La SEC, le gendarme de la Bourse américaine, veut adapter la régulation des marchés financiers à l'ère numérique

Gary Gensler, le nouveau président du gendarme boursier américain veut changer la régulation des marchés financiers pour adapter celle-ci à l'ère numérique. Cette annonce survient alors que des internautes ont de nouveau semé la zizanie à Wall Street autour de l'action Clover Health.

4 mn

(Crédits : Brendan McDermid)

Ça n'a pas traîné. Moins de 24h après que des internautes ont fait flamber l'action Clover Healthà Wall Street, le patron de la SEC, le gendarme boursier américain, a réagi en affirmant qu'il était grand temps de faire évoluer la réglementation des marchés financiers afin de s'adapter aux changements entraînés par l'ère numérique.

"J'estime qu'il convient d'étudier quels sont les moyens de rafraîchir les règles de la SEC pour assurer que nos marchés d'actions répondent à leur mission : maintenir des marchés justes, bien ordonnés et efficaces tout en nous assurant que nous protégeons les investisseurs et facilitons la formation de capital", a déclaré Gary Gensler lors d'une conférence à Washington sur la fintech et les plateformes boursières.

Gary Gensler, qui a pris ses fonctions en avril, a reconnu que les développements technologiques avaient bouleversé les marchés financiers, qu'il s'agisse des voies d'accès à la Bourse pour les petits investisseurs, de la manière dont les plateformes d'échange rivalisent ou encore des incitations économiques pour les différents acteurs du marché.

De nouveaux acteurs promettent l'investissement pour tous

Grâce à différentes applications de courtage, notamment la plateforme Robinhood, les investisseurs particuliers peuvent désormais investir en Bourse sans avoir à passer par un acteur institutionnel.

Fondée en 2013 à Menlo Park, dans la Silicon Valley, Robinhood promet « l'investissement pour tous » et mise sur une interface intuitive couplée à l'utilisation de certains codes du gaming pour rendre l'activité boursière plus facile et ludique.

Certaines estimations font de Robinhood la seconde plateforme de trading américaine derrière TD Ameritrade, et devant les géants E-Trade, Charles Schwab ou encore Fidelity. Un succès notamment dû à sa capacité à attirer un nouveau public dans le monde de la bourse.

Robinhood dans le collimateur des autorités

Certains accusent toutefois cette plateforme de faciliter la spéculation et la volatilité des stocks en lançant sur Wall Street des individus peu familiers avec la sphère financière. Les régulateurs du Massachusetts, qui estiment que l'application encourage des investisseurs inexpérimentés à faire des paris risqués, cherchent ainsi à lui révoquer sa licence.

Dans un entretien sur la chaîne CNBC, Gary Gensler a pour sa part remis en cause le modèle de courtage à zéro commission, vanté par Robinhood et quelques autres noms du secteur aux Etats-Unis. "Je pense qu'il s'agit d'une fausse perception: les transactions ne sont pas gratuites, quelqu'un paye pour mes flux d'ordre et pour les vôtres", a-t-il asséné.

Robinhood se rémunère en effet en touchant un retour pour chaque ordre que l'application achemine vers les teneurs de marché, une pratique légale aux États-Unis, mais critiquée par des régulateurs et des législateurs pour son caractère opaque.

"Ensuite, ils récupèrent nos données et ces données sont d'une grande valeur. Il y a donc zéro commission, mais ce n'est pas forcément gratuit", a poursuivi M. Gensler.

"Par ailleurs, tous les courtiers ne font pas cela aux États-Unis. Et enfin, c'est interdit au Royaume-Uni, au Canada et en Australie et ça n'existe pas dans la plupart de l'Europe."

Stimuler la compétition

Mais quelle que soit la plateforme utilisée, Robinhood ou une plateforme institutionnelle, les transactions boursières y sont aujourd'hui exécutées par un nombre restreint de teneurs de marché au pouvoir considérable, comme le fonds Citadel Securities ou Virtu Financial, ce qui est susceptible d'affecter les prix proposés aux investisseurs. Une réalité que M. Gensler veut également changer.

"La concentration sur le marché peut dissuader toute compétition saine et limiter l'innovation", a affirmé Gary Gensler. "Elle peut également faire augmenter les risques systémiques si un acteur de taille importante ou disposant d'une grosse part de marché venait à défaillir".

Le patron de la SEC a indiqué qu'il avait demandé à ses équipes d'émettre des recommandations pour s'assurer que les investisseurs aient accès au meilleur service possible lorsqu'ils passent un ordre.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 10/06/2021 à 20:57
Signaler
La SEC plus prompt à s'attaquer au naked short selling plutôt qu'à l'ensemble des produits dérivés short/long sans contre-partie incluant notamment les trackers sur indices Bitcoin compris ce qui contribue lourdement à tromper les investisseurs pa...

à écrit le 10/06/2021 à 8:53
Signaler
"maintenir des marchés justes, bien ordonnés et efficaces tout en nous assurant que nous protégeons les investisseurs et facilitons la formation de capital" Avec comme bilan 80% des insectes en moins, 60% des espèces animales exterminées dont une...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.