Renault : Bruno Le Maire contredit Édouard Philippe sur les fermetures d'usines

Contrairement au chef du gouvernement, qui avait affiché sa détermination à préserver les sites du constructeur menacés de fermeture en France, le ministre de l'Économie et des Finances a expliqué, ce lundi, vouloir "laisser la possibilité à Renault d'adapter son outil de production".

1 mn

Photo d'illustration. La semaine dernière, Édouard Philippe affirmait que le gouvernement serait intransigeant sur la préservation des sites de Renault en France.
Photo d'illustration. La semaine dernière, Édouard Philippe affirmait que le gouvernement serait "intransigeant" sur la "préservation" des sites de Renault en France. (Crédits : POOL New)

Le gouvernement français n'exige pas de Renault qu'il ne ferme aucun site en échange d'un prêt garanti par l'État, a annoncé lundi le ministre de l'Économie et des Finances.

"Bien sûr que nous serons attentifs à chaque emploi, mais nous voulons laisser la possibilité à Renault d'adapter son outil de production", a déclaré Bruno Le Maire, sur l'antenne de BFM TV.

Le ministre a indiqué que l'accord sur un prêt garanti par l'État pour aider le constructeur à faire face à la crise du coronavirus n'était toujours pas conclu.

L'"intransigeance" d'Édouard Philipe battue en brèche

Cette déclaration fait suite à celle du premier ministre Édouard Philippe qui, la semaine dernière, affirmait que le gouvernement serait "intransigeant" sur la "préservation" des sites de Renault en France, si le constructeur automobile confirmait sa volonté de fermer quatre sites dans le pays comme l'évoquait Le Canard enchaîné.

Emmanuel Macron doit présenter mardi un plan d'aide au secteur automobile qui s'accompagnera en contrepartie d'engagements sur l'investissement et l'emploi en France.

Lire aussi : Comment Renault en est-il arrivé là ?

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 25/05/2020 à 21:14
Signaler
On se souviendra que c'était ce même Bruno le Maire qui voulait bazarder Alstom aux allemands, qui voulait bazarder ADP à Vinci (qui réclame 1 milliard pour Notre Dame des Landes, comme rapporté dans ces colonnes !!). La parole de cet homme ne vaut r...

le 26/05/2020 à 6:58
Signaler
Le problème est que c'est Macron qui décide et pilote cette stratégie d'abandon des biens de l'état stratégiques ou non. Le Maire n'est qu'un exécutant, même s'il cautionne les décisions. Il n'est pas capable de désobéir au Chef puisqu'il lui doi...

à écrit le 25/05/2020 à 21:11
Signaler
Chaque fois que Bruno le Maire l'ouvre, c'est pour se faire remarquer et marquer son territoire, à l'image d'un chat d'égout... Qu'il travaille son sens du collectif, le pays en a besoin...

à écrit le 25/05/2020 à 19:53
Signaler
Et accessoirement, il contredit Macron... ou il précise la pensée macronienne, ça dépend où on se place. Mais je me sens plus rassuré sur la cohérence de ce gouvernement et sur la marche du monde par la même occasion.

à écrit le 25/05/2020 à 14:24
Signaler
Ce serait intéressant de demander le point de vue de la CGT. Il y a quelques jours, il était préférable que les usines soient fermées de force plutôt que de mettre en application un plan de reprise coordonnée entre la direction et des syndicats concu...

à écrit le 25/05/2020 à 13:35
Signaler
Le Maire n'a qu'une motivation : prendre Matignon. Une cata : incapable de manager un gouvernement.

le 25/05/2020 à 15:03
Signaler
Le Maire veut surtout tout décarboner !!! Il n'a eu que ce mot à la bouche face à J.J. Bourdin. Il a placé ce verbe dans toutes ses phrases. Quant à ses idées, elles sont floues pour le moins que l'on puisse dire, quand elles ne sont pas incohérentes...

à écrit le 25/05/2020 à 13:00
Signaler
Toit cela n'est qie du bla bla puisque "Macron portera en personne le plan de soutien" de Renault. En suivant le guide c'est fou ce qu'on apprend ... comme chante Peter Pan.

à écrit le 25/05/2020 à 12:51
Signaler
Du bon sens économique raisonnable et viable qui dde du courage politique, face à ts ces effets de manche irresponsables qui soulagent à court terme mais conduisent à coup sûr à la ruine à terme. L'ex de PSA au début des années 2000 n'est qd même pas...

à écrit le 25/05/2020 à 10:13
Signaler
Mais non, Doudou et Nono ne se contredisent pas, ils font du Juju, du ""en même temps""

à écrit le 25/05/2020 à 10:07
Signaler
Dumping fiscal et social étant les deux mamelles de l'UE, à savoir celle contre laquelle nous avons voté mais qu'ils nous ont quand même imposé, on commence à bien mieux comprendre pourquoi.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.