Luko mise sur les images satellite pour dépoussiérer l’assurance habitation maison

 |   |  824  mots
Après que le pavillon ait été identifié, les algorithmes de vision par ordinateur calculent la surface des toits, leur inclinaison, détectent, par exemple, la présence d'une piscine, sa taille  ou encore relèvent la présence d'arbres.
Après que le pavillon ait été identifié, les algorithmes de vision par ordinateur calculent la surface des toits, leur inclinaison, détectent, par exemple, la présence d'une piscine, sa taille ou encore relèvent la présence d'arbres. (Crédits : Luko)
L'Assurtech Luko, qui propose une offre d'assurance habitation en ligne, couvre désormais les maisons et plus uniquement les appartements. En utilisant l'imagerie satellitaire, elle veut simplifier ce produit d'assurance et proposer des tarifs plus adaptés. La startup parisienne entend séduire 10.000 nouveaux assurés pour en compter 20.000 d'ici la fin de l'année.

Alors que de nombreuses startups du monde de l'assurance, que l'on appelle les Assurtech, développent des technologies au service des assureurs, dans une logique B2B, Luko, elle, a fait le pari risqué du marché grand public. Après avoir pivoté et lancé une offre dématérialisée d'assurance habitation pour les appartements en septembre dernier, très inspirée de l'américain Lemonade, l'Assurtech parisienne présente ce 18 juin son deuxième produit : une assurance habitation pour la maison, en partenariat avec le réassureur Munich Re, à qui est cédé l'ensemble des risques. "

« Le marché de l'assurance habitation est plus volatile en termes de risques que celui des appartements à cause des aléas climatiques. C'est pour cette raison que nous l'avons abordé uniquement dans un second temps », précise Raphaël Vullierme, cofondateur et directeur général de Luko.

Pour surmonter cet écueil et proposer une démarche la plus simple possible aux assurés, Luko a fait le choix de recourir aux images satellite, disponibles en open source ou achetées auprès de fournisseurs spécialisés. « Grâce aux images satellite et aux algorithmes de vision par ordinateur, nous pouvons procéder à une analyse du risque plus fine et proposer un tarif plus juste », avance l'entrepreneur.

Une souscription en cinq questions

« Habituellement pour souscrire à une assurance habitation pour une maison, l'assuré doit répondre à une trentaine de questions, voire une cinquantaine car les risques sont plus complexes. Avec notre offre, l'assuré répond à cinq questions uniquement », fait-il valoir. L'assuré doit ainsi renseigner son adresse, le nombre de pièces et la surface du logement, valider la présence d'une piscine ou d'une véranda, détectée par l'algorithme, et indiquer s'il est propriétaire ou locataire.

Après que le pavillon ait été identifié, les algorithmes de vision par ordinateur calculent la surface des toits, leur inclinaison, la surface du terrain, détectent, par exemple, la présence d'une piscine, sa taille, ou encore relèvent la présence d'arbres potentiellement dangereux et évaluent l'âge de la maison. Grâce à l'analyse d'autres données, comme la porosité des sols et le taux de criminalité, cinq types de risque (terrain, inondation, industriel et vol) sont notés de 1 à 5. C'est à partir de cette évaluation qu'est déterminé le montant de la prime à verser. L'offre propose des garanties classiques et couvre les catastrophes naturelles, technologiques, le bris de glace, le vol et comprend une responsabilité civile et une assistance pour les problèmes de serrurerie.

La startup ne prétend pas « casser les prix du marché », mais proposer des tarifs plus attractifs grâce à des frais de structure plus légers, et proposer des contrats d'assurance adaptés à chaque domicile.

« À moyen terme, nous voulons aller au-delà de la détermination du prix de la police et utiliser l'imagerie satellitaire pour pousser des conseils sur l'élagage des arbres, par exemple, ou les périmètres de débroussaillage à respecter pour éviter les risques d'incendies », explique Raphaël Vullierme.

Luko prévoit aussi d'utiliser ces images aériennes pour gérer plus facilement l'assistance et la coordination des experts et réparateurs après une catastrophe naturelle.

Doubler le nombre d'assurés d'ici la fin de l'année

Luko, qui revendique 10.000 assurés ayant souscrits à son assurance habitation pour les appartements, espère séduire 10.000 autres clients d'ici la fin de l'année avec ce nouveau produit. « En France, le marché est constitué à 60% de maisons et 40% d'appartements », souligne l'entrepreneur. Luko espère multiplier par 4 ou 5 son nombre d'utilisateurs en 2020.

Pour se faire connaître du grand public, elle mise sur des partenariats noués avec des acteurs du logement, du déménagement ou encore les comparateurs et fournisseurs d'électricité, et les nouveaux services bancaires. Luko travaille ainsi avec Location-étudiant.fr, le coach financier Bankin' et bientôt avec le fournisseur indépendant ekWateur. Elle pense pouvoir créer de la confiance (une dimension indispensable dans le marché de l'assurance) en se passant d'une présence physique, grâce à un service client très réactif, essentiellement accessible par chat. « Ce ne sont pas des chatbots mais de vrais conseillers », précise Raphaël Vullierme.

Luko entend se concentrer sur le marché français jusqu'à la fin de l'année, avant de s'attaquer à deux autres pays européens en 2020. Pour soutenir cette expansion à l'international, elle prévoit de boucler un nouveau tour de table d'ici la fin de l'année, après une première levée de fonds de 2 millions d'euros officialisée en mai 2018. Le challenge est de taille. L'américain Lemonade, qui dispose de moyens colossaux avec 420 millions de dollars levés au cours des 18 derniers mois, vient de lancer son offre en Allemagne sous le nom de Policy 2.0, première étape d'un plus large déploiement européen. Luko vise la rentabilité sur le marché français d'ici deux ou trois ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2019 à 10:42 :
Énorme. Je peux télécharger mon rapport de risque sur la page de pricing !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :