Brésil : la mairie de Rio en cessation de paiements

La situation financière de la capitale touristique du Brésil est particulièrement chaotique: personnels soignants, fonctionnaires et employés d'entreprises prestataires de services des hôpitaux municipaux sont en grève depuis une semaine en raison de salaires impayés.
La gestion du maire de Rio de Janeiro, Marcelo Crivella (en photo), est largement critiquée.
La gestion du maire de Rio de Janeiro, Marcelo Crivella (en photo), est largement critiquée. (Crédits : Reuters)

Surendettée et en proie à une grève des services de santé depuis une semaine, en raison de salaires impayés, la mairie de Rio de Janeiro est entrée, mardi, en cessation de paiements "jusqu'à nouvel ordre", selon le Journal officiel municipal.

La mairie a précisé dans un communiqué que la mesure, entrée en vigueur lundi après-midi, "était ponctuelle" et pouvait "être annulée à tout moment".

En fin de semaine dernière, la justice a ordonné le gel de 420 millions de réais (environ 92 millions d'euros) sur les comptes municipaux pour assurer le versement de salaires impayés dans le secteur de la santé depuis plusieurs mois.

Dans son communiqué, la mairie explique la cessation des paiements par la décision de justice qui l'oblige à geler les salaires.

"Il n'y a toujours pas de délai [pour la fin de la cessation de paiements]. L'objectif est de mettre de l'ordre dans les comptes", a expliqué au journal O Globo le secrétaire aux Finances de la mairie, Cesar Barbiero, annonçant que le paiement du 13e mois de l'ensemble des employés municipaux avait été suspendu.

"Tout le monde est touché par cette décision irresponsable du maire", a affirmé à la radio CBN Manoel Peixinho, professeur de droit administratif à l'université catholique PUC de Rio.

Situation financière chaotique

La situation financière de la capitale touristique du Brésil est particulièrement chaotique: personnels soignants, fonctionnaires et employés d'entreprises prestataires de services des hôpitaux municipaux sont en grève depuis une semaine en raison de salaires impayés.

La mairie a précisé dans un communiqué que les services d'urgence continuaient à fonctionner, donnant la priorité aux cas les plus graves.

Mais même avant que la grève ne débute, la situation des hôpitaux était déjà critique, en raison du manque de matériel et de personnel soignant.

Des patients atteints de maladies chroniques doivent parfois attendre des mois avant d'obtenir leurs traitements et les files d'attente aux urgences ne cessent de s'allonger.

La semaine dernière, le maire Marcelo Crivella a demandé une aide financière à Brasilia. Le ministère de la Santé a promis de débloquer prochainement 152 millions de réais (environ 33 millions d'euros).

La gestion du maire jugée "mauvaise"

Mercredi dernier, le Parquet de Rio a accusé l'administration Crivella d'avoir réduit à hauteur de 2,2 milliards de réais (environ 500 millions d'euros) les investissements dans le secteur de la santé depuis son entrée en fonctions, en 2017.

Le Parquet a souligné, par ailleurs, que le budget alloué aux dépenses publicitaires pour promouvoir la gestion de la municipalité avait presque doublé en 2019 par rapport à l'année précédente.

Un sondage publié dimanche par l'institut Datafolha a montré que 72% des interrogés considéraient la gestion de Marcelo Crivella "mauvaise" ou "très mauvaise". Un taux de rejet record depuis que cet institut a débuté ces enquêtes d'opinion à Rio, en 1993.

Ex-pasteur et évêque de la puissante l'Église universelle du Royaume de Dieu (néo-pentecôtiste), il est candidat à la réélection en 2020, mais n'est crédité que de 8% des intentions de vote au premier tour.

M. Crivella est par ailleurs accusé d'être moralisateur en snobant le carnaval, principale manifestation culturelle de la ville, qui attire chaque année des centaines de milliers de touristes.

Lire aussi : Brésil: "pas droit à l'erreur" sur l'économie, dit Bolsonaro

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 18/12/2019 à 10:27
Signaler
Il n'y a pas d’alternative qu'on vous dit ! IL faut que les riches soient toujours plus riches toujours plus vite au détriment de tous ! Mais faut vous le répéter combien de fois !? Incroyable ça !

à écrit le 17/12/2019 à 16:43
Signaler
c'est ca qu'il faut en france! une bonne faillite de gauche, ou, apres avoir fait n'importe quoi, et une fois qu'on arrive a la deconfiture, on decouvre avec stupefaction que les gens qui ne seront pas payes, c'est les enseignants , les crabes admin...

le 17/12/2019 à 19:11
Signaler
@churchill "Une bonne faillite de gauche". Ah! Tout de même. Au vu de vos derniers posts, j'ai cru que vous aviez abandonné la thématique anti socialiste. C'eût été dommage. Ça nous amuse bien.

le 17/12/2019 à 19:15
Signaler
Sauf que Rio est dirigé par la droite associée à l’église évangélique. Ils ont clairement démontré leur incompétence.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.