Interdictions de visas : Trump désavoué par la justice

 |  | 188 mots
Donald Trump.
Donald Trump. (Crédits : Reuters)
Le décret anti-immigration signé par le président américain a été bloqué par la justice. Désormais toute personne munie d'un visa et venant d'un des 7 pays listés par Donald Trump peut entrer sur le territoire américain.

Le département d'Etat américain a annoncé samedi qu'il autorisait toute personne avec un visa en cours de validité à se rendre aux Etats-Unis, afin de se conformer à l'avis rendu par un juge fédéral de Seattle bloquant le décret anti-immigration de Donald Trump.

"Nous sommes revenus sur la révocation temporaire de visas", a déclaré un responsable du département d'Etat. "Les personnes dont les visas n'ont pas été physiquement annulés peuvent désormais voyager, si ce visa est en cours de validité".

Un blocage de 90 jours été prévu

Le décret bloqué par décision d'un juge fédéral vendredi était censé interdire pour 90 jours l'entrée aux Etats-Unis aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane: Libye, Somalie, Iran, Irak, Syrie, Yémen et Soudan. Il devait également stopper pour quatre mois l'arrivée de réfugiés sur le sol américain.

Le département de la Sécurité intérieure a confirmé samedi que le département de la Justice allait déposer le plus vite possible une injonction d'urgence destinée à lever le blocage du décret.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/02/2017 à 16:36 :
S il arrivait quelque chose de grave aux EU dans les jours qui viennent ,des morts et des blessés orchestrés par un terroriste venu d ailleurs !! qui serait responsable ????
a écrit le 05/02/2017 à 18:44 :
Trump n'a rien compris au job de président des Etat-Unis.
Il s'imagine que c'est un show TV où il suffit de signer des décrets, de froncer les sourcils, d'insulter le personnel et de twitter pour que tout se passe comme il l'entend.

Il a totalement zappé que même POTUS doit convaincre dans son pays avant d'ordonner et que les pays étrangers ne sont pas des succursales de sa petite boite de com.
a écrit le 05/02/2017 à 12:41 :
Belle leçon de démocratie pour le reste du monde : une justice indépendante du pouvoir, rapide et à propos. Ici nous déplorons les lacunes de la justice française avec des affaires indéfiniment en cours : affaire Tapie, affaire Karachi, et dernièrement "affaire" Fillon.
a écrit le 05/02/2017 à 1:45 :
L'anti-Trump continue de sévir chez les bobos-socialos ! Il n'a pas été désavoué par la justice, mais par 1 juge...alors que d'autres juges valident son décret. Ce sera à la Cour suprême de se pronocer pour savoir si son décret est constitutionnel :-)
a écrit le 04/02/2017 à 23:17 :
Keep cool! "A été", "était", l'erreur est humaine. Rien de grave comparé à l'incompétence confirmée de ce petit patron en matière de politique... Merci La Tribune pour ces milliers d'articles intéressants même si certains sont désormais écrits par des ordinateurs algorithmiques. Là où le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt.
a écrit le 04/02/2017 à 23:04 :
Blocage overturned.
a écrit le 04/02/2017 à 20:05 :
Il a simplement oublié un mot ... " avait " mais on comprend le sens de la phrase
a écrit le 04/02/2017 à 18:55 :
Ce n'est pas un jugement au fond. C'est une suspension provisoire de l'application. Un combat d'arrière garde... Ceux qui ont diligenté ce blocage n'ont plus qu'à prier pour que des terroristes n'en profitent pas pour entrer en toute légalité aux Etats-Unis et qu'ils n'y commettent pas des attentats : on voit bien que si le terroriste du Musée du Louvre avait été interdit d'entrée en France... Après, si les modalités d'application ont été mal appréhendées, il est toujours temps de les améliorer.
Réponse de le 04/02/2017 à 19:10 :
Ca risque de remonter à la Cour Suprême... où il ne fait aucun doute que ce décret scélérat et anticonstitutionnel sera définitivement retoqué. J'observe que le juge fédéral qui a suspendu le décret Trump a été nommé par GW Bush et non par Obama, il n'est sans doute pas un suppôt des démocrates.
Réponse de le 04/02/2017 à 20:09 :
Ah bon ? Quand c'est TRUMP qui prend un tel Décret c'est illégal, mais quand c'est OBAMA c'est légal ? Révisez donc votre Histoire récente... La classe dirigeante se serre les coudes, on avait bien compris.
Réponse de le 05/02/2017 à 11:58 :
Vendredi le juge fédéral (U.S. District) de Boston, Nathaniel Gorton interpellé par l'ACLU sur le décret en question a refusé de donner suite. Les attendus de cette décision montrent qu'on a affaire ici de toute évidence à un combat d'arrière-garde qui aura autant de succès que les demandes de recomptage post-électoral, c'est-à-dire aucun. Le tout bien sûr gonflé par médias hystériques qui considèrent que transformer en information toute rumeur / ragot / on-dit / commérage / racontar / hallucination concernant la présidence Trump ajoute à l'éthique journalistique, et une ribambelle de SJWs (Social Justice Warrior) post-adolescents mal dégrossis, qui s'organisent à l'échelle du globe via les réseaux sociaux. Je pense pour ma part que ces blocages finiront par disparaître et que l'administration Trump pourra légitimement effectuer le travail pour lequel elle a été mise au pouvoir. N'en déplaise à certains, les Etats-Unis sont un grand pays et une grande démocratie.
Réponse de le 05/02/2017 à 15:09 :
@Bruno_bd: je ne vois pas en quoi son décret serait anti-constitutionnel ? C'est son devoir que de protéger le pays contre les terroristes potentiels. Bon, je sais, les socialos, pour clore les débats, invoquent à tous les coups le racisme. 1) si les gens jugent que nous sommes racistes, qu'ils retournent là d'où ils viennent puisque c'est mieux et 2) qu'ils aient le courage de se battre contre les régimes qu'ils prétendent fuir. Pour moi, Trump agit dans le meilleur intérêt des US et je souhaiterais que nos dirigeants agissent aussi dans notre meilleur intérêt, car ils commencent maintenant à s'apercevoir que la vassalisation aux US n'était peut-être pas la meilleure poltique :-)
a écrit le 04/02/2017 à 18:52 :
"Un blocage de 90 ETAIT prévu", et non "été" ! A
moins que le rédacteur ne nous fasse une déprime hivernal, cette saison ( conjugaison? ) n'a pas sa place ici!
Réponse de le 04/02/2017 à 19:31 :
Dans la presse il n'y a malheureusement pas qu'à la Tribune que le laxisme orthographique sévit, même le quotidien de révérence et le Figaro n'y échappent pas. Et ce n'est qu'un symptôme parmi tant d'autres du laisser-aller, et de la tolérance à l'à-peu-près qui mine chaque jour un peu plus notre pays.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :