En Europe, la violente récession se confirme, pas de retour rapide à la normale avant 2022

 |  | 451 mots
Lecture 2 min.
Dans ses précédentes prévisions publiées en juillet, la Commission européenne avait dit tabler sur une contraction de 8,7% en 2020 et sur une croissance de 6,1% en 2021.
Dans ses précédentes prévisions publiées en juillet, la Commission européenne avait dit tabler sur une contraction de 8,7% en 2020 et sur une croissance de 6,1% en 2021. (Crédits : Alkis Konstantinidis)
Une économie en profonde récession, un rebond moins fort que prévu et des dettes qui s'envolent: l'épidémie de coronavirus s'avère désastreuse pour la zone euro, selon un bilan établi jeudi par la Commission européenne, qui n'entrevoit pas de retour rapide à la normale.

Le durcissement des mesures pour endiguer la propagation du virus et la fermeture progressive des frontières anéantissent les espoirs d'une reprise rapide sur le Vieux continent. Dans ses dernières prévisions économiques, l'exécutif européen anticipe une chute de 7,8% du produit intérieur brut (PIB) de la zone en 2020. Cette récession est un peu moins grave que les -8,7% anticipés cet été, mais le rebond espéré l'an prochain (+4,2%) devrait aussi être beaucoup moins fort que le chiffre de 6,1% initialement prévu. En cause: la "seconde vague de la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2020 à 11:06 :
La France, comme toujours bat des records dans le mauvais sens :
- Le plus grand nombre de contaminés depuis le début de la pandémie (plus de 1,6 millions de personnes);
- L'un des plus grand taux d'endettement de la zone euro (Plus de 120% du PIB) contre 67% pour les Allemands; donc nous tombons de plus en plus dans le "club Med" avec les Italiens et les Espagnols;
- Un taux de mortalité à plus de 39.000 morts, contre 12.000 en Allemagne;
- Un taux de chômage qui se situera à plus de 11% fin 2020.
On pourrait allonger la liste.
FILLON se disait à la tête d'un Etat en Faillite, c'est vrai dans tous les domaines: économie, santé, fiscalité, centralisation et donc gestion de la crise ratée.
Pauvre France.
a écrit le 06/11/2020 à 9:11 :
Ah je l'attendais ! Déjà on a validé le covid jusqu'à l'été 2021, maintenant on repousse à 2022, ben le gars qui veut parier dessus il est courageux hein !
a écrit le 06/11/2020 à 6:48 :
J'aimerais bien savoir qui va payer ces dettes... car quand les réponses sont cherchées, seul l'écho de la question revient à mes oreilles... J'espère que les dividendes ainsi que les opérations financières seront fortement taxés, après tout c'est pour défendre ce modèle que la population va être saignée...(encore une fois après 2008, ça fait beaucoup)
a écrit le 06/11/2020 à 4:38 :
En 2022 si les francais sont intelligents ( on peut en douter), ils degageront le petit caporal aux gouvernes. Si non, il vont en voir de toutes les couleurs.
En 22 nvotex mieux.
a écrit le 05/11/2020 à 18:48 :
Arrêtez un peu, avec votre épidémie, vous savez très bien que cette crise était attendue pour 2020 de toutes façons. Ce pauvre COVID-19 sert de bouc émissaire pour tous les problèmes humains. Jusqu'à quand, allons-nous nous voiler la face ? Le Club de Rome nous avait averti en 1972, maintenant, nous y sommes.
a écrit le 05/11/2020 à 18:09 :
Quel "retour à la normale"??? Notre société était déjà en voie d'effondrement avant le covid-19 qui n'en est qu'un symptôme.
Réponse de le 05/11/2020 à 18:43 :
Par retour à la normale il faut comprendre après la mise en place du nom/now et la fin de la propagande de la peur remplacée par la politique de repression ... pour notre bien naturellement, et au profit de l'élite ultralibérale mondialisée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :