Le chantier de l'EPR de Flamanville prend (encore) du retard

 |   |  326  mots
Ce décalage dans le planning du chantier entraînerait un surcoût important du projet .
Ce "décalage dans le planning du chantier" entraînerait "un surcoût important du projet" . (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le démarrage du réacteur nucléaire manchois est reporté d'un an, à 2017. EDF l'a annoncé mardi 18 novembre au soir dans un communiqué, mettant en cause la responsabilité d'Areva dans ce nouveau retard.

Un calendrier qui s'allonge toujours plus. Selon le communiqué d'EDF publié mardi soir, le démarrage du réacteur pressurisé européen (EPR) "est désormais prévu en 2017", au lieu de 2016. Le chantier qui a débuté en 2007 sur la commune de Flamanville dans la Manche, accumule les imprévus et les retards : sa mise en service était initialement prévue pour 2012...

Cette fois, les "difficultés" incomberaient au concepteur Areva. Le maître d'oeuvre EDF signale en particulier un retard "sur la livraison d'équipements tels que le couvercle et les structures internes de la cuve" et "la mise en place de la réglementation des équipements sous pression nucléaires (ESPN) pour laquelle Flamanville 3 est tête de série, en particulier sur un lot de montage réalisé par Areva et ses entreprises sous-traitantes".

Des coûts déjà multipliés par trois

Ce "décalage dans le planning du chantier" entraînerait "un surcoût important du projet" selon des sources proches du dossier citées par l'AFP. Une information non confirmée par l'électricien. Le coût des travaux a en tout cas déjà été multiplié par trois depuis le lancement du projet. Début 2014, ils étaient estimés à 8,5 milliards d'euros.

Actuellement, Areva assure la construction de trois autres EPR d'Areva dans le monde. Deux dans le sud-est de la Chine, à Taishan, et un troisième à Olkiluoto, en Finlande, en consortium avec l'allemand Siemens. Selon le Monde.fr, ce dernier chantier "collectionne également les contretemps, et le réacteur devrait y être mis en service en 2018, avec neuf ans de retard par rapport au calendrier initial". Un nouvelle qui ne devrait pas arranger la situation du géant français du nucléaire : mardi il annonçait qu'il ne tiendrait pas son objectif d'un cash flow opérationnel libre "proche de l'équilibre".

>>> Lire sur ce sujet : Areva suspend ses perspectives financières pour 2015 et 2016

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/11/2014 à 12:18 :
Un belle exemple de la réussite francaise, pourtant ils y a des millier de chômeur en France, combien souhaiterai travailler sur se chantier.... Bon il faut revoir le fonctionnement des marche publique, EDF et Areva sont responsable, donc pas question que le contribuable paye encore la facture de leur incompetance....
a écrit le 19/11/2014 à 14:29 :
Les entreprises concernées étant des succursales industrielles d'état il est impératif qu'un audit EXERNE soit mis en place pour connaître les causes du surcout de ce projet et de savoir officiellement par le ministère de l'économie qui va payer comment et pendant combien de temps. Je sais que nos politiques mais également les entreprises d' état ont pour habitude de cacher la et/ou les vérités mais maintenant cela suffit plus de discours des actes dans le respect des citoyens de ce pays que le politique et autres antennes étatiques ont pour habitude de mentir en copinage de copains de promo ou copains politiques. Il va être également indispensable d’avoir également un bilan pour la Finlande. Pour les deux cas il faudra que des organismes indépendants voient la possibilité de porter plainte contre EDF et/ou AREVA pour que des sanctions soient prises, celles-ci en fonction du dossier devront peut-être ouvrir la porte de cellule.
a écrit le 19/11/2014 à 11:19 :
Entre le scandale URAMIN et l'EPR , gageons que ce pauvre Mr OURSEL a préféré tirer sa révérence avant qu'on ne lui tire dessus à boulets rouges.
a écrit le 19/11/2014 à 10:56 :
La encore on suit le "modèle" allemand. Comme pour l'aéroport de Berlin, par exemple, qui devait ouvrir en 2010, et dont la prévision d'ouverture aujourd'hui, est pour 2017.
Réponse de le 19/11/2014 à 13:30 :
Si on suivait le modèle allemand on ne l'aurait pas construit.
a écrit le 19/11/2014 à 9:22 :
Va t on enfin comprendre que le nucléaire est non seulement dangereux, mais extrêmement cher. Les pénalités de retard des EPR de Chine, de Finlande et d’ Angleterre .. car il y en aura, seront supportées par nous tous, les contribuables Français car AREVA sera bientôt sur le tapis (le suspension par AREVA des perspectives financières pour 2015 et 2016 n’est certainement pas une nouvelle encourageante).
Le cout du KW/h a été négocié à 107,5 € pour l’ EPR de Hinkley point en Angleterre. C’est le prix minimal que nous paierons en continuant dans cette voie alors que l’éolien terrestre est à 80€ et reste encore à optimiser, sans compter le solaire qui sera encore plus rentable dans 10 ans et toutes les autres sources en développement. Il est temps que nos gouvernants lancent une nouvelle filière industrielle de l’énergie propre afin que nos 140 000 industriels qui travaillent dans le nucléaire aujourd’hui puissent se convertir dans la douceur… ET ce n’est pas impossible, il suffit d’un peu de volonté.
Pour noircir un peu le tableau, pour compléter le tout, imaginez un Fukushima en France… ce ne serait plus AREVA, mais le pays entier qui serait en cessation de paiement !
Réponse de le 19/11/2014 à 11:32 :
Contrairement à ce que vous dites, le problème ici ne vient pas "du nucléaire" ! Mais du mauvais management d'une entreprise d'Etat, comme le Crédit Lyonnais en d'autres temps...
Il ne faut en effet jamais oublier le théorème général que les politiques (de tout bord et de tout pays) sont les plus mauvais gestionnaires qui soient !
Réponse de le 19/11/2014 à 12:21 :
De fait Rosatom qui vend énormément plus de nucléaire dans le monde en ce moment qu'Areva est capable de s'engager fermement à construire 3 réacteurs de 1,2 GW pour le prix d'un Fessenheim (et de proposer de financer 50% de la construction). On a donc un problème Areva, pas un problème nucléaire.
Réponse de le 21/11/2014 à 10:31 :
Pour le prix de Flamanville plutôt
a écrit le 19/11/2014 à 9:09 :
Un moyen astucieux de reporter la décision sur Fessenheim après les Présidentielles !
Réponse de le 19/11/2014 à 13:24 :
Quel est le rapport ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :