Plusieurs milliers de manifestants en Allemagne, en France et en Italie pour les migrants en Europe et la Grèce

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté samedi en Allemagne, en Italie et en France, en signe de solidarité avec les migrants en Europe et contre l'austérité en Grèce.

4 mn

(Crédits : AFP)

 A Berlin, un cortège a rassemblé 3.700 personnes selon la police locale, 10.000 selon les organisateurs. Les manifestants étaient réunis sous le mot d'ordre "Faire l'Europe autrement", à l'appel de diverses organisations de gauche et notamment des partis allemands d'opposition Die Linke et Grünen.

Calme, la foule était dominée par des slogans pro-migrants, a constaté sur place un photographe de l'AFP, en ce samedi qui coïncide avec la journée mondiale des réfugiés. "Pas de frontière, pas de nation, arrêtez la déportation" et "Dites-le fort, dites-le clairement, les réfugiés sont ici les bienvenus", scandait-elle notamment. Certains manifestants arboraient aussi des drapeaux grecs ou des pancartes soutenant Athènes, actuellement dans une phase critique des négociations avec ses créanciers européens et menacée de sortie de la zone euro. "L'Europe technocratique, froide et néo-libérale dirigée par l'Allemagne est insupportable", indiquait une pancarte d'une manifestante.
A Paris, plusieurs centaines de personnes ont défilé samedi après-midi sous le solgan "La crise nous tue, la lutte nous unit". Scandant "ensemble, ensemble contre l'austérité", les manifestants ont marché de la place Stalingrad vers la place de la République derrière une banderole "Grèce, France, Europe: l'austérité tue, la démocratie meurt, résistons". En tête du cortège, dans lequel flottaient des drapeaux du Parti de gauche, du Parti communiste français, d'Europe écologie Les Verts et quelques drapeaux grecs, avaient pris place notamment Jean-Luc Mélenchon et Pierre Laurent.

L'appel du PS pour un compromis en Grèce

Le conseil national (le "parlement") du Parti socialiste (PS) a lancé "à l'unanimité" un "appel solennel" au Fonds monétaire international (FMI) pour qu'il "cesse d'entraver tout compromis possible" avec la Grèce, au bord du défaut de paiement. "A l'unanimité, nous lançons un appel solennel, d'abord au FMI, pour qu'il cesse d'entraver tout compromis possible. Ensuite à l'ensemble des parties prenantes pour que lundi soir, il y ait le compromis nécessaire pour que la Grèce reste dans l'Europe", a indiqué le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis.

"A l'unanimité nous apportons notre solidarité au peuple grec qui subit depuis cinq ans une austérité dramatique", a ajouté le dirigeant socialiste. "Nous espérons que le président de la République, qui recevra de son côté les personnalités qui ont lancé un appel pour défendre le peuple grec (celui lancé par le PCF notamment, ndlr), pourra agir en ce sens, de manière (à) trouver le chemin qui préserve les intérêts des Européens et en même temps du peuple grec", a fait valoir M. Cambadélis, reçu vendredi par l'ambassadrice de Grèce en France, Maria Theofili. Interrogé sur le degré d'implication de François Hollande dans ce dossier, le premier secrétaire du PS a répondu: "Si j'en juge par ce que l'ambassadrice de la Grèce m'a dit, le gouvernement grec estime que l'activité de la France est tout à fait satisfaisante et les Grecs peuvent s'appuyer sur la France qui cherche un chemin de compromis".

En Allemagne notamment, une manifestation devait avoir lieu à Munich (sud) dans l'après-midi, derrière le slogan "Solidarité avec la Grèce, ensemble contre le diktat d'austérité européen". En Italie à Rome, près d'un millier de manifestants se sont rassemblés devant le Colisée sous la pluie en faveur des réfugiés, sous le mot d'ordre "Stop au massacre maintenant", a constaté un autre photographe de l'AFP. Là encore, certains participants en profitaient pour exprimer leur solidarité avec la Grèce.
"Nous sommes ici pour sauver notre Europe, avec les les immigrants, les réfugiés et la Grèce y compris. L'Europe doit appartenir à tout le monde et pas juste aux Allemands et aux banques", a expliqué à l'AFP Luciano Colletta, un retraité de 66 ans.
La question de l'immigration a pris de l'ampleur ces derniers mois en Europe, après plusieurs naufrages de navires remplis d'immigrés en Méditerranée, à chaque fois avec un bilan humain très lourd.
L'Union européenne va lancer prochainement une mission navale pour lutter contre les passeurs en Méditerranée, et envisage de mettre en place des quotas pour répartir les immigrés entre pays européens. Mais cette dernière initiative de Bruxelles est loin de faire l'unanimité dans les autres capitales européennes.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 22/06/2015 à 18:14
Signaler
Oui oui la planète à tout le monde, empruntez empruntez à tout va ne remboursez pas. Ok mais mois je ne veux plus payer d'impôt pour les autres

à écrit le 22/06/2015 à 9:12
Signaler
Je suggère qu'on réportorie tous ces gens et qu'on leur fasse payer la facture ! Ah, je suppose qu'ils sont d'accord que les autres paient, mais qu'ils ont une opinion différente quand l'argent sort de leur poche :-)

à écrit le 21/06/2015 à 21:26
Signaler
Vive l'Europe musulmane !!!! Les chrétiens par dessus bord des embarcations ....

à écrit le 21/06/2015 à 19:35
Signaler
Si on constitue une internationale de tous ceux qui ne veulent pas payer leurs dettes, c'est sûr que ça va faire du monde !!! Débiteurs de mauvaise foi de tous les pays unissez vous !!!

à écrit le 21/06/2015 à 18:12
Signaler
Pour les migrants :plus nous en recevrons plus il en viendra et dans le lot il y aura des gens qui ne nous voudront pas que du bien!!!donc il faut les renvoyer dans leur pays mais les traiter correctement et humainement!! Quant aux grecs nous auron...

à écrit le 21/06/2015 à 12:50
Signaler
manifester pour que '"les autres " les prennent en charge .Voilà de la générosité, de la solidarité avec la plus profonde hypocrisie.

à écrit le 21/06/2015 à 12:04
Signaler
Cela fait déjà un moment que les Grecs nous font les poches. On doit en être à 350 milliards d'Euros pour sauver ce Pays. Si tous ces manifestants veulent faire un don en solidarite aux Grecs, libre à eux et ils seront en accord avec leur conscience....

à écrit le 21/06/2015 à 11:04
Signaler
Un élan de solidarité avec l'argent des autres ne veut rien dire et est surtout ignoble !!! Que les gens solidaires de la Grèce ou des illégaux utilisent leurs propres deniers pour leur venir en aide !!! Personnellement, je pense qu'on a suffisamment...

à écrit le 21/06/2015 à 11:03
Signaler
Ce sont les banquiers qui ont prêté depuis 10 ans aux grecs sachant pertinemment qu'ils ne pourraient jamais rembourser ,qui sont responsables. Les contribuables qui ont payé pour les banques ont vu leurs impôts exploser. Les États de l'UE aimeraien...

à écrit le 21/06/2015 à 10:29
Signaler
A voir la teneur des commentaires des Français dans les forums de LT, tous pleins de mauvaise foi et malveillance envers la Grèce, je n'oserai pas dire qu'on manifeste en France pour la Grèce. Ce serait cynique, hypocrite et cela ne correspondrai...

le 21/06/2015 à 16:27
Signaler
Vous avez raison, les Français ne sortent manifester dans la rue que par des sujets franco-français uniquement. Même pas pour manifester contre ce traité NAFTA ni contre les sanctions russes et pourtant ce sont des choses qui les concernent directeme...

le 21/06/2015 à 18:20
Signaler
Ceux qui manifestent sont probablement déjà des assistés, des intermittents du spectacles, des migrants, ou bien des bobos gauchistes. Ils ne représentent pas la France.

à écrit le 21/06/2015 à 9:28
Signaler
En plus, ils refusent les boites de petit salé aux lentilles...

à écrit le 21/06/2015 à 9:26
Signaler
Vous allez bientôt partir en camping pour les vacances ? Alors n'oubliez pas que, vous honnête citoyen, vous devez disposer de papier en règles, que vous ne pouvez pas vous installer n'importe où, et que vous devrez vous acquitter d'une taxe de séjou...

à écrit le 21/06/2015 à 8:47
Signaler
C'est toujours facile avec l'argent des autres Non chacun doit assumer Au lieu de manifester faites un chèque

à écrit le 21/06/2015 à 7:51
Signaler
Mélanger la Grèce, l'austérité et les migrants, c'est n'importe quoi. On ratisse large. On pourrait manifester contre les impôts, la délinquance et la pollution....On aurait du monde. Et pourtant ils n'étaient que quelques milliers

à écrit le 21/06/2015 à 7:16
Signaler
Encore une belle manip pour couper l'herbe sous les pieds de ceux qui pourraient légitimement s'exprimer sur ces deux sujets fort distincts mais où on retrouve le dictat de l'UE dans toute sa splendeur bureaucratique et antidémocratique. Quel rapport...

à écrit le 20/06/2015 à 22:06
Signaler
Quelques associations manifestent pour les migrants mais ceci est loin de représenter la majorité. Pas un mot sur les contre manifestations pour dénoncer le bordel que fait régner les migrants à calais. C est cela l information en France!!! Étant d...

à écrit le 20/06/2015 à 21:46
Signaler
Où est le temps, pas si lointain que çà, où les députés élus recevaient une Mercédes noire de + de 40 000€ ? Ces manifestant sont ils conscients des problème économique de la vieille Europe ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.