La Grèce n'est plus officiellement sous la "surveillance renforcée" de Bruxelles

Plus qu'un symbole, à partir d'aujourd'hui, la Grèce n'est plus sous la surveillance de la Commission européenne, mettant un terme à 12 ans de mise sous tutelle du pays, à la suite de la crise de la dette déclenchée en 2010. Mais le pays n'en a pas fini avec la politique d'austérité au regard de sa situation économique.
Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis.
Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. (Crédits : Reuters)

C'est tout un symbole de l'histoire récente de la Grèce. Après douze ans de surveillance renforcée imposée par la Commission européenne - une véritable mise sous tutelle -, le pays tourne une page. C'est « un jour historique pour la Grèce et les Grecs », a annoncé samedi le Premier ministre conservateur Kyriakos Mitsotakis, dans une adresse à la nation. « Un cycle de 12 ans qui a apporté de la douleur aux citoyens, fait stagner l'économie, et diviser la société se referme », a-t-il rappelé, tout en espérant qu'« un nouvel horizon clair de croissance, d'unité, de prospérité émerge pour tous. »

En 2010, le gouvernement grec qui s'aperçoit que ses caisses sont vides ne peut plus emprunter sur les marchés internationaux en raison de taux qui se sont envolés. Athènes fait alors appel à l'Union européenne (UE), à la Banque centrale européenne (BCE), et au Fonds monétaire international (FMI).

Trois plans de sauvetage et une politique d'austérité

Depuis 2010, trois plans de sauvetage de 289 milliards d'euros sont mis en place par ces créanciers qui exigent d'Athènes de prendre des mesures d'austérité visant à améliorer les finances publiques du pays et à faire rentrer de l'argent dans les caisses. Les retraites et les salaires sont diminués, les impôts sont augmentés, les embauches dans le public sont gelées, les budgets des administrations, des hôpitaux, et de tous les organismes publics sont amputés.

Lire aussiAngela Merkel reconnaît que la Grèce a payé un lourd tribut pendant la crise de la dette

En 2018, le troisième programme s'achève, mais la Commission européenne lance ensuite un régime de surveillance renforcée de l'économie grecque pour vérifier la mise en place des réformes prises et la poursuite des privatisations. Athènes s'engage aussi à maintenir un excédent primaire (avant service de la dette) de 3,5% du produit intérieur brut (PIB).

Lire aussiLa Grèce rembourse sa dette avec deux ans d'avance mais le Graal du AAA reste à conquérir

« Nous avons une forte croissance  et une baisse importante du chômage de 3% depuis l'an dernier et de 5% depuis 2019 », a souligné le Premier ministre. La Commission européenne s'attend en effet à une croissance de 4% cette année alors qu'en moyenne dans la zone euro elle devrait s'élever à 2,6%.

Une dette représentant 180% du PIB

« La Grèce d'aujourd'hui est une Grèce différente », a assuré Kyriakos Mitsotakis. Certes, mais ce jugement est à nuancer face à la situation économique actuelle. Le chômage reste l'un des plus élevés de la zone euro, le salaire minimum l'un des plus faibles, l'inflation s'est affichée à 11,6% en juillet et la dette de 180% du PIB pèse toujours sur l'économie du pays. La Grèce est encore loin d'en avoir terminé avec la politique d'austérité appliquée depuis 12 ans.

(avec agences)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 20/08/2022 à 18:01
Signaler
Et en plus bientôt il ne sera plus suffisant de rouler la dette, a la saint modeste de 2023 a 2042 il va y avoir les échéances des restructurées du mémorandum du 24 février 2012. Je crois bien que c'était un truc de 2 a 3 Mds par souche, ça va faire ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.