Iberdrola vend ses parcs éoliens terrestres en France

 |   |  384  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe énergétique espagnol Iberdrola, engagé dans un vaste plan de cession d'actifs, a annoncé lundi la vente de ses parcs éoliens terrestres en France. Il conserve ses parcs en développement, dont le vaste projet offshore au large de Saint Brieuc mené avec Areva.

Confronté à d'importantes difficultés en Espagne, le groupe Iberdrola a engagé un vaste plan de cession d'actifs. En France, l'électricien vient d'annoncer la vente de ses parcs éoliens terrestres en fonctionnement pour un montant de 350 millions d'euros, plus un paiement conditionnel de 50 millions d'euros. La filiale cédée, Iberdrola Renovables France, est acquise à 40% par le géant américain General Electric, à 40% par le groupe financier allemand Munich Re, et à 20% par EDF Energies Nouvelles, la filiale d'Electricité de France, selon l'AFP qui fait état d'un communiqué du groupe. Ce dernier, curieusement, promet des informations sur cette cession dans les prochains jours.

Un petit acteur de l'éolien en France
L'espagnol est un petit acteur de l'éolien en France. La transaction porte sur 32 parcs éoliens terrestres en fonctionnement, d'une puissance totale de 321,4 mégawatts, a précisé Iberdrola dans un communiqué. A comparer aux 7.200 MW de puissance installée éolienne en France. La mise en vente de ses parcs français avait été révélée en avril dernier par le Figaro, au grand embarras des dirigeants de la filiale française en pleine bataille du méga appel d'offres éolien offshore.

Le projet offshore de Saint Brieuc reste dans son giron
Iberdrola a fait savoir qu'il conservait le parc décroché au terme de cet appel d'offres, au large de Saint Brieuc, dont les turbines doivent être fournies par Areva et installées par Technip. La société de projet Ailes Marines est détenue à 70% par le groupe espagnol et à 30% par Eole Res, filiale d'un groupe britannique. Le groupe espagnol garde également ses parcs en cours de développement en France.

Deux milliards de cession prévus d'ici 2014
Face à la dégradation de ses résultats, Iberdrola a engagé un recentrage de ses investissements sur les marchés considérés comme les plus porteurs, tels que le Royaume-Uni et le Brésil, afin de maintenir un niveau stable de revenus et de réduire sa dette. Le groupe prévoit ainsi de vendre jusqu'à deux milliards d'actifs d'ici 2014.
Au cours du seul mois de décembre, Iberdrola a cédé ses éoliennes terrestres en Allemagne pour 52,7 millions d'euros, et sa participation dans Medgaz, société chargée de construire un gazoduc entre l'Algérie et l'Europe, pour environ 146 millions d'euros
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/01/2013 à 17:51 :
l'éolien a un trés gros potentiel en France, sachant qu'on a les politiques les plus nombreux et ceux qui ne font que du vent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :