Les cinq Super Etendard argentins sont... toujours en France

 |   |  361  mots
La France et l'Argentine avaient signé en janvier un accord pour la vente de cinq Super Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines.
La France et l'Argentine avaient signé en janvier un accord pour la vente de cinq Super Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines. (Crédits : Dassault Aviation)
Le contrat a été signé et daté récemment mais Paris attend toujours le paiement de Buenos Aires pour les convoyer vers l'Argentine. Le montant du contrat s'élève à environ 12 millions d'euros

Les cinq Super Etendard Modernisés (SEM) vendus à l'Argentine... sont toujours en France. Si le contrat a finalement été signé et daté récemment, Paris attend toujours le paiement de Buenos Aires pour les convoyer vers l'Argentine, soit environ 12 millions d'euros, dont 10 millions pour les appareils. Lors de la visite à Paris du président argentin Mauricio Macri le 26 janvier dernier, la France et l'Argentine avaient signé un accord "pour la vente de cinq Super Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines", avait alors déclaré Emmanuel Macron lors de la conférence de presse commune avec Mauricio Macri.

"En matière commerciale également, nous nous sommes félicité de l'accord signé par nos deux ministres de la Défense pour la vente de cinq Super Etendard modernisés et de leurs équipements aux forces armées argentines", avait annoncé en janvier dernier le président français.

Cette opération a eu dû mal à se dénouer. Après le pataquès des patrouilleurs français sélectionnés par Buenos Aires puis mis en stand-by, le dossier des cinq Super Etendard Modernisés destinés à la marine argentine a été quelques mois à l'arrêt. Si la marine argentine poussait à fonds pour obtenir ces cinq appareils, l'armée de l'air essayait quant à elle de torpiller ce projet. En outre, l'Argentine n'avait pas dédié de budget à cette acquisition.

Retirés du service en 2016 en France

La Marine argentine avait acheté à Dassault Aviation 14 Super-Etendard en juillet 1979. Certains d'entre eux ont été engagés dans la guerre des Malouines. Une patrouille de deux avions a notamment coulé en 1982 le destroyer britannique HSM Sheffield, touché par un missile anti-navire AM-39 Exocet (MBDA).

Conçus par Dassault Aviation pour la Marine nationale et mis en service en 1978, les derniers Super-Etendard (SEM) ont été retirés du service actif le 12 juillet 2016 sur la base aéronavale de Landivisiau. Ces appareils sont restés en service durant 38 ans dans la Marine Nationale et ont démontré jusqu'au bout leurs capacités, en étant pleinement intégrés dans les opérations du groupe aérien embarqué déployé en 2016 dans le Golfe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2018 à 15:15 :
Ces appareils sont restés en service durant 38 ans dans la Marine Nationale et ont démontré jusqu'au bout leurs capacités.

Alors pourquoi jouer avec nos impôts pour acheter rafale?
a écrit le 07/03/2018 à 5:27 :
Un superbe avion. Certes un peu "vieillot" mais toujours capable de tres bonnes performances. Made in France.
a écrit le 06/03/2018 à 16:03 :
"Faut pas jouer les riches quand on n'a pas le sou" (Jacques Brel)....nos amis allemands nous le font assez remarquer😎
a écrit le 06/03/2018 à 15:08 :
Que La France les garde : deux avions sur trois sont cloués au sol, faute de budget pièces, accordé par Darmanin-Bercy-Darmanin : vrai ministre des armées, devant Parly.
a écrit le 06/03/2018 à 13:28 :
L'argentine est soumis à dè forte difficulté financière, mais je ne crois pas que nous ayons vendu s'est avion pour gagnier immédiatement sur tous les tableaux... Nous devons nous montrer conciliant , plus tards lorsque çe pays sera sortis de la tourmente , nous pourrons faire de bonne affaire avec çe pays....
Réponse de le 06/03/2018 à 15:02 :
11 Fautes d'orthographe.
a écrit le 06/03/2018 à 12:26 :
bien ! on dirait que la naivete n'est plus de mise! ca change
a écrit le 06/03/2018 à 9:39 :
Bon ben si l'Argentine n'est pas capable de débloquer 12 petits millions d'euros pour 5 super étendards d'occasion alors que dire pour le contrat des patrouilleurs auquel le montant est au moins 30 fois plus grand ? Donc notre industrie peut déjà l'oublier ce contrat avec ce pays insolvable. Après l'histoire du sous marin, l'armée argentine ne portera bientôt d'armée que le nom ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :