Nouveau sabotage du gazoduc codétenu par Total au Yémen

A peine réparé, l'unique gazoduc du Yémen, codétenu par le français Total, a de nouveau été saboté mardi, a indiqué à l'AFP un responsable local. Ce gazoduc avait en effet déjà été saboté le 21 août dans une zone du sud du Yémen où Al-Qaïda est implanté.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

L'unique gazoduc du Yémen, codétenu par Total, a de nouveau été saboté mardi dans le centre du pays, quelques jours après sa réparation à la suite d'un attentat, a indiqué à l'AFP un responsable local. Selon cette personne qui a requis l'anonymat, une explosion a endommagé à l'aube le gazoduc à proximité des champs pétrolifères de Safer, dans la province de Marib (environ 250 km à l'est de Sanaa).

Des explosifs étaient placés sous le gazoduc, au niveau dit du "kilomètre 16", a précisé ce responsable selon lequel d'autres explosifs placés sous le gazoduc à quelques kilomètres de là ont été découverts et désamorcés. Le gazoduc long de 320 km relie les champs de Safer au terminal de Belhaf sur le Golfe d'Aden. Il n'a pas été possible de savoir dans un premier temps si l'approvisionnement en gaz du terminal avait été interrompu.

Un deuxième sabotage en deux semaines

Ce gazoduc avait été saboté le 21 août dans une zone du sud du Yémen où Al-Qaïda est implanté, provoquant une interruption de l'approvisionnement en gaz du terminal. Dans un communiqué, la compagnie Yemen LNG avait annoncé samedi que l'oléoduc avait été réparé et avait recommencé à fonctionner "dans les derniers jours d'août". Les exportations de gaz liquéfié avait déjà été interrompues pendant trois semaines à la suite d'un sabotage fin mars.

Le groupe français Total est actionnaire à hauteur de près de 40% de l'usine de liquéfaction de gaz Yemen LNG, un investissement de 4,5 milliards de dollars, soit le plus grand jamais réalisé au Yémen, un des pays arabes les plus pauvres. Le Yémen a commencé à exporter son gaz naturel liquéfié (GNL) à partir de Balhaf en novembre 2009.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.