"Google for jobs" veut concurrencer LinkedIn et Facebook

 |   |  476  mots
Le moteur de recherche Google va agréger des annonces d'une vingtaine de sites tiers - comme Facebook, LinkedIn, Glassdoor, CareerBuilder ou encore Monster.
Le moteur de recherche Google va agréger des annonces d'une vingtaine de sites tiers - comme Facebook, LinkedIn, Glassdoor, CareerBuilder ou encore Monster. (Crédits : Capture d'écran YouTube / Google)
Le moteur de recherche lance ce mardi "Google for Jobs", une nouvelle fonction qui agrège des offres d'emplois... issues entre autres de Facebook et de LinkedIn.

Google veut devenir le référent pour la recherche d'emploi. La firme de Mountain View lance "Google for Jobs" ce mardi aux Etats-Unis, après une annonce faite le mois dernier lors de sa conférence annuelle pour les développeurs. La promesse affichée : rendre la recherche d'emploi "plus simple et plus efficace"... Pour centraliser la démarche, le géant américain va agréger des annonces d'une vingtaine de sites tiers - comme Facebook, LinkedIn, Glassdoor, CareerBuilder ou encore Monster. Il redirigera ensuite les utilisateurs vers le site ayant publié l'offre d'emploi en premier. "La recherche d'un emploi peut prendre du temps. Et se tenir au courant des nouvelles offres publiées tout au long de la journée  peut devenir impossible", assure Nick Zakrasek, directeur de produit en charge du projet chez Google, dans un communiqué de presse.

Les demandeurs d'emploi reçoivent par mail des alertes selon leurs critères établis, comme l'ancienneté de l'annonce ou encore le temps de trajet depuis leur domicile. "Trouver un emploi est comme un rendez-vous galant", déclare auprès de TechCrunch Nick Zakrasek. "Chaque personne a un ensemble unique de préférences et il ne faut qu'une seule personne pour remplir ce poste." Car Google ambitionne également d'optimiser la recherche du côté des entreprises.

Google mise sur l'intelligence artificielle

L'application des critères par les demandeurs d'emploi permettrait "d'attirer plus facilement des candidats qui cherchent exactement le poste" proposé par une entreprise. "46% des employeurs américains font face à une pénurie d'emploi", justifie Google en citant une étude ManPower. Le moteur de recherche mise sur l'apprentissage automatique, une technique d'intelligence artificielle, afin de détecter lui-même des postes pouvant correspondre à une requête initiale mais avec des intitulés différents. Des grandes entreprises, comme FedEx et Johnson & Johnson, ont piloté le programme. Selon Sundar Pichai, ces groupes ont remarqué une hausse de 18% des candidatures reçues, rapporte The Verge.

| LIRE AUSSI : Avec l'intelligence artificielle, Google veut "ré-inventer" ses produits

Google investit de plus en plus le terrain de la recherche d'emploi, depuis le rachat par Microsoft de LinkedIn en 2016 pour 26 milliards de dollars. Si le géant américain arrive en retard, il dispose d'un avantage de taille : c'est le moteur de recherche le plus utilisé au monde, quand LinkedIn revendique seulement 467 millions d'utilisateurs.

En avril dernier, la firme de Moutain View a lancé dans la plus grande discrétion Google Hire, un moteur de recherche de CV dédié aux entreprises. Il est disponible uniquement en version bêta aux Etats-Unis pour le moment. Un lancement qui survient seulement deux mois après l'offensive de Facebook. Le réseau social aux 2 milliards d'utilisateurs propose depuis février un onglet "Emploi" pour les pages Facebook des entreprises.

| LIRE AUSSI : Facebook empiète sur les plates-bandes de LinkedIn

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/06/2017 à 21:11 :
Bonjour,
Google a lancé aux USA Google for jobs, l'offre pourrait arriver bientôt en France, cela nécessite de la part des annonceurs français de préparer leurs offres d'emploi au format imposé par la firme californienne en utilisant les données structurées. Un guide en français : http://bit.ly/2thcp97

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :