Régionales : la victoire du pouvoir local

EDITO. La soirée du premier tour des élections régionales a prouvé l'efficacité de l'ancien monde dans la gestion de la crise de la Covid-19.
César Armand

3 mn

(Crédits : CHRISTIAN HARTMANN)

Certes, l'abstention a atteint un nouveau record, certes, les jeunes de moins de 35 ans se sont beaucoup moins déplacés que celles et ceux qui se sont rendus dans les bureaux de vote, mais les résultats du premier tour des élections régionales n'ont pas été ceux que les responsables politiques et que les instituts de sondage nous avaient prédits.

L'impasse de la nationalisation du scrutin

Une élection n'est jamais écrite à l'avance et il faut toujours attendre l'expression des Français, a-t-on coutume de dire. La soirée du 20 juin 2021 a montré que la nationalisation du scrutin était une impasse. Dans toutes les régions où le Rassemblement national était censé virer en tête, il est arrivé deuxième derrière le président sortant.

Dans les Hauts-de-France, Xavier Bertrand, déjà candidat officiel à l'élection présidentielle, était l'homme à abattre tant du côté du RN que de la République en marche qui avait dépêché sur place cinq ministres et secrétaires d'Etat. Sauf que le score obtenu par le sortant a déjoué tous les pronostics et que la liste soutenue par l'exécutif a même dû se retirer, faute d'avoir atteint le palier des 10% des suffrage exprimés.

Idem en Île-de-France où Valérie Pécresse, candidate officieuse au scrutin de 2022, concentre aussi bien les flèches du Rassemblement national que celles du gouvernement qui, là aussi, a cinq représentants. La présidente (Libres!) du conseil régional n'a pas encore gagné mais n'a pas encore perdu non plus. Arrivé deuxième, le RN profite de la division de la gauche mais a obtenu moins de voix qu'en décembre 2015, alors que le parti présidentiel, qui finit en quatrième position, se maintient au second tour, sans réserve de voix. Désormais à la tête d'une union de gauche et d'extrême-gauche, l'écologiste Julien Bayou rêve de coiffer au poteau la patronne du conseil régional, mais l'arithmétique et la politique ne riment pas toujours pas ensemble.

Sans parler de la région Sud, où l'actuel président Renaud Muselier, au cœur d'un micmac LR-LREM qui a fait beaucoup de bruit médiatico-politique, et le transfuge des Républicains Thierry Mariani, restent au coude-à-coude en attendant le résultat final du ministère de l'Intérieur.

Des élus qui ont "fait le job"

Xavier Bertrand, Valérie Pécresse, Renaud Muselier, trois exemples de présidents sortants qui ont en outre "fait le job" depuis le début de la crise de la Covid-19. Les trois ont joué à fond leur rôle de capitaine du développement économique, à coup de plans de relance locaux et d'aides en cascade aux entreprises.

Le diagnostic est le même dans les autres régions. Ces patrons de collectivités parfois aussi grandes qu'un pays européen voisin ont réussi à imposer leur visage dans l'espace public local et national, c'est-à-dire sur le terrain et dans les médias. A rebours du "nouveau monde", l'ancien monde régional a montré que l'occupation de l'espace conjuguée à l'efficacité de l'action politique restait la meilleure recette pour remporter l'adhésion de ses administrés.

César Armand

3 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 22/06/2021 à 13:25
Signaler
Mais pourquoi voter au niveau local ? Peut-importe la couleur des élus, si les décisions prises vont contre les décisions prises par le gouvernement parisien, les Préfets ont tout pouvoir pour invalider les décisions ou en imposer d'autres par décret...

le 22/06/2021 à 17:02
Signaler
En parlant de préfets : Cela faisait plusieurs jours que la rumeur affolait la préfectorale. Le premier ministre, Jean Castex, l’a confirmé, jeudi 6 mai, lors d’une visioconférence avec plusieurs centaines de préfets et de sous-préfets : le corps ...

à écrit le 22/06/2021 à 9:32
Signaler
Le "dégagisme" du gilet jaune dans toute sa splendeur et en plus sans rien changer.. faute d'offre sérieuse!

le 22/06/2021 à 10:08
Signaler
Le "dégagisme" des finances publiques du gilet jaune Jean-François Barnaba ancien directeur du conservatoire de musique de Châteauroux sans affectation rémunéré 2600 euros net par mois depuis plus de 10 ans vous y croyez?

le 22/06/2021 à 19:18
Signaler
Il est gilet jaune Jean Français Barnaba ?

le 22/06/2021 à 20:09
Signaler
@Ici et maintenant Il faudrait un peu vous informer sur les figures du mouvement des ventres pleins et leurs fins de mois difficiles avec une lignée (i.e. 7 enfants) digne du moyen-âge... https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/jean-f...

à écrit le 22/06/2021 à 6:39
Signaler
comment ne plus croire a femme et homme politique qui insulte les electeurs pour ne pas se deplacer ou ne pas avoir vote en leur faveurs la nullite de leur idees il y a longtemps que les francais ont compris leur jeux de role si vous voulez avoi...

à écrit le 22/06/2021 à 6:17
Signaler
elus avec moins de 30 pour cent des inscrit doit donne a une annulation de vote et quand ceci prétende avoir 40 pour cent et etre majoritaire. c'est ce moquer de la democratie pour regularise une seule solution vote en semaine sur deux ou trois j...

à écrit le 21/06/2021 à 18:48
Signaler
Pouvoir local, c'est vide dit, avec un Macron qui leur coupe les vivres 😁

le 22/06/2021 à 9:43
Signaler
Un président de région et de département à 10+ milles euros par mois n'a pas trop à se plaindre me semble-t-il...

le 22/06/2021 à 23:06
Signaler
Réponse à Megadebt : ça c'est un autre débat, qui effectivement mérite d'être posé. Je parlais notamment de la DGF et de la taxe d'habitation.

à écrit le 21/06/2021 à 17:58
Signaler
Je pense qu'une partie des citoyens en n'ont marre des effets de cycles à la française .À chaque élection ont supprime ce qu'a fait le prédécesseur ,cela coûte cher et on avance jamais ,on réinvente la roue à chaque élection ! De plus cela évite la f...

à écrit le 21/06/2021 à 17:15
Signaler
Pour résumer ,tout les présidents de région ( PS et LR) sortant devraient être reconduit reste PACA avec une part d'incertitude.

le 21/06/2021 à 23:55
Signaler
C'est sans doute pour cela que les français ne veulent plus voter puisqu'il n'existe aucune alternative à l'UMPSLV... désormais c'est dans la rue qu'il faudra se faire entendre puisque les urnes sont tenues par des rentiers.

le 22/06/2021 à 8:59
Signaler
Si les français allaient se renseigner et voter en masse pour les petites listes qui font l'effort de se présenter, nos oligarques se bougeraient. Las, ils choisissent de laisser nos oligarques en place et ceux-ci se satisfont très bien de la situati...

à écrit le 21/06/2021 à 15:02
Signaler
Un grand mierci à monsieur Jean-Laurent Félizia qu'il se retire des élections régionales PACA. On a pas besoin des verts, des socialiste etc...... à des postes régionaux.

à écrit le 21/06/2021 à 12:47
Signaler
Pourquoi aller voter le prefet decide de tout !!!!!!UN autre exemple Calais !!!!!!! régulièrement on annonce le démantèlement des camps d'imigres alors qu'en realite on les repartit dans les départements contre leur avis, de meme pour les mineurs is...

à écrit le 21/06/2021 à 12:25
Signaler
Marrant de voir les satisfactions alors qu'aucun peut revendiquer un score digne du mot démocratie Pource qui est du pouvoir local seul le préfet a un vrai pouvoir en région. Les mal élus ne sont que des second couteaux

à écrit le 21/06/2021 à 12:18
Signaler
Nous avons un gros problème de présentation des résultats par les médias. Combien de votes blancs? Nul ne le sait! Et si on se réfère au site officiel vie-public.fr, -je cite-, "L’abstention consiste à ne pas participer à une élection ou à des opérat...

à écrit le 21/06/2021 à 11:37
Signaler
Je ne comprends pas comment on peut titrer un article avec le mot "victoire" pour parler des élections dans un pays ou il n’y a plus qu’un tiers des électeurs qui se déplacent plus aller voter. Les deux tiers des électeurs ne votent plus ! Un chiffre...

à écrit le 21/06/2021 à 10:55
Signaler
"certes, les jeunes de moins de 35 ans se sont beaucoup moins déplacés " Je ne pense pas qu'ils composent 62% de l'électorat, ou bien la France est vraiment bien plus jeune que je ne le pensais ! Ensuite je trouve les prédictions des instituts de...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.