Charlottesville : des patrons américains lâchent Trump après sa réaction tardive

 |   |  504  mots
Le rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville a coûté la vie samedi à une contre-manifestante, tuée par un automobiliste. Donald Trump a jugé dans un premier temps que les responsabilités étaient partagées dans ces violences, avant de rectifier le tir lundi.
Le rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville a coûté la vie samedi à une contre-manifestante, tuée par un automobiliste. Donald Trump a jugé dans un premier temps que les responsabilités étaient partagées dans ces violences, avant de rectifier le tir lundi. (Crédits : JONATHAN ERNST)
Les patrons de trois grands groupes américains ont tour à tour annoncé qu'ils quittaient la commission consultative de la Maison-Blanche. Leur décision fait suite à la réaction faible et tardive du président américain à la manifestation d'extrême droite à Charlottsville.

Les patrons de plusieurs grandes entreprises américaines ont démissionné lundi d'une commission consultative auprès de l'administration des Etats-Unis, après la réaction jugée trop faible et tardive de Donald Trump à la suite du rassemblement de l'extrême droite américaine au cours du week-end en Virginie.

Tour à tour, le directeur général du laboratoire pharmaceutique Merck, Kenneth Frazier, celui de l'équipementier sportif Under Armour, Kevin Plank, et celui du géant des semi-conducteurs Intel, Brian Krzanich, ont annoncé qu'ils quittaient cette instance, le "Manufacturing Council". La confédération syndicale AFL-CIO, qui représente 12,5 millions de travailleurs, a pour sa part déclaré qu'elle envisageait de retirer son représentant dans ce comité consultatif.

La réaction en deux temps de Trump après Charlottesville

Le rassemblement de suprémacistes blancs à Charlottesville a coûté la vie samedi à une contre-manifestante, tuée par un automobiliste, un homme de 20 ans soupçonné de sympathies nazies, ayant précipité sa voiture dans la foule.

Donald Trump a jugé dans un premier temps que les responsabilités étaient partagées dans ces violences. Vivement critiqué pour cette déclaration, le président américain a tenté lundi de rectifier le tir en qualifiant les néo-nazis et le Ku Klux Klan de criminels.

Donald Trump s'en prend à Merck sur Twitter

Kenneth Frazier a annoncé qu'il quittait le Manufacturing Council en raison de la nécessité de "s'élever contre l'intolérance et l'extrémisme".

"Les dirigeants américains doivent honorer nos valeurs fondamentales en rejetant clairement les expressions de haine, de sectarisme et de suprématie d'un groupe qui vont à l'encontre de l'idéal américain selon lequel nous naissons tous égaux", a dit le patron de Merck, lui-même noir.

Dans la demi-heure suivant cette annonce, Donald Trump a répliqué. "Merck Pharma est un leader de l'augmentation des prix des médicaments alors qu'au même même il délocalise des emplois hors des Etats- Unis. Ramène les emplois et LES PRIX BAS!", a tweeté le président américain.

"Under Armour est engagé dans l'innovation et le sport, pas la politique"

Kevin Plank a eu lui aussi recours à Twitter pour annoncer son départ du Manufacturing Council. "Nous restons déterminés dans notre potentiel et notre capacité à améliorer l'industrie américaine", a-t-il écrit. "Cependant, Under Armour est engagé dans l'innovation et le sport, pas la politique."

Kevin Plank a été critiqué l'hiver dernier par certaines stars de sa marque, comme le basketteur Stephen Curry, pour avoir exprimé sa satisfaction de voir Donald Trump à la Maison blanche.

Quant à Brian Krzanich, il a dit démissionner du Manufacturing Council "pour attirer l'attention sur les graves préjudices que notre climat politique de division porte à des thèmes essentiels".

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2017 à 21:21 :
@verite

« cette homme est versatile il change d' avis tout les deux jours, etc... » . Attention au prêt-à-penser étalé par l'AFP et repris en boucle par la plupart des quotidiens et des sites « politiquement corrects ». Ne prenez jamais pour argent comptant tout ce que vous lisez. Vous devriez consulter plutôt la « réinfosphère » et apprendre à vous faire une opinion par vous-même.
a écrit le 16/08/2017 à 12:54 :
cette homme est versatile il change d avis tout les deux jours j e plaint l amerique et les américains qui doivent subir ce trite sire qui n est pas capable de dirige un pays comme l amerique ? ils s en sortirons bien s il ne declenche pas une guerre mondiale avant la fin de sont mandat???
a écrit le 15/08/2017 à 18:16 :
On se demande quelle est l'intérêt dans le fait de présenter dans cet article D.Trump avec un rictus peu avantageux. Pourtant ce ne sont pas les photos convenables qui manquent. Si ce n'est pas du dénigrement par l'image ça y ressemble...
a écrit le 15/08/2017 à 18:10 :
Il est évident que si cela avait été Sanders à la tête du pays les états unis auraient une autre gueule mais bon le parti américain démocrate a préféré tricher pour faire gagner Clinton aux primaires, tellement persuadés de leur victoire il était hors de question qu'un dangereux bolchévik prenne la tête du parti.

Où quand le conservatisme gangrène un système.
Réponse de le 15/08/2017 à 21:14 :
@citoyen blasé: Trump bolchévique ? on reconnait là ta profonde connaissance de l'histoire des États-Unis :-)
Réponse de le 16/08/2017 à 11:28 :
@ Patrickb
Il faudra relire car tu n'as pas compris qu'il parle de Sanders à la tête du DNC.
Réponse de le 16/08/2017 à 11:48 :
"@citoyen blasé: Trump bolchévique ? on reconnait là ta profonde connaissance de l'histoire des États-Unis :-) "

Pourquoi venez vous discréditer les milliers de commentaires que vous publiez chaque semaine en venant me troller ? Je parle de Sanders là vous racontez n'importe quoi...

Votre stratégie est incompréhensible, mais bien entendu je signale une énième fois votre énième, volontaire j'espère pour vous, interprétation de travers de mes propos.
Réponse de le 16/08/2017 à 17:23 :
@BT: je me disais aussi qu'il ne pouvait pas admettre Donald dans sa tribu :-)
Réponse de le 17/08/2017 à 11:19 :
" @BT: je me disais aussi qu'il ne pouvait pas admettre Donald dans sa tribu :-) "

Vous trollez.
a écrit le 15/08/2017 à 13:26 :
"Les dirigeants américains doivent honorer nos valeurs fondamentales" ! L'affaire est plus compliquée qu'il n’y parait, même si bien entendu les violences sont à blâmer de part et d'autre. En effet, déboulonner la statue de Robert E. Lee me semble une provocation, car la famille Lee est une des plus anciennes des États-Unis et a accompagné toutes les destinées du pays aux postes de gouverneurs, de députés, de militaires émérites pendant et après la Révolution. La Virginie de l'époque était majoritairement esclavagiste et on ne refait pas l’Histoire; mais s'il fallait condamner les gens de l'époque, il faudrait commencer par détruire Monticello, l'Université de Virginie, voire la ville de Charlottesville qui sont des symboles de la présence de Thomas Jefferson qui lui-même possédait 250 esclaves qui n'ont pas été affranchis, mais vendus, à sa mort. Il faut aussi rappeler que Jefferson était en faveur du maintien de l’esclavage lors du "Missouri Compromise" de 1820. Je ne pense pas que les Américains soient en faveur de l’effacement de toute trace du passage de Jefferson en ce monde, bien que le déboulonnement de la statue de Lee soit le premier pas dans ce sens. Honorer les valeurs fondamentales, c’est à mon humble avis, respecter les gens qui se sont battus en toutes circonstances pour leur pays. Je sais, en France, cela n’a aucun sens puisqu’on permet d’aller danser sur les tombes de nos poilus :-)
Réponse de le 15/08/2017 à 16:35 :
@Patrickb
"en France, cela n’a aucun sens puisqu’on permet d’aller danser sur les tombes de nos poilus"...En sus de s'asseoir sur le Code du Travail, fruit de la lutte des travailleurs contre un patronat Français qui n'a rien à envier aux Américains. Dans nos colonies, les autochtones n'étaient pas mieux traités que les esclaves noirs d'Amérique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :