Coopérations dans l'armement : la France peut-elle vraiment faire confiance à l'Allemagne ? (1/3)

La France et l'Allemagne ont à l'évidence des enjeux et des objectifs différents. La coopération franco-allemande est-elle assise sur des bases saines ? Pas sûr.
Michel Cabirol

5 mn

(Crédits : DR)

La France peut-elle vraiment faire confiance à l'Allemagne en matière de politique de défense et d'armement? Pas sûr si l'on en croit le député LREM du Finistère, Jean-Charles Larsonneur, qui jette un pavé dans la mare avec son rapport sur le programme 146 (Equipement des forces et dissuasion) : "L'approfondissement, sans grande publicité et, pour ainsi dire, à bas bruit, du concept de nation-cadre de l'OTAN, consiste à fédérer autour de l'Allemagne les capacités de 17 « petits » pays, ce qui risque de réduire l'intérêt des Allemands pour nos coopérations bilatérales", a-t-il expliqué le 24 octobre à l'Assemblée nationale.

L'Allemagne se place dans une volonté de leadership en Europe dans le domaine de la défense, qu'elle a très clairement exprimé dans son Livre Blanc de 2016 et dans sa stratégie dans le domaine des technologies clés. D'ailleurs, l'un des plus influents think tank d'Allemagne, la Stiftung für Wissenschaft und Politik (SWP), synthétise parfaitement la stratégie allemande. Il préconisait en août 2017 que Berlin prenne le leadership militaire de l'Union européenne, et de devenir le pilier européen de l'OTAN en raison du futur désengagement américain. "La Bundeswehr pourrait devenir une épine dorsale de la sécurité européenne à long terme, affirmait la SWP.  (...) Cela exige de la volonté du futur gouvernement fédéral d'accepter un leadership politique et militaire dans l'alliance".

Un avantage puissant pour l'industrie allemande

L'Allemagne a effectivement su se saisir du concept de nation-cadre ("Framework Nation Concept"- FNC) élaboré par l'OTAN à son initiative à partir de 2012. De fait, l'Allemagne, qui a mis en œuvre ce concept, s'est entourée, en tant que nation-cadre, de 19 États membres pour mettre en œuvre des projets de coopération très approfondis, tendant à une véritable intégration pour certains d'entre eux (Pays-Bas notamment). Et pour de nombreux observateurs, ce concept va se révéler être un rouleau compresseur en faveur des intérêts industriels germaniques. C'est un "instrument stratégique qui pourrait servir puissamment les intérêts de l'industrie allemande", a confirmée Jean-Charles Larsonneur.

Pourquoi ? Selon Antoine Bouvier, cité dans le rapport du député, l'interpénétration des enjeux capacitaires et opérationnels est profondeAinsi, les États partenaires de l'Allemagne ont souscrit l'engagement de porter au standard le plus élevé leurs capacités des chars de combat, ce qui constitue une "formidable opportunité pour KMW ". Cette opportunité est par nature d'autant plus grande que l'intégration des capacités militaires concernées est poussée. Ainsi, l'armée de terre néerlandaise ne pourrait désormais plus être déployée sans la Bundeswehr, tant leur intégration capacitaire est profonde. L'Allemagne, dans ce schéma, tient un rôle d'intégrateur des capacités européennes. Cette ambition s'appuie sur des ressources budgétaires à la hausse : augmentation de 34,3 milliards d'euros en 2016 à 42,9 milliards en 2019 (soit 1,31% du PIB).

"Le concept de nation-cadre se constitue de fait comme le pilier européen de l'Alliance ‒ aux yeux d'Américains, mieux vaut voir l'Europe de la défense se constituer dans un cadre de l'OTAN, bien connu, plutôt que dans des constructions européennes moins maîtrisées par eux", a expliqué Jean-Charles Larsonneur dans son rapport.

Le SCAF en danger?

Un accord politique a été trouvé au plus haut niveau le 13 juillet 2017, formalisé par des lettres d'intention au printemps 2018. Il est convenu que la France aura un rôle prééminent dans la conduite du programme SCAF. Symétriquement, il est entendu que l'Allemagne en aura un dans la conduite du projet de char du futur tout comme elle a obtenu le leadership sur le futur drone MALE européen. Selon Jean-Charles Larsonneur, les industriels français et allemands ne disposent toujours pas d'un cadre réglementaire, ne serait-ce que pour échanger des informations. "Il ressort de mes travaux que la DGA attend des réponses de son équivalent allemand", a-t-il révélé.

"Il est donc urgent de poser des jalons aussi irréversibles que possible dans la coopération franco-allemande, tant que le contexte politique le permet", a-t-il affirmé.

Jean-Charles Larsonneur est inquiet sur la coopération franco-allemande. "La coopération franco-allemande présente en ce moment quelques signes de flottement", a-t-il estimé à l'Assemblée nationale. Il a cité en exemple la décision des Allemands de décliner la proposition française de développer en commun un missile européen pour le nouveau standard du Tigre, au profit d'un missile israélien, le Spike, comme l'avait révélé La TribuneMais selon Antoine Bouvier, le nouveau Spike LR2 n'est qu'au début de son développement et comporte donc des risques technologiques. "Le choix des Allemands pour une joint venture entre Rafael, fabricant israélien du Spike, et RheinMettall ‒ dont le rôle dans ce programme ne paraît d'ailleurs pas être dominant ‒ ne s'explique donc pas principalement par des considérations techniques", a précisé le rapport du député du Finistère.

Le concept de nation-cadre permet également à l'Allemagne d'avancer discrètement ses pions dans le domaine des sous-marins. Après avoir fait céder la Norvège (membre du FNC), Berlin tente désormais de séduire la Pologne et les Pays-Bas en vantant un cluster européen sous-marin sous tutelle allemande. Ce qui marginaliserait clairement la France en Europe. En février 2017, la Norvège a commandé quatre U-212 et doit développer avec Berlin un partenariat à vocation mondiale dans le domaine des missiles mer-mer et des systèmes de traitement de l'information. La décision d'Oslo d'interrompre l'appel d'offres et de choisir une évolution du sous-marin en service dans la Marine allemande dans le cadre d'une coopération opérationnelle et industrielle renforcée, risque de faire tâches d'huile en Europe... La France est en danger.

Michel Cabirol

5 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 62
à écrit le 30/12/2018 à 15:27
Signaler
Voir mon commentaire 30//12 à 1H02 : tromperie-pillage.

à écrit le 30/12/2018 à 10:32
Signaler
"la France peut-elle vraiment faire confiance à l'Allemagne ?" Tout dépend il y a les français qui feront toujours confiance à l'allemagne et ceux non et pour de bonnes raisons... : " L'ordre du jour " https://www.latribune.fr/entreprises-fin...

à écrit le 30/12/2018 à 9:24
Signaler
Papesse Merkel spartakiste, dandine des fesses pour le tsar et le mandarin, tenant bien en laisse son fidèle lévrier Macron. Penser qu'une politique de défense des états nations européens serait mise en place par deux tristes sirs, dont l'idéologie ...

à écrit le 30/12/2018 à 8:45
Signaler
avec une armée croupion qui ne va jamais sur des theatres d'opération, le leadership par l'allemagne cela revient à du commerce pour vendre des armes made in germany. on s'est fait avoir avec la construction aéronautique dans les années 50, le ferro...

à écrit le 30/12/2018 à 7:43
Signaler
Une armee europeenne aux ordres de specialistes germains. Ach, au moins on serait assure en cas de conflit de l'efficacite des troupes. Deutchland uber alles. On se marre.

à écrit le 30/12/2018 à 1:02
Signaler
L'Allemagne n'a qu'un but : piller la technologie française, et lui ravir le rang de 3ème exportateur d'armes au monde. Et en plus les innovations militaires ont toutes des applications industrielles civiles. LA FRANCE SE FAIT ENCORE ROULER.

le 30/12/2018 à 18:09
Signaler
Non, la France ne se fait pas rouler, elle se fait trahir, ce n'est pas la même chose... Cordialement

à écrit le 29/12/2018 à 23:12
Signaler
"Il faut créer une union économique de la Mitteleuropa par des accords douaniers communs avec la France, la Belgique, la Hollande, le Danemark, l’Autriche-Hongrie, la Pologne et, éventuellement, l’Italie, la Suède et la Norvège. Ce groupement, probab...

à écrit le 07/11/2018 à 8:17
Signaler
Faire confiance à l'Allemagne ce n'est que dans un esprit de ravi que cela peut arriver. Il ya quelque temps quand la France a voulu vendre des blindés à je ne sais plus qui, les allemands ont interdit la contrat parce qu'ils fournissaient des compos...

à écrit le 07/11/2018 à 7:52
Signaler
ne jamais faire confiance aux allemands en affaire ! ne jamais confier nos affaires aux politiques français, ils n'y connaissent rien !

à écrit le 06/11/2018 à 15:19
Signaler
après avoir tenté de torpiller le contrat français de sous-marins avec l' australie (via fakes news ) notre meilleure amie, tenterait de siphonner ce qui l' intéresse chez nous et lui fait défaut...les synergies et financements communs auraient été p...

le 25/11/2018 à 21:49
Signaler
Si ça n'arrange les petit français, l'Allemagne est mauvaise... Hors c'est toujours la France qui cours derrière les Allemands.. Allemagne non.Arrêtez vos bla.bla

à écrit le 06/11/2018 à 15:18
Signaler
après avoir tenté de torpiller le contrat français de sous-marins avec l' australie (via fakes news ) notre meilleure amie, tenterait de siphonner ce qui l' intéresse chez nous et lui fait défaut...les synergies et financements communs auraient été p...

à écrit le 06/11/2018 à 14:00
Signaler
Ce n'est pas une question de confiance, mais d'intérêts, dans le business il n'y a pas d'amis, que des opportunités, et c'est bien pour cela qu'on fait des contrats.

à écrit le 06/11/2018 à 7:13
Signaler
L Allemagne n a pas de politique étrangère donc ils ne sont pas crédible. Quand on voit que Airbus military (dirigé par les teutons) qui a rater de nombreux programmes militaire (budget, spécifications non respectees ,sav perfectible..) cela ne aug...

à écrit le 05/11/2018 à 21:34
Signaler
Les lettres d'intention ne valent rien. Seuls les contrats comptent. L'attitude de l'Allemagne est habituellement lamentable et les nombreux récents articles industriels de La Tribune en témoignent. Dans les années 30, l'Allemagne coopérait av...

à écrit le 05/11/2018 à 21:11
Signaler
bravo à l 'auteur de l'article pour la qualité de son travail

à écrit le 05/11/2018 à 17:41
Signaler
L'Allemagne a rapidement dépassé La France en agriculture, et les Pays-Bas aussi ( reléguée au 4eme rang eur) et va marginaliser AUSSI, la 1ère industrie d'armes d'europe ( France) les coop c'est pour lui pomper des technologies. En 2019 l'Allemagne...

le 05/11/2018 à 21:11
Signaler
En étant aussi excessif (ou réaliste), je peux donc écrire que les premiers marchés pour l'Allemagne sont les "dictatures" algérienne, turque, israélienne et saoudienne. 1 point partout, la balle au centre, et après? Sachant que la Russie, les Eta...

à écrit le 05/11/2018 à 17:19
Signaler
on s'en fout ,on a la ligne Maginot et le Maréchal Macron !

à écrit le 05/11/2018 à 17:16
Signaler
Faire confiance à l'Allemagne serait idiot, mais ça n'empêche pas de tenter des coopérations. Ca fait au moins 20 années que l'Allemagne arnaque l'Europe, avec l'aide du Royaume-Uni et des Pays-Bas ! R-U exit,...... à moins que ...... Comme par exe...

à écrit le 05/11/2018 à 16:49
Signaler
Est ce que l'Allemagne peut faire confiance à la France!!

le 05/11/2018 à 23:28
Signaler
De quel pays êtes vous?

à écrit le 05/11/2018 à 16:18
Signaler
l'Allemagne engrange 150 milliards € d'excédent commercial annuel quand la France, plombée par les prélèvements (55% du PIB) un endettement et un chômage records, dégorge 50 milliards € de déficit. L’Allemagne domine la zone de libre échange à euro-d...

à écrit le 05/11/2018 à 16:16
Signaler
Allons, bien voir la réalité . Les fusils mitrailleurs de l'armée française sont désormais produits en Allemagne . Dans les staffs préparatoires des arrangements airbus, ils parlent allemand . Non seulement on est soumis aux Américains ( "Great ag...

à écrit le 05/11/2018 à 14:29
Signaler
Rien n'est mieux que de se choisir un ennemie virtuel comme le "terrorisme", la Russie ou la Chine pour préparer médiatiquement la prochaine "guerre"! Et donc rechercher des alliances basés sur de l’escroquerie!

à écrit le 05/11/2018 à 14:17
Signaler
S'ils se remettent serieusement sur le marché de l'armement ils vont laminer les froggies. Regardez renault F1, des années et des années en F1, mercedes revient ils n'existent plus, obligés de consulter des ingés porsche et meme autrichien...

le 06/11/2018 à 18:04
Signaler
@ alder , Pour s' immiscer dans nos affaires , il faudrait que les teutons s'investissent dans les SNA , SNLE , porte avions et avions de chasse au passage Dassault a la main , le char lourd n' intéresse pas grand monde.... Pour moi c' est ...

à écrit le 05/11/2018 à 14:13
Signaler
L'article donne une bonne vision de la stratégie militaire et industrielle de l'Allemagne. De plus les US poussent l'Allemagne à se doter d'une défense européenne réelle et sortir du parapluie américain. La France est plutôt tournée vers l'action off...

à écrit le 05/11/2018 à 12:56
Signaler
Le problème n'est pas seulement une question de volonté. La France revendique une certaine indépendance, donc même si elle est de nouveau dans l'OTAN, elle reste sur une ligne spécifique. A un moment donné, on ne peut plus jouer sur les deux tableaux...

à écrit le 05/11/2018 à 12:52
Signaler
et nous y voilà ! sans industrie digne de ce nom qu'exiger des allemands ? rien ou presque . . . un strapontin ? Les gouvernement successifs depuis la gigantesque faute de Mitterrand du désarment des avions au salon du Bourget en juin 1981 ont commis...

à écrit le 05/11/2018 à 12:34
Signaler
Quand comprendrez-vous enfin que chez notre voisin c'est l'industrie qui, financant les parti, fait la politique. Le chantage aux licenciements est monnaie courante "geht immer um die Arbeitsplätze ,... " etc. .. la France tout comme d'autres pays n...

à écrit le 05/11/2018 à 11:33
Signaler
Ce qui m'étonne dans tous cela, c'est que nous ne réagissons pas, nous laissons faire... ok un rapport, et ???? pourquoi nous ne faisons pas de même avec nos amis espagnols, portugais, grecs (pour l'instant on oublie l'italie), croate, albanais etc.....

à écrit le 05/11/2018 à 11:27
Signaler
Toujours pas de leadership France ! Toujours soit surpris débordé étonne. Toujours the looser Spirit at the end !

à écrit le 05/11/2018 à 11:11
Signaler
Dans cette administration qu'est l'UE de Bruxelles, la moindre coopération dans l'armement c'est se désarmer: moralement, pécuniairement, et perdre le reste de décision souveraine!

à écrit le 05/11/2018 à 11:10
Signaler
C'est vraiment bien l'europe.

à écrit le 05/11/2018 à 9:57
Signaler
Vos crises anti Teutonnale sont de plus en plus rapprochées. Pour que ce scénario s'applique il faudrait que l'Allemagne change sa constitution, ce qui n'est pas gagné, il faudrait que les USA leur donne les clés de la maison OTAN, ce qui n'est pas g...

le 05/11/2018 à 11:01
Signaler
Encore une fois cher pseudo, je respecte profondément l'Allemagne pour tous ses succès. Je souhaite simplement que la France lui ressemble beaucoup plus. Si vous avez bien lu, je cite un député de la LREM, un PDG respecté du monde de l'armement et de...

le 05/11/2018 à 11:18
Signaler
budget défense Allemand : 43 milliards . (France 34 si je ne me trompe pas) Étrange quand même qu'il n'y ait qu'une personne en France qui ait lu ce qui s'écrit et se fait de l'autre côté du Rhin !! J'attends la suite de l'article avec intérêt ...

le 05/11/2018 à 14:52
Signaler
M. Cabirol ce matin vous seriez vous lever du pied gauche . Bon, en préambule, sachez que j'apprécie vos articles même si je les trouve manquant d'une certaine objectivité... Ma réponse était surtout accès sur les réflexions du think tank. dans la pr...

le 05/11/2018 à 16:24
Signaler
Cher pseudo, nous avons au moins un point sur lequel nous sommes d'accord : la faiblesse de la France vis-à-vis de l'Allemagne. Pour le reste, le "pompom" pour reprendre votre terme est de dire que Lagardère est un "Bea" de la coopération franco-alle...

le 05/11/2018 à 20:48
Signaler
Pour clôturer de mon coté cette partie de ping pong, donc M. Lagardere n'était pas Européen, a monté EADS pour faire un coup sur DASA et comme vous le suggérez, par la suite virer les Allemands ! Ah Ba ça alors ! Bon je vais rester sur l'idée que c'é...

le 05/11/2018 à 21:26
Signaler
Qui a dit que vous étiez neuneu ? En tout cas, pas moi. Je ne le pense pas même si je ne suis pas d'accord avec vous. Bien cordialement

à écrit le 05/11/2018 à 9:47
Signaler
Comment se fait t'il que de tous les côtés la France se fait au final soumettre à l'Allemagne et les USA ?

à écrit le 05/11/2018 à 9:37
Signaler
'''''Le desengagement américain de l'Otan '''''Aujourd'hui ,aucune armée conventionnelle aussi sophistiquée et nombreuse soit elle ne peut exister sans un parapluie nucléaire .Or le parapluie nucléaire de l'Otan est 100 % americain ,car il s'agit d'a...

le 05/11/2018 à 12:17
Signaler
Ça commence toujours comme ça. C’est pas grave, fermez les yeux...

à écrit le 05/11/2018 à 9:20
Signaler
Non.

à écrit le 05/11/2018 à 9:11
Signaler
Il est souhaitable également bien choisir ses armements : les missiles hypersoniques, les robots sous-marins etc car beaucoup d'armes sont devenues fragiles face aux nouveaux armements, exemple les protes-avions qui coûtent cher. L'Allemagne semble v...

le 05/11/2018 à 13:26
Signaler
L'Allemagne semble tirer parti du brexit ??? Qu'es ce que le brexit a à voir avec l'Otan et les anglais sont derriere les americains les premiers piliers de l'Otan !Quand la France ne faisait pas partie de l'Otan ,cela n'a pas empéché une fructueuse ...

à écrit le 05/11/2018 à 9:03
Signaler
La question est très mal posée. Elle devrait être : "La France est-elle digne de confiance ?" Les derniers grand projets développés par la France jettent le doute. Et les récents déboires judiciaires de corruption et rétrocommissions n'engage pas à l...

le 05/11/2018 à 10:42
Signaler
Les dernières affaires concernent plutôt l'Allemagne en la matière... Les derniers grands projets de la France comme le Rafale ? Les FREMMs ? Le MdCN ? En quoi ces projets jettent le doute ? Avez vous pu vous documenter sur l'état des sous-mar...

le 05/11/2018 à 10:42
Signaler
Parlons du deal entre TKMS et Israël sur les sous-marins, parlons de celui avec la Grèce. Parlons de Ferrostaal, parlons de Siemens et j'en passe et des meilleures. Et n'oublions pas le drone européen MALE à deux moteurs qui fait rire tout le monde.

le 05/11/2018 à 13:23
Signaler
Tu ne parles pas de l'A400M, du Charles De Gaulle, de l'EPR, et de l'A380 qui peine à trouver un marché. Soit on arrive à produire mais sans savoir le vendre, soit on vend un produit qu'on sait pas faire. Tu m'étonne qu'on hésite à réaliser avec la F...

le 05/11/2018 à 18:44
Signaler
Etrange de voir comment l'Europe du Nord ... etc Bonne remarque , la différence est que nous sommes des latins plus proches des Espagnols et des Italiens que des Vikings de Norvege .. etc

à écrit le 05/11/2018 à 9:01
Signaler
Nous n'avons plus les moyens de jouer à la grande puissance militaire. Nous ne comptons plus en Europe. C'est l'Allemagne qui est correctement gérée et qui est écoutée en Europe car elle obtient des résultats enviables. Nous ne sommes pas crédibles. ...

le 05/11/2018 à 12:21
Signaler
Vous y croyez encore au coup de la natalité française? Mais où se trouvent les familles à 5 où 6 enfants? Dans quels quartiers? Pour le reste, ce n’est pas que l’Allemagne a été bien géré, c’est que la France a renoncé à sa souveraineté monétaire av...

le 05/11/2018 à 13:40
Signaler
Vous semblez melanger tout !Imaginons les usa hors de l'Otan avec leur parapluie atomique .Il reste quoi en Europe face aux russes .En conflit conventionnel on sera balayé ,mais qui plus est les russes ont des armes nucléaires tactiques genre bombe à...

à écrit le 05/11/2018 à 8:42
Signaler
Il s'agit ni plus ni moins que de la vassalisation de la France à l'Allemagne par les USA. Destruction complète du complexe militaro-industriel : nexter (les chars) passent allemands. dassaut doit coopérer avec.. les allemands (ce qui inclut donc ...

le 05/11/2018 à 9:13
Signaler
Nous sommes sous domination américaine, comme les Allemands. Il faut l'accepter. La domination américaine est inévitable : ils maîtrisent tout ce qui est important, le dollar, la finance, les multinationales, la géopolitique, la recherche scientifiqu...

à écrit le 05/11/2018 à 7:29
Signaler
La défense européenne ne sortira jamais de ces petites magouilles tant qu’elle ne sera pas supervisée par un pouvoir politique unique, un gouvernement européen. Une fédération européenne est un préalable à une vraie défense européenne.

le 05/11/2018 à 16:08
Signaler
Tu as tout à fait raison. Mais qui dirigera l'UE ? Un allemand ? Un polonais ? Tu accepterais d'obéir à un étranger ? Moi pas. Et eux non plus. On a vu ce que ça a donné de forcer des peuples différents proches géographiquement de vivre ense...

le 06/11/2018 à 10:07
Signaler
Oui, ça me dérangera pas d’avoir un président polonais tant que je vote pour son élection. La Yougoslavie était une dictature, les gens n’avaient pas voix au chapitre.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.