Brexit : vers un plan européen de 5 milliards pour absorber le choc ?

 |   |  401  mots
(Crédits : Piroschka Van De Wouw)
L’Union européenne s’inquiète des répercussions de la sortie du Royaume Uni, prévue le 31 décembre 2020, alors que les négociations stagnent. En cas d'échec, conduisant vers le "no deal", la facture pour les pays membres de l'UE pourrait en effet être salée.

Le président du Conseil européen Charles Michel a proposé vendredi un fonds de 5 milliards d'euros qui sera utilisé pour compenser le choc du Brexit quand le Royaume-Uni quittera définitivement l'Union européenne à la fin de l'année.

Un échec de Londres et de l'UE à trouver un accord sur leur future relation, en particulier commerciale, aurait des conséquences potentiellement dévastatrices, alors que les négociations font du surplace depuis des mois. L'issue du "no-deal" sur le Brexit est en train de devenir de plus en plus probable. En effet, après la secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes le 19 juin, la chancelière allemande Angela Merkel a également mis en garde, le 1er juillet, l'Union européenne sur le risque d'un échec des négociations sur le BrexitOutre-Manche, les banques britanniques ont d'ailleurs déjà été alertées sur l'éventualité d'une sortie sans accord. Début juin, la Banque d'Angleterre avertissait dans un communiqué que cette sortie était "l'une des nombreuses possibilités à laquelle les banques britanniques doivent se préparer".

Lire aussi : Brexit: Londres ne veut pas prolonger la période de transition avec l'UE

"Il est temps de décider" pour le plan de relance européen

D'autre part, Charles Michel a exhorté à l'action les 27 pays de l'UE qui doivent se réunir les 17 et 18 juillet pour adopter un vaste plan de relance de l'économie européenne, en présentant sa proposition de négociation qui tente d'amadouer les "frugaux". "Il est temps d'agir, il est temps de décider", a déclaré le président du Conseil européen, qui a repris la proposition de la Commission européenne d'un plan de relance de 750 milliards d'euros, composé de subventions et de prêts.

Il a en revanche révisé légèrement à la baisse le projet de budget pluriannuel de l'UE (2021-2027), sur lequel ce plan s'adosse, à 1.074 milliards euros (contre 1.094 milliards dans sa proposition de février). Un geste à l'intention des quatre pays "frugaux" de l'Union - Autriche, Pays-Bas, Suède et Danemark. Ces derniers sont très réticents à l'égard de ce plan de relance qui profitera surtout aux pays du Sud, Italie et Espagne en tête, les plus touchés par la pandémie.

Lire aussi : "Le temps presse" : Merkel appelle les Européens à la solidarité et à une adoption rapide du plan de relance

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/07/2020 à 19:24 :
vu que ca n'arrete pas d'etre retarde.........
a écrit le 10/07/2020 à 19:06 :
Nos énarques ont la solution...
Créons un comité théodule avec 10 énarques pour trouver des pistes....
Rapport remis dans 5 ans aux frais de l'UE
a écrit le 10/07/2020 à 17:12 :
Absorber le choc? Que doit on penser de la résilience d'une union européenne qui est en permanence en mode survie, alors que chaque membre est capable d'autonomie?
a écrit le 10/07/2020 à 14:40 :
"Il est temps d'agir, il est temps de décider""

Heu depuis le temps qu'on attend c'est trop tard maintenant, débranchons le tuyau avant que tout ceux qui ont cru en cette belle promesse (on aurait déjà du se méfier) d'une Europe meurent tous de vieillesse !

Vous avez lamentablement échoué parce que vous êtes bien trop faibles tous bien trop soumis à l'argent et c'est toujours le cas, et traînez en plus le cadavre de votre victime derrière vous depuis des années maintenant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :