Et l'américain Palantir a désormais un rival "Made in France"

 |   |  840  mots
Un groupe de 23 sociétés françaises (grands groupes, ETI-PME et start-up), qui se sont réunis au sein d'un cluster Data intelligence, propose une alternative technologique et commerciale à l'américain Palantir,
Un groupe de 23 sociétés françaises (grands groupes, ETI-PME et start-up), qui se sont réunis au sein d'un cluster "Data intelligence", propose une alternative technologique et commerciale à l'américain Palantir, (Crédits : Kacper Pempel)
Un groupe de 22 entreprises françaises propose dès à présent une offre commerciale, qui permet de répondre aux enjeux du renseignement et du traitement massif des données.

Le vœu du directeur général de l'ANSSI (Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information) a été enfin exaucé. "Pour ce qui est de l'exploitation de données massives non structurées, j'avoue ne pas comprendre pourquoi l'on n'est pas capable de faire un Palantir européen. Cela ne me paraît pas hors de portée. (...) Le temps presse", a estimé début octobre Guillaume Poupard au Sénat. C'est fait. Un groupe de 22 sociétés françaises (grands groupes, ETI-PME et start-ups), réunies au sein d'un cluster "Data intelligence", propose une alternative technologique et commerciale à l'américain Palantir. Une société qui sent le soufre en raison d'un financement initial par un fond d'investissement de la CIA.

"Ceux qui dirigeront le monde demain sont ceux qui seront capables de posséder les données et de savoir comment les traiter, a souligné Guillaume Poupard. Renoncer au traitement des données nous condamne à être des vassaux".

Cette alternative française présente une offre commerciale, qui permet de répondre aux enjeux du renseignement et du traitement massif des données. Ce groupe d'entreprises  propose, assure-t-on à La Tribune, "une offre plus élargie que celle de Palantir", qui vient de recruter l'ex-numéro deux d'Airbus, Fabrice Brégier. Le cluster a d'ailleurs répondu à, au moins, un appel d'offres à l'étranger. Et selon les appels d'offres, il soumet après consultation des membres du cluster, des propositions à tiroir, qui permettent d'impliquer un maximum de sociétés du groupe. Le cluster "Data intelligence" est tiré par quelques poids lourds comme Airbus Defence & Space, Atos et le missilier MBDA, entourés de jeunes start-ups prometteuses à l'image d'Aleph-Networks, qui explore le deep et le dark web, Othello, qui a développé une approche scientifique du comportement humain ou encore l'éditeur de logiciels Linkurious, qui fournit des analyses de réseaux sociaux.

Sous l'impulsion du GICAT

La création de ce cluster a été provoquée par une prise de conscience salutaire à la suite d'un électrochoc, et plus précisément de la signature d'un contrat de 10 millions d'euros en mars 2015 par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) à Palantir. À l'époque, aucune entreprise française ne disposait d'une telle solution. Fin 2016, un groupe de travail, sous le pilotage du GICAT, s'est constitué pour réunir les acteurs industriels français impliqués dans des solutions de renseignement en y associant le monde de la recherche universitaire. Et il a créé le cluster "Data Intelligence".

"Après deux années de travail, il existe aujourd'hui une offre cohérente, souveraine, modulaire, compétitive, répondant concrètement aux besoins, avec un coût de possession transparent, à disposition des services de renseignement et entreprises ayant des problématiques liées au Big data", explique-t-on à La Tribune.

Cette offre répond aux besoins de l'administration française, notamment des services de renseignement et des entreprises françaises, qui souhaitent s'exonérer des risques que peut induire un choix en faveur de Palantir. Pourquoi ? Guillaume Poupard est très clair quand il explique à l'Assemblée nationale en mars dernier, qu'il "va de soi qu'il faut par exemple déconnecter les logiciels Palantir, qui permettent d'effectuer des recherches dans les données, car il est hors de question que l'éditeur de Palantir ait accès aux données opérationnelles traitées par le logiciel. Or, c'est de plus en plus compliqué : de nombreux éditeurs logiciels, en effet, dégagent leur plus-value en fournissant non plus un simple CD-ROM comme autrefois mais un système à distance, en cloud, qui, pour fonctionner, ne doit plus se trouver chez le client mais chez l'éditeur, ce qui soulève de nombreuses questions". D'ailleurs, le directeur du renseignement militaire, le général  Jean-François Ferlet, a indiqué que son service a étudié le logiciel de Palantir, mais qu'il ne l'a pas retenu pour des questions de maîtrise du logiciel.

La DGA travaille également sur une alternative

"Il existe une volonté globale de créer une alternative française de confiance, et la DGA y travaille", avait rappelé en mars dernier Guillaume Poupard. C'est le programme Artemis (Architecture de traitement et d'exploitation massive de l'information multi-source), qui a été lancé en novembre 2017 par la direction générale de l'armement (DGA). Ce programme, qui servira à exploiter les bases de données de toute nature, est une composante importante de la feuille de route Intelligence Artificielle (IA) du ministère des Armées, annoncée en mars dernier par Florence Parly.

Ce projet vise à doter le ministère des Armées d'une infostructure souveraine de stockage et de traitement massif de données en captant l'innovation des PME, start-ups et laboratoires qui travaillent sur les applications civiles de l'IA. Une première version du système sera fournie fin 2019 et des déploiements pilotes suivront en 2020 à Brest, Rennes et en région parisienne puis sur l'ensemble des réseaux du ministère des Armées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/10/2018 à 21:39 :
Pourriez-vous nous dire dans quel pays les noms de domaines sont-ils déposés, tous y compris ceux des sites gouvernementaux ?
a écrit le 16/10/2018 à 17:34 :
Il faut faire peur pour être respecté ! Il faut relancer la course à l'armement tous azymuth paul bismuth!
a écrit le 16/10/2018 à 17:31 :
Dégageons les fissa !
a écrit le 16/10/2018 à 17:27 :
Il faut continuer avec
- un moteur recherche multilangue europeen.
- Un linux labellisé "UE".
- des outils firewall/routeur/scanner 100% europeens certifiés ANSSI.
- un cloud 100% français.
- abandonner tous les windows dans les infrastructures.
a écrit le 16/10/2018 à 14:23 :
Mieux vaut tard que jamais !
a écrit le 16/10/2018 à 10:16 :
Enfin, il était temps, il aurait fallu le faire avant que Palantir ne fasse main basse sur Airbus avec la complicité d'Enders...
Réponse de le 16/10/2018 à 14:28 :
Donc maintenant la grande lessive peut commencer ? Puisque des français sont à nouveau aux commandes d'Airbus. Palantir out avant de rentrer dans le dur sur le programme SCAF ?
a écrit le 16/10/2018 à 9:52 :
Thalès est le grand absent.
a écrit le 16/10/2018 à 9:01 :
Du simple bon sens que de compter en premier lieu sur soi mème et ensuite sur ses alliés. D'autant que l'histoire est pleine de trahisons qui devraient inciter à plus de prudence.
Si l'on en croit différents reportages médiatisés il y a peu concernant les manipulation d’élections de populations et autres péripéties qui ont touché des pays jusque là attachés à leurs démocraties, on pourrait logiquement avoir des hésitations à confier la sécurité nationale et européenne à des puissances étrangères ou à des groupes privés.
Quand aux armées, un autre reportage d'investigation avait il y a quelques années émis un doute sur le choix de systèmes d’exploitation étrangers, il est vrai que côté OS on est mal pourvus.
Quand au fichiers, à force de ne pas en constituer un central, géré de manière fiable et démocratique avec des contrepouvoir juridiques dignes de ce nom, le risque est d'en avoir de multiples, aussi peu fiables que déviants, au risque aussi d'un usage partisan ou malfaisant.
Ce qui compte avec les données comme avec tous les outils, c'est quel est leur usage.
Finalement, la situation actuelle de l'UE est un test de résistance en taille réelle, aussi bien aux tensions internes, qu'à des pressions externes en raison de la montée en puissance d'autre puissances mondiales ou d’intégrismes politiques et religieux. Ce n'est pas un raison pour s'isoler et encore moins pour se désolidariser, mais une approche commune avec nos partenaires de l'UE parait indispensable et urgente.
Réponse de le 16/10/2018 à 10:19 :
Que voilà une bonne analyse. Mais l'Europe, laquelle? celle actuelle déjà aux mains d'un pouvoir qui n'est pas franchement européen?
Réponse de le 16/10/2018 à 17:30 :
Khadafi avait confié sa sécurité à une société francaise de dénonciation d'opposant, un sport national !
On excelle dans les salloperies au contraire!
VOus vivez dans un monde de bisounours ! la démocratie est un mythe tout comme la séparation de l'eglise et de l'état ou plus généralement de l'état et des religions qui mènent le bal encore aujourd'hui en 2018 !
C'est le degré d'organisation des communautés au sein des états (états dans l'état ) et pas le nombre d'individus qui compte, l'individu n'est rien, la communauté son tout émergent.
En france par exemple, la police dégrade les telecoms pour perquisitionner discretement chez des particuliers, les lois c'est une facade pour créer de la confiance, plus les gens ont confiance plus ils se font *ù$^$! facilement.
a écrit le 16/10/2018 à 8:47 :
Une bonne idée entre les mains de véritables professionnels, c'est bien quand les politiciens s'occupent de rien, c'est mieux, ça fait de suite plus sérieux.
a écrit le 16/10/2018 à 7:00 :
qui va investir dans une boite, qui , si elle doit grandir ou chercher des partenariats, devra demander au comite central du parti socialiste son avis, comme dailymotion?
personne......
c'est un petard mouille
la france recolte ce qu'elle a seme, on en reparle dans 10 ans
Réponse de le 16/10/2018 à 11:00 :
Non, c'est une réponse adéquate, tout comme qwant. La prochaine étape est l'abandon de Facebook. Le travail législatif a commencé en ce sens. La vrai question est qui dirigera vraiment ce nouvel ensemble. Il semble que l'idée même de nation ne fasse plus consensus. Je ne suis pas certain que France veuille dire la même chose pour tous mes compatriotes. C'est plus cela qui m'inquiète.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :