Eolien en mer français : EDF EN candidat avec un groupe danois

 |   |  185  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
EDF Energies Nouvelles annonce ce lundi la signature d'un accord exclusif de partenariat avec le groupe danois Dong Energy pour répondre à l'appel d'offres que le gouvernement français s'apprête à lancer pour l'éolien en mer.

C'est au tour d'EDF Energies Nouvelles de se préparer à répondre à l'appel d'offres que l'Etat devrait lancer prochainement dans l'éolien en mer. Il annonce ce lundi qu'il s'associe au groupe danois Dong Energy.

Dans le cadre de ce partenariat, les deux entreprises combineront leurs capacités d'investissement au sein d'une structure commune dans laquelle la filiale d'énergies alternatives d'EDF sera majoritaire, est-il précisé dans un communiqué publié par EDF EN. Cet accord fait suite à l'accord exclusif signé par EDF EN avec Alstom Power pour la fourniture d'éoliennes.

Le cahier des charges de l'appel d'offres pour le projet éolien "offshore" français, d'une valeur de 10 milliards d'euros, sera publié début juillet. Les réponses sont attendues début janvier 2012 et une désignation des lauréats sera faite début avril 2012.

De son côté, le groupe Areva c'est allié à un groupe espagnol avec le même objectif. Le groupe nucléaire français a passé un accord avec l'espagnol Iberdrola Renewables pour développer conjointement des projets éoliens en mer en France dans le cadre de cet appel d'offres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/07/2011 à 22:27 :
côté, le groupe Areva c'est allié :

la tribune qui fait des fautes d'orthographe : Zéro pointé !!!!!!!!
a écrit le 04/07/2011 à 19:05 :
Ces démarches sont de bon augure, mais nettement insuffisante. Nous devons voir une réelle volonté du gouvernement de s'inscrire dans la mise en place des énergies nouvelles. Il ne s'agit pas là simplement d'une divertsification de l'économie d'une entreprise. Cette volonté n'est même pas exprimée, bien au contraire l'on s'aperçoit que les caps sont pris en faveur des grandes entreprises internationales; quitte à faire un peu plus de chômage, alors ou est la réelle volonté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :