Emmanuel Macron portera en personne le plan de soutien pour la filière automobile

 |   |  446  mots
C'est le président qui portera le plan de filière à son niveau, a expliqué une source interrogée par l'AFP.
"C'est le président qui portera le plan de filière à son niveau", a expliqué une source interrogée par l'AFP. (Crédits : POOL New)
Selon une source de l'AFP, ce plan a différentes composantes : souveraineté industrielle, transition vers les véhicules propres et sauvegarde de la compétitivité du secteur".

Emmanuel Macron va faire "d'importantes annonces" mardi dans le cadre d'un plan de soutien de la filière automobile plombée par la crise du coronavirus, a déclaré samedi à l'AFP une source proche de l'exécutif. "Ce plan a différentes composantes : souveraineté industrielle, transition vers les véhicules propres, et vise aussi à préserver la compétitivité du secteur", a précisé cette source.

"C'est le président qui portera le plan de filière à son niveau", a-t-elle ajouté, soulignant qu'il existe un "enjeu industriel, un enjeu d'emplois et de transformation de la filière vers la transition et la conversion vers les véhicules propres".

Un plan orienté vers les technologies vertes

Elle a souligné le "gros travail préparatoire fait par les ministres de l'Économie et des Finances ainsi que de la Transition écologique et solidaire", Bruno Le Maire et Elisabeth Borne. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire avait affirmé jeudi dans Le Figaro que le chef de l'État annoncerait "la semaine prochaine un plan de soutien pour le secteur automobile", après avoir indiqué lundi que c'était lui qui s'y attèlerait "sous 15 jours".

Selon Le Parisien, Emmanuel Macron va présenter un plan qui comprendra le rétablissement d'une prime pour l'achat d'un véhicule hybride et une hausse de celle en faveur des voitures électriques et de la prime à la conversion d'un vieux diesel. Bruno Le Maire a affirmé que le plan de soutien serait orienté vers les technologies vertes. Il a réclamé en échange une relocalisation de productions en France.

Renault sous surveillance

Le gouvernement a d'ailleurs haussé le ton durant la semaine vis-à-vis de Renault dont il est actionnaire à hauteur de 15%. Bruno Le Maire a soumis jeudi son feu vert pour un prêt de 5 milliards d'euros à des engagements, alors que le groupe Renault doit dévoiler le 29 mai les contours d'un plan d'économies de deux milliards d'euros. Édouard Philippe avait, lui, prévenu mercredi que le gouvernement serait "intransigeant" sur la "préservation" des sites de Renault en France, au moment où le constructeur envisagerait, selon le Canard enchaîné, d'arrêter quatre sites en France, dont celui de Flins (Yvelines) qui assemble la citadine électrique Zoe et la Nissan Micra.

Le marché automobile européen a été divisé par quatre en avril après une chute de moitié en mars, comparé à l'an dernier. Le secteur pèse en France 400.000 emplois industriels directs et 900.000 avec les services. Durement affectée par la pandémie, la société américaine de location de voitures plus que centenaire s'est placée vendredi sous la protection de la loi américaine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/05/2020 à 9:40 :
Mouais, je me demande bien ce qu'il va nous pondre.Je regardais,, les balladurettes c'etait en 1993 resultat fantastique hein. Me semble avoir entendu a la radio qu'on allait envoyer a la casse des voitures de 9 ou 10 ans, bien les boules, quel gachis si c'est ça.
a écrit le 25/05/2020 à 14:10 :
Pourquoi l'Etat reste actionnaire de Renault, et lui fournirait une aide pour produire des voitures à l'étranger ? Et fermer des sites supplémentaires en France !
Pour rappel, le seul constructeur à choisi de produire en France, c'est Toyota.

Et pourquoi pousser les français à acheter des voitures, si ce n'est pour les montants de TVA qui seront récupérés ?

Quant à la technologie : voitures électriques, hybrides, à hydrogène. Quelle sera la technologie qui prendra le dessus ? Et à quand des tarifs convenables ?
a écrit le 25/05/2020 à 10:33 :
Les bornes de recharge, l'un des grands freins à la voiture électrique. En octobre 2016, Ségolène Royal annonçait un million de bornes électriques d’ici trois ans. Résultat ? notre pays comptait moins de 30 000 points de recharge accessibles et ouverts au public à fin décembre 2019 dont seulement 9% du total permettent une recharge rapide (24.000 bornes de recharge électriques publiques à ce jour selon le secrétaire d’État aux Transports). Et tout le monde n'a pas une maison individuel avec un garage, quant à faire installer des bornes en immeuble collectif c'est un vrai casse-tête, voire impossible. Et ne parlons pas des multiples modes de recharge, des types de prises, des différents acteurs etc...pourquoi faire simple lorsqu'on peut faire compliqué.
En attendant, le moteur hybride est la solution la plus adaptée, avec une technologie "full hybrid" plutôt que celle, certes moins chère, mais beaucoup plus limitée du "micro-hybrid".
Réponse de le 25/05/2020 à 11:31 :
Pourquoi l'argent public aiderait-il les riches propriétaires de voitures électriques ? dans ces circonstances ???
a écrit le 25/05/2020 à 9:26 :
Primes à la casse augmentées alors que c'est la crise économique.

Le mec il "porte" un projet qu'il a déjà fait tomber au bout d'un mètre.
a écrit le 25/05/2020 à 6:59 :
si c'est Macron qui s'en occupe, on peut craindre le pire. Des subventions financées par de la dette française pour financer la relance allemande comme avait fait Sarkozy avant lui. Tout cela sous couvert d'un opportun verdissement de la politique industrielle française. il ne faut pas maintenir artificiellement l'activité des canards boiteux. Il y a des sociétés qui font des efforts pour s'en sortir et qui réussissent, ne leur savonnons pas la planche en aidant excessivement celles qui sont en déclin.
a écrit le 24/05/2020 à 14:04 :
Un vrai coup de poker avec l'électrique, et l'espoir d'un engouement des citadins de la bonne classe moyenne pour les petites citadines électriques, car c'est tendance du monde d'après. D'autant plus, qu'ils n'auront vraiment aucun mal pour casser leur tirelire.
C'est toufo si par contre ça subventionne l'achat d'une grosse berline électrique germanique ou des désormais mythiques Tesla pour les classes privilégiées "matuvu" tendance snob qui profitant d'un effet aubaine, n'ont de tte façon rien à cirer du " made in France"... même partiel.
Espérons également un bonus généreux pour les moyens de gamme à essence vertueux dt quelques exemplaires st encore fabriqués en France ( concerne davantage PSA que Renault).
Réponse de le 24/05/2020 à 14:25 :
A cette allure ,
y aura plus « de euro « 
mais
Eurêka !
Il reste la trottinette ou les rollers....
Ou
Télétravail + confinement ++++
Restez chez vous «  c’est écologique « 
Plus de voiture ,plus de travail
et
Plus de pollution !!
Comme ça « les bobo -écolo de tesla et berline «  pourront siroter leur thé roiboos bio au sud de l’Afrique et se prendre en selfie en train sur la peau d’ animaux sauvages ...
a écrit le 24/05/2020 à 13:48 :
Le secteur automobile :
ce sont les riches : M.Macron est avec eux ( logique )
Et les Allemands sont entrain de casser l’EURO ( filer à l’anglaise)
Ceux qui ont été impactés : les pauvres ...
M.Macron est le président de la jet- set,
Espérons qu’un personne normale viendra au prochaines élections : quelqu’un de populaire pour la population «  normale «  plus de réalité et moins de virtualité , que cet «  outsinder » mis sur le trône par les banques aristocratiques.
Grâce à Macron , l’Afrique a été remplacée par la France ( nouveau Afrique mondiale )
et l’Afrique est devenu le squat des Élites du monde .
a écrit le 24/05/2020 à 13:39 :
Il faut qu'on retrouve le Macron lyrique,celui qui a su nous enchanter,nous dynamiser!Et a ce moment la seulement,ce pays repartira de l'avant!
Réponse de le 24/05/2020 à 17:49 :
Je me souviens surtout de ses hurlements dans son meeting parisien pendant la campagne présidentielle,il faisait déjà peur.On peut d’ailleurs retrouver facilement la vidéo sur le net.Bref, "Je hurle donc je suis".
a écrit le 24/05/2020 à 12:08 :
La réalité française est d'abord européenne avec un Macron qui n' a jamais défendu les intérêts nationaux comme d' ailleurs ses illustres prédécesseurs, exemple du double vote qui a contrarié les japonais et l' empêchement du rapprochement Renault/Fiat. Le gvt Macron brasse de l' air et se limite à une com venteuse.

Exemple récent, la tentative d’augmentation du budget de l’UE de Macron/Merkel appelé à tort « mutualisation des dettes » est refusée par 4 pays du Nord de l’Europe via la règle d’unanimité (article 48 du TUE),

Ces 4 pays proposent à la place des prêts contre des garantis de réformes politiques dans les pays qui en bénéficieraient,

En bref : La mutualisation des dettes ne risque pas de voir le jour dans l’UE.
Vouloir des prises de décision unanime avec 27 intérêts divergeant c’est créer un immobilisme paralysant.

Comme disait De Gaulle, on ne fait pas d’omelette avec des œufs durs. La réalité française sera la poursuite de la feuille de route de Bruxelles cad celles qui paupérise l' industrie et le pays depuis Maastricht, celle là-même qui seule autorise les délocalisations ; celle qui ne fonctionne pas, le jour d' après sera avec les GOPE 2020 2021 pire qu' hier.. Voir : "Les GOPÉs 2020-2021 sont sorties : Le monde d’après sera comme le monde d’avant."..
Réponse de le 24/05/2020 à 19:23 :
Pour une fois, je vous rejoins ds votre commentaire qui dénonce l'absurdité de cette règle de l'unanimité où par ex, 4 pays qui s'opposent à cette proposition franco allemande de mutualiser 500 mds d'emprunt, ne représentent même pas la moitié de la population allemande ( Hollande,Autriche, Dk, Suède)...le comble de la vie démocratique !!
Maintenant, sanctionner ça par une sortie de l'euro d'un pays comme la France, sans atout économique attractif pour la finance mondialisée serait un remède pire que le mal.
Car, il est bien évident qu'en raison de la géopolitique actuelle et à venir, le monde d'après n'existe que ds les chimères des savants et experts Nimbus qui pullulent depuis l'arrivée de cette crise.
a écrit le 24/05/2020 à 11:28 :
Et pk vous avez commence la degradation des entreprices comme Renault par exemple.Vous avez vendu presque tout des filieres comme de la filiere agricole et apres la filiere des poids lourds aussi et apres vous avez fait le meme avec Alstom.Tjrs les memes fautes.
Réponse de le 24/05/2020 à 19:45 :
C'est la technique archiconnue et pratiquée du depessage qui assure ds le meilleur des monde de l'actionnaire, la maximisation de ses avoirs après l'élimination des branches d'activité que le groupe n'a pas su ou pu rendre compétitif.
Sauf que qd il ne reste plus qu'une branche ( le cœur de métier comme ils disent) et qui se met à foirer...c'est la ruine !!
a écrit le 24/05/2020 à 11:07 :
surtout qu'il demande l'aide de lemaire, et de sa secrétaire pannier-runacher, elle qui se mêle de tout et foire tout, si, si nécessité......pour couler la filière auto.
a écrit le 24/05/2020 à 11:05 :
A la fin de son mandat, nul doute qu'il se fera parachuter à la tête de Renault; vu ses brillants résultats de banquier d'affaires avec l'achat des actions Nissan (à combien se monte la provision pour perte?) et son charisme dans son rôle de président de la république, il a toutes ses chances en fossoyeur de la marque.
a écrit le 24/05/2020 à 11:05 :
surtout qu'il demande l'aide de lemaire, et de sa secrétaire pannier-runacher, elle qui se mêle de tout et foire tout, si, si nécessité......pour couler la filière auto.
a écrit le 24/05/2020 à 10:48 :
Ils se paient de la com avec la dette ou les impôts! Lorsque l'on est en bourse dans la situation de 15%, disons que l'inertie de minorité de blocage a 5% est tout aussi important.

Il se trouve aussi, la ou il représente l'état, il serait intéressant de voir comment nous allons devoir payer pour une ou plusieurs sociétés pour redresser un virage qui date de 2008 et qui pour le coup d'avoir le ministre de l'économie, si cela doit être comme alstom, bon ben il aura fait un coup de com coûteux !

Donc alors même qu'il finance l'automobile sans le faire pour les énergies renouvelables, nous pouvons aussi comprendre cette politique dans une dimension qui inclus le réel, nous avons le problème pour l'énergie devant nous, donc sans sujet mais effets d'annonce, toute la question sera de ce qu'une seul personne décide la ou nous avons pu constater comme un "problème" dans le passé présent!

Y a t'il un intérêt publique? alors que normalement ce doit être les banques qui investissent?!

Pour le gain de qui? Des salariés? foutaise! les 85% des actionnaires qui aurons finalement une sécurité sociale que l'on déni aux plus pauvres, du coup venir nous raconter que cela serait de l'économie, non, l'utilisation des capitaux dédiés aux humains, a la transformation et a l'innovation accessible, est juste le refinancement d'un groupe économique!

Le problème est que nous avons déjà devant nous six centrales nucléaires a arrêter, donc la transformation ne peut se faire uniquement sur du crédit, mais un projet clair qui hormis un soutien qui finalement au regard de ces derniers temps entre suicide du personnel et aventures scabreuses de son pdg, franchement tout cela est drôle car si je constate ce qui est donné pour finalement financer le marché le soutenir, je ne vois pas en quoi si ce n'est le changement de pavillon, puisse intervenir sans coûter des sommes faramineuses!

Se basant sur alstom, disons que le précédent ne permet pas de me rassurer, mais le marché oui! c'est la fête au village!

Lorsque l'on voit l'économie en France et l'intérêt qu'il y a a cette politique qui fait l'économie en se substituant aux banques privées, du coup les financiers ont tout gagné! Avec la politique actuelle autour des prêts aux banques en négatif, que demande ils de mieux !

Et ensuite sachant les questions d'énergies qui sont devant nous, nous pourrons compter sur l'aide des lobbyistes cumulards pour nous aider a voir un avenir qu'ils ne savent décrire !

Bon a voir.....
a écrit le 24/05/2020 à 10:34 :
Pourquoi inciter les gens à changer de voiture ? L'argument écologique ne tient pas. Construire une voiture neuve émet plus de CO2 que de faire rouler longtemps une voiture récente bien entretenue.
La péripéties Covid aura eu le mérite de démontrer que le système économique marche sur la tête. Industriellement, sanitairement, écologiquement...il faut se rendre à l'évidence qu'un fonctionnement basé sur les transports, sur l'idée d'une croissance infinie dans un cadre de ressources limitées est une utopie.
Si l'on rajoute une démographie galopante, des tensions nationales et internationales, le Monde est devenu une gigantesque poudrière relié à des dizaines de mèches qu'un seul briquet pourrait allumer.
Réponse de le 24/05/2020 à 19:55 :
Ds le meilleur des mondes vous auriez très certainement raison.
Mais rajouter à la poudrière mondiale, une poudrière interne avec un chômage de masse touchant le cœur même de la classe moyenne et on a ts les ingrédients d'un conflit généralisé en gestation, comme la période des années 30 l'a montré.
a écrit le 24/05/2020 à 10:29 :
Des ^promesses des promesses nous sommes en campagne électoral!!!! mais pas d'idee pour le financement Le corona nous montre que beaucoup de notre fonction publique est incompétente et ne sert a pas grand chose comme nous elus d'ailleurs.

Subventionner l'auto peut etre mais sous condition d'une grille de salaire maxi par rapport au salaire de base de meme pour l'aviation voir salaire et avantages pdg inadmissible chez air France et Renault et autres
a écrit le 24/05/2020 à 10:08 :
Croyez vous pas que la crise automobile n'est pas aussi et surtout du à vos politiques de suppression des voitures? A savoir:
- Prix des voitures trop cher (Escort GHIA toutes options 104000 Franc en 94 aujourd'hui une focus de base est à combien?
- Augmentation des prix des entretiens regardez le prix d'une vidange,
- contrôles technique plus cher et plus contraignant imposant le remplacement de voitures beaucoup trop vite,
- les villes ferment de plus en lus leurs centre villes l'accès,
- prix des parking
- et le pire les nombreux radars et le toujours à punir
- les points qu'on nous supprime toujours de plus en plus et plus longtemps
Qu'elle avenir à la voiture dans un pays comme le notre, perso je me demande si je vais pas acheter un simple tracteur, Ca roule moins vite mais je le garderais à vie !
a écrit le 24/05/2020 à 9:49 :
Enfin des idées neuves. Des primes pour aider a l'achat de véhicules bien souvent construits a l'étranger, il fallait y penser. C'est vrai on avait encore jamais essayé. Nos hauts dirigeants sont de petits garnements qui passent leur temps a casser les vitres de Monsieur Bastiat, c'est ainsi que nous sommes un pays riche et que l'on fait le bonheur des verreries de la planète entière.
J'avais trouvé un papier de Jancovici, il estimait que pour fabriquer une tonne de voiture, thermique ou électrique, il fallait émettre 5 tonnes de co2. Dans le cas d'une clio de base, 1.1 tonnes, 5.5 tonnes de co2, il faut déjà faire 157.000 km si ça fait économiser 35 grammes aux 100 rien que pour amortir le co2 de construction.
Pour une zoe de 1.468 tonnes, économie de 110 grammes, il faut encore 61.000 km pour amortir le co2, et encore il faut rajouter le co2 de la production électrique et sa perte en ligne.
Ce serait plus intéressant d'apporter une petite aide a la remise en état pour le contrôle technique, organes de sécurité, réglage et nettoyage moteur, rénovation du fap.... L'argent non dépensé en achat de voiture étrangère pourrait assez utilement être dépensé en france et les réparations se feraient rarement dans des garages slovaques, roumains, turques ou du maghreb. Ou pourquoi pas promouvoir le rétrofit avec des kits français posés en france, à charge aux fabricants de concevoir les kits pour d'abord leurs propres modèles anciens.
Ensuite a t'on les besoins et les moyens de sauver deux constructeurs? Je serais d'avis de donner la priorité a celui qui a le plus d'emplois en france. Que l'autre demande de l'aide aux bataves, ou vende sa participation de plus de 40% (contre 15 en sens inverse) dans nissan. Je suis sur que la BoJ (qui elle intervient sur le marché actions) serais enchantée de racheter de gré a gré ou même sur les marchés pour récupérer l'indépendance de deux de ses fleurons. Plus de 40% de 14 milliards contre 15% de 5. Doit on apporter une aide a une boite qui dispose d'une telle accumulation de capital?
Pssst Juju, fait moi plaisir, tape du poing sur la table en pensant que ça va impressionner dans les chaumières, montre toi vrai Chef de guère, pour que renault pays ses impôts en france et pas aux pays bas, maintenant qu'il vont plus trop faire de bénéfices pendant des années et des années, tu feras rire tout le monde.
Réponse de le 24/05/2020 à 10:56 :
Ce matin, un lapin a tuer un chasseur !!!!

Ah ah votre analyse est intéressante, je pense surtout qu'il est chef dans sa tête, représentant 15% en bourse et payant les impôts en Hollande, Hollande qui ne veut pas prêter secours pour la question des aides aux pays du sud, du coup nos impôts finalement servent les entreprises!

Trop fort!!!!
a écrit le 24/05/2020 à 9:19 :
Un plan de soutien forcément léger de ce fait vu les épaules si frêles de notre président.
a écrit le 24/05/2020 à 9:12 :
Une remise à plat des malus serait un début. Quand acheter une voiture devient un impôt déguisé, faut-il s'en étonner ?
Et comme toujours, la voiturette produite ailleurs sera la vedette...pourquoi acheter Renault quand 80% des véhicules sont produits hors de France , en Turquie, Maroc et...?
Vaut mieux alors acheter une Yaris construite dans les hauts de France.
Sinon, si on veut aider les constructeurs il faut acheter européen, comme Audi, VW, Skoda, BMW, Mercedes,...certaines Peugeot et certaines ds.
Réponse de le 24/05/2020 à 9:39 :
Vous avez pas compris? Macron n'aide pas un constructeur Français a rester en France, mais il investi nos impôts pour que Renault finance sa campagne de 2022 en échange...
On verra mardi mais si Macron veux faire en sorte que "les employés en France" de Renault gardent un emploi, il devrait pas voir pour des voitures écologiques mais pour des voiture pas cher à construire et basique pour qu'on puisse tous en acheter une sans faire un crédit sur 20 ans... Ou de faire produire dans notre pays des batteries pour les voitures électriques, enfin normer ces batterie et qu'elles soient échangeable en station permettrait d'arrêter les limite de quelques km de trajets max...
Mais bon comme dit précédemment, mardi Macron avouera sa politique... Il aidera se groupe avec des millions pour rien et laissera les PME qui ne l'aident pas a financer sa campagne et qui délocaliseront pas faire faillites!
Réponse de le 25/05/2020 à 11:35 :
Les voitures "françaises" sont assemblées en France, mais l'essentiel vient d'ailleurs.
a écrit le 24/05/2020 à 9:10 :
Cela fini toujours en désastre quand l'état se mêle trop. On a vue avec le Diesel.
a écrit le 24/05/2020 à 9:00 :
D'un côté, quand on reconstruit une maison brûlée, il est plus que légitime de se demander ce que l'on va changer et améliorer. De l'autre, il faut de l'expertise, de l'argent, et surtout pas de baratin, et encore moins de mensonges.. et les français, adolescents attardés, voudront tout de même choisir la couleur des papiers peints..
a écrit le 24/05/2020 à 8:13 :
Marre que l'argent de mes impôts finance des lubies sous prétexte écolo. La voiture électrique, avec toutes ses contraintes, n'est pas l'avenir: batteries chinoises (fabrication polluante et problème de leur recyclage), temps de recharge, autonomie limitée, manque de points de charge,... Et ce n'est pas quelques centaines d'euros de plus ou de moins qui changeront la donne quant au prix d'achat
Et il faudrait se poser enfin les vraies questions concernant la délocalisation à l'étranger de nos usines .
Réponse de le 24/05/2020 à 8:42 :
les français sont ils devenus des moutons ,?
Réponse de le 24/05/2020 à 9:45 :
Que voulez vous, Macron voit que dernièrement les écologistes ont eu ces voix aux dernières élections. Du coup "intelligent" qu'il est il pense que les Français sont plus écologiques et ignore que ce vote est pas un vote d’adhésion mais de désespoir... Que voulez vous depuis bientôt ans on est pas suffisamment intelligent pour voir la réalité politique de notre pays. Macron a d’ailleurs oublié qu'il avait été élu dans l'espoir d'une nouvelle république et un changement à 90° du style de la politique et qu'au final en moins de 6 mois ces votants ont été déçus et étaient déjà dans la rue car le Macronisme est juste la même politique que les autres... Tout pour les plus riches au détriment des plus pauvres...
Réponse de le 25/05/2020 à 11:33 :
Pseudo-écologique
a écrit le 24/05/2020 à 7:48 :
Toujours des annonces d'un président qui recherche la louange, c'est toujours..: "faites moi confiance pour une relance de l'économie dans le monde de demain" pour sans cesse revenir en arrière!
a écrit le 24/05/2020 à 3:34 :
Non c'est pas vrai ! Le président va faire quelque chose ? Incroyable !
Il va falloir qu'il mouline sévèrement ses petits bras et use la chemise pour reconquérir Mme Michu qui trouve Brigitte fantastique dans Paris Match et Robert entre deux pastis au PMU du quartier vu qu'il est intérimaire au smic depuis 25 ans et en chômage partiel avec ses 400 000 collègues qui travaillent encore dans l'automobile en France ...
a écrit le 24/05/2020 à 3:08 :
La passivite des francais est etonnante.
Apres tout c'est leur destin......
a écrit le 24/05/2020 à 1:32 :
L'argent du contribuable va encore couler à flots, pour rien. On va aider Paul avec l'argent de Pierre, et encore une fois, à la fin, on sera encore plus nombreux à la soupe populaire.
a écrit le 24/05/2020 à 0:13 :
Nous sommes sauvés Macron arrive .... Apres avoir vendu Alstom avec ses amis de Rothschild et fermé quelques usines à la suite, il va sauver l'automobile francaise? il va demande à la banque Rothschild de faire quelques fusions acquisitions et délocaliser pour la rentabilté et les dividendes seront assurés par les aides de l'état francais. Renault va continuer à payer ses impots (presque rien) en Hollande et prendre les aides de l'etat comme en 2009. La seule chose qu'il devrait faire c'est de s'eloigner du sujet le plus possible, cela aidera l'industrie francaise.
a écrit le 24/05/2020 à 0:13 :
Macron est un imbécile qui a tué l'alliance Renault/Nissan en effrayant les japonais lorsqu'il était à Bercy, désormais il veut tuer l'agriculture française en les privant du débouché des biocarburants et nous rendre dépendants des terres rares chinoises avec son délire de voitures électriques
a écrit le 23/05/2020 à 21:41 :
C'est l'occasion de réaliser son rêve de jeune secrétaire d'état au budget : fusionner Renault et Nissan. Mais il y a loin du lait infantile (sa premiere affaire de fusion acquisition Nestlé Pfizer) à l'automobile.
a écrit le 23/05/2020 à 21:39 :
C'était déjà prévu bien avant que le covid vienne mettre son grain de sel ! Macron est un banquier d'affaires, et il n'oublie pas ses collègues qui ont financé sa campagne et l'ont installé à la présidence. La notion d'intérêt général, et a fortiori d'intérêt de la France, lui est totalement étrangère. Il va liquider l'industrie automobile française, comme il a liquidé l'industrie des équipements énergétiques avec Alstom. Et ce ne sont pas les seuls secteurs à être dans le viseur, l'armement est aussi dans le collimateur. Rassurez vous, tout est planifié et orchestré, la crise actuelle étant juste un formidable accélérateur d'opportunités pour Jupiter et ses amis ! Les rachats, opa et autres aux profits des soutiens/parrains du clan LREM/Modem vont aller bon train, pour le meilleur des mondes des banquiers d'affaires. Sibeth nous a déjà prévenu que le mensonge était un des modes d'action politique de ce gouvernement.
a écrit le 23/05/2020 à 20:29 :
Est ce que quelqu'un pourrait demander a juju d'arreter de bouger les mains quand il n'a rien a dire, ça m'irrite au plus haut point. Son discours deja ça me gave, mais qu'il nous fasse les marionnettes pour qu'on comprenne....
a écrit le 23/05/2020 à 20:10 :
Encore un plan, s'il est aussi convaincant que les précédents Renault va finir chinois.

La première clef c'est les batteries, la seconde c'est la production délocalisée d'énergie électrique renouvelable.
a écrit le 23/05/2020 à 20:07 :
"vers les véhicules propres"

Ah, donc des véhicules simples, légers, robustes et qui consomment peu.
a écrit le 23/05/2020 à 20:01 :
Au secours !!! Macron va s'occuper de la filière automobile !!!
Ce n'est pas nouveau, lorsqu'il était ministre de l'économie il a réussit à déstabiliser Renault, en doublant les droits de vote des actions étatiques : résultat l'alliance Renault-Nissan bat de l'aile, Renault a les caisse vide, Renault va licencié .... Carlos Ghosn soutenu comme la corde soutien le pendu, Carlos Ghosn éjecté, Carlos Ghosn rigole ....en observant son remplaçant.
Espérons qu'il oubliera Peugeot !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :