Trump échoue à nommer deux fidèles supporteurs au sein de la Fed

 |   |  695  mots
(Crédits : Reuters)
Avec le retrait jeudi 2 mai de la candidature de Stephen Moore à la Fed, Donald Trump a échoué à deux reprises à faire entrer des fidèles au sein de l'instance dirigeante de la Banque centrale qu'il accuse de torpiller son économie.

Après Herman Cain, c'est au tour de Stephen Moore de se retirer de la course au poste de gouverneur de la Banque centrale américaine. Ce commentateur économique conservateur de 59 ans, volontiers provocateur, et ancien conseiller de campagne de Donald Trump, était depuis plusieurs jours sous le feu de vives critiques, notamment concernant ses opinions changeantes sur les taux d'intérêt et ses commentaires jugés sexistes concernant les femmes. Sur Twitter, le président américain a salué « un grand économiste pro-croissance et une personne de grande qualité ».

C'est le second revers pour le président après le retrait la semaine dernière de Herman Cain, un ancien prétendant à une primaire présidentielle républicaine dont la candidature fut torpillée par des allégations de harcèlement sexuel, lui aussi pressenti pour l'un des deux sièges vacants de gouverneur à la Banque centrale.

Trump appelle (de nouveau) à baisser les taux directeurs

Avec Herman Cain et Stephen Moore, Donald Trump entendait placer des francs supporteurs au sein du conseil des gouverneurs de la Fed qui décide notamment de la politique monétaire. Le président américain reproche depuis des mois à la Banque centrale d'avoir relevé les taux d'intérêt à la fin de l'année ce qui bride la croissance, selon lui, alors qu'approche l'année électorale de 2020.

Il a encore réclamé dans un tweet mardi une baisse d'un point de pourcentage des taux directeurs - quasiment la moitié de leur niveau actuel - pour doper la croissance, déjà de 3,2% au premier trimestre, alors que le Comité monétaire de la Fed était en train de décider de les maintenir en l'état. Une baisse des taux de cet ordre est en général préconisée lorsque l'économie aborde une récession.

--

--

« La Chine stimule considérablement son économie tout en maintenant ses taux d'intérêt bas [alors] que la Réserve fédérale américaine n'a cessé de relever les taux, même si l'inflation est très faible (...) Oui, nous nous en sortons très bien avec un PIB de 3,2%, mais avec notre inflation extrêmement basse, nous pourrions établir des records et, en même temps, réduire notre dette nationale ! »

Vive opposition politique

Stephen Moore avait conseillé Donald Trump durant sa campagne. Mais il a été rattrapé notamment par une tribune publiée en 2014 dans laquelle il mettait en garde contre une rémunération supérieure des femmes par rapport aux hommes, estimant que cela pourrait avoir un impact négatif sur la "stabilité familiale". Une position réaffirmée cette semaine encore, dans un entretien à la chaîne CNBC.

--

--

« Le plus gros problème économique des vingt-cinq dernières années, était la rémunération des hommes, qui est sur le déclin » alors que celle des femmes « a augmenté ».

Et sa candidature s'est heurtée à une vague d'opposition politique. Cinq sénateurs républicains avaient ainsi déclaré à l'AFP mercredi qu'ils voyaient d'importants problèmes dans cette candidature, alors que deux autres élus de la chambre haute du Congrès avaient déjà fait part publiquement de leurs inquiétudes ces derniers jours. La Maison Blanche avait déjà pris de la distance lundi en annonçant qu'elle examinait ses écrits controversés.

S'il a affirmé regretter certains de ses articles, Stephen Moore avait appelé ses détracteurs à se concentrer sur ses prises de position économiques. Dans sa lettre de retrait obtenue par l'AFP, il a dénoncé des "attaques incessantes" dont il faisait l'objet.

« Les attaques incessantes sur ma personnalité sont devenues insupportables pour moi et ma famille et trois mois de plus de cet acabit serait trop dur pour nous ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2019 à 20:11 :
L’image extérieure des usa a beaucoup changé : les usa étaient connus pour leur ouverture , leur avance démocratique et leur rôle de gendarme du monde.
Les usa sont devenus individualistes et laisse payer les «  dettes mondiales «  à l’Europe et aux pays émergents.
Les usa se désengagent et augmentent leur propre potentiel, et les autres pays ont du mal à suivre ( l’Europe et sa population)
a écrit le 03/05/2019 à 17:13 :
Cela ne fait que retarder son plan diabolique pour faire envahir notre planète par les reptiliens hein !

Bad Trump ! Bad, bad, bad...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :