Face à la menace d'une pénurie de gaz, l'UE commencera à économiser son gaz la semaine prochaine

Dès le début de semaine prochaine, le texte adopté le 26 juillet par l'UE entrera en vigueur. Il prévoit que chaque pays fasse « tout son possible » pour réduire, entre août 2022 et mars 2023, sa consommation de gaz d'au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période.
La réduction de 15% de la consommation de gaz au sein de l'UE entrera en vigueur « au début de la semaine prochaine ».
La réduction de 15% de la consommation de gaz au sein de l'UE entrera en vigueur « au début de la semaine prochaine ». (Crédits : Konstantin Chernichkin)

Elle l'avait annoncé, ce sera bientôt chose faite : l'Union européenne commencera à économiser son gaz la semaine prochaine. Plus concrètement, la réduction de 15% de la consommation de gaz au sein de l'UE entrera en vigueur « au début de la semaine prochaine », a annoncé vendredi la présidence tchèque du Conseil de l'UE. « Le règlement sur la réduction de la demande de gaz a été formellement adopté. Le texte sera publiée au Journal Officiel au début de  la semaine prochaine et entrera en vigueur un jour après sa publication », a précisé la présidence sur son compte Twitter. Il devrait être publié lundi et entrera en vigueur mardi, a-t-on précisé de source diplomatique européenne.

Alors que les livraisons de gaz russe, acheminées par le géant Gazprom, ne cessent de diminuer depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine et les sanctions économiques prises par les occidentaux contre la Russie, les Vingt-Sept se voient contraints d'économiser leurs réserves. Au point de craindre des pénuries et un rationnement pour l'hiver prochain, notamment en Allemagne qui dépendait à plus de 50% de la Russie pour son gaz. Descendue à 35%, elle n'en demeure pas moins inquiète quant à ses capacités de subvenir aux besoins de ses entreprises et de sa population quand les températures baisseront.

Lire aussiÉnergie, industrie, commerce... pourquoi le modèle allemand ne fonctionne plus

Se préparer au « scénario du pire »

Pour éviter un scénario catastrophe, les États-membres se sont entendus le 26 juillet sur un compromis historique afin de diminuer leur consommation de gaz de façon coordonnée. Le plan prévoit ainsi que chaque pays fasse « tout son possible » pour réduire, entre août 2022 et mars 2023, son utilisation de gaz d'au moins 15% par rapport à la moyenne des cinq dernières années sur la même période. Et ce, pour économiser quelque 45 milliards de mètres cubes de gaz, une quantité équivalente à ce qu'il viendrait à manquer si la Russie coupait totalement les flux et dans le cas d'un hiver particulièrement froid. C'est d'ailleurs une éventualité à laquelle la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a appelé les États membres à « se préparer », évoquant le « scénario du pire ». En cas de « risque de grave pénurie », un mécanisme d'alerte rendra « contraignante » pour les Vingt-Sept la réduction de 15%, mais cet objectif sera adapté aux réalités de chaque État, notamment aux capacités d'exporter les quantités de gaz économisées aux pays dans le besoin, grâce à une série de dérogations. Les États-membres doivent par ailleurs reconstituer leurs stocks avant l'hiver.

Lire aussiComment la guerre en Ukraine façonne une nouvelle géopolitique de l'énergie

L'accord n'a toutefois pas satisfait tout le monde. La Hongrie, s'est opposée à cette mesure jugée « injustifiable, inutile, inapplicable et nuisible », mais l'unanimité n'étant pas requise, le gouvernement hongrois n'a pas pu empêcher son adoption. D'autres pays avaient manifesté leur mécontentement face à ce dispositif comme l'Espagne qui, n'étant pas dépendante de la Russie pour son gaz, rencontre peu de difficultés pour remplir ses réserves en prévision de l'hiver.

Les stocks bientôt remplis en France

En France, si l'inquiétude est bel et bien présente, la ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a assuré, mercredi dernier, que la France aura des réserves complètes de gaz avant le 1er novembre. « Nous sommes aujourd'hui à 80% de remplissage de nos stocks de gaz stratégiques, nous sommes en avance par rapport à notre objectif et cela veut dire que nous remplirons à 100% nos stockages avant le 1er novembre, ce qui était notre objectif », a-t-elle affirmé. Complètes à 100%, les réserves stratégiques de gaz représentent environ 25% de la consommation annuelle de la France. Laquelle dépend évidemment aussi, et d'abord, de l'approvisionnement de fournisseurs privés.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 13
à écrit le 06/08/2022 à 18:31
Signaler
A tous mes contempteurs incapables de discerner le second degré ni la provocation je réponds que comme nous allons droit dans le mur il vaut mieux tout prendre avec dérision et déguster l'instant présent. Célibataire cadre ayant cessé de travailler ...

à écrit le 06/08/2022 à 8:21
Signaler
La Diplomatie n'est plus ce qu'elle était, maintenant les "autorités publiques" préfèrent soumettre sa population par le biais des restrictions, avec des excuses foireuses, plutôt que de se démener pour elle!

le 06/08/2022 à 10:09
Signaler
La diplomatie c est la discussion .. mais pour cela faut être 2.. or quand un Pays de dictature agresse et envahie l’ autre ou est la discussion ? La diplomatie ça peut fonctionner entre démocraties rarement entre démocratie et dictature dont le prop...

le 06/08/2022 à 11:06
Signaler
Quand on parle d'excuses, en voici un "bel" exemplaire!;-)

à écrit le 06/08/2022 à 1:09
Signaler
Comme si c'était l'UE, en tant que décideur suprême, qui décidait quand et combien ses sujets seraient autorisés à utiliser le gaz (et les autres énergies). Tout ça pour complaire aux Américains et servir d'agneau qu'on sacrifie dans leurs ambitions ...

à écrit le 05/08/2022 à 21:54
Signaler
En France les stocks seront bien assez remplis pour assurer un hiver tranquille, pour la suite la France dispose de suffisamment de terminaux de réception de GNL pour assurer son approvisionnement. Il n'y a aucune raison de réduire notre consommati...

le 05/08/2022 à 23:57
Signaler
@Jason 13 Vive la fin de l'Ue...et vous croyez que la France seule avec ses petits doigts musclés s'en sortirait mieux? Foutaises de partis nationalistes.

le 06/08/2022 à 8:03
Signaler
Vous avez entièrement raison !

le 06/08/2022 à 8:39
Signaler
@Valbel89 "et vous croyez que la France seule avec ses petits doigts musclés s'en sortirait mieux? " Ben oui pourquoi, tu doutes de ton propre pays maintenant ?

le 06/08/2022 à 14:02
Signaler
les PIGS ca vient des financiers de londres, pas des allemands. pour le reste on peut evidement jouer perso mais quand ca sera notre tour d avoir besoin des autres (par ex pour payer nos dettes ou en cas d immigration massive suite effondrfement eco ...

le 06/08/2022 à 16:52
Signaler
@ la chose : Moi, je suis d'une chose. Si nous quittons l'UE, notre franc se dévalorisera et nous serons en faillite. Nous continuons à vivre sur de grands pieds avec un déficit de 100 MILLIARDS tous les ans grâce à l'Euro.

à écrit le 05/08/2022 à 21:14
Signaler
Ca fait des années qu'on nous bassine avec le réchauffement climatique, qu'on dit qu'on veut réduire les émissions de gaz à effet de serre de cinquante pour cent, mais en même temps, on a peur de manquer de gaz ? Ca n'a aucun sens

à écrit le 05/08/2022 à 19:25
Signaler
Ne nous pressons pas... A un rythme administratif, s'il vous plaît...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.