Les bourses du Golfe chutent après la décision de l'Opep

 |   |  292  mots
C'est l'impact direct de la décision de l'OPEP et la crainte des conséquences de faibles prix du pétrole sur l'économie de la région, a estimé Ziad Chehab, vice-président des recherches d'investissements à la compagnie koweïtienne KAMCO.
"C'est l'impact direct de la décision de l'OPEP et la crainte des conséquences de faibles prix du pétrole sur l'économie de la région", a estimé Ziad Chehab, vice-président des recherches d'investissements à la compagnie koweïtienne KAMCO. (Crédits : reuters.com)
Les Bourses des monarchies pétrolières du Golfe ont toutes plongé dimanche 30 novembre, premier jour ouvrable après la décision de l'Opep de reconduire son plafond de production de 30 millions de barils par jour. Un choix qui a accentué l'effondrement des cours du brut.

Les sept marchés des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) étaient fermés vendredi et samedi, après l'annonce jeudi 27 novembre du maintien du plafond de la production du cartel malgré la surabondance de l'offre.

De 4,4% à 6,5% de baisse

Le marché saoudien, le plus grand du monde arabe, a plongé de plus de 6% et son indice, Tadawul All-Shares Index (TASI), est tombé sous la barre psychologique des 9.000 points. Tous les secteurs et toutes les actions étaient en baisse.

Les pertes de la Bourse de Dubaï se sont accentuées à la mi-séance et son indice reculait de 6,5% à quelque 4.200 points. Toutes les actions étaient dans le rouge. A Abou Dhabi, l'indice de la deuxième bourse des Emirats arabes unis perdait 1% à 4.753 points.

La Bourse koweïtienne reculait de 3% à 6.776,50 points, et celle de Mascate chutait de 5,6%. Au Qatar, le marché plongeait de 4,4% et son indice est passé sous la barre psychologique de 1.300 points, moins de cinq minutes après le début des cotations.

Les marchés du Golfe "devraient continuer à saigner"

"C'est l'impact direct de la décision de l'OPEP et la crainte des conséquences de faibles prix du pétrole sur l'économie de la région", a estimé Ziad Chehab, vice-président des recherches d'investissements à la compagnie koweïtienne KAMCO.

"Je pense que les marchés boursiers du Golfe devraient continuer à saigner encore pendant un certain temps", a-t-il ajouté.

La décision de l'Opep a été accueillie positivement par les bourses dans le monde car la baisse des prix du pétrole devrait relancer l'économie. En revanche, un effondrement des cours du brut aura un impact négatif sur les budgets des monarchies du Golfe dont les recettes pétrolières constituent environ 90% de leurs revenus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2014 à 0:18 :
Il ne reste plus aux arabes qu’a` enlever leurs guendouras et d’envoyer leurs femmes faire le menage, dans les pays occidentaux.
C’est eux qui dependent de la rente petroliere,c’est a` eux de faire appel leurs intelligences pour essayer de trouver des solutions.
Elles existent,il suffit d’avoir le courage de les rechercher en faisant preuve de bon sens,de sagesse et d’esprit de cohesion.
Réponse de le 17/12/2014 à 16:48 :
-..... qu'enlever ......
a écrit le 17/12/2014 à 0:09 :
Le petrole conventionel au dessous de la barre limite de 100 dollars,est une insulte pure et simple a` l’intelligence des arabes.
Les theories keynesiennes et celle de l’offre et la demande ne sont applicables,du fait que ceci va de la stabilite’ non seulement d’un pays mais plutôt celle du monde industriel.
Les theories macro-economiques et mocro-economiques ne sont plus effectives,ce qui risque de boulverser le fonctionement du monde entier.Le reste du monde ne peut plus supporter le feodalisme energetique de la minorite’.Le retour a` la guerre froide et la reconstitition du bloc socialiste autour des axes forts ,avec une alliance des pays producteurs peut provoquer la 3 ieme guerre mondiale.Si,un censensus mutuel n’est pas trouver pour sauvegarder la paix et la stabilite’ ,dans le monde.
Réponse de le 17/12/2014 à 16:42 :
-..... micro-economiques .....
Réponse de le 20/12/2014 à 17:05 :
-....... ne sont pas applicables,.......
a écrit le 13/12/2014 à 22:32 :
Apres les printemps Arabes,c’est le tour aux printemps petroliers.En effet, aucune des monarchies petrolieres n’est a` l’abri ou soient immunisees contre la contaigon bien que la cause est differente ,les raissons d’un soulevement restent les memes.
La chute des prix de pertrole desiquilbre les budgets,ce qui entraine automatiquement des bouleversements dans le mode de vie des populations,qui seront difficiles a digerer et tatalement inaceptables.D’ou` la consequence imminente des soulevements populaires,inevitables ou tout simplement guerres civiles.
Réponse de le 20/12/2014 à 17:18 :
- ..... inacceptables.
a écrit le 03/12/2014 à 18:19 :
La chute des prix de petrole va provoquer des guerres civiles a` travers le monde.La stabilite’ de plusieurs etats est mise reellement en danger.
a écrit le 03/12/2014 à 18:08 :
Certaines monarchies seront serieusement touchees,l’effet de la chute des revenus petroliers peut engendre’ des soulevements populaires,qui peuvent se transformer en guerre civile.
Le renversement de certains pays du golfe n’est pas a ecarte’,c’est donc une probabilte’ fort probable.
Réponse de le 09/12/2014 à 21:54 :
...... Lire:

-....... peut engendrer ......
a écrit le 03/12/2014 à 17:56 :
Ce n’est pas uniquement l’economie de la region qui va etre ebranlee’,c’est plutôt la stabilite’ de celle –ci ,qui est en danger et risque de basculer a court terme.
C’est toutes les monarchies petrolieres qui seront mises a rude epreuve,sous la grogne de la population et l’incapacite d’equilibrer leur economie, devant la chute frenetique des prix du petrole.
Réponse de le 05/12/2014 à 16:11 :
-....... l’incapacite d’equilibrer leur [budget], ........
a écrit le 30/11/2014 à 23:43 :
Les Saoudiens jouent simplement un jeu intelligents, et remettent en place tous leurs concurrents ou ennemis : l'Iran qui n'aura pas les devises escomptees pour acheter la paix sociale et devra d'un facon ou d'une autre moderer son effort d'armement (nucleaire), la Russie (adversaire en Syrie) dont le budget d'Etat depend aussi des rentrees petrolieres en decrue, et le secteur du schiste aux US qui mettra 12 mois avant de reduire sa production mais qui rsique de ne pas pouvoir se remettre de cette guerre des prix car nombre d'entreprise dependent de promesses futures pour financer les puits de maintenant, et le gouvernement US semble fort aise de laisser faire puisque ca donne une lecon aux Russes.
Réponse de le 12/12/2014 à 20:59 :
Bonne analyse.

Rien de rien par rapport au marché mais une manipulation du prix du petrôle encore une fois pour des raisons
1) Geopolitiques dejà analysés par vous même
2) Industrielles contre les ER / Energies Renouvelables

Dans ce cas les USA et L arabie saoudite sont d'accord de creer des probl`mes graves à ces ennemis politiques / economiques ... et continuer a developper la STRATEGIE DU CHAOS dans le Monde .... pour cacher la grave crise financiere des USA techniquement en dêpot de bilan.
a écrit le 30/11/2014 à 20:01 :
Marrant comme les "bourses" servent de miroirs aux alouettes (notes, c'est le but commercial, aussi...). Je serais d'eux, je craindrais BEAUCOUP plus pour leurs pétrodollars...
a écrit le 30/11/2014 à 15:59 :
Pourquoi une fois que ce ne sont pas les pigeons de consommateurs qui saignent ... En tout cas , a la pompe ça baisse pas beaucoup ... Y a vraiment des profiteurs ...
a écrit le 30/11/2014 à 15:57 :
Papier sans la moindre importance. Aucun effet sur le CAC 40, parlons Wall Street plutôt.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :