"Le Tigre Mark 3 n'aura pas d'équivalent au niveau mondial" (Bruno Even, Airbus Helicopters)

Dans une interview exclusive accordée à La Tribune, le PDG d'Airbus Helicopters Bruno Even explique pourquoi la notification du programme Tigre Mark 3 est importante sur les plans politique, industriel et opérationnels. En tant que maître d'oeuvre, le constructeur de Marignane prendra a sa charge les deux tiers du programme sur les sites d'Albacete, Marignane et Donauwörth. Enfin, Bruno Even émet le souhait fort que "l'Allemagne rejoigne finalement le Tigre Mark 3".
L'augmentation du format de la flotte de Tigre n'a pas été un point de discussion (Bruno Even, PDG d'Airbus Helicopters)
"L'augmentation du format de la flotte de Tigre n'a pas été un point de discussion" (Bruno Even, PDG d'Airbus Helicopters) (Crédits : Airbus Helicopters)

La Tribune : Le contrat du Tigre Mark 3 est enfin notifié. Quels en sont les impacts pour les opérationnels et l'industrie ?
Bruno Even : C'est une très bonne nouvelle au niveau politique, industriel et opérationnel.  Le lancement de ce programme est important pour l'Europe de la défense, notamment sous son angle politique. On voit bien l'importance du Tigre, qui a été et est l'un des programmes emblématiques de la coopération européenne, pour une Europe de la défense forte et pour son industrie. Ce programme appuie par ailleurs l'évolution actuelle importante, qui est le renforcement de la souveraineté de l'Europe et de ses pays membres. Enfin, il assure le futur du Tigre pour les forces armées françaises et espagnoles. Il va leur donner une visibilité sur le maintien de cette capacité essentielle sous l'angle opérationnel, en partie dans la haute intensité, jusqu'en 2050.

Y a-t-il une échéance sur la levée de l'option sur la modernisation des 25 derniers Tigre au standard Mk3 ?
Il y aura effectivement un enjeu à lever cette option lors de l'exécution de ce programme. Il existe toujours une limite industrielle pour lever ce type d'options dans le cadre du maintien des compétences. Nous n'avons pas défini précisément cette échéance mais ce point sera bien discuté côté français pour que la levée de cette option s'inscrive dans la cohérence de l'exécution du contrat.

Quel est le montant du contrat ?
Le montant du contrat est d'environ 4 milliards d'euros, dont 2,8 milliards pour la France et 1,2 milliard pour l'Espagne. Il couvre le développement et l'industrialisation du Tigre Mark 3 pour la flotte espagnole et une grande partie de la flotte française. Le développement de la version Mk3 est vraiment un développement majeur en termes de nouvelles capacités.

Comment ce contrat est-il ventilé entre Airbus Helicopters et vos principaux fournisseurs sur ce programme ?
Airbus Helicopters a près de deux tiers de la charge de travail sur le développement de cette nouvelle version du Tigre. Ce programme va irriguer toute notre empreinte européenne et va une nouvelle fois démontrer notre implication européenne. Sur un plan industriel, l'Espagne récupère un « workshare » important. Ainsi, le site d'Albacete en Espagne abritera la chaîne d'assemblage du Tigre. En France, l'ensemble des bureaux d'études et des moyens industriels de Marignane seront naturellement sollicités. Au niveau de notre supply chain, Thales (avionique), Safran (viseurs et chaîne optronique) et MBDA (armements) seront nos principaux fournisseurs sur le Tigre Mark 3.

Mais que l'Allemagne rejoigne ou pas le programme, le site de Donauwörth aura-t-il de la charge sur le Tigre Mark 3 ?
Dans le cadre de notre schéma industriel, en particulier pour les bureaux d'études, nous nous appuyons sur des compétences, qui sont en Espagne, en Allemagne et en France pour l'ensemble de nos programmes. Ce sera également le cas du programme Tigre Mark 3 tel que notre schéma industriel est défini. Il y aura donc certaines activités qui se feront à Donauwörth, indépendamment de la venue de l'Allemagne sur le Tigre Mark 3.

Cela risque de faire grincer des dents...
... C'est un point qui est partagé avec nos autorités. Airbus Helicopters est une société européenne avec des activités installées sur ses différents sites. Nous avons une cohérence industrielle basée sur une répartition des compétences sur l'ensemble de nos sites et en fonction des partenariats. Nous avons des socles de compétences, qui sont présents dans chacun de nos sites, y compris à Donauwörth, dont le socle de compétences sera utilisé dans le cadre du Tigre Mk3. La question aujourd'hui posée par rapport à l'entrée de l'Allemagne sur le programme Tigre Mk3 n'est pas une question industrielle. Elle est liée aux enjeux et aux besoins opérationnels d'avoir une capacité de combat dans la haute intensité dans un cadre budgétaire donné.

Justement, sur la participation de l'Allemagne à ce nouveau programme, avez-vous des indications du nouveau gouvernement ?
C'est encore prématuré pour donner des orientations. Et c'est encore plus vrai par rapport à l'évolution du contexte actuel. La position allemande a toujours été claire. Elle a exprimé un intérêt pour ce programme. Je rappellerai que l'Allemagne a été impliquée dans toutes les phases d'études amont et dans toutes les études de préparation pendant plusieurs années sur le Tigre Mark 3. L'Allemagne a également été impliquée dans la négociation du contrat avec l'OCCAr. Et le message des Allemands a toujours été constant : Berlin a reporté sa décision au premier semestre 2022 en raison des élections fédérales en septembre 2021. C'est la photo telle qu'elle est connue aujourd'hui. Avec ce nouveau contexte, je considère qu'il y a aujourd'hui des conditions nouvelles, qui doivent permettre à l'Allemagne de se positionner. L'augmentation du budget allemand à la suite de la crise ukrainienne est une évolution et un changement de paradigme sur un certain nombre de points. Il faut donc leur laisser le temps de maturer cette décision.

Estimez-vous que les futures évolutions budgétaires allemandes soient de nature positive pour ce programme ?
Le cadre budgétaire aujourd'hui n'est pas celui qui existait en 2021 et cela peut amener des évolutions de positions. Mais aujourd'hui, je n'ai aucun élément pour penser que cette décision ira dans une direction ou une autre. J'ai simplement un souhait : le souhait que l'Allemagne, qui est un partenaire historique et qui a toute sa place dans le programme, rejoigne finalement le Tigre Mark 3. Nous soutiendrons toute possibilité d'intégrer l'Allemagne.

Outre la venue de l'Allemagne dans ce programme, quels sont les enjeux du Tigre Mark 3 ?
Le premier enjeu est d'engager le contrat avec la France et l'Espagne, monter en compétences et en ressources pour exécuter le contrat comme prévu dans le format France-Espagne. Nous avons des jalons de développement importants à passer pour sécuriser une qualification en vue de permettre les premières livraisons à la France en 2029.

Au  niveau opérationnel, vous l'avez dit à plusieurs reprises, le Tigre n'aura pas d'équivalent. Sur quels éléments s'appuie cette conviction ?
Le Tigre Mk3 n'aura pas d'équivalent au niveau européen. Au niveau mondial, il y a encore l'Apache mais le Tigre Mk3, avec ses futures capacités, sera un hélicoptère d'attaque, qui dans la haute intensité n'aura pas d'équivalent au niveau mondial que ce soit en termes de connectivité (Man Machine Teaming) mais aussi en termes de connectivité tactique et d'échanges de données  sur le champ de bataille et, enfin, en termes de capacités de feu et d'armement. Nous développons avec Thales une nouvelle avionique, qui va alléger la charge de travail du pilote pour lui permettre de se concentrer sur ses missions, et avec Safran des nouveaux systèmes de mission et de détection (optronique). C'est pour cela que sur le plan opérationnel et dans un monde incertain, ce nouvel hélicoptère continuera d'être sur le champ de bataille l'ange gardien de nos soldats.

Est-ce que vous avez réfléchi en anticipation et/ou vous a-t-on demandé de réfléchir à augmenter la flotte de Tigre dans le cadre du concept du combat sur la haute intensité ?
L'augmentation du format de la flotte de Tigre n'a pas été un point de discussion. Nous n'avons pas de demande dans un contexte où la chaine de production des Tigre de série a été arrêtée en février 2020. Le format de la flotte Tigre a été défini en France depuis plusieurs années. L'enjeu est de maintenir cette capacité dans la durée avec des performances opérationnelles améliorées.

Même récemment après les conflits entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie, puis aujourd'hui entre la Russie et l'Ukraine car finalement une flotte de 67 Tigre dans une guerre de haute intensité ne pèse pas lourd (contre une cible initiale de 215) ?
La réponse a été apportée dans le cadre du programme Tigre Mk3 par rapport à la vision des menaces présentes et futures. Le format de 67 Tigre n'a donc pas été débattu dans le cadre de ce programme. Sur les conséquences du conflit russo-ukrainien tel qu'il est aujourd'hui analysé, je ne peux pas me prononcer sur ce point. Mais il y aura beaucoup d'enseignements pour l'Europe de la défense mais j'imagine que c'est trop prématuré pour tenter d'apporter des réponses à cette question.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 08/03/2022 à 17:24
Signaler
Bonjour, Les promesses d'un PDG n'ons engagé que lui et les gents qui croient se type d'affirmation... Personnellement, je préfère lire le retour d'expérience des pilotes au combats...

à écrit le 08/03/2022 à 11:32
Signaler
C'est sûr qu'en matière d'indisponibilité, il n'y a pour l'instant aucun équivalent..

le 08/03/2022 à 17:27
Signaler
Bonjour, Oui pour l'indisponibilité ils y a beaucoup a dire .... Un appareil militaire dois est fiable , d'une faible maintenance et très efficace.... Pour le Tigre, ils y a encore beaucoup a voir....

à écrit le 08/03/2022 à 8:31
Signaler
Ce n'est pas 25 super-Tigres qu'il faut mais 300 Tigres "normaux"

le 08/03/2022 à 10:22
Signaler
Et des systèmes suffisamment durcis et simples pour résister et durer dans un milieu hostile avec un personnel non hyper-spécialisé pour les entretenir..

le 08/03/2022 à 16:23
Signaler
Oui et non.... Il faut qu il dure et il doit aussi être un pion capital du terrain. Après sûr qu il faudrait mieux en avoir pour durer mais la politique du saupoudrage est la référence française de la défense

à écrit le 08/03/2022 à 8:20
Signaler
ah ben la cgt va faire comme avec le rafale, et commencer par des greves et des prises d'otage pour avoir des augmentations reenchantees.........allez produire cet engin dans un autre pays

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.