Chute des profits de GDF Suez en 2012 à cause de dépréciations en Europe

Le bénéfice net part du groupe s'est effondré de 61% en 2012. L'entreprise a été pénalisée par de lourdes dépréciations, du fait de la dégradation du secteur de l'énergie et de la baisse d'activité des centrales au gaz en Europe.
GDF Suez / Copyright Reuters
GDF Suez / Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le bénéfice net part du groupe de GDF Suez s?élève désormais à 1,55 milliard d?euros, soit une chute de 61%. Le groupe a dû faire face à des dépréciations d?un montant de deux milliards d?euros liées à ses actifs européens.

Chiffre d?affaire en hausse

Les autres indicateurs restent en revanche bien orientés et conformes aux objectifs du groupe. Le chiffre d'affaires a augmenté de 7% à 97 milliards d'euros et le bénéfice d'exploitation (Ebitda) affiche une hausse de 3% à 17 milliards. Le bénéfice net récurrent, qui exclut les éléments exceptionnels, a quant à lui grimpé de 11% à 3,8 milliards d'euros.

La dette nette, réduite de 2 milliards, a été ramenée à 43,9 milliards d'euros fin décembre. Le groupe, conformément à son engagement, entend verser un dividende annuel stable en 2013 (1,50 euro) et maintenir une politique "attractive" en la matière.

GDF Suez a confirmé au passage ses objectifs financiers révisés en décembre, avec un bénéfice récurrent attendu en recul, entre 3,1 et 3,5 milliards d'euros, en 2013 et en 2014.

?Conjoncture difficile?

"Dans une conjoncture difficile, GDF Suez a pu atteindre l'ensemble de ses objectifs industriels et financiers, d'ailleurs nos résultats opérationnels sont solides", a mis en avant le PDG du groupe, Gérard Mestrallet, lors d'une conférence téléphonique. Le "recul du résultat net est dû en majeure partie à des éléments non récurrents", il est "réversible" et "sans impact sur la trésorerie du groupe", a-t-il fait valoir.

Les dépréciations qui ont plombé les comptes 2012 reflètent, selon GDF Suez, la tendance du marché européen de l'énergie et la faiblesse du taux d'utilisation des centrales au gaz, qui avaient déjà conduit le groupe à abaisser ses perspectives en décembre, et à lancer un plan d'économies et de désendettement qu'il a assuré avoir commencé à mettre en oeuvre.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 28/02/2013 à 17:57
Signaler
Au lieu d'acheter des actions de GDF Suez, postules sur leur site de recrutement pour faire partie des privilégiés ! Tu verras que l'herbe n'est pas toujours plus verte chez le voisin. Il y a certe des avantages mais les grilles de salaire ne sont pa...

à écrit le 28/02/2013 à 17:46
Signaler
On a voulu la concurrence en France pour casser le monopôle d'EDF et de GDF... Maintenant on récolte ce que l'on sême ! La dur loie du marché et des prix à la hausse car la France ne produit plus de Gaz, on importe 100% de notre consommation. Votr...

à écrit le 28/02/2013 à 13:00
Signaler
Tout est à revoir chez GDF! avec les tarifs qu'ils nous font, ils ont des "dépréciations en Europe"? eh! ben!

à écrit le 28/02/2013 à 11:16
Signaler
il faut revoir les scandaleux tarifs flottants du gaz!la trop généreuse politique salariale de gdf est aussi a revoir

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.