Exportations de céréales : cinq nouveaux cargos quittent l'Ukraine ce dimanche

Plus de 161.000 tonnes de maïs et de produits alimentaires vont quitter les ports d'Odessa et de Tchernomorsk à destination de la Turquie, de la Chine et de l'Italie.
Le président Volodymyr Zelensky inspectant le 30 juillet le premier cargo chargé de céréales, battant pavillon turc, au départ du port d'Odessa.
Le président Volodymyr Zelensky inspectant le 30 juillet le premier cargo chargé de céréales, battant pavillon turc, au départ du port d'Odessa. (Crédits : Reuters)

Cinq cargos chargés de céréales prendront la mer ce dimanche au départ des ports ukrainiens de Tchernomorsk et Odessa afin de poursuivre l'exportation des céréales, a annoncé samedi soir le Centre de coordination conjointe (CCC) qui supervise les opérations. Au total, ces bateaux transportent plus de 161.000 tonnes de maïs et de produits alimentaires vers la Turquie, la Chine et l'Italie, selon le CCC qui suivra leur progression jusqu'à Istanbul, où ils seront inspectés au large avant d'emprunter le Bosphore. Avec ces nouveaux départs, les exportations de céréales ukrainiennes trouvent progressivement un rythme régulier.

Le CCC précise, dans un communiqué, qu'il est en train de "finaliser les procédures d'exportation régulières" dans le cadre de l'Initiative de la Mer noire pour les céréales, nom officiel de l'accord. "Les horaires pourront être affectés par les préparatifs et les conditions météo ou tout autre circonstance imprévue", précise-t-il. Parallèlement le centre a autorisé le cargo MV Osprey à appareiller, à vide, pour Tchernomorsk dès qu'il aura été inspecté dimanche, au large d'Istanbul.

Lire aussiCéréales : après six mois de blocus, un premier navire quitte Odessa

Le CCC est établi à Istanbul aux termes de l'accord international signé le 22 juillet entre la Russie l'Ukraine, la Turquie et l'Onu. Cet accord libère les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février et celles de produits agricoles russes, malgré les sanctions occidentales. Samedi soir, les experts ont terminé l'inspection du Navistar, qui avait quitté Odessa vendredi pour l'Irlande. Deux autres bâtiments partis en même temps seront inspectés dimanche, précise-t-il.

"Cela résoudra la crise alimentaire mondiale"

Dans son adresse aux Ukrainiens samedi soir, le président Volodymyr Zelensky s'est félicité de la relance des exportations par la mer des productions agricoles ukrainiennes. "Nos ports de mer Noire fonctionnent", a-t-il dit. "Mais le principal risque, la sécurité, demeure. Le danger d'une provocation russe et d'actes terroristes perdure. Chacun doit en avoir conscience. Mais si nos partenaires remplissent leurs obligations et garantissent la sécurité des livraisons, cela résoudra la crise alimentaire mondiale", a-t-il ajouté.

 L'indice de référence des prix alimentaires mondiaux calculé par la FAO (Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture) a de nouveau baissé en juillet, s'éloignant ainsi des records atteints en mars. Il s'est établi en moyenne à 140,9 points en juillet, contre un chiffre révisé de 154,3 en juin.

L'indice de juillet reste toutefois supérieur de 13,1% à celui de l'année précédente, sous l'effet de l'invasion de l'Ukraine, de conditions météorologiques défavorables et de coûts de production et de transport élevés. "La baisse des prix des produits alimentaires, qui avaient atteint des niveaux très élevés, est positive, en particulier du point de vue de l'accès aux aliments ; toutefois, de nombreuses incertitudes demeurent", indiquait jeudi dernier Maximo Torero, économiste en chef de la FAO.

Des perspectives économiques mondiales peu encourageantes, les fluctuations des taux de change et les prix élevés des engrais sont autant de facteurs qui mettent en péril la sécurité alimentaire mondiale, a-t-il ajouté.

Lire aussiCéréales : la production française s'annonce « catastrophique » à cause de la sécheresse qui dure

(avec AFP et Reuters)

En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.