Glyphosate : 2 milliards de dollars d'amende pour Monsanto au troisième procès du Roundup

 |   |  769  mots
Il s'agit de la troisième condamnation pour Monsanto.
Il s'agit de la troisième condamnation pour Monsanto. (Crédits : Yves Herman)
Le Roundup et son fabricant Monsanto, absorbé l'an dernier par l'allemand Bayer, essuient un troisième revers judiciaire majeur en écopant d'une amende de 2 milliards de dollars à verser à un couple de septuagénaires américain atteints d'un cancer.

L'addition est salée pour Bayer. C'est le troisième jugement consécutif que perd le groupe allemand aux Etats-Unis dans le dossier du Roundup puisque, lundi 13 mai, un jury californien d'Oakland, près de San Francisco (ouest) a condamné le propriétaire du Roundup à verser plus de 2 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) de dommages aux époux Pilliod, tous deux atteints d'un lymphome non-hodgkinien, au titre de dommages "punitifs" destinés à sanctionner Monsanto. Le couple affirme que l'herbicide est à l'origine de leur cancer.

Bayer, qui s'est dit dans un communiqué "déçu" et compte faire appel, affirme toujours que le Roundup et le glyphosate sont sans danger. Le Roundup, très lucratif, est vendu dans le monde entier depuis une quarantaine d'années.

"Nous aurions aimé que Monsanto nous prévienne, qu'il y ait quelque chose sur l'étiquette (qui dise) que cela pouvait causer le cancer, nous ne l'aurions pas utilisé", a déclaré d'une voix faible Alberta Pilliod, qui se déplace avec une canne comme son mari, lors d'une conférence de presse à San Francisco. Le couple a commencé à utiliser le Roundup en 1982. Son mari a été diagnostiqué en 2011 et elle en 2015. "Ils ont vu les publicités à la télé et pensaient qu'ils pouvaient faire confiance à l'entreprise, ils avaient tort", a assené un de leurs conseils, Michael Miller.

Lire aussi : RoundUp : nouvelles plaintes contre l'utilisation du glyphosate

"Ce jugement est "le plus clair possible (...): Monsanto doit changer son comportement", a aussi déclaré un autre avocat, Brent Wisner, ajoutant que "Bayer avait fait une erreur" en rachetant Monsanto. Bayer a rappelé lundi que l'Agence américaine de protection de l'environnement (EPA) avait réaffirmé fin avril que le glyphosate n'était "probablement pas cancérigène pour les humains". Accusant l'EPA et Monsanto de collusion, Me Wisner a affirmé que "l'EPA ne travaille pas pour le peuple américain, elle travaille pour Monsanto".

Déjà condamné en août dernier

Le jury a aussi accordé 55 millions de dollars aux Pilliod à titre compensatoire (pertes économiques, préjudice moral...). "Le jury a estimé que l'exposition au Roundup a causé le (cancer) des Pilliod et que Monsanto avait failli (à l'obligation de) prévenir de ce grave danger pour la santé. Surtout, le jury a également reconnu que Monsanto avait agi avec malveillance, oppression ou fraude et devait être puni pour son comportement", a souligné dans un communiqué la firme Baum, Hedlund, Aristei & Goldman, un des cabinets qui défendaient le couple. Ce procès s'était ouvert fin mars, juste après la condamnation -pour les mêmes raisons- de Monsanto à verser 80 millions de dollars à un septuagénaire.

Par ailleurs, ce jugement record intervient alors que Bayer est aux prises avec une polémique en France autour d'un fichage - par une agence de communication employée par Monsanto - de centaines de personnalités concernant leur position sur les OGM ou le glyphosate, des révélations qui ont conduit à l'ouverture d'une enquête.

En août, Monsanto avait déjà été condamné à verser 289 millions de dollars à un jardinier atteint lui aussi de ce cancer, une somme réduite ensuite à 78 millions par une juge. L'horizon s'assombrit donc encore pour Bayer, pour lequel Monsanto, racheté pour 63 milliards d'euros, s'apparente de plus en plus à un boulet au pied: plus de 11.000 procédures contre le Roundup sont en cours aux Etats-Unis, ce qui pourrait pousser la firme à signer un accord amiable pour éviter tous ces procès.

Le 26 avril, les actionnaires de Bayer ont d'ailleurs infligé au groupe un rare désaveu en votant contre sa direction, lors de la première assemblée générale tenue après le coûteux rachat de Monsanto. Les procès perdus par la firme aux Etats-Unis ont fait dégringoler le titre en Bourse, lui faisant perdre des milliards de dollars de valeur boursière. Le groupe allemand martèle depuis l'été dernier qu'aucun régulateur dans le monde n'a conclu à la dangerosité du glyphosate depuis sa mise sur le marché au milieu des années 1970, et met en avant "800 études rigoureuses" sur ses effets. Le Centre international de recherche sur le cancer, une émanation de l'OMS, a considéré en 2015 que le glyphosate était "probablement cancérigène", mais pas l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ou l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2019 à 15:41 :
Ya des informations qu'on a envie d'embrasser ! :-)

"Le Centre international de recherche sur le cancer, une émanation de l'OMS, a considéré en 2015 que le glyphosate était "probablement cancérigène", mais pas l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) ou l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA)."

Tirez le fil...
Réponse de le 15/05/2019 à 9:16 :
...sans oublier un rapport du Sénat FRANCAIS qui doit publier un rapport selon lequel ce produit N'EST PAS cancérigène.
Réponse de le 15/05/2019 à 10:27 :
Vu comme la France est entièrement vouée à l'obscurantisme bruxellois ce n'est hélas pas étonnant... -_-
a écrit le 14/05/2019 à 13:17 :
Monsanto a été fin : se vendre cher et laisser l'acheteur se ruiner en amendes .
Les dirigeants de Bayer ...euh ...
a écrit le 14/05/2019 à 11:38 :
Ça devient n'importe quoi, on frôle l'hystérie...
a écrit le 14/05/2019 à 10:01 :
On peut dire ce qu'on veut mais les US sont quand même de grands stratèges! Revendre Monsanto et ouvrir la porte aux procès gagnants alors qu'ils avaient été maintenu sous le tapis jusque là c'est du grand art. Ils vont avoir la peau de Bayer avec ce coup brillant, mettant à terre un des plus grands concurrents de la Chimie.
Cruel, efficace, admirable ! Bref de la guerre économique comme les USA savent le faire. Et nous, empêtrés dans une UE ingouvernable par essence, noyautés par les défendeurs des intérêts US aux plus haut sommets de l'Etat et dans l'Etat profond, sommes leurs jouets
Réponse de le 14/05/2019 à 23:07 :
Vous pouvez admirez les USA si vous le voulez mais visiblement les entreprises américaines ont le droit d'empoisonner les américains (et les autres) tant que ça rapporte de l'argent et qu'ils restent des entreprises américaines.
Les USA , c'est quand même le pays où la crise des opioïdes fait rage et a causé 50 000 morts rien qu'en 2017 parce que les entreprises pharmaceutiques américaines ont vendu des médicaments dangereux en mentant sur leur potentiel addictif et leur dangerosité.
Bref autant ne pas chercher à faire pareil ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :