Trump : malgré leurs critiques, des patrons de la Silicon Valley financent le parti républicain

 |   |  883  mots
Le patron de Tesla Elon Musk a fait un don de 50.000 dollars à une organisation dirigée par le leader de la majorité républicaine à la Chambre des représentants Kevin McCarthy.
Le patron de Tesla Elon Musk a fait un don de 50.000 dollars à une organisation dirigée par le leader de la majorité républicaine à la Chambre des représentants Kevin McCarthy. (Crédits : Reuters)
Le patron de Tesla Elon Musk et le dirigeant de Google Eric Schmidt ont récemment fait des dons au parti républicain en vue des élections de mi-mandat aux Etats-Unis prévues pour 2018. S'ils critiquent fréquemment la présidence de Donald Trump, ces entrepreneurs ne semblent pas favorables au changement de majorité au sein du Congrès américain.

Les relations sont très compliquées entre les géants de la Tech et Donald Trump. Malgré les récentes critiques des grands patrons de la Silicon Valley à l'égard de la politique du président américain, le patron de Google Eric Schmidt et le fondateur de Space X Elon Musk ont signé des chèques importants en faveur du parti républicain. Ces dons devraient participer au financement de la campagne des élections de mi-mandat aux Etats-Unis prévues en novembre 2018.

> Lire aussi : Trump lève déjà des fonds pour sa prochaine candidature en 2020

Musk et Schmidt aux avants postes

A la la fin du mois de mars dernier, le patron de Tesla a fait un don de 50.000 dollars à une organisation dirigée par le leader de la majorité républicaine à la Chambre des représentants Kevin McCarthy. Ce dernier affiche régulièrement son soutien aux décisions prises par le dirigeant américain et l'entrepreneur californien sur son compte Twitter. Musk a également fait un don de 34.000 dollars au parti républicain selon les chiffres officiels.

A l'origine, Elon Musk avait essayé de maintenir des relations de travail relativement étroites avec le président américain en devenant un conseiller très présent sur les questions économiques peu de temps après son élection. En février dernier, il avait également décidé de rester dans l'instance de conseil du président malgré l'annonce du décret migratoire très controversé. Mais finalement, l'entrepreneur a décidé de quitter son poste après l'annonce de Trump relative au retrait des Etats-Unis de l'Accord de Paris.

> Lire aussi : Climat : les entrepreneurs mettent en garde Trump

Elon Musk a annoncé sur Twitter "qu'il n'a d'autre choix que de partir du conseil consultatif" des patrons proches de Trump.

elon musk

"J'ai fait tout ce que je peux" en matière de conseils pour convaincre Donald Trump de ne pas se retirer de l'accord, a-t-il également affirmé dans un autre tweet.

De son côté, Eric Schmidt a également fait un don sans que le montant soit dévoilé. Le patron d'Alphabet a même participé avec d'autres dirigeants tels que Jeff Bezos (Amazon), Tim Cook (Apple), Brian Krzanich (Intel) ou encore Satya Nadella (Microsoft) à la première édition en juin dernier du American Technology Council, un sommet réservé aux acteurs du secteur technologique en présence du chef d'Etat américain à la Maison Blanche.

eric schmidt

Le patron de Google Eric Schmidt dans les bureaux de la Trump Tower en décembre dernier lors d'une réunion entre les dirigeants de la tech américaine et Donald Trump fraîchement élu. Crédits : Reuters/Shannon Stapleton.

> Lire aussi : Le gendre de Trump devient l'interlocuteur des acteurs de la Silicon Valley

Au-delà de Schmidt et de Musk, d'autres grands noms comme la PDG de Oracle et la conseillère de Trump Safra Catz ou des personnes du capital-risque comme Keith Rabois ou Ted Ullyot ont également participé au financement du parti républicain.

Des donateurs pour le camp démocrate

Les acteurs de la Tech participent également au financement du camp démocrate. En avril dernier, la directrice des opérations chez Facebook Sheryl Sandberg a signé un chèque de 25.000 dollars pour l'organisation Emily's list. Ce comité d'action politique apporte un large soutien aux candidates démocrates qui se présentent aux élections locales comme le souligne le site officiel. Par ailleurs, le patron de la société Palantir Alex Karp est un donateur reconnu de la campagne d'Hillary Clinton en 2016.

Sheryl Sandberg

Sheryl Sandberg, directrice des opérations (COO) chez Facebook, est considérée comme la la septième femme la plus puissante au monde selon le classement du magazine américain Forbes. Crédits : Reuters.

La position complexe des géants de la technologie

Les derniers dons d'Elon Musk et des autres dirigeants illustrent la position ambiguë du secteur technologique américain vis à vis du pouvoir exécutif et législatif. Comme le rappelle le site spécialisé Recode :

"Les firmes technologiques doivent s'engager dans les deux partis (républicain et démocrate ; ndlr) de façon égale s'ils veulent avoir un espoir de peser sur les débats du gouvernement à propos des réformes sur l'immigration ou la fiscalité ou sur toute une série de problèmes qui comptent dans l'industrie technologique."

Avec les élections pour le Congrès ou la présidentielle, des firmes comme Amazon, Facebook ont souvent cherché à peser sur le plan politique. Pour la présidentielle de 2016 par exemple, les sociétés de l'industrie technologique ont donné environ 1,8 million de dollars au camp républicain contre 1,5 million pour les démocrates selon les données du Center for Responsive Politics. Ces montants relativement importants permettent ainsi à toutes ces compagnies de peser dans la vie politique américaine tout en suscitant souvent des questions sur de possibles conflits d'intérêts.

> Lire aussi : Présidentielle américaine : qui dépense le plus ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/07/2017 à 10:47 :
Le financement des partis politiques professionnels par des privés n'est que de la corruption ouvertement légalisée maintenant ça permet de voir le vrai visage des uns et des autres.

C'est ce qui manque à notre journalisme, à ceux-ci on leur demande de produire toujours plus avec toujours moins du coup ils n'ont pas le temps et à force en on perdu l'habitude de recouper leurs infos et de prendre ce genre de recul indispensable afin d'être le plus juste possible.

"Les Petits Soldats du journalisme" http://www.acrimed.org/Les-Petits-Soldats-du-journalisme-de-Francois-Ruffin-presentation-par-l-auteur
a écrit le 07/07/2017 à 21:37 :
Rien que de voir leur tronche à tous ces milliardaires j'ai envie de gerber.

Pendant qu'ils passent leur temps à engranger les milliards, des millions de femmes et d'hommes crèvent, la planète se meure dans leur indifférence égoïste.
Réponse de le 09/07/2017 à 0:54 :
Il me semble que les milliardaires cités dans l'article ont contribué à créer des milliers d'emplois qui sont en plus bien payés.
Elon Musk réinvesti par exemple pratiquement tout son argent dans les nouvelles technologies comme le train du futur ou les prochaines fusées.
Les gens comme toi aiment bien critiquer et se plaindre, mais quand il faut agir et créer , il n'y a plus personne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :