En pleine épidémie, les négociations sur le Brexit reprennent

Les derniers échanges, fin avril, s'étaient pourtant achevés sur un constat d'échec, laissant planer une forte incertitude sur la capacité de Londres et Bruxelles à s'entendre, comme prévu, d'ici la fin de l'année.

3 mn

(Crédits : SIMON DAWSON)

Après deux premières sessions marquées par de profondes divergences et l'absence de progrès, Britanniques et Européens reprennent leurs négociations lundi sur leur relation post-Brexit, plombées par la pandémie de nouveau coronavirus.

Ces pourparlers, prévus sur une semaine, débuteront par une "session plénière" en visioconférence, en présence du négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, et de son homologue britannique, David Frost.

"Nous devons maintenant aller de l'avant de manière constructive. Le Royaume-Uni reste déterminé à conclure un accord de libre-échange, tout comme l'UE a déjà conclu des accords avec des pays partageant les mêmes vues", a déclaré vendredi un porte-parole de Downing Street.

Les derniers échanges, fin avril, s'étaient pourtant achevés sur un constat d'échec, laissant planer une forte incertitude sur la capacité de Londres et Bruxelles à s'entendre, comme prévu, d'ici la fin de l'année. "Le Royaume-Uni n'a pas voulu s'engager sérieusement sur un certain nombre de points fondamentaux", avait regretté M. Barnier.

Une charge reprise à son compte cette semaine par le commissaire européen au Commerce, Phil Hogan, dans la presse irlandaise. "Il n'y a aucun signe réel que nos amis britanniques abordent les négociations avec un plan pour réussir. J'espère que je me trompe, mais je ne crois pas", a-t-il dit au groupe d'audiovisuel public RTE.

En cas d'échec, le gouvernement britannique a de toute façon l'intention de "mettre en cause le Covid-19" pour "les répercussions liées au Brexit", croit savoir le commissaire irlandais.

Calendrier chamboulé

Les Britanniques, qui ont formellement quitté l'UE le 31 janvier, sont entrés, jusqu'à la fin de l'année, dans une période de transition, pendant laquelle ils continuent d'appliquer les normes de l'UE.

Les négociateurs doivent théoriquement décider en juin s'ils prolongent ou non cette période, afin de se laisser plus de temps pour négocier. Mais Londres rejette catégoriquement cette idée, quand bien même l'épidémie de coronavirus a chamboulé le calendrier des discussions, ainsi que leur forme -- exclusivement par visioconférence.

Selon une source diplomatique, M. Barnier a expliqué cette semaine aux Etats membres que le Royaume-Uni n'était prêt à faire des progrès que "dans les domaines où il a des intérêts comme les transports, les services et le commerce de biens".

Mais il est réticent "à s'engager dans des domaines importants pour l'UE", comme par exemple la pêche ou "les conditions de concurrence équitables (ou "level playing field", ndlr)".

Londres ne demande rien de plus à l'UE qu'un accord classique de libre-échange, du même type que celui conclu avec le Canada, ce que Bruxelles refuse sans garanties additionnelles, de crainte qu'une économie dérégulée ne surgisse à sa porte.

Ce cycle de discussion se déroulera alors même que le Royaume-Uni négocie depuis mardi avec les Etats-Unis en vue d'un accord de libre-échange "ambitieux".

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 10/05/2020 à 9:26
Signaler
Le RU est sorti comme une lettre à la poste mais tous les abrutis incultes et incompétents qui lui ont vomi dessus ces dernières années ne se remettront absolument pas en question empêchant ainsi que la France avance. C'est vraiment difficile de ...

à écrit le 09/05/2020 à 10:42
Signaler
il n'y a qu ' a les menacer de boycoot des produits anglais et retrait du passeport financier...on verra si nos amis anglais seront plus malin avec les ricains, les russes et les chinois...de toute façon le résultat sera plus au détriment de la popul...

à écrit le 09/05/2020 à 9:31
Signaler
il n'y a pas de raison de refuser aux anglais ce qui est accordé au Canada , sauf si on nous aurait menti sur certaines données de cet accord . Barnier doit s'expliquer

à écrit le 09/05/2020 à 8:54
Signaler
Les Anglais ne sont pas décidés à jouer le jeu. Ils n'ont même pas l'intention de respecter l'accord qu'ils signeront. Ou pas ! (cfr frontière bidon en pleine mer d'Irlande). Ils tablent sur le fait que l'Allemagne et l'Irlande ont très peur d'un N...

à écrit le 09/05/2020 à 8:25
Signaler
Dans les affaires, pour les dossiers aléatoires, on paie les conseils au résultat..

à écrit le 08/05/2020 à 21:20
Signaler
Il faut suivre l'exemple anglais, politique hein... pas sanitaire.

à écrit le 08/05/2020 à 18:03
Signaler
un accord ambitieux avec les etats unis, faut bien comprendre a qui ca sera favorable...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.