Conflit commercial sino-américain : Pékin revient à la case départ

 |   |  892  mots
Donald Trump recevant le vice-Premier ministre Liu He, négociateur en chef chinois, à la Maison-Blanche le 4 avril dernier.
Donald Trump recevant le vice-Premier ministre Liu He, négociateur en chef chinois, à la Maison-Blanche le 4 avril dernier. (Crédits : Reuters)
En revenant sur son engagement de légiférer sur les points de désaccords commerciaux avec les Etats-Unis, arguant de procédures trop longues, Pékin remet en cause la signature d'un accord cette semaine, à l'occasion de la venue ce jeudi aux Etats-Unis du vice-Premier ministre Liu He. En rétorsion, l'administration Trump va appliquer une hausse de certains tarifs douaniers à partir de vendredi.

La réponse de Pékin est arrivée à Washington tard vendredi soir sous la forme d'un pli diplomatique avec des passages supprimés à quasiment chaque point du projet d'accord de près de 150 pages qui devait couronner des mois de négociations commerciales, a appris Reuters auprès de trois sources gouvernementales américaines et trois autres sources au courant des discussions. Dans chacun des sept chapitres du projet d'accord, la Chine a retiré son engagement à légiférer pour répondre aux griefs qui ont amené l'administration Trump à déclencher une guerre commerciale: le vol de propriété intellectuelle et de secrets commerciaux, le transfert forcé de technologies, la politique de la concurrence, l'accès aux marchés financiers et la manipulation de sa devise.

L'offensive de Trump

Le président Donald Trump a répondu dimanche en annonçant que 200 milliards de dollars de produits chinois jusque-là soumis à des droits de douane de 10% seraient taxés à hauteur de 25% à partir de vendredi - soit au beau milieu de la visite prévue à Washington du négociateur en chef chinois, le vice-Premier ministre Liu He.

La suppression par la Chine de toute mention d'obligation législative a été jugée inacceptable par le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, pour qui un cadre contraignant est indispensable après des années de promesses non tenues. Le principal négociateur américain pousse depuis le début pour une stricte obligation d'application, sur le modèle des sanctions économiques imposées à la Corée du Nord ou l'Iran, plutôt que pour un simple accord commercial. "Cela mine l'architecture de base de l'accord", a dit une source basée à Washington au sujet de la position chinoise. Aucun commentaire n'a pu être obtenu auprès des porte-parole de la Maison blanche, de la représentation au Commerce ou du Trésor.

Revirement chinois

A Pékin, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a expliqué que les divergences dans les relations commerciales devaient être surmontées dans le cadre d'une procédure de négociation et que la Chine ne cherchait pas à "éviter les problèmes". Robert Lighthizer et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, ont été abasourdis par le revirement chinois. Tous deux ont évoqué lundi un recul de la Chine pour expliquer le coup de sang du président Trump mais sans apporter de précisions. Selon deux sources, Liu He a déclaré la semaine dernière aux deux négociateurs américains qu'ils devaient faire confiance à la Chine pour qu'elle honore ses promesses par la voie de changements administratifs et réglementaires. Mnuchin et Lighthizer s'y sont opposés, rappelant que Pékin a reculé par le passé sur des promesses de réformes.

Une source du secteur privé informée des discussions a précisé que la dernière série de négociations s'était mal passée car la partie chinoise avait commencé à revenir sur ses positions. "La Chine a reculé sur une dizaine de points, si ce n'est plus (...) La véritable surprise, c'est que Trump ait attendu jusqu'à dimanche pour exploser", a-t-elle dit. "Après 20 ans où elle a pu se jouer des Américains, la Chine semble toujours sous-estimer cette administration."

Chute des marchés financiers

La menace de Donald Trump a fait chuter les marchés financiers qui, jusqu'à dimanche, croyaient les deux parties proches d'un accord. Certains observateurs se sont demandés si le président américain tentait un coup de poker pour obtenir de nouvelles concessions mais les sources ont assuré à Reuters que le recul chinois était grave et justifiait le durcissement de ton. Selon une source gouvernementale, les négociateurs chinois ont fait valoir qu'ils ne pourraient pas modifier le droit. Changer une loi est une procédure longue et compliquée en Chine, a dit un responsable chinois lui aussi au fait des négociations. Il a contesté l'idée d'un recul de la Chine sur ses engagements, affirmant que les demandes américaines devenaient plus "dures" et la voie vers un accord "plus étroite".

Liu doit arriver jeudi à Washington pour une nouvelle série de pourparlers qui, il y a une semaine encore, était présentée comme une ultime rencontre avant la conclusion d'un accord historique. Désormais la partie américaine doute que le vice-Premier ministre puisse relancer le processus de négociation, selon deux des sources. Pour éviter une escalade, a dit l'une des sources, Liu He devra revenir sur les modifications du texte proposées par Pékin et accepter le principe de nouvelles lois. La Chine devra aussi faire des concessions sur des demandes américaines qui restaient des points d'achoppement dans les négociations, comme la limitation des subventions chinoises à l'industrie ou la simplification de la procédure d'approbation des importations d'OGM américains.

La hausse des tarifs douaniers décidée par le président Trump doit prendre effet vendredi à 00h01 heure de Washington. Le recul chinois pourrait faire le jeu des "faucons" de l'administration Trump, à commencer par Robert Lighthizer. Steven Mnuchin, qui était partisan d'un accord moins contraignant, a semblé se ranger derrière Lighthizer quand les deux se sont exprimés devant la presse lundi, tout en laissant ouverte la possibilité d'une entente de dernière minute qui éviterait une escalade.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/05/2019 à 15:12 :
Trump est vraiment bon !
Il se doutait de cette situation, les Chinois se croient tellement plus malin sauf que là Trump (qui a l'avantage d'être pris pour un débile) avait déjà dit AVANT qu'il voulait les taxer sauf avec un accord ... et donc ... plus d'accord !
Ca met un sacré coup de moue à tout les bobos démocratos ... qui sont vraiment des bisounours totalement largués dans ce monde ou les règles ne servent à rien ! Pendant ce temps les Italiens on signés avec cette dictature sans aucunes négociations Européennes, voilà c'est ça un projet commun hahahahaha la rigolade !
a écrit le 09/05/2019 à 10:42 :
la chine a besoin de l Amérique, et trump le sait.....
ne soyons pas Bisounours..... les USA tentent de rester ;la puissance dominante même si les temps ne sont plus ceux d hier..... mais trump agite la fourmilière chinoise qui berne l occident depuis 20 ans en faisant miroiter son énorme marché..... ça a fonctionné jusqu à maintenant et quoiqu on dise de trump.... il ouvre les yeux d une Europe paralysée.... sur ce plan...
en faisant entrer la chine à l OMC, sans se donner les moyens de corriger le tir.... on a fait entrer le loup dans la bergerie.....maintenant on crie au loup mais un peu tard..... trump et la chine se foutent totalement des règles, ils pensent tous les deux qu elles sont faites pour être changées......

mais sur un plan plus général.... la fameuse mondialisation en est à ses limites, en tout cas dans le forme qu elle avait.....et c 'est la que ça se complique....

le mirage de la techno et de la science..... on en perçoit les travers petit à petit.... les richesses se redistribuent à vitesse grand V en laissant de plus en plus de monde au bord de la route

en fait la croissance chinoise est certainement bcp plus faible que les 6.8% officiel.... hors la promesse du PC chinois c'est, je m occupe de tout, y compris de votre vie privée, mais en échange je vous promets la prosperité.....

ça marche depuis trente ans.... c 'est entrain de coincer......et il y a deux camps dans le parti..... ceux qui souhaitent une ouverture plus consensuelle pour maintenir ce statut quo avec le peuple, et les tenants du rapport de force.....

c 'est toute la problématique avec les US
a écrit le 09/05/2019 à 10:24 :
C'est perdu d'avance pour les USA. Il fallait commencer cette guerre il y'a au moins 20 ans. Aujourd'hui la chine est en avance dans la plupart des technologies du 21 siecle et avec les moyens financiers et humains dont dispose le pouvoir chinois, il sera difficile d'arrêter leur ascension pour le leadership mondial
a écrit le 09/05/2019 à 9:04 :
Quelle nation signerait un traité avec les US réputés pour ne pas les respecter. Les amérindiens ont été les premiers à payer le prix de la confiance. Ils ont été massacrés. Plus récemment, les USA sont sortis unilatéralement du traité sur les armements avec la Russie et l'Iran, partenaires stratégiques de la Chine.
Il faudrait être bien naïf pour croire que la signature de l'Oncle Sam en bas d'un parchemin a la moindre valeur. Les traités US, comme les promesses des politicards, n'engagent que ceux qui y croient. La Corée du Nord et la Chine l'ont parfaitement compris.
Réponse de le 09/05/2019 à 9:13 :
"Quelle nation signerait un traité avec les US réputés pour ne pas les respecter."

C'est complètement faux c'est juste que les américains mettent des clauses dans leur contrat genre respect de la démocratie, respect des intérêts communs et-c... que les protagonistes s'empressent de ne pas lire ou bien d'en tenir compte pensant à des détails bavant devant l'énorme marché US.

LA bêtise mais surtout l'avidité et la compromission avec les hommes d'affaires des dirigeants du monde suffit pour emporter le reste.

Votre pensée est obsolète.
Réponse de le 09/05/2019 à 9:26 :
@ citoyen blasé
A vous lire, l'obsolescence à une courte durée de vie comme votre mémoire. Les US sont sortis de la COP 21, signée à Paris avec des dizaines de nations. Autre observation, les traités ne sont pas des contrats.
Réponse de le 09/05/2019 à 10:13 :
"les traités ne sont pas des contrats. "

ET donc vous en connaissez les composantes exactes de ces traités ?

Par ailleurs vous croyez que les hommes d'affaires et politiciens du monde ne parlent pas entre eux que tout est visible et effectué de manière totalement transparente sans rire ?

Bizarre pourtant vous avez internet...

Il serait surtout temps que nos dirigeants européens ne soient plus des bisounours manipulables à merci par les hommes d'affaires et politiciens du monde hein.

Encore merci les naïfs... -_-
a écrit le 08/05/2019 à 20:00 :
Un produit chinois taxé à 25% reste toujours bien moins cher qu'un produit américain.
J'en reviens à ce que je dis depuis le début, l'administration Trump soulève un vrai problème mais apporte des solutions simplistes, il aurait fallu restreindre le nombre de produits taxés et les taxer plus lourdement, de même il aurait fallu cibler des produits qui faisaient concurrence à des produits américains. Or là, je suis quasiment certain que la Chine va lancer des taxes en représailles et donc le déficit commercial va s'aggraver car les USA vont continuer à importer ce qu'il y a de moins cher (même taxé à 25%).
Réponse de le 09/05/2019 à 4:22 :
Ou alors le produire sur le sol américain ce qui est l'objectif de Trump
a écrit le 08/05/2019 à 19:09 :
Je n'apprécie guère Trump, mais il faut bien reconnaître que lui, au moins, defend vigoureusement son pays et essaye de mettre un terme à la coupe réglée engagée par les chinois depuis bien longtemps sans que nos dirigeants ne réagisse de manière efficace.
a écrit le 08/05/2019 à 18:59 :
"...changer une loi est une procédure longue et compliquée en Chine...". C'est presque beau, ce cynisme. Raison de pus, pourrait-on penser, pour qu'ils s'y mettent le plus vite possible, alors... Il va vraiment falloir leur apprendre les syndicats et la démocratie. On ne pourrait pas leur envoyer comme formateurs pendant plusieurs années quelques gilets jaunes et Martinez ? Ils n'ont plus tout à fait l'air d'être très occupés par leurs manifestations en France et ils pourraient faire tellement mieux en Chine...
a écrit le 08/05/2019 à 18:10 :
On ne peut pas dire que les USA aient tort sur le volet commercial avec la Chine.
La protection des économies occidentales s'impose depuis longtemps face aux pratiques de certains pays , surtout la Chine.
La Chine est très protectrice de son économie et l'Occident a accepté l'inacceptable durant des décennies.
a écrit le 08/05/2019 à 17:08 :
Un choc de culture entre d'un coté, les USA, des gens qui ont l'habitude de prendre des décisions rapidement, et de respecter les contrats, et de l'autre, des personnes habituées à des négociations marathon, (quelques fois des années) où tout se rediscute même après signature au motif que l'environnement lors des discussions premières peut avoir changer..le déséquilibre de la balance commerciale est évident quand on regarde les montants d'échange et M.Trump a raison de vouloir faire bouger les lignes. Il faudra tout de même voir jusqu'où il est prêt à aller..
Réponse de le 08/05/2019 à 21:08 :
"les USA, des gens qui ont l'habitude de prendre des décisions rapidement, et de respecter les contrats"
Les américains sont plutôt du genre à imposer leurs règles du jeu et à les changer quand ça les arrangent. Ce n'est pas une question de culture mais de rapport de force. Les USA sont plus puissants que la Chine mais la Chine monte en puissance plus rapidement. En fait la Chine sait que le temps joue en sa faveur et évite la confrontation directe.
Réponse de le 09/05/2019 à 4:56 :
A Britannicus.
"Les USA respectent les contrats" ! Merci, je me suis bien bidonne en lisant cette ineptie. Encore bravo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :