer d'où viennent ces 100 Mds € d'imposition en moins sur les sociétés françaises?
L'IS ne représente que 35 Mds €....
a écrit le 13/02/2019 à 14:46 :
Tout cela se base sur un dogme carbone sans fondement mais générateur de cash sans avoir a régler le problème des G.E.S.! Cela fonctionne sur les plus crédules!
a écrit le 13/02/2019 à 14:30 :
Taxe carbone et hausse de l'electricité à venir ,bref retour à la case départ pour les GJ.
a écrit le 13/02/2019 à 13:54 :
Que ces députés commencent déjà par faire payer la taxe sur le carburant, aux camions étrangers avant d'imposer une nouvelle taxe carbone aux automobilistes ! ! ! !.. Le rapport des assises de la mobilité précise que 2/3 (deux tiers) des camions qui circulent en France, ne payent pas cette taxe, car ils achètent leur carburant à l'étranger! Le manque à gagner pour l'état est, d'environ, un euro par litre (60cts de TICPE, 25 cts de TVA et 15 cts environ de taxe diverses et variées, que rapporterait le business du carburant en France) ! Comme ils ont de très gros réservoirs (1000 L environ), chaque fois qu'un camion pénètre sur le territoire, l'état perd 1000€ , (1000€, 1000€, 1000€, 1000€ etc. etc,) soit une perte annuelle de plus de 2 milliard d'euro ! ! ! Cerise sur le gâteau, ce rapport ne propose aucune solution ! Bravo ! ! ! ...Encore une fois, ces députés choisissent la facilité en faisant payer les automobilistes, car il est bien connu qu'il est plus facile d'attraper tout un troupeau de moutons, que d'attraper un seul loup ! ! ! 🤔🤔🤔
a écrit le 13/02/2019 à 13:35 :
Haaaaa????????? Pipo
a écrit le 13/02/2019 à 13:31 :
Une taxe a un double effet: au moment du prélèvement et au moment de son utilisation. Cela s'appelle "le double dividende". C'est incompréhensible pour un Français normal. Les Allemands et les Suédois peuvent le comprendre. Pauvre France!
a écrit le 13/02/2019 à 13:20 :
Il faut appliquer la note n°6 du CAE, avec une allocation universelle pour respecter l'équité. Les Français le comprendront peut être un jour. Qui serait d'accord?? Il n'y a pas d'autre solution.
a écrit le 13/02/2019 à 12:47 :
l'ecologie, tout le monde s'en fout!
il faut rentrer des taxes pour payer les rentiers de la republique ( qui gagnent 10% de plus que dans le prive, et ont de grasses retraites), les elus, et les assistes sociaux qui ont besoin des elus pour leur verser de l'argent, elus qui ont besoin d'eux pour etre elus...........
voila ou elle est l'ecologie
accessoirement la france est un des pays qui a l'empreinte carbone la plus basse, mais ca, ca ne rentre pas une caillasse dans les caisses
a écrit le 13/02/2019 à 12:15 :
Est une taxe qui sert à 100% à la transition écologique, et non pas à boucher le trou laissé par l'abandon de l'ISF.
Réponse de le 13/02/2019 à 12:41 :
« Taxe juste » il s’agit juste d’un habillage marketing pour faire passer la pilule !!! La démarche n’a de sens que si au bout du compte cela coûte la même chose au citoyen, voire moins en le poussant à faire des choix plus économiques..... Sinon, à oublier très vite !!!
a écrit le 13/02/2019 à 11:51 :
Le gouvernement trouvera dans cette tribune une incitation au retour des augmentations de taxes carbone, déjà prônée par de Rugy et que Bercy attend avec impatience parce que sans, c'est tout le budget prévisionnel du reste du quinquennat qui s'écroule (L'état français est totalement accro à la bagnole, au pétrole, à la cigarette et à l"alcool).

Les écolo-socialo retiendront eux, la justice et la tribune est un moyen de se compter au sein de LAREM.

Donc à priori ils seraient 86 futurs frondeurs... C'est cohérent avec l'abstention et les "absents" du vote de la loi anti-opposants politiques.
a écrit le 13/02/2019 à 11:24 :
une fiscalite ne sera jamais juste quand les gros polueurs avion ,bateaux, course de voitures etc ne seront pas concernes il s'agit en fait d'une autorisation de poluer pour les riches !!!!!!
Réponse de le 13/02/2019 à 17:47 :
Esprit gagne petit de Français.
a écrit le 13/02/2019 à 10:27 :
Il faut au contraire éliminer la taxe carbone une fois pour toutes (y compris celle déjà appliquée depuis début 2017 soit environ 10-15ct/l) sur les carburants et le gaz, et aussi la fraction des taxes sur l'électricité qui correspond au surcoût du rachat obligatoire de l'électricité "renouvelable" par les opérateurs (après tout on nous affirme que l'éolien et le photovoltaïque sont rentables... donc plus besoin de subventionner leur rachat). Il faut aussi une harmonisation de la taxation des carburants en Europe...
a écrit le 13/02/2019 à 10:26 :
la nouvelle taxe juste, c'est la taxe qui n'existe pas! Les français, je le crois, en ont plus qu'assez d'être dans le shaker des fonctionnaires de Bercy qui recherchent la martingale pour couvrir des dépenses publiques incontrôlées, non perçues comme apportant des services, et que nul n'accepterait de payer s'ils étaient facturés; il faut trouver 150 milliards de baisse de dépenses, en préservant fonctions régaliennes et éducation. Est-ce clair?
Réponse de le 13/02/2019 à 11:23 :
Il faut néanmoins trouver le moyen de faire payer aux véhicules les routes et les ponts qui ne disposent pas de péage. La taxe sur les carburants est une bonne redevance pour faire ça.
Réponse de le 13/02/2019 à 11:54 :
Commençons déja par économiser 75 Milliards pour équilibrer le budjet et ne plus avoir à emprunter. Le seul emprunt toléré serait celui de l'investissement dont le rapport servirait au remboursement du capital emprunté.
Réponse de le 13/02/2019 à 13:16 :
Il ne vous a certainement pas échappé que les carburants sont déjà taxés, ni bien sûr (prenons simplement une calculette, que la dépense publique par français et par mois est à 1700 euros - 6800 euros pour une famille de 4).. alors, le secteur privé n'arrive plus à financer tout cela, et les fonctionnaires sont au surplus mal payés. Seule méthode, supprimer toute une série de pseudo missions que nul ne demande, et remettre nos services publiques dans le bon sens, avec le désir d'être efficace. Les dépenses pseudo environnementales (34 milliards du Ministère de la transition énergétique), et ses 40 000 fonctionnaires, n'ont pratiquement aucun impact sur les émissions de CO2, première des priorités. Et que dire de l'ONF incapable avec les ventes de bois de couvrir ses dépenses (pour un privé, les frais d'administration d'une forêt sont de 15% du fruit de la vente du bois..)...Laissons un peu d'argent au secteur privé, l'état et ses fonctionnaires sont incapables de vista, de l'agilité, ont une faible expertise et on ne compte plus les milliards gâchés dans les "projets d'avenir".. la sagesse, c'est aussi de se reposer sur ceux qui sont capables de lancer des projets et créer de l'activité. Chacun dans son rôle!
Réponse de le 13/02/2019 à 16:31 :
BH +10
non, +1000.
a écrit le 13/02/2019 à 10:22 :
A l'attention des 86 courageux députés en faveur de cette taxe: avant d'engager les discussions sur ce sujet avec les Citoyens, je vous recommande vivement de faire revenir Bruxelles à table sur la question de la taxe CO2 pour les industriels. Je rappelle que durant le mouvement des GJ, Bruxelles a très sérieusement allégé la contrainte aux pollueurs industriels. C'est passé inaperçu mais c'était plus grave encore que l'affaire du gazole.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :