Affaire du Forex : JPMorgan menacée de poursuites pénales aux Etats-Unis

 |   |  326  mots
Plusieurs traders ont déjà été poursuivis pénalement, soupçonnés de s'être entendus via des forums de discussion sur Internet et des messageries pour manipuler les cours en leur faveur
Plusieurs traders ont déjà été poursuivis pénalement, soupçonnés de s'être entendus via des forums de discussion sur Internet et des messageries pour manipuler les cours en leur faveur (Crédits : reuters.com)
Pour la première fois la banque américaine est visée par une enquête pénale de la justice étasunienne pour manipulations supposées du marché des changes.

Un scandale chasse l'autre. Après le Libor qui portait sur la manipulation des taux interbancaires, c'est l'affaire du marché des changes qui prend de l'ampleur. JPMorgan Chase a confirmé lundi soir être sous le coup d'une enquête judiciaire dans le cadre du dossier "Forex" (foreign-exchange).

Plusieurs traders ont déjà été poursuivis pénalement, soupçonnés de s'être entendus via des forums de discussion sur Internet et des messageries pour manipuler les cours en leur faveur rappelle Le Monde. Mais c'est la première fois qu'un régulateur dans le monde menace une institution financière de poursuites pénales dans ce scandale.

1,3 milliard de dollars en plus en prévision d'une amende

La firme dirigée par Jamie Dimon affirme "coopérer" et dit être "actuellement en discussion avec le DoJ (Department of Justice)" et les autres régulateurs "pour régler ces différentes enquêtes", puisque d'autres investigations civiles sont menées en parallèle. Mais ces négociations pourraient ne pas aboutir a-t-il prévenu.

En attendant, JPMorgan Chase a pris les devants d'une amende en augmentant de 1,3 milliard de dollars son fonds pour régler les litiges en cours, le faisant passer de 4,6 à 5,9 milliards de dollars (4,7 milliards d'euros).

Six grandes banques visées

Cinq autres grands établissements financiers sont impliqués dans la négociation d'un accord avec les autorités britanniques et américaines dans cette affaire en plus de JPMorgan Chase : Citigroup, UBS, Barclays, RBS et HSBC. Un dossier conséquent puisque le marché des changes représente 5.300 milliards de dollars de transactions par jour, dont 40% transitent par Londres.

La menace de poursuites pénales des autorités américaines contre JPMorgan intervient selon l'AFP au moment où le DoJ est critiqué pour n'avoir pas réussi à traîner devant les tribunaux un seul grand nom de Wall Street, dont les errements sont pourtant à l'origine de la plus grosse crise financière depuis celle de 1929.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :