Pour la BCE, le pire de la crise économique est "probablement passé"

 |   |  356  mots
(Crédits : KAI PFAFFENBACH)
Après avoir tenté d'éteindre les incendies provoqués par l'arrêt de l'activité économique dans de nombreux pays européens, l'institution financière se montre optimiste. Une première depuis des mois.

Le "pire" de la crise économique causée par l'épidémie de coronavirus dans la zone euro est "probablement passé", a estimé vendredi la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde.

C'est la première fois depuis des mois que l'institut monétaire fait preuve d'un optimisme, même prudent, sur la question.

La Française, qui s'exprimait dans le cadre d'un forum virtuel, a toutefois insisté sur le fait que la reprise sera "incomplète" et "inégale" et qu'elle va "transformer" l'économie.

Lire aussi : Pour faire face, les banques devraient fusionner, estime le superviseur de la BCE

En Europe, un sommet extraordinaire réunissant physiquement les dirigeants des 27 pays de l'UE aura lieu à Bruxelles les 17 et 18 juillet pour tenter de trouver un accord sur le plan de relance massif de l'économie européenne, en prévoyant la création d'un fonds de relance de 750 milliards d'euros financé par des emprunts massifs.

"Je ne pense pas qu'ils arriveront à un accord" dès la mi-juillet, a prévenu la Française, voyant des "négociations intenses" s'engager et un "processus à poursuivre".

Vers la création de nouvelles industries ?

Mais "ce qui est très spécial, c'est que, pour une fois, les politiques monétaires et budgétaires ont travaillé de pair" pour freiner l'impact du virus, s'est félicitée l'ancienne patronne du FMI.

Au sortir de la crise, l'économie aura changé, "les compagnies aériennes, les hôtels et le secteur des loisirs" se développant dans un "format différent", tandis que de "nouvelles industries" vont émerger, affirme Mme Lagarde.

Par ailleurs, la croissance des crédits accordés par les banques de la zone euro au secteur privé s'est maintenue à un rythme élevé en mai, tirée par des entreprises en quête de liquidités face à la crise économique, selon des chiffres publiés en parallèle vendredi par la BCE.

Par contraste, la hausse des prêts aux ménages a continué de progresser à un rythme peu soutenu, à 3,0%, comme en avril.

Lire aussi : BCE : annuler les dettes des États "n'est pas une option"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2020 à 9:37 :
Elle rêve.
a écrit le 28/06/2020 à 19:04 :
Quand Lagarde dit un truc il faut se preparer a ce que le contraire arrive .. bon courage a tous
a écrit le 28/06/2020 à 15:15 :
Vu les petites lignes des prêts j'en doute, l'année prochaine beaucoup de PME qui en ont contractées fermeont
a écrit le 28/06/2020 à 9:01 :
Stop au salariat détaché. Cessez de mettre en concurrence les mains d'oeuvre d'Europe et d'appauvrir et de précariser ainsi les salariés les moins qualifiés. Le salariat détaché creuse les inégalités sociales à l'intérieur des Etats. Je veux un label qui serait attribué aux entreprises et qui nous donnerait des informations sur leur politique sociale et salariale. Je ne veux plus acquérir des biens et des services auprès d'entreprises prédatrices à l'égard des plus fragiles. Je sais que ça n'a rien à voir avec le sujet de l'article mais j'en ai marre de ce vieux monde et de la rareté de l'expression populaire. AUGMENTEZ LE SMIC et INTERDISEZ LE SALARIAT DETACHE et CREEZ UN LABEL QUI RECOMPENSE LES ENTREPRISES VERTUEUSES EN MATIERE SOCIALE..
a écrit le 28/06/2020 à 9:01 :
Stop au salariat détaché. Cessez de mettre en concurrence les mains d'oeuvre d'Europe et d'appauvrir et de précariser ainsi les salariés les moins qualifiés. Le salariat détaché creuse les inégalités sociales à l'intérieur des Etats. Je veux un label qui serait attribué aux entreprises et qui nous donnerait des informations sur leur politique sociale et salariale. Je ne veux plus acquérir des biens et des services auprès d'entreprises prédatrices à l'égard des plus fragiles. Je sais que ça n'a rien à voir avec le sujet de l'article mais j'en ai marre de ce vieux monde et de la rareté de l'expression populaire. AUGMENTEZ LE SMIC et INTERDISEZ LE SALARIAT DETACHE et CREEZ UN LABEL QUI RECOMPENSE LES ENTREPRISES VERTUEUSES EN MATIERE SOCIALE..
a écrit le 27/06/2020 à 23:39 :
Notre tissu économique et social ne dépend que de cette monnaie administré qui a pour seul but de l'uniformiser au niveau de la zone!
a écrit le 27/06/2020 à 19:28 :
Lagarde a parlé. Tous aux abris !
a écrit le 27/06/2020 à 18:45 :
Elle persiste à raconter des bêtises. Je me souviens lorsqu'elle annonçait le taux d'inflation à l'époque ministre de l'économie. Toujours à côté de la plaque.
Réponse de le 28/06/2020 à 12:39 :
Une nulle de première en effet. Il me semble à la même époque, pour lutter contre la perte de pouvoir d'achat, elle conseillait aux consommateurs d'utiliser les bons de réduction, les promos, etc.... Ministre de l'économie quand même.
a écrit le 27/06/2020 à 17:07 :
Zut, la photocopieuse à Euros a surchauffé, on peu plus imprimer ...
donc on va dire que ça va mieux
a écrit le 27/06/2020 à 16:33 :
C'est le "baratin" classique d'une avocate, qui ne se rend même pas compte que la moitié des pays de l'UE sont dans une chaîne de Ponzi.L' Allemagne va finir par dire nein , et l'euro va s'effondrer.
Réponse de le 28/06/2020 à 0:39 :
Exactement
Pour l instant tout va bien
On fait des virements d un compte inconnu qui évite de fabriquer des euros à la planche à billets
La crise économique n est pas réel sauf aéronautique restaurant spectacle et encore on a tellement arrosé
La vraie crise sera monétaire et peut-être à cause des allemands qui vont finir par s’enfuir vu la folie en-cours
Sur les 750 milliards 500 vont être créés la France vit à crédit depuis 40 ans
Comme en Grèce tant que ça marche .......
a écrit le 27/06/2020 à 15:16 :
Le virus chinois revient madame Lagarde ?
a écrit le 27/06/2020 à 7:52 :
Méthode Coué qui n'aura aucun impact sur la dynamique destructrice en cours!
Mon investigation spirituelle établie en 2008 sur l'effondrement de l'U-E est en voie de réalisation:la bisbille entre la BCE est la Cour constitutionnelle de Karlsruhe préfigure ce dont il s'agit.L'attitude hamiltonienne d'économie animée par de la dette aboutit à une impasse.La dette italienne étant une des plus ingérables.L 'Europe sera sauvée du pétrin par les pays d'Europe ne faisant pas partie de l'U-E, en premier lieu par la Russie.Les modifications constitutionnelles faisant actuellement l'objet d'un vote en Russie, préfigurent les fondations juridiques de la future Europe; l'Europe américanisée des Monnet ,Schuman et autres arrive en fin de vie...
Réponse de le 27/06/2020 à 20:32 :
Il me semble que votre marc de café est périmé et cela vous trouble la vue.
a écrit le 26/06/2020 à 22:55 :
Tant que nous serons sous cette monnaie administré nous savons que nous devons adapter en permanence notre tissu économique et social a son concept virtuel d'uniformisation!
a écrit le 26/06/2020 à 22:22 :
Tant que nous serons sous cette monnaie administré nous savons que nous devons adapter en permanence notre tissu économique et social a son concept virtuel d'uniformisation!
a écrit le 26/06/2020 à 20:35 :
Évidemment quand la présidente de la Banque centrale européenne dit une chose pareille, elle qui est bien placée pour le savoir, on peut se dire qu’effectivement le pire de la crise économique est passé mais l’on peut aussi se dire que peut-être il n’y a pas pire menteuse qu’une présidente de Banque centrale européenne et qu’elle dit ça simplement pour rassurer ses « clients », sans doute dans le but de les inciter à consommer, alors qu’en réalité ce n’est pas du tout le cas et que plus le temps passera plus la crise économique nous frappera.
a écrit le 26/06/2020 à 18:02 :
Sympa la positive attitude à la BCE. S’ils croient qu’on va échapper au réel de cette manière on est dans la panade. Le chômage partiel a décalé la crise, les licenciements arrivent et la pandémie étant mondial, la baisse de pouvoir d’achat est globale. La crise économique n’a pas encore commencé
a écrit le 26/06/2020 à 17:49 :
Tant que nous serons sous cette monnaie administré nous savons, car la crise n'est pas monétaire, que nous devons adapter en permanence notre tissu économique et social a un concept virtuel, pour ne pas dire un dogme!
a écrit le 26/06/2020 à 15:39 :
Et puis on pourrait faire du velo aussi, c'est bien le velo
a écrit le 26/06/2020 à 15:02 :
Cette femme se fout du monde depuis des décennies.
Une spécialiste de novlangue avec de multiples créations dans ce domaine à son actif :
"la croissance négative" entre autres dont les journalistes ont oublié l'origine, la RÉCESSION.
a écrit le 26/06/2020 à 14:03 :
Si elle est aussi visionnaire que pour l'arbitrage Tapie, il y a des soucis à se faire sur son analyse.
a écrit le 26/06/2020 à 13:54 :
Passé, présent et à venir, on est en crise depuis les années soixante dix !
a écrit le 26/06/2020 à 13:29 :
"un sommet extraordinaire réunissant physiquement les dirigeants des 27 pays de l'UE"

"Extraordinaire" parce qu'une nouvelle fois rien ne va s'y passer seuls les banquiers vont, ont déjà du d'ailleurs, décider.
Réponse de le 27/06/2020 à 14:16 :
Si les banquiers décidaient de quelque chose, la politique de la BCE serait bien différente, à commencer par celles sur les taux d'intérêt.. Il faut chercher ailleurs..
Réponse de le 28/06/2020 à 10:14 :
En effet ils n'ont même plus besoin de décider, tout le milieu politique œuvre tacitement pour leurs paradis fiscaux.

C'est ce que l'on nomme une oligarchie, la prise de pouvoir pour le seul intérêt d'un petit nombre.

Tant que les paradis fiscaux existent ils détruisent tous les jours un peu plus cette oligarchie devenue trop subventionnée pour le constater.
a écrit le 26/06/2020 à 12:59 :
Christine Lagarde, ministre de l'Economie et des Finances, a estimé, lundi 20 août, que a le gros de la crise financière actuelle était passé et qu'il n'y a pas de raison de modifier l'objectif ....

Ah,2007, on etait jeunes
Réponse de le 27/06/2020 à 7:04 :
Vérification faite, votre citation est exacte. Il y a notamment une interview à l'Obs à l'époque, qui est terrible. Cette dame prévoyait 2,25% de croissance du PIB en 2007 et constatait un rebond des marchés financiers qu'elle présentait comme très bon signe...
En récompense de cette extraordinaire clairvoyance, elle a été promue au FMI puis à la BCE. Chacun pourra en déduire le niveau de compétence requis par ces postes et par suite, la crédibilité de la date.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :