Le Royaume-Uni veut se protéger des OPA étrangères dans les secteurs clés

 |   |  322  mots
(Crédits : John Sibley)
Westminster va se doter d'un pouvoir de veto pour des opérations sur le secteur de la santé. Il craint que le choc économique lié à la pandémie favorise le rachat de certaines entreprises stratégiques.

Holà sur les OPA. Le gouvernement britannique veut se donner plus de pouvoirs afin de protéger les entreprises des secteurs sensibles comme la santé qui sont visées par des offres de rachat de groupes étrangers, a-t-il annoncé lundi.

Il va proposer au Parlement de changer une loi de 2002, pour être en mesure d'intervenir si la sécurité nationale est en jeu, dans le cas par exemple de sociétés travaillant sur un vaccin ou des équipements de protection contre la pandémie. Ces mesures seront en application dès mardi, selon un communiqué du ministère en charge des entreprises.

Le champ d'action concernera également un peu plus tard les acquisitions d'entreprises technologiques, présentes par exemple dans l'intelligence artificielle.

Lire aussi : La Commission offre 15 milliards aux entreprises stratégiques pour contrer l'intrusion d'investisseurs "indésirables"

Attractivité versus sécurité nationale

La loi de 2002 permet déjà au gouvernement de bloquer les projets de rachat visant des entreprises dans le domaine de la sécurité, des médias ou de la stabilité financière. Aucune opération n'a été interdite à ce jour mais les pouvoirs publics sont intervenus à 20 reprises afin de demander des assurances à l'acheteur.

Le gouvernement estime qu'en raison du choc économique de la pandémie, des entreprises stratégiques pourraient plus facilement faire l'objet de rachat, que ce soit de manière hostile ou parce qu'elles sont en difficulté financière.

Pour le ministre en charge des entreprises, Alok Sharma, il s'agit d'"envoyer un signal important à ceux qui cherchent à tirer avantage de ceux qui sont en difficulté en raison de la pandémie". Selon lui, "ces mesures établiront le bon équilibre entre la sécurité nationale britannique et la nécessité pour le pays de rester attractif pour l'investissement".

Lire aussi : Le gouvernement renforce la protection des entreprises stratégiques françaises

>> VOIR AUSSI - Notre dossier Souveraineté : La France en état d'urgence absolue

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2020 à 10:23 :
Ce sera un énorme avantage pour le R.U. d'être maître chez lui sans avoir à en référer à personne et encore moins à l'U.E. pour toute sa future politique économique fiscale et d'immigration
Réponse de le 23/06/2020 à 16:23 :
Attendons. Dans 2 ou 3 ans, nous en tirerons une conclusion. Dans un problème complexe multifactoriel , on ne regarde pas un ou deux paramètres à la façon comptoir du commerce mais le résultat de l'ensemble des paramètres. D'ailleurs nous ne savons toujours pas dans quels conditions les Anglais vont partir. On ne le saura qu'à la fin de l'année et ça aussi ça conditionne le résultat final.
a écrit le 23/06/2020 à 9:01 :
Ici merci de déposer votre prière européiste chers frères néolibéraux nous nous chargeons de vous débarrasser des hérétiques souverainistes afin que vous puissiez vous recueillir dans un lieu sain.

Amen.
a écrit le 23/06/2020 à 4:59 :
UK redevient une forteresse. Well done.
a écrit le 22/06/2020 à 20:56 :
Effectivement, ils ont intérêt à se couvrir les fesses s'ils ne veulent pas que les étrangers ne les annexent en profitant du double choc virus/brexit.

Mais encore faut t'il en avoir les moyens financiers. Quand le seul moyen de sauver une entreprise c'est de la recapitaliser, c'est celui qui a l'argent qui l'emporte, quelques soient les législations nationalistes.

Et l'angleterre ne peut plus compter sur les poches profondes de l'UE qui l'avaient sauvée du naufrage en 2008.
Réponse de le 23/06/2020 à 7:06 :
et pendant ce temps la France continue a se faire dépouiller
avec la bénédiction de toute la macronie
et ceci contre les parole du président qui continue son double jeu
promesse pour les Français
et produit financier pour une minorité de très proche
Réponse de le 23/06/2020 à 16:40 :
Réponse à Hélios : La France continue à se faire dépouiller par la volonté des Français qui préfèrent mettre 450 milliards (actuel encours) à la caisse d'épargne au lieu d'acheter des parts des entreprises Françaises. Les Français le refusant, les entreprise se font racheter par des étrangers et cela dure depuis belle lurette. Un peuple qui est contre les dividendes ne peut pas posséder ses propres outils de production.Macron n'y est pour rien et n'y peut d'ailleurs pas grand chose car l'état emprunte tous les ans 100 Milliards pour que les dépenses courantes.
a écrit le 22/06/2020 à 20:26 :
99% des OPAs sont faite pour “manger” une entreprise qui est bien implanté ou qui a une bonne technologie mais qui manque d’argent ou qui résumai gérée. Oui certaine OPA sont uniques pour faire des monopoles. Mais depuis GE qui veux racheter Honeywell, les USA savent qu’ils ne peuvent plus faire ce qu’ils veulent grâce à l’UE. Cet article sert juste à dire que l’UK quitte l’UE et se protège comme ce qu’ils avaient en étant membre de l’UE
a écrit le 22/06/2020 à 19:48 :
et oui quand on est maitre chez soi ,on peut se permettre cela
a écrit le 22/06/2020 à 17:31 :
"Le Royaume-Uni veut se protéger des OPA étrangères dans les secteurs clés" . Rien de plus logique de la part d'une nation souveraine, mais cela semble une insulte de notre coté de la Manche!
Réponse de le 23/06/2020 à 14:23 :
La France est le pays le plus visé en Europe avec toutes ses entreprises stratégiques et/ou de haute technologie dans de nombreux domaines, ou sur le podium mondial dans un domaine industriel. Mais les dirigeants Français laissent faire ce dépeçage, imbus d'une idéologie archaïque apprise via l'ENA, promue par les USA pour leur seul avantage. Il faut agir ! L'UE actuelle est une institution truquée, qui imposent des directives favorables à des groupes financiers mais pas aux nations. Les français avaient voté contre mais on leur impose ce qu'ils ne voulaient pas ! C'est dire l'enjeu pour la démocratie ! La France est en train de se faire avoir dans tous les domaines, y compris le spatial. L'Allemagne en profite et joue un mauvais jeu dans l'UE.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :