Royaume-Uni : Jérémy Corbyn réélu à la tête du Labour avec 62% des voix

 |   |  316  mots
Jérémy Corbin représente l'aile gauche du parti travailliste britannique.
Jérémy Corbin représente l'aile gauche du parti travailliste britannique. (Crédits : PETER NICHOLLS)
Jérémy Corbyn a réussi à contrer le coup de force des députés travaillistes britanniques qui avaient convoqué une nouvelle élection interne suite au référendum perdu sur le Brexit. Il remporte 62% des voix et bat largement son adversaire, Owen Smith.

Jeremy Corbyn a été réélu samedi à la tête du Parti travailliste britannique, l'emportant largement face à la fronde des parlementaires modérés qui estiment qu'il n'est pas en mesure de conduire la formation d'opposition à la victoire électorale.

Le leader de la gauche s'est imposé avec 313.209 voix contre 193.229 à son rival Owen Smith, renforçant son emprise sur un parti profondément divisé depuis le référendum du 23 juin qui a vu le succès des partisans d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Owen Smith était soutenu par la majorité des parlementaires travaillistes.

L'aile gauche confortée

Ce succès devrait se traduire par une inflexion à gauche des orientations politiques du Labour, une option qu'une partie des travaillistes considèrent comme un handicap pour la reconquête du pouvoir.

Les frondeurs font valoir que cette orientation stratégique va laisser le champ libre aux Conservateurs de la Première ministre Theresa May pour négocier le divorce entre Londres et Bruxelles.

Corbyn, qui obtient un soutien plus large que lors de son élection à la tête du parti l'an passé, a appelé les parlementaires et les militants à collaborer ensemble afin d'apporter un "réel changement" face à la politique des conservateurs.

Jérémy Corbin tend la main aux frondeurs

"Les élections sont passionnées et souvent une question partisane. Des choses sont dites dans le feu du débat que parfois on regrette plus tard", a déclaré Jeremy Corbyn lors de la conférence annuelle du Labour à Liverpool.

"Mais souvenez-vous que nous avons plus de choses en commun que de choses qui nous divisent au sein de notre parti", a-t-il poursuivi.

"Remettons les compteurs à zéro et poursuivons ensemble le travail que nous devons accomplir en tant que parti", a-t-il dit, optant pour un ton conciliant destiné à apaiser les tensions et divergences entre l'aile gauche et l'aile droite du parti.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/09/2016 à 10:39 :
C'est le Mélanchon anglais. Son discours d'intégrité est toujours le bienvenu, car tout le monde rêve d'une égalité parfaite entre les citoyens. Cette utopie est malheureusement souvent déçue et s'avère n'être que de la démagogie. La nature humaine fait que certains sont plus égaux que d'autres (Orwell) et que selon que vous serez puissant ou miserable (Lafontaine) les parcours de vie seront différents. Arrivons déjà à une égalité devant la loi et nous aurons parcouru un chemin énorme :-)
Réponse de le 26/09/2016 à 9:35 :
J'espère qu'il n'est quand même pas aussi borné que Mélenchon (vous savez, le type qui avait les yeux de Chimène pour le chavisme... en assume-t-il le bilan désastreux maintenant ?), sinon, malgré leurs erreurs magistrales comme le référendum, les conservateurs ont de belles décennies devant eux.
a écrit le 25/09/2016 à 9:36 :
Le parti travailliste est gagnant, Corbyn semble disposer d'une base militante tres solide et d'un autre cote cela permet au parti de se demarquer sur le terrain ideologique. Corbyn a su prendre le dessus sur les "elephants" du parti. Cet homme va certainement remodeler la vie politique au royaume-uni.
Réponse de le 26/09/2016 à 9:31 :
Comme à chaque fois qu'il cède à son tropisme gauchiste, le Labour va être éloigné pour fort longtemps du pouvoir. Comme à l'époque de Neil Kinnock.et son prédécesseur Michael Foot qui ont laissé le champ libre au gouvernement de Mme Thatcher. Il a fallu un Tony Blair pour sortir le parti des oubliettes.
a écrit le 24/09/2016 à 21:40 :
Le Labour a fait le choix de la marginalisation. Une autoroute s'ouvre pour les Lib Dem, à eux de savoir tirer parti de cette situation en offrant une alternative pro-européenne aux errements des conservateurs.
a écrit le 24/09/2016 à 18:28 :
Où l'on constate que la droite a largement infiltré le parti travailliste étant donné que Blair a fait une politique de droite et si le labour a perdu son électorat c'est bien à cause de cela, leurs arguments sont donc fallacieux.

C'est exactement pareil avec le parti socialiste, le courant conservateur lui aussi comme sous Blair le domine largement et c'est donc une politique de droite qui est appliquée au pays mais c'est également ce qui fait que le parti socialiste a perdu toutes les élections de ces quatre dernières années.

C'est bien beau d'écouter les conseils de l'oligarchie mais cette dernière étant complètement déconnectée des réalités cela ne se passe pas forcément comme ils le prévoyaient, tous les électeurs de gauche modérée ne sont pas devenus réactionnaires parce que leurs leaders le sont.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :