Athènes dément vouloir reporter le paiement au FMI faute d'aide

 |   |  337  mots
La semaine dernière, Athènes a présenté une liste de réformes à ses créanciers afin de leur prouver sa détermination à honorer ses engagements.
La semaine dernière, Athènes a présenté une liste de réformes à ses créanciers afin de leur prouver sa détermination à honorer ses engagements. (Crédits : REUTERS/Yannis Behrakis)
La Grèce et ses créanciers devaient se mettre d'accord sur un rééchelonnement afin qu'Athènes ne fasse pas défaut sur sa dette, d'après le ministre grec de l'Intérieur Nokos Voutsis. Un porte-parole du gouvernement a démenti.

| Article publié à 16h26, mis à jour à 17h07.

Le gouvernement grec a démenti mercredi 1er avril toute intention de reporter un remboursement au Fonds monétaire international (FMI) prévu le 9 avril, après des déclarations au Spiegel allemand de Nokos Voutsis, ministre de l'Intérieur, selon lesquelles Athènes ne pourrait pas effectuer ce versement sans aide supplémentaire.

"Il n'y a aucun risque que la Grèce n'honore pas ses obligations envers le FMI le 9 avril", a déclaré à Reuters Gabriel Sakellaridis, porte-parole du gouvernement.

"Si aucun argent n'arrive d'ici au 9 avril, nous commencerons par payer les salaires et les retraites ici, en Grèce, et ensuite nous demanderons à nos partenaires étrangers d'admettre et de comprendre que nous ne pouvons pas payer à l'échéance les 450 millions d'euros au FMI", a déclaré le ministre grec dans une interview.

Nokos Voutsis a ajouté que la Grèce et ses créanciers devaient se mettre d'accord sur un rééchelonnement afin qu'Athènes ne fasse pas défaut sur sa dette. "Il y a assez d'argent jusqu'à la mi-avril", a-t-il dit.

 Vers un accord avec l'UE et le FMI la semaine prochaine

Plus tôt dans la journée, le ministre grec de l'Économie Georges Stathakis a déclaré sur la chaîne Skai TV escompter un accord sur les réformes avec les créanciers de la Grèce (Fonds monétaire international et Union européenne) la semaine prochaine, lequel contribuerait à débloquer l'aide financière encore attendue.

La semaine dernière, Athènes a présenté une liste de réformes à ses créanciers afin de leur prouver sa détermination à honorer ses engagements de discipline financière et de montrer qu'elle mérite une aide financière. Celle-ci prévoit un revenu des privatisations de 1,5 milliard d'euros cette année, tiré de la location à long terme de 14 aéroports régionaux et de la vente du port du Pirée.

| Aller plus loin Grèce : pourquoi le blocage semble indépassable

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2015 à 22:55 :
« Le régime de construction de Holding des Pays-Bas est le plus populaire au monde avec un environnement fiscal très avantageux – 0 % de taxes ! – et une très grande flexibilité du droit fiscal »
ONG hollandaise SOMO.
Le Luxembourg permet de réduire la fiscalité avec le même type de services que fournissent les Pays-Bas.
« Ce type de procédé aide certainement l’économie hollandaise et luxembourgeoise, mais détruit les revenus fiscaux des autres pays européens. Comment exiger des Grecs qu’ils augmentent leurs recettes fiscales d’un côté, tout en offrant une palette de services financiers permettant aux gros acteurs économiques grecs de s’affranchir de leur devoir de payer leurs impôts en Grèce ? »
Eva Joly
a écrit le 01/04/2015 à 20:45 :
Arrêtons d appauvrir les français pour soutenir le tonneau des danaïdes !💉💊💣
Réponse de le 02/04/2015 à 9:17 :
Sauf que...Ce sont les français qui, en vivant aux crochets de la Grèce, appauvrissent les Grecs et contribuent à provoquer sciemment un véritable génocide socio-économique dans le pays qui a inventé la démocratie. Rappelons que la Grèce est entrée de force dans l’eurozone parce qu’un psdt français joueur d’accordéon a magouillé avec Goldman Sachs pour que la Grèce entre dans cette zone euro. Le but, à l’époque, était déjà de renflouer ls banques françaises mal gérées. Rappelons aussi que la pseudo « aide » à la Grèce, qui n’est qu’un vulgaire racket institutionnalisé, a été impisé de force à la Grèce uniquement et exclusivement pour... renflouer les banques françaises et, dans une moindre mesure, allemandes. Rappelons encore que la pseudo « aide » à la Grèce rapporte chaque année des dizaines de millions d’euros à la france (plus de 720 millions d’euros jusqu’à présent) ; France qui truque ses comptes vis-à-vis de l’eurogroupe et qui a un besoin désespéré de l’ »aide » à la Grèce pour renflouer ses comptes, combler ses déficits abyssaux et tenter de rembourser peu à peu une dette 7 fois supérieure à celle de la Grèce. Alors, oui, vous avez raison, il faut arrêter de génocider un peuple. Que les français arrêtent d’être des assistés chroniques et de vivre aux crochets des autres pays. La Grèce ne s’en portera que mieux.
Réponse de le 02/04/2015 à 11:54 :
Faudrait arrêter l'ouzo !... "Les Français qui, en vivant aux crochets de la Grèce, appauvrissent les Grecs... etc"... Vous pouvez expiquez ??? Puis, "La Grèce est entrée de force dans l'eurozone parce qu'un président français joueur d'accordéon a magouillé avec G. Sachs".. Faut arrêter la Suma ! Petits anachronismes historiques, Giscard d'E. était depuis belle lurette en retraite lors de la création de l'eurozone, il était en fonction lors de l'entrée de la Grèce dans la CEE en 1981...
Tout est à l'avenant...
a écrit le 01/04/2015 à 19:19 :
"Il n'y a aucun risque .... que nous ne pouvons pas payer à l'échéance". "à nos partenaires étrangers d'admettre et de comprendre" - en clair: nous payons si vous payez, ne posez pas de questions, nous sommes obligés à nos électeurs, les vôtres ne nous concernent pas, finalement c'est nous qui avons inventé la démocratie.
Réponse de le 01/04/2015 à 22:26 :
@entreleslignes: cette hsitoire d'inventeur de la democratie repose sur un documenht qui parle de l'organisation d'un vote avec des cailloux noirs et blancs....comme si les civilisations precedentes (bien qu'il n'y ait pas de documents) n'avait pas un systeme de compromis et de discussion avant de prendre leurs decisions !!! C'est le gros probleme des Grecs, ils ont l'impression que le monde leur doit tout et qu'ils ne doivent rien. En angalis, on resume cette attitude par un seul mot "bull..."
a écrit le 01/04/2015 à 18:11 :
la dette de la Grèce a déjà été rééchelonnée sur 30 ans ! plus ,ça voudrait dire l'éternité , c.a.d. JAMAIS !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :