Bitcoin : Séoul envisage d'interdire totalement l'échange de cryptomonnaies

 |   |  224  mots
(Crédits : Reuters)
L'annonce de Séoul a fait plonger le bitcoin de près de 12% ce jeudi matin. Déjà, fin décembre, la Corée du Sud, qui concentre 20% des échanges mondiaux de la devise virtuelle, avait interdit l'anonymat des transactions pour lutter contre le blanchiment d'argent et la fraude financière.

Le gouvernement sud-coréen a annoncé jeudi qu'il prévoyait d'interdire l'échange de cryptomonnaies, provoquant ainsi une chute de près de 12% du bitcoin, la plus connue d'entre elles.

Vers 06h00 GMT, sur la plate-forme d'échange Bitstamp BTC=BTSP, basée aux Luxembourg, le bitcoin cédait 11,85% à 13.125 dollars.

Lutte contre le blanchiment d'argent et la fraude financière

Les intentions de la Corée du Sud, une source importante de la demande mondiale pour les cryptomonnaies, interviennent à un moment où les autorités de régulation à travers le monde éprouvent des difficultés à encadrer un actif dont la valeur s'est à un moment multiplié par 20 l'an dernier.

"Il y a de grandes inquiétudes au sujet des monnaies virtuelles et le ministère de la Justice prépare une loi en vue d'interdire les échanges de cryptomonnaies", a déclaré le ministre de la Justice sud-coréen Park Sang-ki.

Le 28 décembre, la Corée du Sud avaient déjà frappé, annonçant des mesures comme  l'interdiction d'ouvrir des comptes anonymes de cryptomonnaie, ou la possibilité pour le régulateur d'empêcher si nécessaire certains échanges. Objectif affiché : renforcer la lutte contre les activités de blanchiment d'argent et de fraudes financières -y compris la manipulation de cours- utilisant les cryptomonnaies.

Lire aussi : Séoul fait plonger le bitcoin

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/01/2018 à 9:18 :
Et ça se dit libéraux...

Au secours.
Réponse de le 11/01/2018 à 19:42 :
C'est vrai plus moyen de spéculer tranquille quoi...
Réponse de le 12/01/2018 à 8:18 :
Personne n'a jamais dit que le libéralisme c'est la jungle. Le libéralisme admet la régulation et les fonctions régaliennes de l'état, dont le pouvoir de battre monnaie.
Réponse de le 12/01/2018 à 11:13 :
"C'est vrai plus moyen de spéculer tranquille quoi..."

Et la bourse c'est pas de la spéculation peut-être ? Or la bourse c'est du libéralisme mais bon on ne veut pas le bitcoin qui concurrence trop les paradis fiscaux de nos établissements financiers, on le comprend parfaitement malgré votre énième tentative d'obstruction sémantique ne vous en faites pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :