La Chine admet qu'elle construit un deuxième porte-avions 100% chinois

 |   |  302  mots
Le premier porte-avions, le Liaoning, est en service depuis 2012.
Le premier porte-avions, le "Liaoning", est en service depuis 2012. (Crédits : Reuters)
Après avoir acheté son premier porte-avions à l'Ukraine en 2012, Pékin affiche ses ambitions militaires en construisant son propre bâtiment de bout en bout.

C'était un secret de polichinelle. La Chine est bien en train de construire un deuxième porte-avions, a déclaré à la presse une responsable militaire chinoise, confirmant de très nombreuses rumeurs. Le premier porte-avions chinois, le "Liaoning", admis au service actif en septembre 2012, est issu d'un bâtiment inachevé vendu en 1998 par l'Ukraine.

Pour son deuxième porte-avions, l'Armée populaire de libération (APL) veut relever le défi d'une construction 100% nationale. "Nous avons importé le premier porte-avions afin d'être capables par la suite de construire le nôtre", a déclaré Liang Fang, officier de la marine chinoise et professeur à l'Université de la Défense nationale de l'APL.

La Chine a accumulé "beaucoup d'expérience"

"Eh bien, comme certains médias l'ont révélé, c'est ce que nous réalisons : construire le deuxième porte-avions", a-t-elle poursuivi. Selon elle, la Chine a "accumulé beaucoup d'expérience" sur le chantier de rénovation du Liaoning, ce qui lui a permis de passer à "l'étape suivante".

Liang  Liang s'exprimait mercredi 11 mars en marge de la session annuelle de l'Assemblée nationale populaire (ANP, parlement), actuellement réunie à Pékin, et ses propos ont été reproduits par la presse étatique.

Articles effacés

L'Armée populaire de libération, qui cultive le secret sur ses programmes d'armement, se garde d'admettre officiellement qu'elle construit un second porte-avions, mais ce secret a été éventé à plusieurs reprises. À chaque fois que cela s'est produit, les articles de presse ou les communiqués publiés ont été rapidement effacés.

En s'équipant de porte-avions, outil de projection de puissance par excellence, la Chine, selon les experts, assume le risque d'écorner l'image qu'elle veut donner d'elle-même : celle d'un pays qui s'arme uniquement pour se défendre, sans prétendre à l'hégémonie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/03/2015 à 16:20 :
La Tribune devient petit à petit un journal avec autant de sujets de défense que d'information "économique". En vue d'une 3ème guerre en Europe les banques s'intéressent-elles aussi aux armées ?
Réponse de le 16/03/2015 à 20:10 :
pourquoi autant de sujet Défense = parce que ce sont des millions d'heures de travail, des capacités ingénierie et du potentiel de concurrence économique....quand après avoir acquis cette expérience, a l'image de nos chantiers de l'atlantique ou STX, ils feront dans le paquebot, le porte containers ou les transports de pétrole, alors nos industries navales couleront....et donc le tissu industriel et économique avec....
avez vous perçu l'imbrication, celle qui fait défaut chez nous pour comprendre pourquoi il n'y pas beaucoup de secteur de la défense qui soit spécifiquement propre a la défense, quasiment tout est en technologie duale (gps, aciers, lasers, purification de l'eau de l'air,...
a écrit le 13/03/2015 à 10:55 :
Les Chinois font ce qu'ils veulent chez eux, et ils n'ont pas besoin d'avouer au reste du monde qu'ils construisent un porte-avions.
Bref, nous sommes dans un monde multi-polaire.
Et, dans le genre, la question suivante est : pourquoi l'Iran n'aurait-il pas le droit d'avoir la bombe ?
Réponse de le 13/03/2015 à 17:40 :
EXAT ? BONNE QUESTION???
Réponse de le 13/03/2015 à 23:53 :
Parce que l'Iran c'est les méchants et nous les gentils ont veut pas que les méchants il fassent des méchancetés alors ont leur envoi des gentils bombes pour qu'ils fassent pas des bêtises
Voilà c'est tout et c'est pas moi qui le dit c'est l'AFP alors si l'AFP le dit c'est que c'est vrai...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :